Énergie électrique: la production progresse à fin avril    Melilla : Les décès parmi les migrants atteignent 18, aucun mort au sein de la police (autorités)    Météo Maroc: temps assez chaud ce samedi 25 juin    Les jeunes astronomes à l'honneur lors de la 10e édition du festival d'astronomie d'Ifrane    Voici les déchets les plus fréquents sur les plages du Maroc    USA: la Cour suprême révoque l'arrêt sur l'avortement    C'est parti pour la première édition de l'évènement « Anfa Park en fête » (VIDEO)    Seul le courage paiera [Par Jamal Berraoui]    Soirée à Dublin sous le signe de la culture et de l'histoire du Maroc    «Première symphonie», la première exposition au Maroc de l'artiste peintre Chaimaa Mellouki    Festival des arts populaires : Participation de près de 600 artistes et 34 troupes folkloriques    Cinq migrants clandestins trouvent la mort dans une tentative d'assaut contre Mellilia    Fouzi Lekjaa réélu à la tête de la FRMF pour un troisième mandat    Coupe arabe de futsal : Le Maroc prend le dessus sur la Libye et se qualifie en demi-finale    Football : Match nul entre l'équipe nationale féminine et son homologue ivoirienne    Ouverture à Rabat du Bureau de formation de l'ONU contre le terrorisme    Maroc : Pour Aïd Al Adha, l'ONSSA renforce les contrôles des aliments pour animaux    Covid-19/Maroc : 33 nouveaux cas admis en REA en 24H    Abdellatif Hammouchi reçoit les membres de la Sûreté nationale se rendant à la Mecque    Féminicide : Après Nayira en Egypte, Wafaa en Jordanie    ONCF: un plan Eté 2022 avec une offre renforcée et des avantages tarifaires    Africa Motors -Groupe Auto Hall- lance officiellement la nouvelle marque automobile CHERY    Maroc – Algérie : RSF condamne l'expulsion de 9 journalistes venus pour les Jeux méditerranées    Mike Pence soutient l'opposition iranienne    Appel en Espagne à la mobilisation pour accompagner le retour des expatriés marocains    Insécurité alimentaire et guerre en Ukraine: lettre ouverte des ambassadeurs accrédités au Maroc    Tanger Med: Mise en échec d'une tentative de trafic d'environ 85.000 euros    Maroc PME a soutenu 2531 projets en 2021    Espagne: 7 Algériens arrêtés pour transport de migrants clandestins    Construction : Israël s'apprête à recevoir 15.000 travailleurs marocains    « Awrach »: plus de 30.000 bénéficiaires ont reçu leurs salaires    Jeux Méditerranéens : Après une séquestration qui a duré 30 heures, les journalistes marocains de retour    Le FMI se dit prêt à lancer des négociations avec la Tunisie    Billets d'avion: les étudiants marocains en Russie déplorent la cherté des prix    Qui est Zyad Bendourou, le Marocain qui s'apprête à gravir 10 sommets en 6 jours ?    Hausse des prix des manuels scolaires : le gouvernement a tranché    Frontières maritimes: Madrid se prépare aux négociations avec le Maroc    Mondial 2022 : La FIFA autorise 26 joueurs par équipe    BM-Maroc: Prêt de 250 millions $ en soutien au projet de développement économique de la région Nord-Est    Hilale saisit le Conseil de sécurité et le SG de l'ONU sur les silences, les mensonges et les obstructions de l'Algérie    Shireen Abu Akleh tuée par les forces israéliennes : bilan de l'ONU    Variole du singe : première réunion à Genève du comité d'urgence de l'OMS    Le comité d'audit de la CAF tient ses assises sous la houlette de Tariq Sijilmassi    Marché monétaire : allègement du déficit de liquidité bancaire (BKGR)    Nuit des musées et des espaces culturels : C'est parti pour la première édition !    Prix national du théâtre La valeur financière portée au double    Réhabilitation du Centre international du commerce extérieur de Dakar : Aziza Chaouni élabore le projet    Le Maroc propose d'installer une usine d'engrais au Guatemala    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



VSB : Comment relancer le programme
Publié dans Finances news le 24 - 09 - 2018

La tutelle a dressé la liste des dysfonctionnements qui perturbent la réalisation du programme VSB.
Les professionnels de l'habitat prônent l'utilisation du foncier public et la verticalité pour faire face à la demande.


