Données médicales: Comment la CNDP s'organise face à l'état d'urgence    Catastrophes et colère divine, un fantasme à la peau dure    Le protocole d'enterrement des victimes du Covid-19    Chambre des représentants : l'ouverture de la 2ème session législative est prévue pour le 10 avril prochain    El Otmani : « Le gouvernement est déterminé à prendre toutes les mesures à même de protéger les citoyens contre la propagation du coronavirus»    Covid-19: Employeurs affiliés à la CNSS, ceci vous concerne    Le Policy Center for the New South analyse la pandémie de coronavirus sous diverses perspectives    Chez le Crédit Agricole du Maroc : Aucune perception d'échéances des crédits habitat et à la consommation pour 4 mois    Coronavirus : 534 cas confirmés au Maroc, ce lundi à 18H    Covid-19/Maroc: enquête après la diffusion d'une liste sur les réseaux sociaux    Contaminé par le coronavirus, voici les dernières nouvelles du prince Charles    En Algérie, la persécution judiciaire s'abat sur les opposants du régime en pleine pandémie de coronavirus    Le Code du travail appelé à la rescousse pour gérer la crise du Covid-19    La demande explose pour les banques alimentaires new-yorkaises    Neymar respecte les règles du confinement    Report des JO : Le CNOM informera les fédérations et les sportifs de toutes les mises à jour    Chelsea intéressé par les services d'Achraf Hakimi    Proche d'un retour, Xavi veut révolutionner l'effectif du Barça    Les soldats de l'ombre du confinement    Les grossistes tablent sur une stabilité des effectifs employés au premier trimestre    Groupe Bank of Africa : les bénéfices en hausse de 5% en 2019    Activités physiques intenses et épidémie virale ne font pas bon ménage    La planète se claquemure et guette le pic de l'épidémie    Le Royaume-Uni pourrait ne pas retrouver une vie normale avant six mois    Opération de soutien provisoire : les demandes se font uniquement via le numéro vert "1212"    Maroc: les prix de certains légumes ont baissé    L'IMA lance une programmation culturelle en ligne    Les ventes de "La Peste" d'Albert Camus en hausse en raison du coronavirus    La Chine referme ses cinémas    En confinement : Voici une sélection de livres marocains à lire    Hassan El Fad fait son come-back avec sa célèbre série «Kabbour»    On connaît les nouvelles dates des JO de Tokyo    Souss-Massa affecte 20,2 millions de DH pour lutter contre le Covid-19    Coronavirus : le CCM diffuse des films en ligne    Coronavirus: Cuba exporte ses médecins…    Après avoir échangé des lettres de reproches : La CGEM et le GPBM en froid    Le coronavirus baisse la valeur des joueurs    Lucile Bernard: «l'écriture comme unique porte de sortie, comme rédemption»    L'examen cyclique de l'humanité!    Covid-19: Ces solidaires… pour plaire    Un test en cinq minutes pour les automobilistes aux EAU    Le quotidien du Premier secrétaire de l'USFP durant le confinement sanitaire    Le coronavirus chasse les dirigeants du Polisario des camps de Tindouf    Outre les meetings de Stockholm et Naples : La Diamond League reporte le meeting de Rabat    Le virus de la discorde met à mal l'unité de l'UE    Vahid: Taarabt, un nouvel homme    Hongrie: Viktor Orban renforce ses pouvoirs…    Coronavirus: décès de l'ex-ministre Patrick Devedjian    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le transport routier de marchandises a besoin d'un miracle…
Publié dans Challenge le 17 - 11 - 2007

Le transport routier de marchandises peine à voir le bout du tunnel. Un deuxième contrat-programme, pour la période 2008-2010, serait en gestation. Le premier, pour 2003-2006, n'aura pas suffi à le mettre sur les rails. Les maux du secteur sont structurels… et la réforme continue.
Près de cinq ans après la libéralisation du secteur du transport routier de marchandises, le bilan de la réforme, entamée en mars 2003, est plutôt mitigé. «Objectivement, nous ne notons que très peu d'améliorations réelles sur le marché de l'offre de services du transport de marchandises, en termes de diversité, de coût, de disponibilité, de fiabilité et de sécurité», constate Karim Ghallab, ministre de l'Equipement et du Transport, préfaçant un rapport d'évaluation de la réforme, récemment édité. Les maux dont souffre la profession sont légion. Grosso modo, le transport routier de marchandises demeure dominé par de petites entités (88% sont des entreprises individuelles, contre 11% de SARL) ne disposant, dans 85 % des cas, que d'un ou deux véhicules. Les efforts visant à rajeunir le parc des véhicules sont loin d'être concluants, alors que la profession est faiblement encadrée et manque de professionnalisme. Aussi, l'émergence d'opérateurs nationaux du TIR est toujours à espérer. «C'est un marché opaque, puisque dominé par l'informel et faiblement contrôlé. L'Etat-régulateur est presque absent. La domination des donneurs d'ordre et par conséquent l'avilissement des tarifs rendent l'informel plus attrayant. Bref, le secteur n'est pas en très bonne santé», résume un responsable au sein de la Fédération Nationale du Transport Routier (FNTR). Encourager les entreprises à se regrouper est une hantise pour l'administration de tutelle. L'atomisation du secteur, héritée de l'ancien système, crée un rapport de force déséquilibré entre les chargeurs et les
transporteurs, souvent au détriment de ces derniers. Se regrouper, comment ?
