Immigration clandestine: L'UE alloue 500 millions d'euros pour soutenir le Maroc    La Bourse de Casablanca débute dans le vert    Marhaba 2022 : Le port de Ceuta se prépare au pic de la phase retour    L'Arabie saoudite autorise tous les détenteurs de visa à accomplir la Omra    Jeux de la solidarité islamique : Deux médailles d'argent pour les judokas marocains    M'diq : Arrestation de quatre individus soupçonnés d'avoir délibérément déclenché un incendie en forêt    Revue de presse quotidienne de ce mardi 16 août 2022    Le jury du Prix international Booker 2023 présidé par la Franco-marocaine Leïla Slimani    Tagzzayt : Un film documentaire d'Hussein Hanin qui déchiffre les symboles des tatouages Amazighs    Kitesurf : La 7ème édition de «Dakhla Downwind Challenge» se poursuit jusqu'au 20 août    Ligue des champions d'Europe: Le PSV Eindhoven à l'épreuve des Rangers, le Benfica à Kiev    CAN Maroc U23 : Le Tirage au sort des éliminatoires jeudi au Caire    Botola Pro D1 – D2 : Le tirage au sort prévu le 19 août    Le CRI Béni Mellal-Khénifra lance une série de webinaires    Soutien public complémentaire aux partis politiques    Les tatouages amazighes au coeur du film documentaire « tagzzayt »    Casablanca : 2 ans de prison ferme pour un escroc récidiviste    Yessef appelle en Tanzanie au renforcement de la coopération entre les oulémas africains    Dette intérieure : Un encours de 666,1 milliards de dirhams à fin juillet    Dounia Batma répond avec subtilité aux excuses de son mari (VIDEO)    Zina Daoudia exalte son milliard de vues    1er Festival «Phénomène des groupes musicaux» à Hay Mohammadi    «La femme au colt 45» de Nabyl Lahlou au Théâtre national Mohammed V de Rabat    HCP. 3 chômeurs sur 10 sont des jeunes    L'agresseur de Rushdie métamorphosé après un voyage au Liban, selon sa mère    Découvrez le Galaxy Z Flip4 et le Galaxy Z Fold4, les smartphones révolutionnaires de Samsung    Feux : quatre suspects accusés d'être des pyromanes arrêtés au nord du Maroc    Visas refusés : quand Hélène Le Gal tombe dans son propre piège    Un tribunal condamne une militante à deux ans de prison pour insulte à l'islam    Incendie de forêt à Mdiq: Trois membres de la Protection civile morts    Incendies à Cabo Negro : trois pompiers décédés    Cours des devises du mardi 16 août 2022    Le Maroc félicité par l'Union Africaine    Afrique du Sud: Jacob Zuma bataille contre son renvoi en prison    Job    Météo: les prévisions du mardi 16 août    Le Celtic pense toujours a Ryan Mmae    Incendie d'une église au Caire : le Souverain présente ses condoléances au président égyptien    Hommage à Fatima Boubekdi à Ifrane    CAN Maroc-2023 (U23) : Le tirage au sort des éliminatoires prévu le jeudi au Caire    William Ruto élu président du Kenya    Des parlementaires américains à Taïwan, la Chine relance ses manoeuvres    Maroc-UE: 500 millions d'euros pour faire barrage aux harragas    "Dakhla Downwind Challenge" : Coup d'envoi de la 7ème édition    Le dessin de presse orphelin : Jean-Jacques Sempé tire son dernier trait [Par Belaïd Bouimid]    Le Maroc félicité par le CPS pour la réussite de la formation destiné aux observateurs électoraux de l'UA    La récupération d'Oued Eddahab, une étape riche en nobles valeurs de patriotisme    Tanzanie : La Fondation Mohammed VI des Ouléma remet les prix de la 3e édition du concours coranique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



66•CHRONIQUE AFIFI.indd
Publié dans La Gazette du Maroc le 08 - 05 - 2009

Il est fréquent que des textes et même des vies soient caviardés ou tronqués. Un exemple parmi tant d'autres. L'ancien Premier Ministre français socialiste qui a connu une longue et riche carrière, n'est resté dans les mémoires que par cette demi-phrase : «La France ne peut accueillir toute la misère du monde». Volontairement, la droite et tous ceux que cela arrange ont mis sous le boisseau la suite : «mais elle peut prendre sa part».
D'une certaine manière cela rejoint ce qu'écrivait Boris Vian : «Tout est vrai parce que j'ai tout inventé». Sauf que le poète, romancier, scénariste, musicien et interprète, était un créateur. Il savait que la liberté d'expression ne s'use que si on ne s'en sert pas. Bien sûr, pour ne pas prendre la pile il faut savoir jusqu'où on peut aller trop loin. Souvent ses œuvres furent interdites. Peu lui importait, il en produisait d'autres. De la même veine. Disparu depuis plus d'un demi-siècle, il reste terriblement actuel. Son chef-d'œuvre « L'écume des jours » est encore lu par la jeunesse. Pacifiste et visionnaire, il fait toujours peur à l'establishment. C'est à tort que l'Europe croit qu'elle ne connaît plus la guerre. Il est évident qu'il n'y a plus les massacres de millions d'individus. Mais il y a les Balkans qui halètent.
Il y a les guerres lointaines, comme en Afghanistan. Les soldats de l'OTAN tuent, ou se font tuer. Ce sont des professionnels qui ont choisi les armes. Ils sont payés et entraînés pour tuer. Dans le cas où ils se font tuer hors des frontières de leurs pays, on se demande s'ils ne commettent pas une faute professionnelle. C'est là où Boris Vian demeure actuel, par sa lettre au Président. C'est peut-être parce qu'elle aborde la guerre, que les vedettes françaises, révoltées d'eau douce, préfèrent l'ignorer, alors que par le passé quelques artistes l'avaient à leur répertoire. Il écrivait notamment : «Monsieur le Président/Je ne veux pas la faire/Je ne suis pas sur terre/pour tuer des pauvres gens».
Alors que le terrorisme sévit au pays basque et en Corse, la majorité des Français ne comprennent pas pourquoi leurs enfants sont envoyés en Afghanistan. Les Afghans non plus. Pourtant, l'attachement des Français aux libertés est plus fort que celui des Américains qui s'accommodent du Patriot Act et n'en réclament pas l'abolition. Aussi en France la justice est indépendante. Cela dépend contre qui. Siffler «La Marseillaise» est un délit. Il est naturel que les hymnes nationaux soient respectés. Cependant, le cas du patriote à tout crin n'est pas prévu. Celui qui siffle l'hymne national sur l'air de «la Marseillaise», justement. Il est dangereux parce qu'il sera suivi par une foule qui sifflote et fera de lui un leader politique. Boris Vian était aussi loin de la politique partisane qu'on peut l'être. Il était anticonformiste et lucide. Il a analysé aussi la société dans laquelle il vivait il y a plus d'un demi-siècle et ne se doutait sans pas qu'il décrivait une nouvelle société en gestation, la société de consommation. Tout cela dans une chanson «Je suis snob» qu'il interprétait lui-même. Il décrivait tous les objets qui allaient massivement envahir les foyers. Au point qu'on peut dire aujourd'hui que tous les peuples sont devenus snobs. Sauf ceux qui ont l'estomac dans les talons. n


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.