Sahara: soutien chilien au Maroc depuis Rabat    Météo: le temps qu'il fera ce mardi au Maroc    Enfant brûlé vif dans un incendie à Salé: les précisions des autorités    Sahara : le numéro 2 de la diplomatie japonaise réaffirme que son pays ne reconnaît pas la rasd    L'OSFI organise un atelier de formation sur les NTIC à Oujda    La Côte d'Ivoire à l'honneur du "Marocuir" 2020    RAM et British Airways signent un accord de code-share    Mutandis enregistre une hausse de son chiffre d'affaires    Désaccord au sein de l'UE sur les moyens pour contrôler l'embargo en Libye    Divers    Sortie manquée du Raja à Ismaïlia    L'ASFAR confirme, la RCAZ se ressaisit    Participation politique des jeunes au Maroc    L'image du Maroc au-delà des frontières    Le bilan du coronavirus continue de grimper    85.000 vieilles condamnations liées au cannabis vont être effacées en Californie    Insolite : Robot-serveuse à Kaboul    Près d'un demi-million de visiteurs au SIEL    La SNRT révèle la nouvelle vision de la chaîne "Attaqafia" au SIEL    Hommage posthume à Abderrahmane Achour, ex-directeur de la radio nationale    CIFP : Les administrations publiques face au défi de la culture digitale    «Agadir Souss-Massa Aménagement» tient son conseil d'administration    Affaire Hamza mon bb : Saïda Charaf nie avoir été convoquée par la police    L'OPM et le Yacobson Ballet s'accordent pour «Le Lac des Cygnes»    Festival du film d'animation de Meknès : Bruno Coulais présidera le jury    Coupe arabe Mohammed VI des clubs : L'OCS quitte la compétition la tête haute    Le prétendu «intergroupe» du PE et les balivernes de l'APS    «Le contexte réglementaire a de nouveau frappé avec la Lydec»    16ème journée de la Botola Pro D1 : Le Wydad rate le coche, la RSB refuse le cadeau gadiri et le MCO continue de presser    Sport équestre : Le concours national de saut d'obstacles s'invite à Béni Mellal    Clôture en beauté du raid solidaire «Sahraouiya»    Coronavirus : le bilan s'élève à 1.770 morts en Chine et l'évolution reste «impossible à prévoir»    Maroc Telecom signe une bonne année 2019    Tramway de Rabat: le nombre de passagers depuis sa mise en service    Huawei représente une menace pour l'Otan, selon Washington    Intelligence artificielle : l'UE va actualiser son logiciel    «Urgence climatique, les médias africains acteurs du changement»    Le coronavirus pourrait avoir un impact négatif sur la croissance en 2020, selon le FMI    Voici le nouveau directeur artistique du FIFM    Le livre d'art n'a pas le vent en poupe!    SIEL 2020 : Près de 500 000 visiteurs, selon Abyaba    Point de vue : Campagne «Sois jeune, sois civique !»    En Algérie, des milliers de personnes ont défilé à Kherrata, berceau de la contestation    Le WAC défait, la RSB accrochée et le MCO en profite    Coupe Mohammed VI des clubs : le Raja s'incline face au club égyptien d'Ismaily en demi-finale aller    Cameroun : 22 civils tués dans une nouvelle attaque    Aéroport Mohammed V : 4,75 kg de drogues extraits des intestins de six ressortissants ivoiriens    La terre a tremblé dans plusieurs villes du Maroc, des répliques attendues    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le transport routier de marchandises a besoin d'un miracle…
Publié dans Challenge le 17 - 11 - 2007

Le transport routier de marchandises peine à voir le bout du tunnel. Un deuxième contrat-programme, pour la période 2008-2010, serait en gestation. Le premier, pour 2003-2006, n'aura pas suffi à le mettre sur les rails. Les maux du secteur sont structurels… et la réforme continue.
Près de cinq ans après la libéralisation du secteur du transport routier de marchandises, le bilan de la réforme, entamée en mars 2003, est plutôt mitigé. «Objectivement, nous ne notons que très peu d'améliorations réelles sur le marché de l'offre de services du transport de marchandises, en termes de diversité, de coût, de disponibilité, de fiabilité et de sécurité», constate Karim Ghallab, ministre de l'Equipement et du Transport, préfaçant un rapport d'évaluation de la réforme, récemment édité. Les maux dont souffre la profession sont légion. Grosso modo, le transport routier de marchandises demeure dominé par de petites entités (88% sont des entreprises individuelles, contre 11% de SARL) ne disposant, dans 85 % des cas, que d'un ou deux véhicules. Les efforts visant à rajeunir le parc des véhicules sont loin d'être concluants, alors que la profession est faiblement encadrée et manque de professionnalisme. Aussi, l'émergence d'opérateurs nationaux du TIR est toujours à espérer. «C'est un marché opaque, puisque dominé par l'informel et faiblement contrôlé. L'Etat-régulateur est presque absent. La domination des donneurs d'ordre et par conséquent l'avilissement des tarifs rendent l'informel plus attrayant. Bref, le secteur n'est pas en très bonne santé», résume un responsable au sein de la Fédération Nationale du Transport Routier (FNTR). Encourager les entreprises à se regrouper est une hantise pour l'administration de tutelle. L'atomisation du secteur, héritée de l'ancien système, crée un rapport de force déséquilibré entre les chargeurs et les
transporteurs, souvent au détriment de ces derniers. Se regrouper, comment ?
