Coronavirus : le Maroc s'engage sur le plan africain en mettant à contribution son expérience et expertise    UNAF U21 : les lionnes de l'Atlas s'acharnent sur l'Algérie (2-0)    Barça: le quadruplé retentissant de Messi face à Eibar (VIDEO)    Al-Kass Cup: l'Académie Mohammed VI s'incline face au Real Madrid (VIDEO)    PAM : le 25ème Conseil national du PAM aura lieu le 7 mars    Des installations du tramway de Casablanca sérieusement endommagées (PHOTOS)    Hamza monbb : des aveux mettent à mal les soeurs Batma    Tragique accident entre Marrakech et Imintanoute    Australie : le Maroc à l'honneur au Festival multiculturel de Canberra    Mutandis Auto réduit ses parts dans Immorente Invest    Paradis fiscaux: le Maroc peut mieux faire    Coronavirus : Les 167 Marocains rapatriés de Wuhan quittent l'hôpital    Un conseiller du PJD arrêté à la frontière pour faux et usage de faux    Lourde sanction contre les supporters de Dortmund    PAM : des dirigeants du parti refusent de participer au bureau politique formé par Abdellatif Ouahbi    Crédit du Maroc dresse le bilan de son plan stratégique CAP 2020    Blocage de l'adoption du code pénal, la sèche mise au point de Ben Abdelkader    Mehdi Lahlou : les banques islamiques ne sont aucunement différentes des banques classiques    Un nouveau "portefeuille pédagogique" pour lutter contre la violence en milieu scolaire    Fès: une ressortissante étrangère agressée sur la voie publique    Une voiture interceptée à l'entrée de Salé    Equipementiers Une 4e usine pour TE Connectivity    L'autre guerre    Les Panafricaines alertent sur l'urgence climatique    Top mondial YouTube: Zouhair Bahaoui cartonne avec son nouveau clip (VIDEO)    Azilal : le parc jurassique ouvrira ses portes fin mars    Le Maroc prêt à apporter au Qatar tous les moyens humains et logistiques pour réussir le Mondial-2022 de football    Le mouvement de contestation populaire né il y a un an en Algérie cherche son second souffle    L'Allemagne renforce les mesures de sécurité après l'attentat raciste de Hanau    Dans le bagage des candidats à la Maison Blanche il y a aussi… des casseroles    Tout comme le patrimoine marocain en général : La judaica marocaine a souffert du pillage à travers le temps    Le Maroc, terre d'un patrimoine ancestral : Les trésors juifs de Casablanca    Adieu Abdeslam Alla    Le HCP note une baisse de 0,1% de l'indice des prix à la consommation    La déconstruction d'un mythe    U.E: Les «villes libres» réclament des subventions…    ONU : Omar Hilale briefe le Conseil de sécurité sur sa visite en RCA    Le coronavirus pourrait coûter jusqu'à 30 milliards de dollars au secteur aérien    Mohamed Benchaâboun: « Tous les indicateurs montrent que la dette marocaine est soutenable »    L'ambassadrice des Pays-Bas se félicite de l'intégration des MRE dans la société néérlandaise    Appel à la consécration d'une justice citoyenne    La Commission de la programmation n'en fait qu'à sa tête    Divers sportifs    Achraf Hakimi et son retour au Real Madrid    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    L'espoir du rap Pop Smoke abattu chez lui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Profession en catimini : détective privé au Maroc : Poirot et Holmes ne sont pas marocains !
Publié dans La Gazette du Maroc le 10 - 04 - 2009

La mentalité conservatrice de la société marocaine reste imperméable à la pénétration de certaines professions encore «honnies» de notre système de valeurs et de références, comme les consultations de psy ou le recours aux services d'un détective privé.
D'ailleurs, à valeur d'aujourd'hui, le bilan est vite dressé dans le pays : ils ne sont pas plus d'une poignée qui se compte sur les doigts d'une seule main. Et encore, car certaines tentatives d'implantation de ces professionnels méconnus du grand public et non reconnus par la loi (ils sont officiellement «agents de recherche» et non détectives), ont été carrément vouées à l'échec. Et qu'aux dernières nouvelles recueillies auprès de sources sécuritaires, leur nombre se réduirait actuellement à… deux personnes formant d'ailleurs un tandem. Plus encore, on parle d'un couple à Casablanca qui ne ferait que de la consultation de fichiers. Une sorte de « police privée », sans armes ni autorité d'intervention directe ou d'arrestations, versée dans la filature et la quête de renseignements, pas exclusivement conjugales ou familiales, mais pouvant englober les domaines pénal ou criminel, les méfaits économiques, les malversations commerciales, financières… et même les recouvrements de créances.
«Nous ne sommes pas que des espions de cocus»
Son regret après des études universitaires médicales et une formation en recherche et investigation pour détectives privés en France et au Canada : «Je n'ai pas pu intégrer la police française parce que je devais abandonner définitivement ma nationalité marocaine». En 2003, elle a plus d'une décennie d'expérience derrière elle pour se résoudre à rentrer au Maroc : «Je n'ai pas pu rester indifférente aux signes de changement qui me parvenaient en France. Le roi a fait beaucoup de choses magnifiques, notamment pour redonner la place qu'elle mérite à la femme marocaine». Après avoir ouvert un bureau de détective privée, elle négocia plusieurs missions au tarif minimal de 5000 DH l'unité. Fatiguée du peu d'écho que la profession avait dans notre pays, elle a songé à changer de registre en caressant le projet de se lancer dans la sécurité privée en montant une société de gardiennage. Fini le temps où ces professionnels étaient exclusivement confinés à une «brigade des cocus» engagés pour dénouer les mésententes des couples ou démasquer les tromperies conjugales. Ils affirment à qui veut l'entendre, qu'ils ont suivi des formations en conséquence pour se muer en véritables experts de la surveillance et du renseignement, passés maîtres dans l'art de la recherche des personnes et des biens. Mais qui sont-ils au juste en dehors de leur masque de détective privé ? Des  chercheurs d'informations», des «enquêteurs libres», des «enquêteurs de droit privé», des «agents privés de recherche», des « professionnels de renseignements divers», des «enquêteurs d'assurances»… Une certitude : les perspectives d'assimilation de la profession au Maroc sont loin de leur faciliter la tâche, puisque les pouvoirs publics ne leur reconnaissent que le titre d'«agent privé de recherches». Toutefois, ils ne sont tolérés que lorsque l'objet de leur activité traduit des prestations tels le gardiennage ou encore la sécurité. Mais le métier souffre de l'indifférence générale pour ne pas être réglementé et ne nourrit pas son homme. Car souvent ils sont contraints de vivoter en exerçant dans l'anonymat. Et les avocats qui se montrent leurs principaux employeurs pour complément d'enquête ou de renseignement, ne sont pas légion à se bousculer au portillon. ■


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.