Casablanca accueille l'assemblée générale de l'Union mondiale des professions libérales    Vidéo. Mine d'art de Khouribga: quand les artistes essayent de "passer le relais"    Textile : Les deux salons ont connu un beau succès, selon l'AMITH    Barid Al Maghrib étoffe son offre digitale    Couverture alimentaire : Le Maroc a atteint « un bon niveau », selon Sadiki    Le Maroc rejoint le Réseau des Autorités de prévention de la corruption    Brexit, politique étrangère… au sommet de Bruxelles    Brèves Internationales    Un Monde Fou    Brèves    Le Parquet général suscite la polémique au Parlement    BAM : L'encours des financements par Mourabaha totalise 7,17 MMDH    Maroc PME organise la Semaine de l'entreprise dans la Région de Laâyoune-Sakia El Hamra    La 4ème Commission de l'ONU exprime son soutien au processus politique au Sahara    Bachir Edkhil : L'option référendaire est caduque    Amar Saâdani : Le Sahara est marocain    Paris Jackson arrêtée en plein cœur d'Hollywood    Quand Donald Trump s'en prend à Bruce Springsteen et Beyoncé    Les glaciers suisses ont diminué de 10% en 5 ans    Insolite : Conférence record    Clasico au Camp Nou : Valverde a "confiance" malgré les violences    Réforme de la C1 : Lampard opposé à la multiplication des matches    Liga: Duel à distance entre Real et Barça    A Madagascar, l'électricité reste un produit de luxe    Bella Hadid se livre sur son état mental    La Twittoma, ou comment les réseaux sociaux servent la bonne cause    Divers    L'ANRUR, un mécanisme d'amélioration du paysage urbain et architectural    Le jour où un des acteurs de Friends a failli être renvoyé à cause de Jennifer Aniston    Pourquoi Kate Winslet s'est fait tacler par la Reine Elizabeth II    Pitt vs Jolie : Pourquoi le couple star n'a toujours pas entériné son divorce    Jack Lang : «Trésors de l'Islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar témoigne de l'histoire du Maroc»    «Pour Sama» : Le témoignage bouleversant d'une jeune mère à Alep    Le CSCA sanctionne Radio Méditerranée    Filière équine : Une stratégie créatrice de richesse    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie à guichets fermés    ITF juniors au Maroc: Le RUC passe le relais au Riad    Coupe du Trône de tennis: L'ACSA pour la 9e fois    Syrie: Washington arrache une trêve à Erdogan, en vue de la création d'une « zone de sécurité »    Les violations des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf mise à nu    Et la vie continue…dans un autre corps    Les lauréats du Prix de la culture amazighe dévoilés    Casablanca : Le groupe Akdital ouvre deux nouveaux établissements de santé    Réforme de l'enseignement. La Commission de suivi prépare sa réunion inaugurale    Loi de Finances 2020 : Benchaâboun passe l'oral devant les parlementaires    Raja. Le trésorier du club détaille le rapport financier    Météo: Le temps qu'il fera ce vendredi    Tanger : Un nouvel espace d'insertion pour les jeunes handicapés mentaux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Héritage : le cas de la famille Glaoui : L'hémorragie inguérissable
Publié dans La Gazette du Maroc le 24 - 07 - 2009

L'héritage, au lieu de constituer une protection et une source de vie aux héritiers, devient un véritable calvaire, un labyrinthe dont très peu de personnes se sortent
C'est suite à notre dossier sur l'héritage que Me Soulimane Thaili, avocat au Barreau de Casablanca, nous a soumis un dossier dont il a la charge depuis des années. Il s'agit des héritiers de Hadj Thami Mezouari Glaoui qui, depuis les années 50, vivent le calvaire.
Glaoui avait laissé sa fortune avec un testament attribuant le tiers de ses biens à ses héritiers. Des biens immobiliers, terriens et des actions s'élevant un million dans une société minière dont le siège social se trouve sur l'Avenue des F.A.R. à Casablanca.
Le liquidateur judiciaire a été contacté par les héritiers à maintes reprises pour la restitution de leurs biens. Celui-ci, ayant adressé des correspondances aux intéressés qui n'ont jamais répondu favorablement à la demande des ayants droits, prétendait n'avoir aucune autorité sur eux.
Les héritiers Glaoui devaient s'adresser aux tribunaux compétents pour régler leur litige qui devenait déjà une toile d'araignée. Entre les actions et les biens fonciers expropriés par les domaines, les héritiers devaient adresser des correspondances à plusieurs instances et engager une infinité de procédures devant toutes les juridictions du royaume.
En 1993, une correspondance a été adressée à cet effet au liquidateur judiciaire au niveau de la Cour suprême réclamant l'exécution du partage et la restitution du tiers de l'héritage. En cette année-là, l'une des filles de Glaoui, Khaddouj, tombait malade. Elle présentait « un angor instable nécessitant la pratique d'une coronographie accompagnée d'une intervention chirurgicale à type de pontage aorto-coronaire à l'étranger », selon son médecin, Dr. Said Ejjennane. Le montant de cette intervention, à l'époque, était de 200.000 FF. Somme que l'héritière n'arrivait pas à décrocher pour cause de non-exécution des attendus du testament. Les tribunaux examinaient encore les dossiers et les parties adverses avaient recours à toutes les méthodes dilatoires pour retarder les jugements et arrêts qui permettaient aux héritiers Glaoui de récupérer leur héritage. C'est ce qui ressort d'un jugement daté du 22 février 2001 qui souligne qu'au cours de l'audience du 11 mars 1996, la défense des héritiers Glaoui avait présenté à la Cour une requête disant que « la réponse du liquidateur judiciaire n'était pas convaincante et que celui-ci cherchait à retarder la procédure… ». La défense a même remis au tribunal une copie de la correspondance qui leur a été adressée par le Cabinet du Palais Royal ordonnant l'exécution du testament selon les textes de loi et l'application des textes et procédures qui facilitent cette exécution. Pourtant, l'affaire traîne encore. Cet exemple est malheureusement significatif quant au traitement des dossiers relatifs aux conflits de l'héritage par notre Justice. Des centaines de dossiers et de procédures, des milliers d'audiences et de plaidoiries, autant de jugements et d'arrêts pour une seule affaire. Si l'on devait évaluer la quantité d'énergie déployée de part et d'autres, il y aurait de quoi se contenter de naître pauvre et de vivre au jour le jour au lieu de courir derrière un mirage et hériter de maladies…incurables !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.