L'appel de Johnny Depp rejetée dans l' affaire "The Sun "    Vernissage à Salé d' une exposition collective d' art contemporain autour du patrimoine marocain    Imilchil se pare d'un manteau blanc (PHOTOS)    Consulat marocain à Valence: la société civile espagnole soutient le Maroc    Message de condoléances du roi Mohammed VI au président du Niger    Ils usurpent l'identité de Mehdi Qotbi pour acquérir des objets d'art antique    CAF : Ahmad Ahmad se scandalise et accuse la FIFA !    Arbitrage de la finale de Ligue des Champions : L'Algérien Rharbal au centre, le Marocain Jayed à la VAR    Le Fonds Mohammed VI pour l'Investissement, c'est pour bientôt !    Respect du protocole sanitaire dans les établissements scolaires : Gare aux défaillants    Contribution sociale. La vision du patronat.    Nizar Baraka : «la politique doit reposer sur les idées»    Tennis : À l'A.C.S.A... sympathique et conviviale    Evolution du coronavirus au Maroc : 4178 nouveaux cas, 340.684 au total, jeudi 26 novembre à 18 heures    Le Mexique veut en finir avec le " machisme qui tue "    Le Bahreïn décide d'ouvrir un Consulat Général à Laâyoune    Au-delà des bonnes intentions, Biden confronté à des défis internationaux complexes    « Fonds Mohammed VI pour l'Investissement »: Le Conseil de gouvernement adopte le projet de loi    Royal Air Maroc renforce son programme de vols internationaux sur Tanger    Conseil de gouvernement : voici les nominations à de hautes fonctions    Le Parlement européen vote une résolution d'urgence sur la détérioration des libertés en Algérie    Mahmoud El Idrissi a succombé à la Covid-19: Le chanteur de «Saâ Saida» n'est plus    Violence à l'encontre des femmes. Un coût énorme pour la société    Covid-19, le vaccin est là !    Belle opération de la Marine royale à Nador    UM6P : Lancement d'une grande école d'ingénieurs dans le numérique    Plusieurs eurodéputés soutiennent du Maroc    Maradona. Les buts que l'Angleterre n'a jamais gobés !    Surfacturation covid, trois cliniques privées sanctionnées    Nikol Pachinian, un héros devenu traître    France: le gouvernement détaille sa stratégie d'allègement progressif du confinement    Affaire «Hamza mon bb»: Dounia Batma réagit à la condamnation de Madimi (PHOTO)    9è Festival maghrébin du film d'Oujda sous format digital    «La septième porte»: un certain regard sur l'histoire du cinéma au Maroc de 1907à 1986    La beauté intérieure et l'essence de l'existence    Le CIO disqualifie trois haltérophiles roumains, dont deux médaillés    NBA: Indianapolis renonce au All-Star Game 2021    SM le Roi se recueille sur la tombe de Feu SM le Roi Hassan II    Le Maroc appelle à l'Union africaine au respect de la légalité et l'impératif du développement de l'Afrique    Nomination : Eric Fulcheri prend les commandes d'Arval Maroc    Guergarate : Le Maroc dit tout au Conseil de sécurité    Alerte météo : Pluie, neige et grand froid    Al-Ahly – Zamalek, une finale 100% endiablée    Agriculture : Crédit Agricole du Maroc au chevet des fédérations interprofessionnelles    Un nouveau shooting de Samira Saïd enflamme la Toile (PHOTO)    Ahmed Noureddine : «L'offensive de Guerguerat représente un tournant diplomatique de taille dans ce long combat que mène le Maroc»    L'actrice Manal Seddiki endeuillée (PHOTO)    L'ONU salue la poursuite du dialogue inter-libyen au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Héritage : le cas de la famille Glaoui : L'hémorragie inguérissable
Publié dans La Gazette du Maroc le 24 - 07 - 2009

L'héritage, au lieu de constituer une protection et une source de vie aux héritiers, devient un véritable calvaire, un labyrinthe dont très peu de personnes se sortent
C'est suite à notre dossier sur l'héritage que Me Soulimane Thaili, avocat au Barreau de Casablanca, nous a soumis un dossier dont il a la charge depuis des années. Il s'agit des héritiers de Hadj Thami Mezouari Glaoui qui, depuis les années 50, vivent le calvaire.
Glaoui avait laissé sa fortune avec un testament attribuant le tiers de ses biens à ses héritiers. Des biens immobiliers, terriens et des actions s'élevant un million dans une société minière dont le siège social se trouve sur l'Avenue des F.A.R. à Casablanca.
Le liquidateur judiciaire a été contacté par les héritiers à maintes reprises pour la restitution de leurs biens. Celui-ci, ayant adressé des correspondances aux intéressés qui n'ont jamais répondu favorablement à la demande des ayants droits, prétendait n'avoir aucune autorité sur eux.
Les héritiers Glaoui devaient s'adresser aux tribunaux compétents pour régler leur litige qui devenait déjà une toile d'araignée. Entre les actions et les biens fonciers expropriés par les domaines, les héritiers devaient adresser des correspondances à plusieurs instances et engager une infinité de procédures devant toutes les juridictions du royaume.
En 1993, une correspondance a été adressée à cet effet au liquidateur judiciaire au niveau de la Cour suprême réclamant l'exécution du partage et la restitution du tiers de l'héritage. En cette année-là, l'une des filles de Glaoui, Khaddouj, tombait malade. Elle présentait « un angor instable nécessitant la pratique d'une coronographie accompagnée d'une intervention chirurgicale à type de pontage aorto-coronaire à l'étranger », selon son médecin, Dr. Said Ejjennane. Le montant de cette intervention, à l'époque, était de 200.000 FF. Somme que l'héritière n'arrivait pas à décrocher pour cause de non-exécution des attendus du testament. Les tribunaux examinaient encore les dossiers et les parties adverses avaient recours à toutes les méthodes dilatoires pour retarder les jugements et arrêts qui permettaient aux héritiers Glaoui de récupérer leur héritage. C'est ce qui ressort d'un jugement daté du 22 février 2001 qui souligne qu'au cours de l'audience du 11 mars 1996, la défense des héritiers Glaoui avait présenté à la Cour une requête disant que « la réponse du liquidateur judiciaire n'était pas convaincante et que celui-ci cherchait à retarder la procédure… ». La défense a même remis au tribunal une copie de la correspondance qui leur a été adressée par le Cabinet du Palais Royal ordonnant l'exécution du testament selon les textes de loi et l'application des textes et procédures qui facilitent cette exécution. Pourtant, l'affaire traîne encore. Cet exemple est malheureusement significatif quant au traitement des dossiers relatifs aux conflits de l'héritage par notre Justice. Des centaines de dossiers et de procédures, des milliers d'audiences et de plaidoiries, autant de jugements et d'arrêts pour une seule affaire. Si l'on devait évaluer la quantité d'énergie déployée de part et d'autres, il y aurait de quoi se contenter de naître pauvre et de vivre au jour le jour au lieu de courir derrière un mirage et hériter de maladies…incurables !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.