Accord agricole Maroc-UE: Le Maroc n'accepte ni négociation ni recul lorsqu'il s'agit de sa souveraineté nationale    Grève en Tunisie: RAM a annulé les quatre vols Casablanca-Tunis de ce jeudi    BAD : La croissance économique de l'Afrique se situera à 4 % en 2019    Brexit: Theresa May entame une série de pourparlers avec l'opposition    Réforme de l'enseignement. Le bilan d'étape    Actions Maroc Telecom : Attijari Global Research conseille l'achat    Comment combattre les inégalités ?    Quand la Perruche se pose à Casablanca!    Tunisie : Une grève générale paralyse le pays    Tennis : Matchs truqués, une quarantaine de joueurs ciblés    4ème Rencontre internationale des artistes de Fès    Mise en œuvre d'une convention de financement de projets de sauvegarde du patrimoine archéologique    Oléiculture dans l'Oriental : Un accroissement important en termes de superficie    Diapo : Infantino chausse les crampons pour un match à Marrakech    En hommage à cette figure de proue du football national : Une avenue de Fès rebaptisée au nom de Feu Hamid El Hazzaz    Le Zamalek s'accroche au Marocain Hamid Ahaddad    Ligue des Champions de la CAF: Le Wydad de Casablanca à Pretoria    ONCF : Mise en place d'un plan "Spécial Vacances"    UNE MAJORITE BIEN FRAGILE    Fisc, douane et commerçants trouvent un consensus    Driouch : Une secousse tellurique de 3,7 degrés a été enregistrée    Hommage à Joachim Peter Schulz à Casablanca    Omar Sy? « Bof! »    Le groupe scolaire Jacques Chirac voit le jour à Rabat    La Fondation Initiative AAA voit le jour    Partis : Qui êtes-vous ?    Laurent Gbagbo acquitté par la C.P.I.    VIDEO - Lyon : Explosions et incendie sur un campus du Domaine scientifique    Lancement du programme Taqaddam : L'automobile grande bénéficiaire    Enseignement, un bilan et des milliards!    Le Canada prévoit d'accueillir plus d'un million d'immigrants d'ici 2021    Casablanca : Un inspecteur de police use de son arme pour arrêter trois malfrats    Haca : Un Centre de contrôle des médias audiovisuels inauguré à Bamako    Edito : La conduite du changement    Le Parlement européen adopte l'accord agricole avec le Maroc    Insolite : Invasion de phoques    Election du juge marocain Mustapha El Baaj à un mécanisme du Conseil de sécurité    CAN 2025 : La piste de la co-organisation mise en avant    Les internautes plus âgés partagent davantage d'infox    Signature d'une convention de partenariat entre l'AREF et le Groupe l'Etudiant marocain    Dakhla fin prête pour le challenge sportif et solidaire "Sahraouiya"    Divers sportifs    La Coalition contre la peine de mort tient son assemblée générale à Rabat    Inauguration d'un espace dédié à la mémoire de la résistance et de la libération    Les Palestiniens, en quête d'un statut d'Etat membre de l'ONU, prennent la tête du G77    French Montana s'attire les foudres des Américains    Le rappeur MHD en garde à vue pour une affaire de meurtre    Alicia Keys présentera la cérémonie des Grammy Awards    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dynamique des réseaux bancaires : Quel avenir pour les canaux de distribution ?
Publié dans Finances news le 24 - 01 - 2015

Pour huit banques étudiées, le nombre d'agences a enregistré 80% de croissance entre 2006 et 2013, avec une décélération progressive du rythme de croissance des réseaux depuis 2009.
Une étude de «Nouvelles Donnes» s'est étalée sur 66 pays auprès de 840 banques et 280.400 de leurs agences, soit 75% des agences bancaires des pays cibles. Détails.
Quelle évolution du déploiement des canaux de distribution bancaire dans les pays émergents et quel est le modèle de développement futur le plus opportun qui peut intéresser les banques, notamment marocaines? Ce sont autant d'informations que l'on peut tirer de l'étude sur la dynamique des réseaux bancaires dans les pays émergents, avec un focus sur le Maroc, présentée par le cabinet international Nouvelles Donnes. Spécialisé dans les problématiques de développement, ce cabinet a opté pour une approche singulière. En effet, l'étude se distingue par sa méthodologie ainsi que par le périmètre couvert, puisqu'elle a été lancée en 2010 sur 66 pays auprès de 840 banques et 280.400 de leurs agences, soit 75% des agences bancaires des pays cibles. Ces derniers ont été répartis sur six zones : Amérique latine, Afrique du Nord et subsaharienne, Asie, Europe de l'Est (PECO), et Moyen-Orient. Quant à l'évolution, elle a couvert une période de 8 ans. L'une des premières conclusions de l'étude est que la croissance des actifs bancaires des pays émergents demeure soutenue malgré la crise. Ainsi, l'étude fait état d'une croissance totale des actifs de plus de 86% sur la période allant de 2007 à 2013, qui est la somme de croissance des six régions, tirée essentiellement par l'Asie et l'Amérique latine.
