Les contrôleurs aériens suspendent leur grève    Ahmed Réda Chami : « Le Maroc est fortement engagé sur la voie de l'utilisation des transports réduisant l'empreinte carbone »    Devoxx Morocco. Au delà des lignes de code, les développeurs innovent    Nador: Mise en service d'un centre d'Hémodialyse et un centre d'Oncologie    Au Maroc, l'inflation accélère à 7,8 % sur un an, nouvelle baisse de la consommation    Mondial de football pour amputés : L'équipe nationale ne jouera pas les demi-finales    Sous le Haut patronage du Roi Mohammed VI, 14ème édition du Festival de la mode en Afrique à Rabat pour promouvoir le secteur    Le Maroc réagit au démenti de l'ambassade de France sur la censure de l'interview de Ferhat Mehenni sur CNews    Education: le statut des enseignants-cadres désormais uniformisé à travers un décret    Messi fait une annonce fracassante pour le Mondial au Qatar (VIDEO)    Photos. Voulez-vous louer la villa de Diam's à Marrakech ?    Consécration des tables rondes et renouvellement du mandat de la MINURSO    Détournement de fonds à la mairie de Marrakech: le verdict est tombé pour l'ancien maire    Football : la candidature Maroc-Espagne-Portugal au Mondial 2030 otage de la mémoire courte européenne ?    Fustal : La liste des joueurs convoqués pour les matchs amicaux Maroc-Brésil    Bourse de Casablanca: Clôture dans le vert    Migration : L'Union européenne souligne «l'engagement fort» du Maroc    Covid-19/Maroc : 135 cas actifs à l'échelle nationale (0.01%)    Inflation: une nouvelle rallonge budgétaire de 12 MMDH (Conseil de gouvernement)    Le Maroc et l'Arabie Saoudite concluent un accord de transport aérien    Casablanca : Halte aux charrettes à traction animale !    Standard&Poor's plus optimiste que la Banque Centrale    Le Conseil de gouvernement approuve un projet de décret déterminant l'organisation du ministère de la justice    [Vidéo] Alger: tentative de suicide d'un policier    La chaine CNews mise à nu après l'annulation d'une émission consacrée au leader du MAK, Ferhat Mehenni    Mohamed Mehdi Bensaid à l'AG de la FAAPA: «Une nouvelle Afrique se dessine»    À Alger, un policier harcelé par sa hiérarchie tente de se suicider    Botola: découvrez le programme de la 5ème journée    Championnat arabe de cyclisme sur piste (1ère journée) : Le Maroc remporte trois médailles, dont deux en or    Mondial de football pour amputés: le Maroc écrase l'Argentine et file en quarts (VIDEO)    Le capitaine Ibrahim Traoré officiellement nouveau président du Burkina Faso    Symposium de l'eau à Casablanca: Focus sur l'efficacité et la sécurité hydriques au Maroc (VIDEO)    Annie Ernaux remporte le prix Nobel de littérature 2022    Quand la numismatique nous raconte l'Histoire !    Fès : Enquête judiciaire contre un policier accusé d'attentat à la pudeur sur une mineure    L'OPEP+ réduit considérablement la production de pétrole    Mondial féminin U17 : Le Maroc s'incline face à son homologue chilienne en match amical    Sécurité : Une délégation de l'OTAN s'est rendue au Maroc    Décès de 66 d'enfants en Gambie: l'OMS ouvre une enquête concernant 4 sirops contre la toux    Exposition « Regard à travers l'art» : Une invitation à l'observation et à la révélation    Une 3ème édition à l'espace Toro et pour tous les goûts    250 cavaliers au 16ème Festival de tbourida à Inezgane    Cacao. La Côte d'Ivoire maintient son leadership    Rabat, Casablanca, Marrakech, Tanger...des températures assez douces ce jeudi    Khaled Nezzar. Le grand comploteur contre le Maroc serait agonisant    Voici le temps qu'il fera au Maroc, ce jeudi 6 octobre 2022    Mathafi : lancement du programme d'initiation à l'art    Le Maroc et la France appelés à préserver leur relation et à la projeter face aux nouveaux défis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ah ! Messieurs les juges !
Publié dans La Gazette du Maroc le 08 - 12 - 2003

Maintenant, c'est aux juges d'accuser ! Il paraît, justement, qu'il y a une lame de fond qui secoue la profession et fait courir les magistrats. Un procès, comme un autre, mais sur la place publique. L'histoire a fait la “une” de certains hebdos de la place. Les uns en ont fait leur miel, d'autres un pis-aller à des fins non avouées. Ceux-là ne sont pas des collègues, Dieu merci. Commençons par le début : c'est Monsieur Erramach, le jeune délinquant et non moins diaboliquement intelligent trafiquant de drogue qui a secoué le cocotier. L'affaire a défrayé la chronique et continue même de faire sourciller (c'est Erramach en arabe) des inconnus. Errammach on s'en souvient a “balancé” pas mal de magistrats.
