Chambres professionnelles : Défis et enjeux d'un scrutin d'une conjoncture particulière    Elections : La HACA prépare son dispositif pour les prochaines échéances    Biden supprime le tweet montrant une carte du Maroc sans le Sahara    Al Hoceima : Appel à projets du programme Madaëf Eco6    Afghanistan : Les attaques se multiplient à Kaboul, les Talibans revendiquent    Liban : Macron fait la quête    Tokyo 2020 : Elaine Thompson (Jamaïque) 100 m féminin : 10 s 61 à 0,62 s du record mondial    Le légendaire gardien de but Ahmed Belkorchi n'est plus    Les mosquées de la préfecture de Skhirat-Témara ferment pour la prière d'Al icha    Compteur Coronavirus :Le Maroc franchit le cap des 10.000 nouveaux cas en 24 heures    Fin du « potentiel détournement » d'un pétrolier britannique    L'ONU demande la fin immédiate des "violations alarmantes" en République centrafricaine    Agro-alimentaire : bonnes performances des exportations en 2021    Du pétrole à Inezgrane : les précisions de l'ONHYM    L'Espagne rejoint le Brésil en finale messieurs    Affaire Pegasus : la CNDP se saisit du dossier    Le pdt de la délégation Maghreb au PE salue un geste Royal hautement généreux en direction de l'Algérie (Vidéo)    Vaccination anti-Covid : inauguration du premier vaccinodrome à la pointe de la technologie (Reportage)    La société civile se mobilise contre le travail des enfants    «Prisonnière du silence» remporte le grand prix    Lucien Amiel, doyen des galeristes marocains, n'est plus    JO-2020/Athlétisme: le Kényan Emmanuel Korir champion olympique du 800 m    Issa Hayatou sanctionné par la FIFA    Botola: Walid Regragui proche du Wydad, pour succéder à Benzarti    Bonnes performances pour les ventes de voitures à fin juillet    Blanchiment de capitaux et financement du terrorisme. La Douane sensibilise sur les nouvelles dispositions de lutte    Fête du Trône: SM le Roi reçoit un message de félicitations du président du Conseil présidentiel libyen    Micro-crédit. Les nouvelles dispositions légales entrent en vigueur    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 4 août 2021 à 16H00    Covid-19: la Chine restreint les déplacements à l'étranger pour ses ressortissants    Législatives: El Othmani se présentera dans la circonscription de Rabat-Océan    Affaire Pegasus : La riposte marocaine se poursuit    OMPIC. Un bilan 2020 positif et une feuille de route bien affûtée    En Algérie, «le meilleur système de santé au Maghreb et en Afrique» s'effondre    Comment se préparer aux Jeux Olympiques ? Une expérience de deux médecins anciens champions sportifs    JO-2020: Le programme du jeudi 5 août 2021    Covid-19 : le théâtre national Mohammed V procède à un arrêt provisoire ses activités    Mohamed Amine Kihal ou la prédilection pour les rôles à dimension psychologique    Variant Delta. Ces dernières données permettant de mieux cerner la dangerosité du virus    Question de littérature : Les nouveaux auteurs sont-ils sous le seuil de la pauvreté littéraire ?    CRDH : Soulaiman Raissouni se trouve «dans un état très stable»    Armement : Le Maroc s'apprête à acquérir 22 hélicoptères d'attaque turcs    Campagne électorale et médias : La Haca rappelle les règles du jeu    Edito : XXIème    ONU : Les accusations généralisées contre les travailleurs humanitaires au Tigray sont "injustes"    Visa for Movie Rabat: Une énième manifestation artistique reportée    Parution. Le Manifeste: un voyage au bout des risques    Visite guidée: voyage au cœur du Marrakech de l'art (Partie II)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Algérie face à ses démons
Publié dans Challenge le 16 - 06 - 2021

Les résultats officiels des législatives en Algérie confirment l'impasse. Le FLN ( Front de libération nationale ) garde la première place, les indépendants, souvent représentants d'Associations locales sont seconds et les Islamistes compatibles avec les militaires sont troisièmes. Le discours officiel parle d'une division entre les Démocrates et les Islamistes. Ubuesque discours qui repose sur la volonté de rejouer une nouvelle fois, le fameux rôle du barrage contre l'Islam politique.
Seulement, cela ne fonctionne plus. La tentative d'imposer un cinquième mandat de Bouteflika a libéré le peuple de cette chape. Il a compris qu'il ne pouvait pas supporter le régime militaire pendant des siècles, juste par peur d'un hypothétique retour du Front Islamique du Salut. Et, selon les chiffres officiels très contestés, ils ont été 70% à boycotter ces législatives. Le résultat est effrayant. C'est le FLN, parti honni par le Hirak qui le combat depuis plus de 2 ans, qui dirigera le gouvernement du changement, alors qu'il est à la tête du pays depuis 1962.
Lire aussi | Agrégation agricole. Un nouveau dispositif réglementaire en vigueur
Tout se passe comme si les militaires refusaient de concéder la moindre ouverture. A leur habitude, ils comptent sur la répression et la lassitude pour reprendre le contrôle de la rue. C'est une position périlleuse pour l'avenir du pays. D'abord, parce que le ras-le-bol touche toutes les couches sociales. En dehors de quelques rentiers, l'extrême majorité soutient le Hirak. Ensuite parce que le mouvement s'appuie sur une réalité, celle de l'échec des politiques économiques, qui n'ont abouti qu'à la paupérisation généralisée, aggravée par une inflation insupportable.
Cette révolte ne s'éteindra pas d'elle-même. Elle trouvera d'autres modes d'expression et il est à craindre que ceux-ci ne soient ni aussi pacifiques, ni aussi organisés que le Hirak. Les militaires sont prêts au pire pour s'accrocher à leurs privilèges. Sinon, ils auraient proposé une véritable ouverture démocratique et une nouvelle vision économique au peuple. En fermant la porte à toutes les revendications, en refusant de céder la moindre parcelle du pouvoir, ils ouvrent la voie à la radicalisation et, pire, au désespoir.
Lire aussi | Cyber-attaque. Une quatrième guerre mondiale se pointe à l'horizon
Le FLN a longtemps tiré sa légitimité de la guerre d'indépendance. Aux yeux du peuple, cette indépendance a été spoliée par une caste au détriment des promesses des fondateurs du mouvement, souvent liquidés physiquement par ailleurs. A cela, s'ajoute le problème kabyle. Seuls 2 % des Kabyles ont voté. L'Algérie est réellement fracturée et a besoin d'un projet national. Agiter la menace étrangère, dans ces conditions est infantile et prouve que ce régime est à bout de souffle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.