L'émir de Qatar reçoit Wali Bank Al-Maghrib    Aéroport Mohammed V: Arrestation d'un Sénégalais faisant l'objet d'un mandat d'arrêt international    Météo: les prévisions de ce mardi    Bolsonaro, roi Salmane, Mahmoud Abbas, ... félicitent le roi à l'occasion de l'indépendance du royaume    Coupe du Trône: Hay Mohammadi en ébullition après la victoire du TAS    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Coupe du Trône : sacre historique du TAS    Décès du journaliste et militant Mustapha Iznasni    Nouzha Bouchareb participe au Salon Al Omrane Expo MDM à Paris    Google fête l'indépendance du Maroc    Forum euro-méditerranéen d'Essaouira: Maryam AIT MOULAY remporte «Prix pour Jeunes Leaders»    Le BCIJ arrête deux présumés terroristes à Rabat    23.000 candidats aux concours des enseignants-cadres à Tanger    Les participants au 12ème Forum MEDays adoptent la Déclaration de Tanger    Sous la pression de la rue, Mohamad Safadi renonce à devenir Premier ministre du Liban    La réalisation des grands projets d'infrastructures nécessite près de 600 milliards de DH    L'expérience marocaine dans le secteur minier présentée en Chine    Le Onze national accroché par la Mauritanie    Coupe du Trône : Le HUSA et le TAS pour l'ultime acte    Euro 2020 : Allemagne et Pays-Bas décrochent leur qualification    Devoxx 2019 : Les développeurs en conlave à Agadir    Le Premier secrétaire s'entretient avec l'ambassadrice de l'UE au Maroc    Driss Lachguar reçoit une délégation du gouvernement de la jeunesse marocaine    Sao Tomé-et-Principe réaffirme son appui au Plan d'autonomie    Bouillon de culture    Nouvelle édition du Salon du livre de l'enfant et de la jeunesse    Le grand maître du cinéma européen, Costa Gavras, à la rencontre des étudiants marocains    Taekwondo. La sélection marocaine ne rentrera pas les mains vides du tournoi international de Paris    L'élection de Mohamed Boudra à la CGLU met le Maroc sous le feu des projecteurs    Le chanteur malien Salif Keita interpelle son président et tacle Macron... sans langue de bois    Belle performance en finale de l'élève Fatima Zahra Akhyar    Venise sous les eaux : Nouvelle marée haute dangereuse attendue ce dimanche    La finale de la Coupe de Trône : Le Tihad de Casablanca vs le Hassania d'Agadir    Le PPS et la Loi de Finances 2020    Lutte ouvrière!    L'œuvre de Hamid Douieb sous la loupe    L'alliance Renault-Nissan à la recherche du temps perdu    Mohamed Abdennabaoui : L'indépendance du pouvoir judiciaire est devenue une réalité    Nous sommes tous concernés par le diabète    Risques routiers: Renault Maroc sensibilise les écoliers!    Liban: sous la pression de la rue, un ex-ministre renonce à devenir Premier ministre    Province de Jerada : Activation du plan provincial de lutte contre le froid    Vandalisme sportif : Arrestation de 10 personnes à Salé    « Engagement et citoyenneté 2.0 », table ronde pour entamer la 5ème édition du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders d'Essaouira    Eliminatoires CAN 2021 : Triste match nul pour les Lions de l'Atlas    Les révélations fracassantes de Jamie Lee Curtis    Vidéo : L'école marocaine vue par The Tberguig !    Kamal Hachkar rend hommage à Neta Elkayam    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Méditation: Un remède au burn out ?
Publié dans Challenge le 11 - 12 - 2015

Ils sont cadres dirigeants, ingénieurs et médecins et s'adonnent à la méditation. Cette pratique de profonde relaxation, où les pensées se calment, devient une mode qui intéresse les entreprises, pour doper la performance des ressources humaines et calmer les anxieux.
Rachid a 50 ans. Il est cadre dirigeant, avec une apparence massive et bedonnante, et le visage marqué par 20 années d'alcoolisme. Un jour sa vie a changé, et quelques rencontres ont orienté son destin. «J'ai découvert la méditation, pratiquée par «les alcooliques anonymes». Deux fois par semaine, nous nous prenions le temps de faire le vide dans notre esprit.» Dévoile-t-il. Mais Rachid, ne manque pas de rappeler l'apport de trois femmes qui, dit-il, l'ont aidé à se «sauver»: Dina Lahlou, Latifa Wahabi et Kenza Halloul.
La méditation, c'est cette pratique qui consiste simplement, à prendre le temps soit de s'asseoir, ou de bouger, et à «faire le point», «vidant» son esprit, pour être «pleinement conscient» de soi, de son corps et de se couper du tumulte du monde environnant. Ce sont autant des Architectes, des Médecins, des Cadres Dirigeants et autres hommes d'affaires qui s'adonnent de plus en plus à ces techniques, venues d'extrême orient, et qui trouvent leur place dans les techniques de développement personnel.
«La méditation est réellement une technique qui a démontré ses effets positifs. Les gens qui ont tendance à paniquer, peuvent réellement faire le point, «s'arrêter» de «se faire des films» et relativiser leurs expériences. Parfois, il est même possible que le simple fait de faire le point et de porter un regard «dépassionné» sur certaines situations, permet aux gens de prendre de meilleures décisions, et surtout, d'éviter les anxiolytiques à outrance», analyse Dr Othman Lorabi, psychiatre, psychothérapeute.
