Le Maroc et la Mauritanie veulent renforcer leur partenariat    Le ministre palestinien des Affaires étrangères salue l'appui constant du Monarque à la question palestinienne    Affaire Leila S : Me Zahrach va porter plainte contre les avocats de l'accusation pour injures publiques    Annulations de festivités et d'événements en cascade à Marrakech    U.S. Stocks Climb as China Pledges to Support Businesses    Une nouvelle condamnation dans l'affaire « Hamza mon Bb »    Cash Plus accompagne le groupe Fnaire pour leur 20 ans de carrière à Paris    Janvier noir pour le marché automobile européen    La Chine retire leur accréditation à trois journalistes du Wall Street Journal après un titre controversé    Le MAE palestinien a évoqué le roi Mohammed VI    Fès: un chauffeur de camion arrêté dans une station-service    Le Sahara, toile de fond des entretiens entre Ould Errachid et des responsables chiliens et panaméens    Omar Balafrej : «Non, je ne suis pas athée»    Coupe arabe U20 : Le Maroc s'impose devant le Bahreïn    Le tennis de table casablancais à l'honneur    La pièce «Daïf Al Ghafla» présentée à Bruxelles    Salfaous Band dévoile «Gher Nta»    Marrakech s'électrise !    Un week-end fructueux pour les Lions de l'Atlas    Le Sahara, future pierre angulaire de la coopération Sud-Sud    Secteurs régulés : qui s'occupe de la concurrence ?    Le paiement en ligne reste modeste malgré sa progression    Le président français annonce des mesures contre le «séparatisme islamiste», et la fin des imams détachés    Coronavirus: Des passagers du paquebot débarquent au Japon, plus de 2.000 morts en Chine    Haro sur Bloomberg: Le milliardaire attendu au tournant pour son premier débat démocrate    Jeff Bezos crée un fonds « pour la Terre » doté de 10 milliards de dollars    ENYAQ: le prochain SUV 100% électrique de Skoda    Véhicules électriques: Volkswagen et E.ON développent la charge ultrarapide    15 longs métrages, dont Adam, en lice    La CGEM lance 1 milliard DH de commandes pour les TPME d'Intelaka    Foot : La Bundesliga dépasse les 4 milliards d'euros de chiffre d'affaires    La Commission européenne salue les efforts du Maroc en matière de réformes fiscales    Le Chili porte un coup dur aux séparatistes    Voici le temps qu'il fera ce mercredi    Le Japon considéré comme le premier employeur privé étranger au Maroc    Divers Economie    L'appel de l'USFP aux partis de la majorité et de l'opposition à un débat sur la réforme du système électoral    Les gouvernements se doivent d'accorder aux gens les droits dont ils ont besoin    Des étudiants à l'origine d'une campagne de sensibilisation dédiée à la santé mentale en milieu universitaire    Divers    Battu par Man United, Chelsea sous haute pression    Guardiola et Sterling resteront à City même sans Coupe d'Europe    La question du jour : Mattéo Guendouzi peut-il être sélectionné en équipe nationale ?    Nouveau coup de filet en Turquie contre le mouvement du prédicateur Gülen    Quelles voies d'émergence pour le Maroc ?    Signature d'une convention actant une forte baisse des primes d'assurance pour les bénéficiaires du programme "Intelaka"    Abdallah Baida, un explorateur des mots    Patrick Sébastien tacle Nagui et France 2    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tanger: Grogne autour des horodateurs
Publié dans L'Economiste le 09 - 07 - 2018

Les horodateurs ont essaimé au niveau de plusieurs artères de Tanger entraînant la levée de boucliers de citoyens (Ph. MJ)
Huit ans après, les horodateurs sont revenus dans les rues de Tanger. Et avec eux, leur lot de réclamations de la part des usagers. Mais cette fois, réseaux sociaux aidant, la résistance s'avère pugnace, surtout contre la pose des sabots.