Selon le cabinet, la dynamique des actifs bancaires a bénéficié d'un double levier, référence faite à la croissance des économies (+36% de croissance hors inflation et effet change de 2007 à 2013), ainsi qu'au développement de la bancarisation des économies (Actifs / PIB), avec une croissance de 40 points du taux de bancarisation.
Concernant l'évolution des niveaux de rentabilité des réseaux bancaires, l'étude souligne des revenus par point de vente stables, malgré la création nette de 90.000 agences bancaires au cours des dernières années. Si en moyenne l'expansion des réseaux entre 2008 et 2013 a été de près de 50%, le revenu moyen par agence a progressé de 10%. L'étude relève d'ailleurs que les banques ont réduit leurs ambitions de conquête de nouveaux territoires. Notons également une amélioration continue des coefficients d'exploitation, hors Europe de l'Est. Pour ce qui est de la dynamique des réseaux bancaires, coeur même de l'étude, les managers de Nouvelles Donnes venus à la rencontre de la presse nationale soutiennent que dans un environnement international en berne, la dynamique des réseaux s'est stabilisée en 2013 après 5 ans de ralentissement. La dynamique de 2013 s'établit à 7,7%, sachant que 4 des 6 zones observées enregistrent leur plus mauvaise variation depuis 7 ans (à l'exception de l'Afrique et de l'Asie). En termes d'expansion bancaire, l'Europe de l'Est reste la «zone malade» et constitue la seule zone enregistrant une contraction de 3,8% de ses parcs d'agences (moyenne des 190 banques analysées). L'étude révèle aussi que près d'une banque sur 2 poursuit sa croissance, alors que près d'une banque sur 4 réduit son parc (en moyenne de 10%). Toujours est-il que les 50 banques les plus dynamiques, tirées par les BRIC de l'année ont tendance à ouvrir de plus en plus d'agences. Plus en détail, on relève qu'avec 10 banques, au sein du classement, ouvrant plus de 4.000 agences, l'Inde est un moteur majeur de l'expansion des réseaux comme pays indétrônable dans lequel les banques créent le plus d'agences.
Autre élément marquant de cette étude est que les banques européennes, contrairement à 2008, sont de moins en moins présentes dans le classement des établissements les plus dynamiques.
Venons-en au Maroc
Le Maroc demeure un cas bien singulier par son modèle de développement des réseaux bancaires, que ce soit sur le plan national qu'international. L'étude de «Nouvelles Donnes» s'est ainsi intéressée aux 8 principaux acteurs de la place représentant un total de 4.800 agences (Le nombre d'agences est passé du simple au double en 8 ans).
Sur le plan national, l'étude note que les banques marocaines ont presque doublé le nombre de leurs agences, enregistrant 80% de croissance entre 2006 et 2013, une croissance qui s'est réalisée au détriment des revenus par point de vente. Néanmoins, elle observe une décélération progressive du rythme de croissance des réseaux depuis 2009.
Au-delà de nos frontières, notamment en Afrique subsaharienne, les banques marocaines via les acquisitions réalisées et les ouvertures «extensive» d'agences, ont «détrôné» leurs homologues françaises qui constituaient les acteurs historiques de cette zone, relève l'étude. Mais aussi, elles les ont rattrapées en termes de PNB. L'étude précise que les acteurs marocains ont fait le choix de sacrifier leur revenu par agence pour «acquérir» des parts de parc. On note qu'Attijariwafa bank est aujourd'hui en Afrique de l'Ouest l'acteur le plus dynamique de la zone avec plus de 13,5% de parts de parc d'agence.
Quelle croissance d'ici à 2020 ?
Les pays émergents continueront à constituer des réservoirs de croissance pour les années à venir. Ainsi, l'étude de «Nouvelles Donnes» tout en dressant un diagnostic instructif sur le potentiel de développement des réseaux bancaires dans les pays émergents, relève les zones qui présenteront la plus forte croissance d'ici à 2020. Ainsi, dans les cinq prochaines années, trois zones se démarqueront et concentreront l'essentiel de la croissance des réseaux avec la création de 30.000 agences. Il s'agit notamment de l'Amérique latine, l'Asie et l'Afrique subsaharienne qui est la zone où les réseaux devraient connaître la plus forte croissance avec plus de 40% de nouvelles agences. Au Maroc, l'étude de «Nouvelles Donnes» prévoit qu'à l'issue de la phase de conquête marquée par une remarquable expansion du réseaux d'agences, les banques marocaines devront passer d'une culture de «traitement» et de conquête «naturelle» à une culture de gestion commerciale qui devrait leur permettre de maximiser leurs niveaux de revenus par client.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.