Affaire Brahim Ghali: ce qu'a dit Ouahbi au journal espagnol La Razon    Nouveaux cas, vaccination...: le bilan de ce samedi 15 mai (Maroc/Covid-19)    Kénitra: interpellation de trois individus pour possession et trafic de drogues et de psychotropes    Climat: l'éducation à l'environnement au coeur des préoccupations de l'Unesco    DGSN : 65 ans d'existence et d'abnégation    VIDEO// Invitée du JT Info Soir, Sofia Mestari dévoile les détails de son nouvel album en préparation    Prison d'Ain Sebaa 1: Soulaimane Raissouni a refusé de contacter sa famille à deux reprises    FA Cup : Hakim Ziyech et Chelsea battus en finale par Leicester    1/4 de finale de la Coupe de la CAF: Le Raja « fin prêt » pour arracher la victoire devant Orlando Pirates    L'ambassadeur de Palestine au Maroc remercie le Roi pour son soutien à la cause palestinienne    L'ambassadeur de Palestine au Maroc salue le soutien constant de SM le Roi à la cause palestinienne    Israël intensifie ses raids à Gaza, vive inquiétude internationale    La finale de la Ligue des champions africaine au Maroc    Ghalta, une erreur très cher payée... Dimanche à 22h45 (Bande-annonce)    Melkisation de terres collectives dans les périmètres d'irrigation du Gharb et du Haouz: MCA-Morocco et le CAM se mobilisent pour l'éducation financière    Le beau message de Saad Lamjarred à Khadija Assad (VIDEO)    Frappe aérienne à Gaza: 10 membres d'une famille tués    Le sport est un vecteur de rapprochement des peuples, affirme l'ambassadeur du Maroc en Afrique du Sud    Deux tornades frappent la Chine : le bilan passe à 12 morts    Le roi Mohammed VI écrit au président du Paraguay    Les célébrités marocaines rendent hommage à Hammadi Ammor (PHOTOS)    Soutien à la Palestine: le chanteur Ahmed Chaouki devient la risée de la Toile (PHOTOS)    Marrakech : « Kwayria », la plateforme de promotion des jeunes talents du ballon rond (Reportage)    DGSN : 65 ans d'existence et d'abnégation    L'ECONOMIE, OTAGE D'UN VIRUS    L'Egypte ouvre sa frontière avec Gaza pour évacuer des blessés    Ingérence Iranienne au Sahara: Téhéran se voile la face    Maroc-Rwanda: Vers un retrait de la reconnaissance de la RASD par Kigali?    Covid-19 : L'OMS prédit un bilan plus élevé en 2021    Le mouvement "Neturei Karta" appelle à présenter les criminels de l'entité sioniste devant la CPI (WAFA)    Documentaire: Ne manquez pas "Homo Sapiens: les nouvelles origines" sur 2M, ce dimanche à 21h50    Heure GMT+1 au Maroc: n'oubliez pas de régler vos montres    Innovations financières: BAM engagé pour le développement des fintechs    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    Coronavirus : le Royaume-Uni accélère l'administration de la deuxième dose    Une association bulgare dénonce l'accueil par l'Espagne de Brahim Ghali    E-commerce : Les nouvelles attentes des clients (étude internationale)    Bassin hydraulique de Sebou : Un taux de remplissage des barrages de 74%    VIDEO. Casablanca: le parc de la Ligue arabe comme vous ne l'avez jamais vu    Federer estime que « les athlètes ont besoin d'une décision » sur la tenue des JO    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    Météo: le temps prévu ce samedi 15 mai au Maroc    Josep Borell : L'UE suit de près la situation des droits de l'homme en Algérie    Les confidences de Munir El Haddadi sur son choix pour le Maroc    Casablanca: la Marine Royale célèbre le 65-ème anniversaire de la création des FAR    Podcast: Punk, en toute transparence    Usurpation de l'identité visuelle du parlement européen : Les eurodéputés s'attaquent aux manoeuvres du Polisario    La SNRT a affiché une tendance haussière pendant le Ramadan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rencontre: Exploratrice, conteuse...
Publié dans Finances news le 17 - 04 - 2021

A à peine 30 ans, Sofia Alaoui a déjà un parcours dense et profus.
Nous l'avons rencontrée pour en évoquer les aspérités, d'autant qu'elles sont foisonnantes.

