L'offensive de charme allemande pour accélérer le dégel des relations avec le Maroc    Lutte contre la corruption : où en sommes nous ?    Rabat : Lancement de « MoroccoTech »    Le festival d'Angoulême en mars    Les NFT ou comment révolutionner le monde de l'art dans son ensemble !    Chine : La croissance du PIB atteint 8,1% en 2021    Après l'affaire Djokovic, Roland-Garros planche sur l'accueil des non vaccinés    CAN 2021 : Satisfait de son choix de joueurs, Vahid ne regrette pas l'absence de Ziyech    Salah relance l'Egypte qui s'impose contre la Guinée-Bissau    Le Real Madrid remporte sa 12ème couronne d'Espagne    CAN 2021 : La voiture de service de Samuel Eto'o impliquée dans un accident mortel    Casablanca-Settat : La formation des cadres statutaires de l'AREF est officiellement lancée    Allemagne : Le corps d'un MRE incinéré, le consulat marocain réagit    Mounia Aram remporte le prix de l'innovation culturelle    Les meilleurs films français et internationaux à l'affiche    Jeudi cinéma de Khouribga: Projection du film "The Dream Of Shahrazad"    Cybersécurité. Le Niger s'allie à l'UA    Maroc : Après le syndicat, Chabat se prépare à mettre la main sur la présidence du FFD    Les ventes mondiales de Renault Group en baisse de 4,5% en 2021    عبد الإله بنكيران يصاب بفيروس كورونا    Agroalimentaire. Un centre d'innovation en la matière lancé à Meknès    Les Lions de l'Atlas en 8e de finale !    Alaa Squalli nommé directeur général du Sofitel Casablanca Tour Blanche    Dimistura reçu par des enfants soldats du Polisario    Les restrictions bientôt renforcées au Maroc ?    Hausse des cas au Maroc: affluence toujours en baisse vers les centres de vaccination    Agression mortelle d'une ressortissante française : Les habitants de Tiznit sous le choc après le drame (vidéo)    Chasse aux profils pour l'éducation nationale    Nouveau coup dur pour Credit Suisse avec la démission surprise de son président    Mali. Décès de l'ancien président IBK à Bamako    L'Espagne expulse une Marocaine pour son appartenance à une cellule djihadiste    La série phare «Salamat Abu Al Banat» revient pour une 4ème saison    Espagne : Albares très prudent sur le retour de l'ambassadrice du Maroc    Chine : à trois semaines des JO, les cas quotidiens de Covid-19 explosent    Banques: Le besoin en liquidité s'atténue à 64,8 MMDH en décembre 2021 (BAM)    Maroc/Météo : Températures du jour en baisse sensible ce lundi 17 janvier    Djokovic reviendra-t-il un jour en Australie ?    Une tempête hivernale « majeure » frappe l'est des Etats-Unis    Eruption et tsunami: gros dégâts aux Tonga, sans internet pour encore « deux semaines »    Poutine veut construire une liaison ferroviaire vers l'Arctique    CAN : la Tunisie se rassure face à la Mauritanie (VIDEO)    Les lois d'urgence sanitaire, deux ans de tempêtes au Parlement français    José Manuel Albares satisfait de la coopération avec le Maroc en matière de canalisation des flux migratoires irréguliers    L'Observatoire du travail gouvernemental dresse le bilan des 100 premiers jours de l'Exécutif    Bonne feuille : Jibril, il y a 42 ans...    L'Humeur : Le raï n'est pas non-algérien    Los Angeles: Des cambrioleurs dérobent un million $ en bijoux de la maison d'une actrice américaine    Magazine : Mohamed Jibril, la plume du perpétuel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Loi de finances 2009 : Graves dérives au Parlement
Publié dans La Gazette du Maroc le 17 - 10 - 2008

A six mois des élections présidentielles, la scène politique s'emballe, et le principal
parti d'opposition, le RCD du docteur Said Sadi, fidèle à sa ligne de conduite, monte
au créneau à la veille de chaque échéance politique.
