El Othmani face aux conseillers    Grands films    FMI: Des perspectives mi-figue mi-raisin    Sommet afro-britannique: Des enjeux pour le Maroc    Tirage au sort CDM 2022: Les réactions de Vahid Halilodzic et de Mustapha Hadji    Comment les étudiants voient leurs rêves s'éloigner    Cinéma : Adam, la force des femmes devant et derrière la caméra    Le HCP appelle à l'élaboration d'un modèle de développement adapté aux nouvelles évolutions nationales et internationales    Le Roi Mohammed VI reçoit plusieurs ambassadeurs étrangers    Mohcine Jazouli : Le Royaume-Uni veut faire du Maroc une porte d'entrée vers l'Afrique    EuroMed Droits préoccupé par la restriction de la liberté d'expression    Dans son intervention lors de la séance mensuelle consacrée à la politique générale à la Chambre des conseillers    La Grèce élit sa première femme à la présidence de la République    Les Américains ont moins dépensé en jeux vidéos en 2019    Insolite : Perché dans un tonneau    Défait par la Tunisie, le podium de la CAN s'éloigne pour le Sept marocain    Divers sportifs    Après le premier cas de contamination hors Asie, la Chine redoute la mutation du nouveau coronavirus    Divers    Arrestation d'un président de commune pour corruption    Le cacao bio commence à sortir des petits paysans brésiliens de la misère    Atelier de formation à Safi sur l'insertion des jeunes dans le tissu socioéconomique    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    Présentation à El Jadida du livre "Mémoires d'un professeur"    Une nouvelle étoile cinématographique illumine Tiznit    Walid Regragui quitte le FUS pour rejoindre Al-Duhail    Abdellatif Jouahri met en avant le rôle des données économiques dans le suivi et l'évaluation des politiques publiques    Coronavirus chinois : la péninsule coréenne, en alerte, ferme ses frontières aux touristes    Sahara:La Bolivie retire sa reconnaissance de la pseudo «rasd»    Top ReKruteurs 2019 : BMCE Bank of Africa mène le bal    Abdelkader Ababou: adieu l'artiste doux…    Procès en destitution de Trump: Mardi glacial au Capitole    Le WAC leader contesté, le Raja dénonce l'agression et l'arbitrage    L'opposition russe en désarroi après la réforme éclair de Poutine    L'équipementier Coréen Hands inaugure son usine à Tanger    Au titre de l'année 2019 : 80 rencontres culturelles dans 35 cafés littéraires de par le Maroc    Improvisation sur «Des tranches de vie nées du néant»    Marché des actions : Les succès et les échecs de 2019    La Caravane «Maroc-Innov» fait escale à Chichaoua au profit des jeunes porteurs de projets    Taroudant : Un couple soupçonné d'agression sur sa fille    Alerte au virus made in China !    CGEM: Jour "J" pour Alj et Tazi    Italie: Les «sardines» défient Salvini…    Mohcine Jazouli : le Maroc se positionne clairement comme un partenaire africain stratégique pour le Royaume-Uni    Arrestation à Meknès d'une vagabonde pour enlèvement présumé d'un nourrisson    Le directeur sportif du FC Séville”Monchi”: Youssef En Nesyri a un énorme potentiel    Didier Six,l'entraîneur de la Guinée: C'est vrai que le plus gros morceau, c'est le Maroc    Venezuela: Pompeo annonce plus d'actions contre la "tyrannie" de Maduro    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Héritage : le cas de la famille Glaoui : L'hémorragie inguérissable
Publié dans La Gazette du Maroc le 24 - 07 - 2009

L'héritage, au lieu de constituer une protection et une source de vie aux héritiers, devient un véritable calvaire, un labyrinthe dont très peu de personnes se sortent
C'est suite à notre dossier sur l'héritage que Me Soulimane Thaili, avocat au Barreau de Casablanca, nous a soumis un dossier dont il a la charge depuis des années. Il s'agit des héritiers de Hadj Thami Mezouari Glaoui qui, depuis les années 50, vivent le calvaire.
Glaoui avait laissé sa fortune avec un testament attribuant le tiers de ses biens à ses héritiers. Des biens immobiliers, terriens et des actions s'élevant un million dans une société minière dont le siège social se trouve sur l'Avenue des F.A.R. à Casablanca.
Le liquidateur judiciaire a été contacté par les héritiers à maintes reprises pour la restitution de leurs biens. Celui-ci, ayant adressé des correspondances aux intéressés qui n'ont jamais répondu favorablement à la demande des ayants droits, prétendait n'avoir aucune autorité sur eux.
Les héritiers Glaoui devaient s'adresser aux tribunaux compétents pour régler leur litige qui devenait déjà une toile d'araignée. Entre les actions et les biens fonciers expropriés par les domaines, les héritiers devaient adresser des correspondances à plusieurs instances et engager une infinité de procédures devant toutes les juridictions du royaume.
En 1993, une correspondance a été adressée à cet effet au liquidateur judiciaire au niveau de la Cour suprême réclamant l'exécution du partage et la restitution du tiers de l'héritage. En cette année-là, l'une des filles de Glaoui, Khaddouj, tombait malade. Elle présentait « un angor instable nécessitant la pratique d'une coronographie accompagnée d'une intervention chirurgicale à type de pontage aorto-coronaire à l'étranger », selon son médecin, Dr. Said Ejjennane. Le montant de cette intervention, à l'époque, était de 200.000 FF. Somme que l'héritière n'arrivait pas à décrocher pour cause de non-exécution des attendus du testament. Les tribunaux examinaient encore les dossiers et les parties adverses avaient recours à toutes les méthodes dilatoires pour retarder les jugements et arrêts qui permettaient aux héritiers Glaoui de récupérer leur héritage. C'est ce qui ressort d'un jugement daté du 22 février 2001 qui souligne qu'au cours de l'audience du 11 mars 1996, la défense des héritiers Glaoui avait présenté à la Cour une requête disant que « la réponse du liquidateur judiciaire n'était pas convaincante et que celui-ci cherchait à retarder la procédure… ». La défense a même remis au tribunal une copie de la correspondance qui leur a été adressée par le Cabinet du Palais Royal ordonnant l'exécution du testament selon les textes de loi et l'application des textes et procédures qui facilitent cette exécution. Pourtant, l'affaire traîne encore. Cet exemple est malheureusement significatif quant au traitement des dossiers relatifs aux conflits de l'héritage par notre Justice. Des centaines de dossiers et de procédures, des milliers d'audiences et de plaidoiries, autant de jugements et d'arrêts pour une seule affaire. Si l'on devait évaluer la quantité d'énergie déployée de part et d'autres, il y aurait de quoi se contenter de naître pauvre et de vivre au jour le jour au lieu de courir derrière un mirage et hériter de maladies…incurables !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.