Par R. K. Houdaïfa

Née à Casablanca, elle grandit entre le Maroc et la Chine. «J'avais cinq ans lorsque mon père a été muté en Chine. Et, je suis revenue au Maroc à l'âge de onze ans», indique-t-elle. Petite, son père lui offre une petite caméra qu'elle utilisait lors des voyages familiaux en Asie. «Je m'amusais beaucoup en faisant de petits films avec mes ami(e)s», note-t-elle.
De fait, ce qui était une aspiration est devenu une nécessité lorsqu'elle a obtenu son baccalauréat. Le sort en est jeté. Possédée par le cinéma, elle met le cap vers la ville des arts : Paris. Pendant l'interview – à l'institut français de Casablanca -, elle mentionne que «c'était le scénario qui m'intéressait. Car, c'est ce qui m'emporte le plus dans les films. De là, je me suis rendue compte qu'il est préalable d'être très forte en cette matière».
En effet, pour faire un bon film, il faut trois ingrédients : une bonne histoire, une bonne histoire et une bonne histoire. On l'imagine bien passer des nuits entières à écrire, perdue dans ses pensées, sans notion du temps qui passe… «Cela prend beaucoup de temps. J'ai une structure de scénario très classique, à l'américaine. Et donc, avec des techniques de dramaturgie. Je passe par des models, des schémas… C'est très mathématique», confie-t-elle tout sourire.
Ainsi, le plaisir d'écrire tientil, également, à une forme de transe ? Oui, mais seulement après avoir pensé la structure du scénario : «une forme de transe, d'immersion on va dire !» A un certain moment, la belle mécanique des rendez-vous parisiens se grippait : «il n'y avait pas de réseau». Il fallait faire feu de tout bois.
Sofia s'est découverte une âme de messie : «Je me suis dite : je ne vais pas attendre que les rencontres se fassent, il faut les créer». C'est ainsi qu'elle mit en orbite «Rendez-vous des scénaristes», et en fait un lieu d'échanges, de débats. «J'avais invité les directeurs d'acquisition (ceux qui acquièrent les films -ndlr) presque de toutes les chaînes : M6, TF1, Canal+... Des gens qui sont très importants dans le financement des films», précise-t-elle.
Elle y officie comme lectrice et sélectionniste des scénarios pour le «pitch» et «les séances de consulting». L'aventure tourna court, faute de temps forcément. Après un an et quelques mois de bons et loyaux services, elle rendit son tablier. Sa dernière fiction «Qu'importe si les bêtes meurent» a gagné le Grand prix du jury au Festival du Sundance 2020, et a été nommée au César 2021 meilleur court-métrage. «C'est l'histoire d'un berger, isolé dans les montagnes de l'Atlas et dont le troupeau de moutons dépérit. Le jeune Abdellah part en quête de nourriture dans un village à plus d'un jour de marche. Arrivé, il trouve le lieu complètement désert. Il y rencontre un événement qui, non seulement a bouleversé le monde, mais va aussi le brouiller et le contraindre à remettre en question sa propre existence», explique Sofia.
Lorsqu'on lui demande que serait donc ce drame ? Elle rétorque avec des rires : «ah, si vous n'avez pas vu le film, autant ne pas le dire». Sofia a toujours cherché de nouvelles façons de raconter, de faire tenir un récit… Elle tente d'explorer réellement les limites de la chose représentée : «je vais vraiment au bout, même dans l'intention visuelle. D'autant plus que je suis quelqu'un de très instinctif : je fais les choses comme je les ressens».
Son cinéma est bel et bien particulier dans ses thématiques «et la manière dont elles sont abordées». Il serait donc une sorte de «fenêtre, miroir sur le monde – sur nous-mêmes – ou une manière de sortir de son quotidien pour s'identifier à des personnages, et peut-être s'améliorer et se comprendre davantage».
Quoique la fiction est son crédo, chaque fois qu'un problème purement artistique ou qu'une idée l'intéresse, Sofia les assume totalement ; elle les médite, les analyse, les transforme, les propose. «Je suis une personne hyper active et très curieuse. J'ai envie de tout explorer…», conclut-elle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.