Clôture au Cap Draâ des manœuvres militaires maroco-américaines    Encore 3 000 migrants à Sebta, un mois après la marrée inédite    122e semaine du Hirak en Algérie : «Monsieur 23 %, dehors !»    Union Africaine: une pléiade d'experts africains appellent à exclure le polisario    La titrisation est un formidable moyen pour libérer des capacités de financement    Iran : Ebrahim Raïssi élu président avec 62 % des voix, selon des résultats partiels    La terre a tremblé dans la province de Driouch    Copa America : L'Argentine bat l'Uruguay et se hisse en tête    Ligue des Champions / WAC-Kaiser Chefs : La CAF autorise une jauge de 5000 supporters...les autorités marocaines refusent    Officiel : Mohamed Bouldini rejoint Santa Clara    Sofiane Alakouch dans le viseur de deux clubs de Ligue 1    Salé: un policier contraint d'utiliser son arme de service pour interpeller un multirécidiviste dangereux    Temps nuageux prévu pour samedi 19 juin    Covid-19 : Réception d'un million de doses du vaccin Sinopharm    L'Agadir d'Aït Kine à Tata : un grenier collectif symbolisant le riche patrimoine architectural de la région    Antonio Guterres officiellement reconduit pour un second mandat de Secrétaire général de l'ONU    Euro 2020: voici pourquoi la finale pourrait être délocalisée    Younes Belhanda ne retournera pas au Montpellier HSC cet été    Je suis venu travailler au Qatar pour poursuivre mes rêves, mais ma vie est un cauchemar    La star du FC Cologne s'affiche en maillot du Wydad (PHOTO)    Inde: mort du « Flying Sikh » Milkha Singh, l'un des sportifs les plus célèbres du pays    BBC News: Le ministre des Finances du Qatar arrêté dans le cadre d'une enquête pour corruption    En Colombie, le blocage des routes ne sera plus considéré comme manifestation pacifique    Pérou: 27 morts dans un accident d'autocar    « Nous sommes traitées comme des enfants », déclarent des femmes qataries à un groupe de défense des droits    Deux enfants bloqués en Turquie: Ouahbi interpelle Laftit et Bourita    Education nationale: 57% taux de participation aux élections des représentants du personnel    L'«Algérie nouvelle», une illusion d'optique à l'issue des législatives    Ligue des champions d'Afrique : le WAC affûte ses armes avant le match retour    Inauguration en grande pompe du DS Store Massira Al khadra (VIDEO)    Global Capital Bonds Awards 2021: Le Maroc décroche 3 distinctions    Royal Air Maroc : la route touristique Paris Orly-Dakhla opérationnelle    Développement durable, le Maroc trace sa voie    Etat civil : la nouvelle loi finalisée    Evolution du coronavirus au Maroc : 481 nouveaux cas, 525.924 au total, vendredi 18 juin 2021 à 16 heures    Ressources humaines dans la santé : Le Maroc peut-il gagner la bataille ? [Dossier]    Maroc-Espagne : l'opposition creuse la tombe du gouvernement Sanchez    Voici pourquoi un bon nombre de stars de la chanson française sont à Marrakech    [Interview avec Nabil Ayouch] «Haut et fort», de Casablanca à Cannes    Rabat : La joie au coeur de l'exposition « Joy »    Bientôt un prix national des meilleures publications dans les encyclopédies digitales    «Le Feu qui forge» : Une exposition collective à L'Atelier 21    Arizona : un tireur circulant en voiture fait un mort et 12 blessés    La Douane met en service une nouvelle version de la plateforme digitale [email protected]    Pollution: 86,3% des déchets marins au niveau national sont en plastique    Marhaba 2021 : arrivée du premier navire au port Tanger Med [Vidéos]    Le réalisateur de télévision Chakib Benomar n'est plus    Tifinagh...et le football    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Parlement européen épingle de nouveau l'Algérie pour la détérioration des libertés (Encadré)
Publié dans 2M le 26 - 11 - 2020

Le Parlement européen réuni en plénière à Bruxelles a adopté, jeudi en début de soirée, une résolution d'urgence dénonçant la détérioration des libertés en Algérie.
C'est la deuxième fois en un an qu'une résolution du Parlement européen est adoptée en urgence pour appeler l'Algérie à respecter les droits de l'homme.
La résolution adoptée à une très large majorité (669 voix pour, 03 contre et 22 abstentions), condamne la répression des activistes des droits de l'homme et des journalistes et dénonce le tour de vis sécuritaire sur les libertés.
Rappelant la résolution du Parlement européen du 28 novembre 2019 sur la situation des libertés et celle du 30 avril 2015 sur l'incarcération de militants des droits de l'homme et des travailleurs dans ce pays, ainsi le rapport annuel de l'Union européenne sur les droits de l'homme et la démocratie dans le monde, publié le 15 juin 2020, le texte adopté ce 26 novembre 2020 souligne que les arrestations politiques et les détentions arbitraires de militants pacifiques issus du Hirak et de syndicats, ainsi que de journalistes, ont augmenté depuis l'été 2019, en violation des droits fondamentaux à un procès équitable et à une application régulière de la loi.
Les eurodéputés estiment également dans cette résolution que «la censure, les procès et les lourdes sanctions à l'encontre de médias indépendants, souvent accusés de comploter avec des puissances étrangères contre la sécurité nationale, continuent de s'aggraver» et que «les restrictions en matière de sécurité instaurées pour lutter contre la pandémie de COVID-19 ont contribué à renforcer les contrôles et sont utilisées par les autorités pour restreindre davantage l'espace civique, limiter la dissidence pacifique et entraver la liberté d'expression».
