Des projets de codes qui font trembler les barreaux    Le réveil de l'Istiqlal    SIAM: Tour d'horizon dans les différents pôles    Fiscalité: Transparency pointe les zones grises    20% de touristes golfeurs en plus dès 2020    Mawazine2019: Du Hip Hop à l'OLM Souissi    Maroc-EAU : La ministre émiratie de la culture souligne la bonne entente entre les deux pays    Mea Culpa d'Hervé Renard sur Hakim Ziyech    Combien gagne les acteurs de Game of Thrones ?    Trafic de drogues : Gros coup de filet à Casablanca    Le BCIJ annonce le démantèlement d'une nouvelle cellule terroriste à Salé    Meurtres d'Imlil : Ouverture du procès le 2 mai    Espagne. Les mineurs marocains, sujets de campagne électorale    Intelligence artificielle. Rachid Guerraoui alerte sur les "fragilités"    L'EI revendique les attentats au Sri Lanka    L'ESAV lance un nouveau Pôle d'excellence    L'institut CDG lance le débat : Quel modèle de retraite pour le Maroc ?    Botola Maroc Telecom : WAC et RCA se neutralisent au terme d'un derby emballant    126e derby casablancais, WAC-RCA 2-2    Mohcine Akhrif: une départ tragique…    Fin de la visite d'une délégation du PPS au Kurdistan d'Irak    Maroc Telecom consolide ses performances au premier trimestre    Gestes et significations    Ziyech convoité par les Merengue    Tenue de plusieurs comités provinciaux du PPS    5ème édition du JIDAR Toiles de rue    Le ministère annule sa réunion avec les syndicats d'enseignants    FIAB-2019 à Essaouira : Beauté, innovation et responsabilité en Afrique    Révolutionnaire ! Fini les facultés à accès ouvert    HCP : Stagnation de l'indice des prix à la consommation en mars 2019    Trump rejette la menace d'une destitution, les démocrates débattent    Artisanat : Les exportations se consolident de 12% au premier trimestre    Responsibles Banking Principles de UNEP FI : BMCE Bank of Africa, 1ère banque marocaine à y adhérer    ONU Femmes : Lancement d'une campagne contre la traite humaine au Maroc    Marathon de Rabat : Deux nouveaux records et une bonne prestation des Marocains    Divers    Le vélo électrique serait meilleur pour la santé mentale    Création d'un Centre de créativité pédagogique à la Faculté des sciences de Tétouan    Coupe internationale Mohammed VI de karaté    Les leaders de la contestation au Soudan suspendent leurs discussions avec l'armée    Youssef Chiheb : Le Grand Remplacement, nouveau paradigme de l'islamophobie en Europe    Divers    Les efforts de la diplomatie marocaine ont fini par payer    Clôture en beauté du Festival de la culture Aissaoua    "La Malédiction de la dame blanche" en tête du box-office    L'œuvre du cinéaste et poète Abbas Kiarostami au cœur des Journées cinématographiques de Safi    L'Union arabe de taekwondo s'installe à Rabat    Le PPS au Kurdistan d'Irak: La diplomatie partisane agissante    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Logement social : Faut-il revoir le concept ?
Publié dans Finances news le 21 - 03 - 2017

Le produit est arrivé à une certaine maturité. Il a besoin d'une adaptation avec l'environnement actuel.
Le segment du logement social a fait ses preuves et a permis à des milliers de personnes d'accéder à la propriété et de réduire le déficit en logements de plus de 50%. Lancé au début des années 2000, ce type d'habitat soutenu par l'Etat à travers des dérogations fiscales et parfois des mesures foncières, a une typologie bien définie : la surface ne doit pas être inférieure à 50 m2 et le prix ne doit pas dépasser 200.000 DH. La flambée des prix de l'immobilier aidant, l'Etat a été contraint de revoir le prix d'acquisition à la hausse, le portant à 250.000 DH. Ces derniers temps, le segment a connu un léger ralentissement sous l'effet d'un fléchissement de la demande. Pour leur part, les promoteurs ont réduit les mises en chantier afin de liquider le stock disponible et aussi à cause de la baisse de la marge bénéficiaire. De l'avis de plusieurs spécialistes, le produit est arrivé à une certaine maturité et il est temps de revoir le concept et de l'adapter à l'environne ment actuel. «Il est primordial de revoir le modèle existant actuellement. C'est un concept typiquement technique, basé sur le minimum de produits à offrir, alors que dans d'autres pays, différents critères sont à prendre en considération. Les acquéreurs marocains doivent accepter des logements de 40, voire 30 m2 de superficie comme cela existe dans les grandes villes un peu partout dans le monde. Encore faut-il que ces appartements disposent d'un environnement et d'un cadre de vie adéquat», souligne Driss Effina, expert en immobilier. Il faut dire que dans les métropoles de Rabat et Casablanca, par exemple, tous les projets de type logement social sont lancés dans leur périphérie à cause de la problématique du foncier. Cette stratégie pose pour les résidents d'autres difficultés au démarrage, dues à l'insuffisance des équipements de base, au transport ou à la sécurité.
La révision de ce concept doit se faire en concertation avec tous les acteurs en vue de lancer des études recueillant les attentes des Marocains et aussi s'inspirer des benchmarks des expériences étrangères. «Nous avons depuis des années appelé à revoir la configuration du logement social. Telle qu'elle est actuellement, elle ne peut fonctionner que dans les petites ou moyennes villes. Dans les grandes par contre, elle devient de plus en plus difficile à réaliser à cause du prix du foncier. Il est nécessaire aussi d'encourager la verticalité dans la construction pour remédier à cette contrainte», explique Mohamed Ikbal Kettani, directeur délégué de la Fédération nationale des promoteurs immobiliers (FNPI).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.