Une prochaine étude
très attendue
Le vieillissement du parc des véhicules est aussi une réalité amère du secteur. «La vétusté du parc de transport routier au Maroc constitue l'une des contraintes réelles à la modernisation de ce secteur et à sa mise à niveau», souligne le rapport du ministère du Transport. En effet, plus de la moitié (55%) des véhicules de transport pour compte d'autrui a un âge supérieur à 10 ans, contre 43% pour compte propre. Autre constat : la part du parc des véhicules pour compte propre reste relativement élevée (25 735 véhicules sur un total de 56 587, soit 45%). Autrement dit, beaucoup d'opérateurs économiques préfèrent réaliser eux-mêmes leurs opérations de transport au moyen de véhicules leur appartenant. Ce qui est contraire à l'esprit de la réforme ! «L'émergence d'entreprises de transport structurées en mesure d'offrir des services répondant aux besoins des usagers en termes de sécurité, de disponibilité, de timing et de coût encouragera les industriels et les commerçants à externaliser l'activité annexe de transport auprès de ces entreprises », estiment les rédacteurs du rapport. Pour aider à l'émergence de ces entreprises structurées, l'Etat a institué, dans le cadre de la loi des Finances 2006, une prime de renouvellement du parc, à saisir avant 2008. Aucun transporteur n'en voulait. Pour cause: le montant de la prime a été jugé non attractif. L'actuelle loi des Finances a ainsi décidé de prolonger l'échéancier jusqu'au 31 décembre 2010 et d'augmenter le montant de la prime. «Le coût de cette opération est estimé à 170 millions de DH par an. La prime complémentaire est destinée à financer en partie le surcoût lié à l'acquisition de véhicules neufs (15 tonnes et plus) équipés en organes de sécurité réglementaire, estimés à 90.000 de DH », prévoit la loi des Finances 2008. L'obligation pour les véhicules de s'équiper en dispositif de sécurité (chronoachygraphe, limiteur de vitesse, ralentisseur, système ABS et pneus tubless) est toujours caution de la publication des arrêtés d'application du décret n° 2-04-748 du 17 janvier 2005. Faut-il rappeler que les camions sont impliqués dans plusieurs accidents mortels : 8,5 % de l'ensemble des tués et 10% de blessés graves, selon des statistiques de 2003. Pour restructurer le parc des camions, mais aussi et surtout pour lutter contre la surcharge, l'administration a imaginé une solution : relèvement du tonnage des véhicules de 8 tonnes de PTC, sur la base des propositions de modifications techniques (changement des pneumatiques, jantes de dimension supérieure, renforcement de la suspension, etc). Cette opération n'a pas non plus «donné les objectifs escomptés», puisque sur les 21 796 camions pouvant atteindre un PTC compris entre 8,5 et 14 t, seulement 3000 ont pu en bénéficié. «Les représentants de la profession réclament la généralisation de 14 t à l'ensemble des camions concernés par le relèvement du tonnage», lit-on dans le document du département du Transport. Chose accordée par le Gouvernement en juin 2007 dans le cadre du dialogue social avec les professionnels. Cette largesse n'était pas du tout du goût de la Fédération du Transport Routier, affiliée à la CGEM. A la Direction du transport routier, relevant du département du Transport, on estime que la réforme est un processus qui ne fait que commencer. «Les effets de cette réforme ne peuvent être concrètement perceptibles qu'à moyen et long termes». D'ici là, l'investissement étranger continuera d'accéder à un marché aujourd'hui libéralisé en créant des «sociétés marocaines de logistique», une activité dont le transport ne constitue qu'une partie.
Une bonne idée : l'Observatoire national de transport routier
Dans les axes de progrès préconisés, la mise en place d'un Observatoire national de transport routier figure en bonne place. La Fédération l'a retenu comme action prioritaire devant contribuer à la mise à niveau du
secteur. L'étude de sa définition n'est pas encore lancée. Le financement de cette étude se fera dans le cadre de la liquidation de la Caisse de retour à vide, dont 13 millions de DH ont été alloués à la FNTR. A terme, l'Observatoire sera élargi à l'ensemble des moyens et modes de transport (aérien, maritime, ferroviaire, routier en urbain, sur-urbain et interurbain).
Quid du TIR ?
Plus de 90% de nos exportations par route se font par des camions TIR (Transport international routier) étrangers. La promotion de cette filière a besoin tout d'abord d'une étude, avant d'élaborer un cahier de charges spécifiant les conditions à satisfaire pour pouvoir exercer cette activité (véhicules, qualification professionnelle des chauffeurs, etc).
«L'objectif étant de permettre l'émergence de leaders nationaux dans le domaine du TIR devant jouer le rôle de locomotive pour les autres opérateurs, notamment en ce qui concerne les transports spécialisés (frigorifiques, matières dangereuses et textiles)». Au cours de l'année 2006, 403 entreprises de TIR exploitant un parc global de 1246 véhicules ont bénéficié d'autorisations bilatérales, dont 357 entreprises de transport pour compte d'autrui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.