Covid-19: Fin de la deuxième vague Omicron au Maroc (ministère)    Réforme de la santé : le gouvernement activera les ressorts la loi-cadre    Les enjeux de la visite annoncée de Yaïr Lapid au Maroc    ONU-Palestine : Appel pour une enquête sur le meurtre de trois Palestiniens    Brésil : "Monsieur l'agent, on n'a rien à manger"    CAF : Ce mercredi, lancement officiel de la '' Super League Africaine'' par Motsepe et Infantino    CAF/ CAN féminine : Le Maroc organisateur de la prochaine édition (2024)    Le Raja trouve des difficultés à se séparer de l'un de ses joueurs    Célébration de la « Journée du migrant » : Entre acquis et défis des temps futurs    Vague de chaleur attendue vendredi et samedi au Maroc    Vaccins contre le Covid: L'UE et Moderna anticipent les livraisons    L'Algérie et la Russie en exercices militaires près de la frontière avec le Maroc    Egypte : une nouvelle étudiante poignardée à mort par un camarade éconduit    Ukraine: La vente du cargo de céréales au Liban annulée    Bourse de Casablanca: Ouverture en légère hausse    Gravement malade, Brahim Ghali aurait été évacué à l'étranger    Tanger Med : Marhaba 2022 se déroule « dans de bonnes conditions », un pic attendu fin août    Cours des devises du mercredi 10 août 2022    USA: Comprendre la perquisition lundi au domicile de Donald Trump    Biden paraphe la ratification des adhésions de la Finlande et la Suède à l'Otan    Vidéo. Sebta: arrestation de 2 personnes à bord d'une embarcation avec 600 Kg de haschich    Journée nationale du migrant: Le CCME soutient les initiatives des Marocains du monde envers leurs régions    Réunion ce Mercredi pour Ziyech à Londres    Le détail des exportations marocaines au 1er semestre    Québec : La piste de meurtre privilégiée dans la mort d'un étudiant marocain    Ligue des Champions de la CAF : Le WAC et le Raja exemptés du premier tour préliminaire    Badr Banoun marque son premier but avec Qatar SC    Vahid : « J'y suis, je reste ! »    Hôpital: accord sur les rémunérations en retard des médecins    Charte de l'investissement, réforme de la santé, PLF 2023 : Les dossiers chauds de la rentrée parlementaire    Budget 2022 : En l'absence de sortie à l'international, le Trésor poursuit le recours au marché intérieur    Dari Couspate s'implante en Europe    La Marine Royale porte assistance à 23 marins pêcheurs au large de Casablanca    Lutte contre les incendies : Le Maroc se dote de trois nouvelles Canadair    Interview avec Rita Al Khayat : Pour créer, le cinéaste a besoin de la liberté intérieure    Histoire : Les archives des Cahiers d'El Jadida remises aux Archives du Maroc    La Zaouia Habria Derquaouia tient son 120ème moussem    Un film marocain sorti en 2016 continue de reçevoir des prix    Le monde a soif    Météo: les prévisions du mercredi 10 août    Accidents de la circulation: 12 morts et 2.210 blessés en une semaine    La revue de presse du mercredi 10 août    Pourquoi Hamid Chabat s'est absenté de la 1ère réunion de la Coalition pour la démocratie    PLF-2023 : Donner un nouvel élan à l'emploi    Les murales forcent l'admiration par leur esthétique    Maroc : La SNRT ouvre ses portes aux associations des Marocains du monde    Célébration de « Baba Achour »    Le moussem de Moulay Abdellah Amghar revient après deux ans de suspension    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pacte de Marrakech sur les migrations : ouverture à Rabat de la 1ère réunion ministérielle
Publié dans EcoActu le 25 - 03 - 2022

Les travaux de la première réunion ministérielle des pays champions de la mise en œuvre du Pacte de Marrakech sur les Migrations ont débuté vendredi matin à Rabat.
Adopté en 2018, ce Pacte mondial est le premier accord négocié au niveau intergouvernemental, préparé sous les auspices des Nations Unies, couvrant toutes les dimensions des migrations internationales de manière globale et exhaustive.
La réunion ministérielle, qui se tient en format hybride, connaît la participation de pays leaders, dans différents continents, en matière de mise en œuvre du Pacte mondial sur les migrations, de l'Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) et du Réseau des Nations Unies sur la Migration.
Cette réunion ministérielle, qui se veut une plateforme d'échange, de concertation et de dialogue à propos des avancées, des défis et opportunités auxquels font face les Etats, mettra en avant l'engagement des pays champions pour la promotion et la mise en œuvre du Pacte.