Des bienfaits scientifiquement prouvés
Mehdi, lui, est médecin et titulaire de plusieurs certifications en méditation. Il a même suivi les formation du Dr Deepak Chopra, un médecin indien, qui fait le lien entre la médecine occidentale et traditionnelle ayurvédique, à l'instar de la formatrice coach Dina Lahlou. «Dans certains services hospitaliers, le travail est réellement très difficile, autant pour les médecins que pour les infirmiers. Faire un «break» de 10 minutes régulièrement réduirait grandement les dépressions, le burn out et des arrêts de travail. Il ne faut pas oublier que c'est un milieu très «empathe», et que le personnel absorbe le stress des malades et de leurs familles,» explique-t-il, posément et sereinement.
C'est que selon lui, les bienfaits de la méditation sont «scientifiquement prouvés». On appelle cela la «mindfullness based stress reduction», ou la méditation de «pleine conscience». Un ensemble de techniques de méditation «light» et faciles, qui permettent aux gens de «faire le vide» et de «vivre le moment présent».
«Les bienfaits de la méditation sont nombreux. Mais, néanmoins, force est de constater, que certaines personnes sont incapables de s'asseoir et de se concentrer, tant elles sont stressées», développe Dr Lorabi. Pour ces personnes, une autre forme de méditation perce depuis plusieurs années, la «méditation en mouvement», ou Tai Chi qu'enseigne Me Latifa Wahabi. «Il y a plusieurs formes de méditation selon les pays. La méditation assise est venue des pays bouddhistes, alors que la méditation en mouvement, des pays du confucianisme. De l'Inde, du Tibet ou de la Chine. Mais personne ne peut nier que l'on pratique la méditation pour se «faire du bien», dans tous les cas, et respirer correctement», développe-t-elle.
Le retour des seventies?
Mais combien de personnes pratiquent la méditation au Maroc? Personne ne peut répondre à cette question, cette pratique ne demandant aucun investissement, que de s'asseoir simplement, de respirer et de se concentrer sur son souffle. Mais Dina Lahlou commente cet «effet» de mode: «A chaque session organisée, nous retrouvons toute la palette de la société marocaine, toutes classes sociales confondues de 7 à 77 ans. Lors des méditations silencieuses, nous réunissons des groupes qui vont jusqu'à 30 personnes par session», développe-t-elle.
Même son de cloche chez Me Wahabi, qui elle, est venue de l'école de la méditation transcendantale, et de l'école du Mahareshi Yogi (un maître indien connu pour avoir influencé la musique des Beatles et avoir eu pour disciple un membre de ce groupe: Georges Harrisson). Deux techniques de méditation en vogue au Maroc, depuis les années 1960: «on ne peut pas avoir une idée précise du nombre de personnes qui au Maroc s'adonnent à la méditation. Par contre, les formateurs seraient une dizaine, qui, naturellement, se connaissent tous. A cela, il faut ajouter ceux qui méditent en écoutant des enregistrements. Autant dire que, c'est impossible à évaluer».
Rachid, lui, développe: «la méditation, c'est un moyen de changer de manière de voir, de faire ou de se sentir. On apaise le flux de ses pensées, on se centre. J'avais un ami qui n'avait personne à qui parler; alors il s'adonnait à la boisson et se parlait à lui-même. Problème réglé! En fait, méditer c'est, en quelque sorte, une manière de se réconcilier avec soi-même», développe-t-il, d'une voix douce et détendue, agrémentant son récit de pointes d'humour des aventures d'un alcoolique repenti.
Le secrets des maîtres d'arts martiaux
Mais quel lien peut-on faire entre la méditation et l'hypnose? «L'hypnose donne souvent accès à la relaxation. Certes, ce n'est pas la même chose, mais dans un sens, on peut dire que la méditation est une forme «auto hypnose». La méditation est un effort conscient pour accéder à l'hypnose, un état transitoire entre l'éveil et le sommeil, qui permet de se «déconnecter de la réalité». Ecoutez, les principes sont les mêmes et peu importe la technique: baisser la tension pour voir et se comporter différemment!» poursuit Dr Lorabi. Lui même, ne pratique pas l'hypnose, mais la relaxation. Notre interlocuteur, grand et massif, dégage néanmoins une impression apaisante de «coach», formé sur les bancs de la Faculté de médecine.
«Si nous pouvions pratiquer 10 minutes par jour de méditation dans les écoles, cela changerait complètement nos enfants, accrochés à leurs tablettes et à leurs téléphones portables. Ils seraient moins tentés par le monde qui les entoure», martèle Me Wahabi. Mehdi, en tant que praticien, ne peut s'empêcher d'émettre quelques regrets: «nous avons proposé cette pratique à l'hôpital, sur la base des recherches américaines en la matière. Mais avec qui voulez vous en parler, quand vous n'avez pas d'interlocuteur en face?» D'autres experts en hypnose expliquent que: «dans les arts martiaux, passé un certain niveau, la ceinture noire, on est obligé de méditer. D'ailleurs, c'est pour cela que les «grands guerriers» sont toujours «placides». Seuls les «petits» vigiles de supermarchés et autres agents de police, sont belliqueux et «toxiques». D'ailleurs, observer les mouvements de foules pour déceler les anomalies est une forme de méditation. C'est ce que les services secrets présidentiels américains utilisent».
Au final, si les gens méditent, c'est surtout parce que cela leur «fait du bien». Peu importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse. Peu importe la technique, pourvu qu'elle soit adaptée à la personne. Rachid, lui, passe à la phase supérieure. De la méditation il en est venu à l'acupuncture, et veut à présent s'initier au Reiki, une forme de connexion à l'énergie qui nous entoure. Le chemin de l'éveil est plein de découvertes, et la paix intérieure se trouve en soi, en se concentrant sur sa respiration.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.