Une balance contre une autre, et voilà cinq magistrats, mouillés jusqu'à la toge, dira-t-on, qui sont interpellés par le ministère, écroués et envoyés par la suite aux geôles de Salé. La manière, juge-t-on, du côté des juges n'est pas très… juste. Donc, pas du tout catholique. On passe de la balance au tocsin, mais un magistrat, argumentant les indignés parmi leurs collègues, ne jouit pas moins d'une immunité judiciaire qui, le cas échéant, n'a pas été respectée. Cela a un nom : l'abus du pouvoir exécutif. Quand on respecte la justice, les magistrats, il faut les prendre à la lettre. Dont acte. On demande la suite de l'histoire : il faut toujours avoir à l'esprit qu'il y a deux choses à éviter. Deux maux.
L'un, le moindre, consiste à subir l'injustice. L'autre, le plus grave, à la commettre. Ça, c'est aussi vieux que l'aiguille de la… balance d'un justicier.
On laisse le mal de commettre l'injustice pour un de ces quatre. On se contente de ce qui nous intéresse : les cinq juges, malmenés et menés en bateau jusqu'à la prison, selon leurs défenseurs, ont, eux, subi l'injustice. Intolérable, donc. Voilà pour l'information. La suite, maintenant : un magistrat du Conseil supérieur a vraisemblablement pris la défense (c'est rare aussi), de ses collègues.
Par souci de justice, bien évidemment. Et surtout, pour mettre la pendule à l'heure. C'est que l'humiliation, ajoute-t-on, est très grande et la réaction doit être de facto très vive. S'ensuit un mouvement de pétitionnaires et de pétitions, qui, à en croire Al Bidaoui, Al Ayyam et autre Assahifa, a mobilisé 1.200 juges. Pas moins ! Tous ont signé, en bonne et due forme, une pétition “contestataire” adressée au Roi. On le voit très bien, on n'est pas toujours très regardant sur les “vices de forme”. Passons, on ne cherche pas à nuire, ni à “balancer” quiconque. On fait le constat, c'est tout. Personne, selon les pétitionnaires, ne prétend défendre les magistrats mis en cause. Ceux qui ont enfreint les lois, doivent répondre de leurs actes. Ce n'est que justice.
Alors ? Alors ce sont les conditions d'arrestation qui sont mises à l'index. Donc : ni innocents, ni coupables ? Cela rappelle une phrase que l'on attribuait à Voltaire : “il y a des demi-preuves, c'est-à-dire des demi-vérités, il est clair, qu'il y a des demi-innocents et des demi-coupables. Nous commençons par leur donner une demi-mort”. Il a le sens de l'humour le vieux Voltaire. Il est loin d'imaginer la suite : un branle-bas et une pétition qui entraîne une autre. On y crie au scandale. Les signataires dénoncent la manipulation, la mauvaise foi. Qui croire ? Quoi qu'il en soit, ce charivari est inquiétant. La moitié du corps n'est pas d'accord avec l'autre. Pour le simple citoyen : 50 % donc des magistrats ont tort quelle que soit la pétition.
A mettre le tout en balance, il y a de quoi avoir peur. Tout ça pour ça ? Des pétitions, des sorties médiatiques, des campagnes… Rien que pour nous convaincre que la moitié -au moins- des magistrats ont tort. Le corps est divisé en deux parties : elles s'accusent mutuellement ! Franchement, loin de moi l'idée de défendre le ministère ou le ministre. Les deux, au moins, ne font qu'un.
Ensuite, le ministre doit se défendre, lui-même. Mais re-franchement, ce qui incite à chercher la bêtise dans tout ça, ce n'est pas “la nécessité” de trouver un défaut, mais plutôt le refus d'un excès inutile. Surtout, quand Me Ziane s'en mêle et tente de prendre la défense d'une partie contre l'autre. Sans balancer ses idées, Ziane lance : “il n'y a pas d'hommes” ! Ça, ce n'est pas avilissant, paraît-il ? On en passe et des meilleures.
La vérité, on n'innocente pas un homme qui n'a rien fait. Ce n'est pas le fond de la forme de la question. Il n'y a qu'un seul perdant. L'image de marque de la justice. Tous en pâtiront, certes, car Dame Justice peut être aveugle, mais elle ne peut se permettre d'être insensée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.