Cette réunion vient consacrer le leadership du Royaume du Maroc dans le domaine de la migration sur le plan global et continental conformément à la Vision de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Leader de l'Union africaine sur les questions migratoires, qui a donné lieu à de nombreuses initiatives à l'image de l'Agenda africain sur la migration, véritable feuille de route pour la gestion de la migration en Afrique, et de l'Observatoire africain des Migrations, inauguré en 2020 à Rabat.
Les travaux de la réunion ministérielle ont été sanctionnés par la Déclaration de Rabat, établissant des recommandations par les pays champions, en prévision de la tenue du Premier Forum d'Examen des Migrations Internationales (IMRF), prévu à New York du 17 au 20 mai 2022.
Lors de cette réunion, le ministre des Affaires étarngères, Nasser Bourita a souligné la nécessité de "promouvoir des sociétés inclusives, encourager les migrations régulières, réduire les vulnérabilités des migrants, tout en favorisant les échanges, la coopération et les partenariats, ainsi qu'une interaction plus poussée entre le Pacte de Marrakech et l'Agenda 2030".
Le ministre, qui a affirmé que "la migration ne peut plus être vue comme une tare, pas plus que le migrant ne peut plus être perçu comme une menace", a précisé que la nécessité d'un cadre de coopération en matière de migration n'a jamais été aussi évidente, ajoutant qu'alors que de nombreux défis et déficits structurels et conjoncturels demeurent, le Pacte offre une feuille de route pour surmonter les uns et combler les autres.
Dès lors, a-t-il poursuivi, cette conférence "doit être pour nous l'occasion pour mener des actions spécifiques : Fournir, sur la base du partage de nos expériences respectives, des orientations concrètes pour faire avancer le Pacte, et créer une dynamique en amont du premier Forum d'examen des migrations internationales, qui se tiendra à New York en mai 2022.
Il s'agit aussi de faire le point sur les processus d'examens régionaux, soutenir l'agenda des Nations Unies sur la migration, et d'insuffler l'élan nécessaire à la réaffirmation des 23 objectifs du Pacte de Marrakech, a-t-il noté.
Revenant sur la désignation du Royaume en tant que pays champion de la mise en œuvre du Pacte de Marrakech, il a soutenu que le Maroc "se sent aussi à l'aise qu'il se sait cohérent".
"Notre engagement est, en effet, une application cohérente de notre position sur la migration et des principes que nous défendons", a-t-il assuré.
"D'abord, la conviction que la migration peut être bénéfique, ensuite, la volonté de porter la migration dans tous nos espaces d'appartenance régionaux, continentaux et bi-continentaux; mais aussi le refus de sacrifier le nexus développement-migration sur l'autel du tout-sécuritaire; et surtout, la détermination ferme de ne jamais instrumentaliser, militariser ou sous-traiter la migration", a-t-il souligné.
Car, a expliqué N. Bourita, "la migration a, avant tout, cette particularité : elle est structurelle. Nous y revenons, tout le temps. Les guerres, les pandémies et les maux de notre ère, vont et viennent. Les migrations, elles, restent".
A cet effet, "nous souhaitons faire de cette rencontre la rampe de lancement d'un effet d'entraînement plus global, dans sa portée, dans ses objectifs et dans son impact, en amont du Forum international d'examen des migrations", a-t-il noté, précisant que "nous voulons que notre groupe soit élargi, pour accueillir d'autres pays encore, qui comme nous, parlent la même langue, celle du référentiel contenu dans le Pacte de Marrakech".
"Nous voulons aller plus loin; en réitérant la volonté de voir se matérialiser un poste d'Envoyé Spécial de l'Union Africaine pour la Migration; en répliquant l'expérience de l'Observatoire dans d'autres continents; ou encore, en envisageant la création dans les institutions académiques et universitaires des pays champions, d'un réseau de centre de recherches sur la migration qui travaillerait avec l'OIM. Il pourrait s'intéresser dans un premier temps à la question de la fuite des cerveaux", a-t-il enchaîné.
Et N. Bourita d'insister que "nous voulons relever les défis de l'avenir, garantir que les migrants ne soient plus jamais les oubliés des pandémies, renforcer la résilience de la mobilité humaine et faire en sorte, en somme, que les migrations se situent à l'optimum des intérêts de chacun".
Pour ce faire, "les 23 objectifs du Pacte de Marrakech constituent la boussole de notre action", a-t-il relevé.
"L'heure de la mobilisation est arrivée, non plus seulement pour changer les perceptions sur la migration mais aussi pour redynamiser les actions en sa faveur", a conclu N. Bourita.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.