La résolution s'inquiète également, dans le contexte actuel de répression en Algérie, «de cas de torture dans les commissariats de police et à la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) à Alger, comme à l'encontre du prisonnier Walid Nekkiche ».
Elle évoque dans ce même contexte l'incarcération arbitraire du journaliste Khaled Drareni pour le seul motif d'avoir couvert les manifestations liées au Hirak.
Les députés européens affirment que depuis que les manifestations du Hirak se poursuivent en ligne pour freiner la propagation de la COVID-19, les restrictions à la liberté d'expression et les contraintes imposées aux journalistes ont été renforcées, notamment par le blocage de sites internet, la censure de programmes télévisés, ainsi que la détention et le harcèlement de journalistes, de responsables de médias et de manifestants exprimant leur point de vue sur les réseaux sociaux, et la fermeture de sites web d'information.
La résolution estime que, "dans le contexte du rétrécissement brutal de l'espace dévolu à la société civile, les autorités algériennes font avancer un processus de révision constitutionnelle dicté par le gouvernement, prétendument dans le cadre de l'engagement pris par le président Tebboune lors de son investiture de construire une nouvelle Algérie en réaction aux manifestations du Hirak, alors que ce processus est loin de compter sur un soutien massif de la société algérienne et est critiqué par des organisations de la société civile indépendantes comme enfreignant les normes internationales en matière d'ouverture, de participation, de transparence et de souveraineté des processus constitutifs", notant que "les arrestations massives de militants de la société civile et de journalistes menées en parallèle ont ôté à ce processus de révision constitutionnelle toute légitimité aux yeux du public".
Dans leur résolution, les députés européens condamnent «fermement l'escalade des arrestations et détentions illégales et arbitraires et le harcèlement juridique dont sont victimes les journalistes, les défenseurs des droits de l'homme, les syndicalistes, les avocats, les membres de la société civile et les militants pacifiques en Algérie, qui ferme toute possibilité de dialogue politique sur la révision constitutionnelle non démocratique et entrave l'exercice des libertés d'expression, de réunion et d'association ».
Ils dénoncent «le recours à l'introduction de mesures d'urgence dans le contexte de la pandémie de COVID-19 comme prétexte pour restreindre les droits fondamentaux du peuple algérien ».
Le Parlement européen appelle dans sa résolution «les autorités algériennes à remettre immédiatement en liberté, sans conditions, le journaliste Mohamed Khaled Drareni et tous ceux qui ont été détenus et inculpés pour avoir exercé leur droit à la liberté d'expression, que ce soit en ligne ou hors ligne, et à la liberté de réunion et d'association».
La résolution invite les autorités algériennes à «déverrouiller les médias et à mettre fin à toute arrestation ou détention de militants politiques, de journalistes, de défenseurs des droits de l'homme ou de personnes qui expriment une opinion dissidente ou critique à l'égard du gouvernement».
Elle invite une nouvelle fois les autorités algériennes à "mettre fin à toutes les formes d'intimidation, de harcèlement judiciaire, de criminalisation et d'arrestation ou de détention arbitraires à l'encontre des journalistes qui critiquent le gouvernement, des blogueurs, des défenseurs des droits de l'homme, des avocats et des militants"; les invite une nouvelle fois "à prendre les mesures qui s'imposent pour assurer et garantir à tous le droit à la liberté d'expression, d'association et de réunion pacifique, la liberté des médias, la liberté de pensée, de conscience, de religion et de croyances et libertés".
Autoriser l'entrée des ONG internationale
La résolution condamne également "toute forme de recours excessif à la force par les membres des forces de l'ordre lorsqu'ils dispersent des manifestations pacifiques". Elle invite instamment les autorités algériennes "à garantir l'existence d'un espace de liberté dévolu à la société civile qui permette la tenue d'un authentique dialogue politique et ne criminalise pas les libertés fondamentales".
Elle "déplore la modification apportée au code pénal algérien en avril 2020 qui restreint la liberté de la presse, la liberté d'expression et la liberté d'association" et invite les autorités algériennes "à garantir à la fois une pleine reddition de comptes et un contrôle démocratique et civil des forces armées, ainsi que la subordination effective de ces dernières à une autorité civile légalement constituée, et à faire en sorte que le rôle de l'armée soit correctement défini dans la Constitution et explicitement limité aux questions touchant à la défense nationale".
La résolution invite instamment les autorités algériennes "à autoriser l'entrée dans le pays des organisations internationales des droits de l'homme et des titulaires de mandat au titre de procédures spéciales des Nations unies".
Elle exprime la préoccupation des députés européens par "les tracasseries administratives que connaissent les minorités religieuses dans ce pays et demande le respect de la liberté de culte de toutes les minorités religieuses".
La résolution attend de l'Union européenne qu'elle place la situation en matière de droits de l'homme au cœur de son dialogue avec les autorités algériennes et demande au Service européen pour l'action extérieure (SEAE) d'élaborer et de dresser une liste de cas particuliers singulièrement préoccupants et de rendre régulièrement compte au Parlement des progrès accomplis en vue d'y apporter une solution.
Elle demande également au SEAE, à la Commission européenne et aux Etats membres de "se montrer publiquement plus fermes au sujet du respect des droits de l'homme et de l'état de droit en Algérie, en condamnant, sans ambiguïtés et de manière publique, les atteintes aux droits de l'homme, en invitant instamment les autorités à remettre en liberté les victimes de détentions arbitraires et à cesser de recourir de manière excessive à la détention provisoire, en demandant à avoir accès aux détenus et en observant les procès de militants, de journalistes et de défenseurs des droits de l'homme, ainsi qu'en suivant de près la situation en matière de droits de l'homme en Algérie par tous les moyens disponibles".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.