Covid-19 : réélu, le chef de l'ONU veut «un monde qui tire des leçons»    Un espagnol sur 5 que pense le Maroc récupèrera Sebta et Melilia    L'«Algérie nouvelle», une illusion d'optique à l'issue des législatives    Hélène Le Gal : "L'ouverture d'un consulat au Sahara est liée au nombre de Français qui y vivent"    Une consécration de l'épopée de la lutte nationale    Avec l'arrivée des MRE, les hôtels baissent leurs prix    Inauguration en grande pompe du DS Store Massira Al khadra (VIDEO)    Global Capital Bonds Awards 2021: Le Maroc décroche 3 distinctions    Royal Air Maroc : la route touristique Paris Orly-Dakhla opérationnelle    Développement durable, le Maroc trace sa voie    Finlande : le Maroc, tête de pont de la nouvelle stratégie africaine    15 aéroports marocains labellisés «Airport Health Accreditation»    Maroc-Espagne : l'opposition creuse la tombe du gouvernement Sanchez    Matteo Salvini : Le Maroc, pays le plus stable de toute la région méditerranéenne et nord-africaine    Jeune Afrique : « Paris dénonce la «captation de pouvoir» de Moscou en Centrafrique »    Nigeria : l'explosion d'un camion-citerne fait cinq morts et 13 blessés    Frontex déployée non loin des côtes marocaines ?    Ligue des champions d'Afrique : le WAC affûte ses armes avant le match retour    Premier contrat pro avec le PSG pour Kaïs Najeh    Coupe arabe U20 : Maroc – Tadjikistan ce dimanche    Reprise à Schalke avec Mendyl et Boujellab, Amine Harit absent    Football : La CAN aura bel et bien lieu au Cameroun en janvier 2022    Championnats du monde de bridge : Le Maroc qualifié    FOUZI LEKJAÂ ELU AU CONSEIL DE L'UAFA    Sonarges : le site, l'application mobile… un vent de renouveau souffle    Evolution du coronavirus au Maroc : 481 nouveaux cas, 525.924 au total, vendredi 18 juin 2021 à 16 heures    Ressources humaines dans la santé : Le Maroc peut-il gagner la bataille ? [Dossier]    Dakhla: arrivée du premier vol direct en provenance de Paris    Aïd al-Adha 1442 : 5,8 millions de têtes d'ovins et caprins identifiées    Vaccins: Israël va transférer aux Palestiniens un million de doses avant péremption    Santé privée : Akdital pose pied à El Jadida    Voici pourquoi un bon nombre de stars de la chanson française sont à Marrakech    [Interview avec Nabil Ayouch] «Haut et fort», de Casablanca à Cannes    Rabat : La joie au coeur de l'exposition « Joy »    Bientôt un prix national des meilleures publications dans les encyclopédies digitales    «Le Feu qui forge» : Une exposition collective à L'Atelier 21    La Douane met en service une nouvelle version de la plateforme digitale [email protected]    Six projets de loi d'aspect socio-économique adoptés    Pollution: 86,3% des déchets marins au niveau national sont en plastique    USA: Un mort et 12 blessés dans une série de fusillades en Arizona    « Le cinéma arabe : Expériences, visions, enjeux », nouvel ouvrage de Mohamed Chouika    Marhaba 2021 : arrivée du premier navire au port Tanger Med [Vidéos]    Concours national de langue russe    Le réalisateur de télévision Chakib Benomar n'est plus    Tifinagh...et le football    Prévisions météorologiques pour le vendredi 18 juin 2021    Le Maroc, premier pays arabe et africain à devenir «Membre Associé»    Après Biden-Poutine, Moscou salue le « bon sens » américain sur le dialogue stratégique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Héritage : le cas de la famille Glaoui : L'hémorragie inguérissable
Publié dans La Gazette du Maroc le 24 - 07 - 2009

L'héritage, au lieu de constituer une protection et une source de vie aux héritiers, devient un véritable calvaire, un labyrinthe dont très peu de personnes se sortent
C'est suite à notre dossier sur l'héritage que Me Soulimane Thaili, avocat au Barreau de Casablanca, nous a soumis un dossier dont il a la charge depuis des années. Il s'agit des héritiers de Hadj Thami Mezouari Glaoui qui, depuis les années 50, vivent le calvaire.
Glaoui avait laissé sa fortune avec un testament attribuant le tiers de ses biens à ses héritiers. Des biens immobiliers, terriens et des actions s'élevant un million dans une société minière dont le siège social se trouve sur l'Avenue des F.A.R. à Casablanca.
Le liquidateur judiciaire a été contacté par les héritiers à maintes reprises pour la restitution de leurs biens. Celui-ci, ayant adressé des correspondances aux intéressés qui n'ont jamais répondu favorablement à la demande des ayants droits, prétendait n'avoir aucune autorité sur eux.
Les héritiers Glaoui devaient s'adresser aux tribunaux compétents pour régler leur litige qui devenait déjà une toile d'araignée. Entre les actions et les biens fonciers expropriés par les domaines, les héritiers devaient adresser des correspondances à plusieurs instances et engager une infinité de procédures devant toutes les juridictions du royaume.
En 1993, une correspondance a été adressée à cet effet au liquidateur judiciaire au niveau de la Cour suprême réclamant l'exécution du partage et la restitution du tiers de l'héritage. En cette année-là, l'une des filles de Glaoui, Khaddouj, tombait malade. Elle présentait « un angor instable nécessitant la pratique d'une coronographie accompagnée d'une intervention chirurgicale à type de pontage aorto-coronaire à l'étranger », selon son médecin, Dr. Said Ejjennane. Le montant de cette intervention, à l'époque, était de 200.000 FF. Somme que l'héritière n'arrivait pas à décrocher pour cause de non-exécution des attendus du testament. Les tribunaux examinaient encore les dossiers et les parties adverses avaient recours à toutes les méthodes dilatoires pour retarder les jugements et arrêts qui permettaient aux héritiers Glaoui de récupérer leur héritage. C'est ce qui ressort d'un jugement daté du 22 février 2001 qui souligne qu'au cours de l'audience du 11 mars 1996, la défense des héritiers Glaoui avait présenté à la Cour une requête disant que « la réponse du liquidateur judiciaire n'était pas convaincante et que celui-ci cherchait à retarder la procédure… ». La défense a même remis au tribunal une copie de la correspondance qui leur a été adressée par le Cabinet du Palais Royal ordonnant l'exécution du testament selon les textes de loi et l'application des textes et procédures qui facilitent cette exécution. Pourtant, l'affaire traîne encore. Cet exemple est malheureusement significatif quant au traitement des dossiers relatifs aux conflits de l'héritage par notre Justice. Des centaines de dossiers et de procédures, des milliers d'audiences et de plaidoiries, autant de jugements et d'arrêts pour une seule affaire. Si l'on devait évaluer la quantité d'énergie déployée de part et d'autres, il y aurait de quoi se contenter de naître pauvre et de vivre au jour le jour au lieu de courir derrière un mirage et hériter de maladies…incurables !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.