Drame migratoire : Au moins 32 poursuites en détention à Nador    Maroc : Spirit AeroSystems lance la production des composants du fuselage de l'Airbus A220    Les images chocs de l'assaut sur la clôture Nador/Melilia (VIDEO)    Covid-19: 715 nouveaux cas au Maroc    Drame de Melilla : Le PPS veut porter l'affaire au Parlement    Mellilia ou l'horreur du Hrig violent    USA: Face à un manque criant d'effectifs, des compagnies aériennes annulent près de 700 vols    Casablanca : 1er Forum africain du théâtre social    Technologie GPON : ce qu'il faut savoir…    Algérie: deux morts dans des feux de forêt    « Roh El Mellah », le savoir faire juif transmis aux artisans    African Lion 2022: une haute délégation maroco-américaine visite l'hôpital de campagne à Taliouine    Maroc. Africa Motors lance officiellement la marque automobile Chery    L'ONEE au cœur du développement des provinces du sud    Melilla : Le CNDH crée une mission d'information à Nador et environs    Affaire Fadel Breica contre Brahim Ghali : Le juge de l'Audience nationale rejette la demande loufoque de Ghali concernant ce qu'il nomme « un plan marocain pour « faire pression » sur l'Espagne », car sans preuve judiciaire    Une ministre israélienne brille en caftan marocain (PHOTOS)    Khouribga / 21ème édition du Festival des Abidat Rma : Art vivant et patrimoine éternel    El Jadida / Moussem Moulay Abdellah Amghar : 3600 cavaliers et 500.000 visiteurs sont attendus    Allemagne/aéroports: des travailleurs étrangers pour pallier la pénurie de mains-d'œuvre    Jeux Méditerranéens - Foot / Maroc-France (0-1) : Les Marocains battus sur un penalty en attendant l'Algérie ce mardi    Coupe arabe U20 : Les Lionceaux de l'Atlas hérite du groupe 6    Oran. Des boxeurs croates victimes d'intoxication alimentaire    Migration: Des ambassadeurs africains expriment leur disposition à collaborer avec le Maroc    Maroc : Mise en échec d'une opération collective d'immigration près de la clôture de Ceuta    Infrastructure: Biden annonce une initiative mondiale de 200 milliards $    Affaire Brahim Saadoun : Le père appelle le gouvernement à intervenir et se confie sur les croyances religieuses de son fils    Le CFCM 20 ans après : l'institution ressemble davantage à une vitrine qu'à une réalité    Migration illégale: Sanchez qualifie le Maroc de "partenaire stratégique" qui se bat contre les mafias internationales    Maroc : Six nouveaux monuments historiques d'El Jadida inscrits patrimoine national    Le cri d'alerte de la société civile    Rapport : La baignade déconseillée sur 23 plages au Maroc    Centre national de l'arganier: Sadiki donne le premier coup de pioche    Latifa Akharbach plaide pour un dialogue inclusif et égalitaire à Sofia    Tourisme : Rabat mise sur son attractivité culturelle    Festival Gnaoua : La 24ème édition à partir du 22 juin 2023 à Essaouira    6,17 millions DH accordés à 14 festivals    Marathon de pétanque de Casablanca: Le Stade Marocain (hommes) et Chabab Khénifra (dames) remportent le titre    Algérie: séisme de magnitude 5,1 près d'Oran, panique générale    Botola: résultats complets et classement (28ème journée)    Classement mondial futsal : le Maroc se hisse à la 10e place (VIDEO)    Baccalauréat : 573 individus interpellés pour leur implication présumée dans des actes de fraude (DGSN)    BAM: Les exportations de la construction automobile prévues à 52,6 MMDH en 2022    L'AMIC publie son rapport sur l'impact du capital-investissement au Maroc    La récession serait inévitable pour certains pays, prévient la Banque mondiale    Cannabis médicinal: l'expérience israélienne rayonne à Casablanca    Météo: les prévisions du lundi 27 juin    Drame migratoire : Accusé par l'Algérie et le Polisario, le Maroc communique avec des ambassades africaines    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Faut-il légaliser la culture du kif dans le Rif ?
Publié dans La Gazette du Maroc le 16 - 05 - 2008

Cannabis. Le débat sur la légalisation de la culture du kif au Maroc vient d'être lancé. Le pavé dans la mare a été jeté par une poignée d'acteurs associatifs dans le Nord.