Un groupe créé sur Facebook contre les sabots compte à date d'aujourd'hui plus de 23.000 membres, 5.000 de plus en une seule semaine. Sur ce groupe, les usagers ont commencé d'abord par raconter leurs mésaventures avec les sabots avant de passer à l'action et livrer, vidéos à l'appui comment les enlever.
Des groupes de résistance et de veille ont même été créés pour venir en aide aux malheureux automobilistes, immobilisés par le sabot. Une pétition a même été lancée pour demander à la Commune de Tanger de revoir le cahier des charges de la gestion de ce service. Elle devait être appuyée par une manifestation prévue jeudi dernier, mais les autorités craignant tout débordement ont tout simplement refusé d'accorder leur autorisation.
En plus de la Mairie, les usagers visent la société en charge de la gestion des horodateurs, la Somagec Parkings. Cette dernière, à la suite de la signature d'un contrat de gestion déléguée s'est vue attribuer la construction de parkings souterrains à Tanger et l'exploitation des horodateurs dans les environs de ces parkings.
L'objectif est d'encourager les usagers à utiliser les parkings au lieu d'encombrer les rues. Premier grief, le prix. A 3,50 DH l'heure, de 9 heures à minuit en été, les tarifs sont jugés excessifs, d'autant plus que les machines ne rendent pas la monnaie. Pour Mehdi Bouhriz, directeur de la Somagec Parkings, ce dernier point est commun à tous les services de ce genre, même dans d'autres pays comme l'Espagne où les horodateurs ne rendent pas la monnaie, c'est à l'usager de «se débrouiller».
Par contre il se montre plus sensible à l'aspect en affirmant qu'il y a matière à discuter. «Je suis conscient qu'il y a des aspects à améliorer parmi lesquels le prix qu'une renégociation du contrat avec un rallongement de la durée pourrait tirer vers le bas» affirme le responsable de la société. D'autant plus que des solutions alternatives existent, selon Bouhriz comme l'abonnement mensuel à seulement 200 DH qui permet de stationner partout en zone horodateur sans limite de temps.
L'autre grief est le sabot. Pour les usagers, cette immobilisation forcée du véhicule est illégale, plusieurs jugements ont d'ailleurs versé dans ce sens. En avril 2015, la cour d'appel administrative de Rabat avait confirmé le jugement en première instance à l'encontre de la société gestionnaire des horodateurs et démontré l'illégalité de l'immobilisation des véhicules à l'aide d'un sabot.
En outre, les anti-sabots reprochent à la Somagec Parkings l'irrégularité des procès-verbaux d'immobilisation, une attribution exclusive des agents de la Commune qu'elle ne peut déléguer. Pour Bouhriz, les PV sont établis par des employés de la Commune. Actuellement, ils sont 5, mais il est prévu d'en tripler le nombre.
A noter que le projet de parkings avait été lancé en 2014 par la Mairie de Tanger. Après plusieurs appels d'offres infructueux, il a été attribué à la Somagec Parkings. L'investissement est de 600 millions de DH pour la construction de près de 3000 places de stationnement réparties sur plusieurs parkings souterrains à la corniche et au centre-ville dont 420 millions de DH en fonds propres et un retour sur investissement sur 30 ans.
Tanger Park, un exemple malheureux
Tanger n'en est pas à son premier essai avec la gestion du stationnement et des horodateurs. L'expérience démarre en 2001 avec Tanger Park. Mais en 2010, la Mairie résilie le contrat qui la liait avec la société. Le motif n'était autre que le retard dans le paiement des redevances aux caisses de la mairie, l'activité n'étant pas réputée économiquement viable.
Malgré tout, ce système avait permis de maintenir et de contenir la pression du stationnement au centre-ville et dans quelques artères périphériques surtout commerciales. Or avec l'augmentation de la population de la ville, le besoin devenait urgent de se doter d'une nouvelle politique de gestion en ce sens, permise par les nouveaux parkings souterrains.
De notre correspondant permanent, Ali ABJIOU


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.