10.000 dollars d'amende pour la fédération algérienne    Classement : La Tunisie rentre bredouille    Ankara défie Bruxelles    Nouvelle économie: les territoires, faiseurs de nations    Internet mobile: L'effet accélérateur du smartphone    Casa malade de ses moyens de transport    Les budgets des collectivités territoriales enregistrent un excédent de 5,4 MMDH    Managem et Injaz Al-Maghrib présentent le bilan de leurs programmes de formation à l'entrepreneuriat    Les projets de loi relatifs aux soulaliyates adoptés en commission à la Chambre des représentants    Avant Trump, Clinton n'était pas épargné par la diplomatie britannique    « Renvoyez-la! »: Le ton de la campagne Trump est donné    Réunion du Bureau de la Chambre des représentants    Bouillon de culture    Troisième marche du podium pour le Nigeria    De "captain" Mahrez à la révélation Bennacer Le carré d'as algérien    Hicham El Idrissi : Il ne faut pas compter sur des joueurs qui ne veulent plus jouer pour le KACM    La syphilis regagne du terrain    Drame d'Imlil. Peine capitale pour les trois principaux accusés    Turquie: 17 morts dans l'accident d'un minibus de migrants    Contrairement à Nicki Minaj, 50 Cent et Janet Jackson chanteront en Arabie Saoudite    "Les Enfants de la mer", un film d'animation écologiste et spirituel    Le court-métrage en fête à Ifrane et Azrou    OMS: l'épidémie d'Ebola est une "urgence" sanitaire mondiale    Fouzi Lekjaa nommé 2ème vice-président de la CAF    Projection du film «Tel Aviv on Fire» à l'IF d'Oujda    El Akademia Master class : L'Orchestre national des jeunes du Maroc régale    Migration illégale. Comment retenir les mineurs au Maroc    Procès Imlil. La Cour met l'affaire en délibéré    Pour renforcer sa contribution au marché financier marocain : L'AMMC se dote d'un conseil scientifique    Gnaoua Festival : Berlin en transe en août prochain    Le 10è festival «Timizart» d'argent du 18 au 22 juillet à Tiznit    Algérie-Sénégal : La CAF change l'arbitre de la finale !    Le FMI appelle à des réformes ambitieuses du marché du travail    Instagram masque les likes dans six pays    World's Coffee Growers Seek to Set Minimum Price to Help Poor Farmers    Apollo's Code: Meet the Computer Programmer Who Landed Us on the Moon    Le Néerlandais de Ligt signe à la Juventus Turin    Terres soulaliyates. La commission adopte trois projets de loi    Nezha Hayat décorée par le Roi d'Espagne Felipe VI    Carola Rackete, capitaine du Sea-Watch 3, s'explique devant les magistrats    Objectif Downing Street : Ultimes plaidoyers des deux candidats    Promotion de l'emploi dans le secteur de l'aviation civile : L'ONDA et l'Anapec s'allient    Accès à l'eau potable : L'AFD et l'ONEE signent un accord de 101 millions d'euros    Loi-cadre sur l'Education: PJD et Istiqlal, porte-drapeaux de l'obscurantisme ?    Une saga nommée «Megri»    Une faille d'Android permet aux hackers d'accéder à vos photos    Présentation du projet de politique publique intégrée pour les personnes âgées    Biennale d'art contemporain. Rabat, capitale artistique de la rentrée !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De l'acier au caviar
Publié dans L'Economiste le 27 - 10 - 2017

Installé dans une petite ville du nord de l'Italie, Agroittica Lombarda est le principal producteur de caviar cisalpin. Il doit sa réussite internationale à son modèle d'économie intégrée, référence dans le domaine du développement durable. Ce cas d'école repose sur la réutilisation des eaux usées du secteur industriel de l'acier au profit de la production de l'une des denrées les plus luxueuses au monde: le caviar. Tout a commencé dans les années 1970, quand l'aciérie Feralpi s'est associée à un biologiste californien pour trouver un débouché aux immenses quantités d'eau et de chaleur gaspillées au cours du processus de fabrication de l'acier.
La pisciculture a fourni la solution. À Calisano, une petite ville située à moins de 30 kilomètres de Brescia, Agroittica Lombarda a d'abord créé un élevage d'anguilles dans les années 1970, avant de se tourner vers les esturgeons dans les années 1980. L'exploitation utilise aujourd'hui les excédents de chaleur de l'usine Feralpi pour maintenir à une température optimale ses plus de 60 hectares de bassins, où évoluent 500.000 esturgeons blancs. L'Italie possède une tradition d'épicerie fine. Agroittica Lombarda compte parmi les tout premiers artisans de cette réputation dans le domaine de la production de caviar. Elle commercialise l'essentiel de ses produits sous le nom de marque Calvisius.
Le caviar le plus prisé au monde provient des esturgeons sauvages de la mer Caspienne, mais en 1998 la Convention sur le commerce des espèces en danger (CITES) a restreint la pêche de cette espèce, avant de l'interdire totalement en 2010. En 1978, 140 millions de poissons vivaient dans l'océan Pacifique, mais dès 2001, leur population connaissait déjà une forte baisse. «Cela a incontestablement favorisé le développement du caviar d'élevage», souligne le directeur marketing d'Agroittica Lombarda, Stefano Bottoli.
Agroittica Lombarda figure aujourd'hui parmi les principaux producteurs de caviar mondiaux, avec plus de 24 tonnes chaque année, dont plus de 20 destinées à l'export, et satisfait 30% de la consommation totale de caviar – soit l'équivalent de deux fois la somme des exportations des deux poids lourds de la production mondiale de caviar, la Russie et l'Iran, inférieure à 10 tonnes par an. La réussite de ce modèle économique se fonde sur la récupération d'énergie: l'énergie de l'usine chauffe les équipements de l'exploitation, tandis que les eaux de la pisciculture refroidissent l'usine. Les deux sites de production réalisent ainsi des économies.
Ce modèle témoigne également de la capacité d'une démarche de développement durable à entraîner un bénéfice substantiel. Agroittica Lombarda produit du caviar dans des conditions respectueuses de l'environnement. Parmi les plus vastes élevages d'esturgeons au monde, elle produit jusqu'à six espèces. Les esturgeons sont maintenus en bonne santé dans de l'eau de source fraîche et surveillés en permanence par les biologistes. Un échangeur de chaleur utilise les températures élevées de l'aciérie pour maintenir la pouponnière au-dessus de 20 °C, et les autres bassins à une température oscillant entre 16 et 18 °C.
Le monitorage par ultrasons des femelles, toutes équipées d'une micropuce, permet de déterminer le moment idéal pour l'extraction des oeufs (20 kg par poisson). Certains poissons peuvent dépasser une longueur de trois mètres et peser 500 kilogrammes. Rien n'est jeté: la chair se consomme et la peau s'utilise pour fabriquer des ceintures. «Hormis la chair de l'esturgeon, nous tentons de mettre au point une solution pour commercialiser le cartilage du poisson, la peau et l'huile présents dans les cosmétiques et la médecine régénératrice». Lelio Mondella, directeur général d'Agroittica Lombarda, affirme son ambition: «[...] bâtir une seconde ère, celle du caviar italien».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.