Faut-il légaliser la culture du kif dans le Rif ? La question n'a jamais vraiment été posée. Aujourd'hui, elle fait l'objet d'une plate forme signée par les universitaires Tahar Toufali, Mohamed Chami, Nacer Hamou Azday et Boubker Khamlichi, Khaled Belkaidi, Hicham Benichi, Chakib Khiari de la société civile et Lahbib Hajji, avocat au barreau de Tétouan et co-auteur de la lettre à l'histoire qui dénonçait la corruption dans le milieu de la justice dans le Nord. Le timing de la publication de la plate-forme pour la légalisation du cannabis, n'est pas fortuit. Dans quelques semaines, la saison de la récolte du cannabis dans le Rif va commencer. La plate-forme qui vient d'être soumise à débat, sera suivie d'une pétition ouverte à « toutes les potentialités ». L'initiative veut orienter le débat sur une question qui a toujours été politisée à tort ou à raison, qui a même servi pour le règlement de compte entre divers acteurs politiques au Maroc. Loin de cette vision, les initiateurs de ce débat proposent une série de rencontres avec des partis politiques et des ONG qui militent pour une utilisation du cannabis à des fins médicales et industrielles dans le monde. L'idée même de l'initiative, est de faire sortir le débat au grand jour et impliquer divers acteurs, loin de l'approche qui a été faite jusqu'à présent et qui s'est limitée à l'état, l'ONUDC et qui n'a enregistré que des résultats insatisfaisants. La plate-forme donne comme exemple des pays qui ont ouvert depuis belle lurette le débat sur cette question au niveau mondial. «La légalisation de la culture du cannabis dans le Rif et son orientation vers des utilisations « propres », sont à même de participer au développement humain dans cette région enclavée, surtout avec le début de l'utilisation du cannabis dans le domaine médical et industriel» rappellent les auteurs.
Toute une histoire
Les habitants de Kétama avancent que Hassan 1er avait instauré des Dahirs pour cultiver le cannabis à cinq douars de Kétama et Beni Khaled. Le Kif était produit pour la consommation locale, car à l'époque, le tabac ne faisait pas encore rage. À partir de 1912, le Maroc fut séparé en deux zones, française et espagnole. Dans le Nord, l'Espagne avait permis à certaines tribus de continuer sa culture pour contrer l'hégémonie d'Abdelkrim Kattabi, qui considérait que la consommation de cannabis était contraire à la charia. Après la défaite d'AbdelKrim, les Espagnols légalisent la culture du cannabis autour du noyau de Kétama. La conférence d'Algésiras de 1906 avait même concédé le monopole des achats et ventes du tabac et du cannabis à la Régie Marocaine des Kifs et Tabacs, une compagnie multinationale à capitaux français. Ce n'est qu'en 1932, que le Protectorat français a commencé la prohibition de la production de cannabis par le biais du dahir du 22 décembre 1932, qui exclut celui cultivé, sous le contrôle de la Régie, dans le Haouz de Marrakech et le Gharb. Finalement, le dahir de 1954 étendit l'interdiction de sa culture et sa consommation à tout le Maroc, sous protectorat français.
Polémique
Après l'indépendance du Maroc, cette prohibition fut étendue à tout le territoire national. Cette décision fut très mal accueillie. Le gouvernement décida alors d'autoriser la culture dans un périmètre restreint, situé exclusivement autour du village d'Azilal, au pied du Mont Tiddighine. Depuis la fin des années soixante dix, la forte demande européenne, a fait multiplier les surfaces cultivées. Quelle est la réponse des autorités? Mystère et boule de gomme, mais d'ores et déjà, le niet est palpable. Hasard du calendrier, les autorités de Taounate ont décidé cette année d'avancer d'un mois l'opération de destruction des champs de cannabis. L'opération, au titre de l'année 2008, sera lancée plus tôt que d'habitude, avant le 15 mai. Elle concerne les cercles de Taounate et Rhafsai. Elle vise la réduction des superficies emblavées, notamment par l'éradication des superficies cultivées, la poursuite judiciaire des agriculteurs recherchés et la mise en place d'activités alternatives. Selon une source officielle, cette opération concernera dans sa première phase, les cultures empiétant sur les domaines forestiers et hydrauliques qui se trouvent dans un stade avancé de tallage et de floraison.
Une autre opération généralisée se déroulera en deux phases séparées. La première commence en juin prochain, et va concerner les superficies emblavées en bour, alors que la seconde phase prévue en août, sera axée sur les superficies irriguées au niveau des oueds Aoudour et Aoulay, relevant des caïdats de Tafrant et Bni Zéroual, cercle de Rhafsai et caïdat Bouhouda, cercle de Taounate. Chaque année, depuis 2004, les autorités mènent une opération médiatique dans la région de Taounate, où des centaines de champs de cannabis sont détruits. A plusieurs reprises, cette opération a donné lieu à des heurts avec les paysans et à des arrestations musclées.
Calendrier des cultures
Les semis de cannabis en bour s'échelonnent de la première quinzaine de février à la dernière quinzaine d'avril, sauf dans la province d'Al Hoceima où ils peuvent se poursuivre jusqu'à la mi-mai. Le cannabis en irrigué est semé à partir de début février, sauf dans les provinces de Larache et Taounate où il est semé à partir de début mars. Le gros de la récolte pour le cannabis en bour se faisant de mi-juin à août. La récolte pour le cannabis en irrigué, commence sensiblement plus tard, début juillet à Larache, voire plus tard sur les autres provinces et peut se prolonger jusqu'à fin septembre, voire début octobre dans la province d'Al Hoceima pour certaines parcelles tardives. On constate donc que le cannabis, selon qu'il est cultivé en bour ou en irrigué, et en fonction de la zone agro-climatique, a un cycle de culture de 5 à 6 mois. Les habitants des villages qui se trouvent aux abords des terres de Kétama, voient les agriculteurs qui possèdent des terres de la même superficie, circuler dans des voitures de luxe, grâce aux revenus dégagés par la culture du cannabis! Difficile de les convaincre du contraire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.