Cinq matchs à huis clos et 85.000 DH d'amende pour le MCO    Halieutis. Le Maroc récolte les fruits d'une stratégie audacieuse    Casablanca : Deux sociétés délégataires s'occuperont de la gestion des déchets    HCP : Seulement 4,2% des travailleurs indépendants ont un diplôme de niveau supérieur    2è Eco-Trail Lalla Takerkoust : Sport, nature et… solidarité    La Tribune de Nas : Une vieille dame kidnappée en Uruguay    Un Marocain signe un record de traversée en dériveur dans le golfe de Thaïlande    Casablanca : Une domestique de 13 ans torturée, la DGSN réagit    Le pape veut « du concret » lors d'un sommet sur les abus sexuels du clergé    Théâtre : «Bourass» en tournée nationale et internationale    Lacage Urban Music Awards : Remise des trophées le 23 février    Fouad Laroui présente son ouvrage «Lumières marocaines»    Infrastructures : Fquih Ben Saleh se dote d'une nouvelle salle couverte omnisports    France : La grippe hivernale fait 2.800 morts    Daesh : Une Britannique apatride après avoir été déchue de sa nationalité    Tanger-Med : Saisie d'importantes sommes d'argent en devise et d'appareils électroniques    L'ENCG ouvre ses portes à Meknès à la prochaine rentrée universitaire    Près de 3485 morts sur les routes marocaines en 2018    «Ceinture bleue»: soutien africain et européen à l'initiative du Maroc    Partenariat GBM et le Maroc 2019-2024    L'Atlético de Madrid fait perdre à la Juventus plus de 9 % en bourse    « WA DRARI » : Le documentaire qui plonge au coeur du phénomène SHAYFEEN    Trump menace les militaires qui soutiennent Maduro…    Crédits garantis. La CCG affiche ses performances    Un groupe de travail rattaché à l'ONU recardé pour s'être mêlé à l'affaire Bouachrine    Zakia Driouich : «Halieutis constitue aujourd'hui une vitrine du développement du secteur de la pêche»    "Apatride" de Narjiss Nejjar enfin en salles    4e Forum parlementaire sur la justice sociale : Bouayach appelle à nouer avec la logique des droits    Marrakech : Quelque 25 agences de voyages autorisées à organiser le Hajj 1440    Sécurité routière. L'incivisme a la peau dure    Munich – Un parfum de campagne électorale    Grève générale !    Grève. Les fonctionnaires toujours mobilisés    Edito : Rattraper le retard    1,2,3, où va l'Algérie ?    Coopération CNDP-AUSIM : Un pas de plus vers la diffusion de la culture de la protection des données à caractère personnel    Insolite : Bagarre au Parlement    Affaire Benalla : "Dysfonctionnements majeurs" à l'Elysée    Haj Larbi Benbarek mis à l'honneur à l'IMA    Le tatouage sur le visage, autrefois une rareté, aujourd'hui une mode    Divers sportifs    Victoire de Keltoum Bouaâssria et Mustapha Hedadi au championnat national de cross-country    News    Luis Planas : La visite de S.M Felipe VI témoigne de l'amitié maroco-espagnole    Le satisfecit des syndicats : Grève réussie    Les infos insolites des stars : Le père de Sean Penn    Oggitani Quintet s'offre à nouveau la sympathie du public casablancais    "Le Ciel sous nos pas" de Leïla Bahsaïn, une lutte pour l'émancipation des femmes ici et ailleurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Logement social : Faut-il revoir le concept ?
Publié dans Finances news le 21 - 03 - 2017

Le produit est arrivé à une certaine maturité. Il a besoin d'une adaptation avec l'environnement actuel.
Le segment du logement social a fait ses preuves et a permis à des milliers de personnes d'accéder à la propriété et de réduire le déficit en logements de plus de 50%. Lancé au début des années 2000, ce type d'habitat soutenu par l'Etat à travers des dérogations fiscales et parfois des mesures foncières, a une typologie bien définie : la surface ne doit pas être inférieure à 50 m2 et le prix ne doit pas dépasser 200.000 DH. La flambée des prix de l'immobilier aidant, l'Etat a été contraint de revoir le prix d'acquisition à la hausse, le portant à 250.000 DH. Ces derniers temps, le segment a connu un léger ralentissement sous l'effet d'un fléchissement de la demande. Pour leur part, les promoteurs ont réduit les mises en chantier afin de liquider le stock disponible et aussi à cause de la baisse de la marge bénéficiaire. De l'avis de plusieurs spécialistes, le produit est arrivé à une certaine maturité et il est temps de revoir le concept et de l'adapter à l'environne ment actuel. «Il est primordial de revoir le modèle existant actuellement. C'est un concept typiquement technique, basé sur le minimum de produits à offrir, alors que dans d'autres pays, différents critères sont à prendre en considération. Les acquéreurs marocains doivent accepter des logements de 40, voire 30 m2 de superficie comme cela existe dans les grandes villes un peu partout dans le monde. Encore faut-il que ces appartements disposent d'un environnement et d'un cadre de vie adéquat», souligne Driss Effina, expert en immobilier. Il faut dire que dans les métropoles de Rabat et Casablanca, par exemple, tous les projets de type logement social sont lancés dans leur périphérie à cause de la problématique du foncier. Cette stratégie pose pour les résidents d'autres difficultés au démarrage, dues à l'insuffisance des équipements de base, au transport ou à la sécurité.
La révision de ce concept doit se faire en concertation avec tous les acteurs en vue de lancer des études recueillant les attentes des Marocains et aussi s'inspirer des benchmarks des expériences étrangères. «Nous avons depuis des années appelé à revoir la configuration du logement social. Telle qu'elle est actuellement, elle ne peut fonctionner que dans les petites ou moyennes villes. Dans les grandes par contre, elle devient de plus en plus difficile à réaliser à cause du prix du foncier. Il est nécessaire aussi d'encourager la verticalité dans la construction pour remédier à cette contrainte», explique Mohamed Ikbal Kettani, directeur délégué de la Fédération nationale des promoteurs immobiliers (FNPI).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.