Cette fois-ci, c'est
devant l'Assemblée
nationale que les
députés du RCD ont
exprimé leurs craintes lors des
débats sur la loi de finances
2009. Ils se sont attaqués à
des sujets sensibles tels, la
révision de la constitution, la
politique de réconciliation et
les effets de la crise mondiale
sur l'économie nationale.
Le groupe parlementaire
de ce parti n'est pas allé de
main morte pour interpeller
le pouvoir. Saïd Sadi et le
député Ait Hamouda, ont
bousculé les représentants
de l'alliance présidentielle
(FLN,RND,Hamas) sur des sujets qui fâchent. On s'attendait
certes, à une réplique de l'autre coté, et cela est de bonne
guerre, mais, à la surprise générale, ce n'est pas un
parlementaire qui se chargea de cette mission, mais un membre
du gouvernement. Mahmoud Khoudri, qui, loin d'apporter des
éclairages nécessaires à ses adversaires politiques, s'acharna
contre les élus du RCD et s'érigea en donneur de leçons.
Dérives parlementaires
Le président de l'assemblée prompt à interpeller les élus du
RCD, proféra même des menaces à l'encontre d'un député
dans l'exercice de ses fonctions, alors qu'il aurait dû rappeler à
l'ordre le ministre «patriote», appartenant bien sûr au FLN qui
déblatérait sur un style qui n'avait rien à voir avec la mission
qui lui est confiée. Dans un communiqué, le RCD «dénonce
les dérives parlementaires d'une extrême gravité et appelle à
s'élever contre toute forme d'arbitraire, lorsqu'il s'agit d'atteinte
à la dignité des institutions républicaines».
L'intervention des députés RCD a créé l'évènement au sein
de l'hémicycle. Ces derniers ont dressé un constat sans
complaisance de la situation socio-économique du pays. C'est
le projet de la loi de finances 2009 qui a fait réagir les élus de ce
parti. Ces derniers critiquent
vivement les rédacteurs de ce
texte. Le docteur Said Sadi
dira à ce propos «s'inspire
d'une culture politique fondée
sur la rapine, la cooptation
et le clientélisme». Le leader
du RCD ne s'arrête pas là, il
ajoute plus loin «l'opacité,
l'arbitraire, le tribalisme et la
corruption sont les marques
de fabrique du système». Selon
le leader du RCD, ce projet
de loi est un financement
implicite d'une révision
humiliante de la constitution
et de la fraude annoncée,
il cite un exemple effarant
: 5 milliards de dinars sont
octroyés à l'aménagement du territoire, alors que le
ministère de la Solidarité nationale, dispose de 85 milliards.
Ce département est dirigé par Ould Abbas connu pour sa
soumission à Bouteflika. De son côté, Aït Hammouda, qui est
aussi vice- président du parti et député, ne mâche pas ses mots
et réplique aux insultes et aux menaces proférées contre les
députés de ce mouvement politique ancré en Kabylie et qui,
pour les observateurs, reste la principale force d'opposition
au système. Il s'exclame avec une pointe d'ironie en direction
des élus du FLN «dans leurs interventions, plusieurs députés
qui se disent majoritaires ont qualifié le RCD d'ennemi de
l'Intérieur, mais les véritables ennemis de l'Algérie sont ceux
qui ont érigé la corruption en système, volé les banques,
manipulé les chiffres électoraux et imposé un gouvernement
comprenant 13 ministres d'une même région». Et pour clore ce
débat houleux, Ait Hammouda porte la dernière estocade : en
rappelant à Abdelaziz Ziari, président de l'Assemblée, que ces
journalistes qu'il ne cesse de critiquer ont payé le prix fort dans
la lutte contre le terrorisme. Dans ce combat pour la liberté et la
démocratie, le parti de Said Sadi n'est pas prêt à baisser les bras.
Mais où sont donc passées les autres formations politiques qui
se prévalent du courant démocratique ! ■


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.