Une prochaine étude
très attendue
Le vieillissement du parc des véhicules est aussi une réalité amère du secteur. «La vétusté du parc de transport routier au Maroc constitue l'une des contraintes réelles à la modernisation de ce secteur et à sa mise à niveau», souligne le rapport du ministère du Transport. En effet, plus de la moitié (55%) des véhicules de transport pour compte d'autrui a un âge supérieur à 10 ans, contre 43% pour compte propre. Autre constat : la part du parc des véhicules pour compte propre reste relativement élevée (25 735 véhicules sur un total de 56 587, soit 45%). Autrement dit, beaucoup d'opérateurs économiques préfèrent réaliser eux-mêmes leurs opérations de transport au moyen de véhicules leur appartenant. Ce qui est contraire à l'esprit de la réforme ! «L'émergence d'entreprises de transport structurées en mesure d'offrir des services répondant aux besoins des usagers en termes de sécurité, de disponibilité, de timing et de coût encouragera les industriels et les commerçants à externaliser l'activité annexe de transport auprès de ces entreprises », estiment les rédacteurs du rapport. Pour aider à l'émergence de ces entreprises structurées, l'Etat a institué, dans le cadre de la loi des Finances 2006, une prime de renouvellement du parc, à saisir avant 2008. Aucun transporteur n'en voulait. Pour cause: le montant de la prime a été jugé non attractif. L'actuelle loi des Finances a ainsi décidé de prolonger l'échéancier jusqu'au 31 décembre 2010 et d'augmenter le montant de la prime. «Le coût de cette opération est estimé à 170 millions de DH par an. La prime complémentaire est destinée à financer en partie le surcoût lié à l'acquisition de véhicules neufs (15 tonnes et plus) équipés en organes de sécurité réglementaire, estimés à 90.000 de DH », prévoit la loi des Finances 2008. L'obligation pour les véhicules de s'équiper en dispositif de sécurité (chronoachygraphe, limiteur de vitesse, ralentisseur, système ABS et pneus tubless) est toujours caution de la publication des arrêtés d'application du décret n° 2-04-748 du 17 janvier 2005. Faut-il rappeler que les camions sont impliqués dans plusieurs accidents mortels : 8,5 % de l'ensemble des tués et 10% de blessés graves, selon des statistiques de 2003. Pour restructurer le parc des camions, mais aussi et surtout pour lutter contre la surcharge, l'administration a imaginé une solution : relèvement du tonnage des véhicules de 8 tonnes de PTC, sur la base des propositions de modifications techniques (changement des pneumatiques, jantes de dimension supérieure, renforcement de la suspension, etc). Cette opération n'a pas non plus «donné les objectifs escomptés», puisque sur les 21 796 camions pouvant atteindre un PTC compris entre 8,5 et 14 t, seulement 3000 ont pu en bénéficié. «Les représentants de la profession réclament la généralisation de 14 t à l'ensemble des camions concernés par le relèvement du tonnage», lit-on dans le document du département du Transport. Chose accordée par le Gouvernement en juin 2007 dans le cadre du dialogue social avec les professionnels. Cette largesse n'était pas du tout du goût de la Fédération du Transport Routier, affiliée à la CGEM. A la Direction du transport routier, relevant du département du Transport, on estime que la réforme est un processus qui ne fait que commencer. «Les effets de cette réforme ne peuvent être concrètement perceptibles qu'à moyen et long termes». D'ici là, l'investissement étranger continuera d'accéder à un marché aujourd'hui libéralisé en créant des «sociétés marocaines de logistique», une activité dont le transport ne constitue qu'une partie.
Une bonne idée : l'Observatoire national de transport routier
Dans les axes de progrès préconisés, la mise en place d'un Observatoire national de transport routier figure en bonne place. La Fédération l'a retenu comme action prioritaire devant contribuer à la mise à niveau du
secteur. L'étude de sa définition n'est pas encore lancée. Le financement de cette étude se fera dans le cadre de la liquidation de la Caisse de retour à vide, dont 13 millions de DH ont été alloués à la FNTR. A terme, l'Observatoire sera élargi à l'ensemble des moyens et modes de transport (aérien, maritime, ferroviaire, routier en urbain, sur-urbain et interurbain).
Quid du TIR ?
Plus de 90% de nos exportations par route se font par des camions TIR (Transport international routier) étrangers. La promotion de cette filière a besoin tout d'abord d'une étude, avant d'élaborer un cahier de charges spécifiant les conditions à satisfaire pour pouvoir exercer cette activité (véhicules, qualification professionnelle des chauffeurs, etc).
«L'objectif étant de permettre l'émergence de leaders nationaux dans le domaine du TIR devant jouer le rôle de locomotive pour les autres opérateurs, notamment en ce qui concerne les transports spécialisés (frigorifiques, matières dangereuses et textiles)». Au cours de l'année 2006, 403 entreprises de TIR exploitant un parc global de 1246 véhicules ont bénéficié d'autorisations bilatérales, dont 357 entreprises de transport pour compte d'autrui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.