Plus de 1,3 tonne de cocaïne saisie à Tanger Med    La CGEM décline son software    V.E Maroc publie son évaluation sur les risques de durabilité en 2021    Deux startups marocaines participent pour la première fois    Prémices d'une nouvelle guerre civile au Liban ?    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    Le WAC domine et s'incline, le Raja s'impose face aux Libériens de LPRC Oilers    La montagne qui a accouché d'une souris    L'union européenne est-elle soumise à un gouvernement des juges?    Appel à promouvoir la médecine d'urgence au Maroc    Le ministère public présente le guide de la « Kafala » des enfants abandonnés    «Osmoses», nouvelle exposition de Hiba Baddou    «J'utilise le fantastique pour raconter, pour voir la réalité avec un autre angle»    Penser le visage avec Emmanuel Levinas    Arabie Saoudite : Levée des restrictions liées au Covid-19    Le PLF2022 table sur un taux de croissance de 3,2 pc et un déficit budgétaire de 5,9 pc du PIB    Coiffe saoudienne... à l'anglaise    Béni Mellal-Khénifra : Exposition collective... aux couleurs de l'automne    Le PLF-2022 table sur un taux de croissance de 3,2 % et un déficit budgétaire de 5,9 %    Daech et les Talibans : un casse-tête ou une menace ?    L'Opinion : Du sécuritaire à l'humanitaire    Couture : Maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    Faux printemps arabes    Covid-19. Colin Powell, secrétaire d'Etat sous George W. Bush, est décédé    Casablanca : Nabila Rmili annonce une vaste campagne de nettoyage    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 18 octobre 2021 à 16H00    Espagne : les séparatistes basques reconnaissent la «douleur» subie par les victimes de l'ETA    Relations entre la Russie et l'OTAN : Moscou suspend sa mission et celle de l'Alliance    Les villes les mieux équipées en guichets automatiques bancaires    Para-basket : L'OCS accède à la première division du Championnat national    Casablanca : Interpellation d'un individu impliqué dans l'agression d'un mineur à l'aide d'un chien féroce    Feuille de route de l'exécutif : ambitions démesurées, petits moyens ?    Transmission du Covid-19: le Maroc passe au « niveau faible »    Face aux résistances des vieux briscards : Les Pionniers!    Relations Maroc-Mali : Interview exclusive avec Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères    Pegasus : avant son procès le 25 octobre, Rosa Moussaoui fait une crise de panique    Ligue des champions /2ème tour « aller » : Le Wydad risque de se faire balancer vers la Coupe de la CAF !    Le taux de fécondité chez les femmes marocaines en forte baisse    Dr Saïd Afif: « L'obligation du pass vaccinal permettrait le retour à la vie normale »    «Te Amo» : Nouveau tube de Khaoula Moujahid    Maroc: ce qui va changer dans le secteur de la Santé    Unité flottante de stockage du gaz au Maroc : les dernières infos du ministère    Cameroun : neuf morts dans un accident provoqué par des vents forts    Laâyoune-Sakia El Hamra : Avortement de trois tentatives d'immigration clandestine    France-Algérie : Quand le régime d'Abdelmadjid Tebboune use de la truanderie politique pour faire plier Paris    Classement FIFA. Le Maroc devrait doubler l'Algérie et intégrer le Top 30 mondial pour la première fois    Fin de la «Crise des sous-marins»?    Magazine : Sarim Fassi-Fihri, maux croisés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les réfugiés au Maroc Le CCDH s'en mêle !
Publié dans La Gazette du Maroc le 10 - 04 - 2009

Combien sont-ils ? D'où viennent-ils ? Pour quels motifs ont-ils choisi l'exil ? Pourquoi sont-ils assimilés aux flux de migrants mixtes d'origine subsaharienne? Le CCDH (Conseil Consultatif des Droits de l'Homme) entre dans le jeu de la défense des droits de l'homme étendus aux étrangers vivant au Maroc.
En organisant, en partenariat avec l'UNHCR de Rabat, un séminaire sur la protection des réfugiés au Maroc, le CCDH a volontairement «expatrié» ses compétences strictement domestiques jusque là pour veiller au respect des droits humains en ce qui concerne les mouvements migratoires composites incluant les migrants économiques et les réfugiés établis dans le Royaume mû en une destination de transit et d'accueil. Si l'on estime entre 50 000 et 60 000 étrangers résidant officiellement au Maroc, ce qui est mince comparé aux plus de 3 000 000 de MRE vivant à l'étranger dont 80% dans les pays de la communauté européenne, certaines sources indiquent que les migrants clandestins tournent autour de 10 000 tandis que l'on dénombre quelque 800 réfugiés. Ces derniers, selon les dispositions de la Convention du 28 juillet 1951 sur le statut des réfugiés, englobent toutes les personnes qui croient être persécutées du fait de leur race, leur religion, leur nationalité, leur appartenance à un groupe social ou de leurs opinions politiques et qui se trouvent hors de leur pays d'origine. En Europe, l'on estime entre 10 et 15% des 50.000 000 de migrants vivant en situation irrégulière et que 500 000 clandestins et sans-papiers entrent chaque année dans les Vieux et Nouveaux continents.
Le tribut de la guerre d'Algérie
Le CCDH a démontré sa ferme volonté de poursuivre le combat de la défense des droits humains universels, toutes nationalités confondues sur le sol marocain. Son président Ahmed Herzeni avait souligné, au forum en 2008, que «la majorité des migrants vivant en Afrique subsaharienne, en Inde, au Maghreb et en Amérique Latine, sont le plus souvent dépourvus de tout statut légal. Cette croissance de la migration irrégulière est notamment liée au rétrécissement des possibilités de migration (qui toucherait plus d'un demi million de personnes par an). Devant leur périple de plus en plus incertain et prolongé, ces migrants et, en particulier les femmes et les enfants, sont exposés à de multiples dangers et violations de droits élémentaires». Autrement dit, le CCDH met la machine en marche pour rétablir les réfugiés au Maroc dans leurs droits. De son côté, le Représentant à Rabat du HCR onusien, Johannes Van Der Klaauw a expliqué que «les réfugiés et les demandeurs d'asile se trouvent au Maroc et dans le Maghreb en général, parmi un plus grand nombre de migrants économiques sans papiers, des victimes de trafic et de la traite, des étudiants ou travailleurs des pays tiers, qui sont tombés dans l'irrégularité. La gestion de la migration bénéficierait d'une distinction claire et nette entre, d'une part, les réfugiés qui ont fui la persécution et la violence et, d'autre part, les migrants qui ont choisi de leur propre volonté de se trouver une destination migratoire».
L'on a souvent tendance à l'oublier, mais le Maroc a aussi payé un lourd tribut, outre les sacrifices consentis pour la guerre d'indépendance en Algérie, en accueillant massivement et en prenant en charge un grand nombre de réfugiés voisins fuyant les persécutions et les représailles coloniales. Foi d'Anne Triboulet, chargée de protection des réfugiés au HCR de Rabat : «le Maroc a accueilli des vagues successives de réfugiés tels que des Espagnols fuyant la guerre civile dans les années 30 ou après la 2ème guerre mondiale, des citoyens d'Europe centrale ayant fui la persécution en raison de leurs opinions politiques. Dans les années 50, la guerre d'indépendance algérienne a déclenché un afflux massif de réfugiés algériens sur le sol marocain». n


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.