Lancé en grande pompe en 2004 sous le gouvernement Jettou, le programme Villes sans bidonvilles (VSB) devait initialement être bouclé en 2012, avant d'être prolongé jusqu'en 2016. Aujourd'hui encore, il reste en deçà des objectifs fixés. Le nombre de villes assainies se chiffre à 58 sur un total de 85. L'état d'avancement dans les villes les plus touchées atteint à peine les 50%.
Le programme a réussi principalement dans les cités dont la population ne dépasse pas 200.000 habitants. Concernant les grandes métropoles, VSB rencontre de nombreuses difficultés, dont certaines sont liées aux défaillances de la stratégie elle-même. Bref, tout laisse présager que le programme VSB n'est pas prêt d'aboutir, nécessitant davantage de moyens, d'efforts et surtout d'innovation.
Lors d'une récente présentation du nouveau plan de relance du secteur de l'habitat, Abdelahad Fassi Fihri, ministre de l'Aménagement du territoire, de l'Urbanisme, de l'Habitat et de la Politique de la ville, n'a pu que constater l'échec du programme VSB, insistant sur la nécessité de réviser de fond en comble le système. Le dernier rapport de la Cour des comptes est, lui, sans équivoque sur le sujet. Il estime que les programmes de 140.000 DH et celui de 250.000 DH n'ont contribué que faiblement dans la réalisation de VSB, avec des parts de seulement 30% pour le premier et 1,47% pour le second.
Au ministère de l'Habitat, on précise qu'«il y a un volet psychologique qu'il faut travailler chez les bidonvillois pour qu'ils acceptent de résider dans des appartements. Ils préfèrent se loger dans des maisons de type marocain pour pouvoir exploiter ou vendre les locaux de commerce du rez-de-chaussée».
Outre ce travail à faire sur les mentalités, le ministère espère fédérer davantage les autres intervenants du programme, afin de donner une nouvelle impulsion à VSB.
Le «programme nécessite un engagement encore plus fort des autres acteurs concernés, notamment les autorités locales, les départements de l'Intérieur et des Finances, afin d'atteindre les objectifs», nous dit-on.
Au niveau des professionnels du secteur, on évoque également des dysfonctionnements. «Le programme VSB est alimenté par le Fonds de solidarité habitat et intégration urbaine (FSHIU), qui est lui aussi approvisionné par les taxes sur les matériaux de construction. La gestion de ce fonds et la mobilisation des ressources doivent être revues de fond en comble pour répondre aux besoins actuels du secteur», explique Driss Effina, expert en immobilier.
Et d'ajouter que «le Groupe Al Omrane reste le principal bénéficiaire des ressources allouées à ce fonds. Pour être plus efficaces et avoir un champ d'action plus large, il faudrait que les projets soient accessibles à d'autres promoteurs».

Ce que proposent les promoteurs

A la Fédération nationale des promoteurs immobiliers (FNPI), on estime que les difficultés que rencontre VSB, ne peuvent être traitées séparément de celles du secteur de l'habitat en général. Plusieurs solutions sont avancées pour accélérer VSB. Ces pistes innovantes sont en grande partie d'ordre technique, ayant trait particulièrement à une utilisation optimum de l'occupation du sol.
«Plus le recasement des bidonvillois prend du temps, plus la population à reloger augmente sous l'effet démographique, l'exode rural ou à cause de l'absence de contrôle des autorités. Il est donc essentiel que la mobilisation du foncier se fasse rapidement et les marchés attribués et exécutés à temps. L'Etat dispose de plusieurs terrains qui peuvent servir de projets pour VSB, surtout dans les villes où la pression se fait sentir», souligne-t-on auprès de la FNPI.
La fédération prône également de recourir à la verticalité et de densifier les projets pour résoudre cette problématique. «L'environnement socioéconomique marocain a beaucoup changé. Il ne faut pas camper sur des orientations ou des choix qui ont prouvé par le passé leurs limites. Plusieurs pays ont pu réduire le déficit en logement en optant pour la construction en hauteur. Pourquoi pas nous ? Il faut des ajustements pour s'adapter à la réalité du pays et aux besoins du marché», précise-t-on chez la FNPI. ■


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.