Souhail: la décision opportune pour faire tourner la machine    Crise sanitaire : Vivo Energy Maroc offre une dotation en carburant aux véhicules médicalisés    91 nouveaux cas, 1275 cas cumulés ce mercredi à 18H, et 97 guérisons    Dr Souad Jamaï: «ce que le confinement a changé dans ma vie?»    Les Marocains bloqués à l'étranger sollicitent l'intervention du Roi    Les confessions de Benatia sur son passage à l'AS Rome    La culture, un réconfort en crise en période d'anxiété    La controverse fait rage entre les écoles privées et les parents d'élèves    L'Espagne retrouve l'espoir dans la gestion de la pandémie    A l'heure de la pandémie, la Pologne adopte le vote par correspondance…    Le Wisconsin vote en pleine pandémie    Aicha Lablak: «La priorité aux questions en liaison avec l'état d'urgence sanitaire»    BVC: les sociétés du Masi devraient verser près de 19,3 MMDH de dividendes    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents de Taroudant et Tata    Avis Locafinance : une flotte de véhicules à disposition du personnel soignant    Recherche Covid-19 : Les pays les plus actifs selon le Coronavirus Research Index    Coronavirus : 83% des entreprises en arrêt total de travail selon une étude    Coronavirus : Autoroutes du Maroc applique les dernières recommandations    Coronavirus : le GPPEM propose son expertise aux SDL    Confinement : l'Institut du monde arabe se virtualise et lance #LImaALaMaison    Grâce à la campagne : 24 élèves du douar Islane bénéficient de tablettes numériques    La récession de l'économie mondiale anticipée par Coface    Ahmed Ghazali : «Nous anticipons un réel effondrement des indicateurs d'activité»    Mobilité, logements et restauration assurés : Une chaîne de solidarité au profit du corps médical de Marrakech    En collaboration avec GE Healthcare : Ford produira 50.000 ventilateurs respiratoires dans son usine du Michigan    Une œuvre conçue en plein confinement : «Guelssou feddar», un nouveau single de la chanteuse Bouchra    Remaniement partiel : El Firdaouss nommé ministre de la Culture, Amzazi porte-parole du gouvernement    Pour une application stricte de l'obligation du port du masque    L'engouement culturel à l'ère du confinement    Mesures exceptionnelles pour le bon déroulement des travaux de la session parlementaire    Session du printemps : Les parlementaires en mode crise    Driss Lachguar : La grâce Royale est hautement noble et humaine    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Le Premier secrétaire à la Fondation Fkih Titouani    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Confiné en famille, Michel Drucker se rend utile    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Irrigation: Une solution pour économiser l'eau
Publié dans L'Economiste le 19 - 02 - 2020

«Sur l'olivier (région du Haouz), la dose de 4 ml par mètre carré et l'apport de 75% de l'eau d'irrigation a permis une économie de 25% d'eau et une hausse de 32% du rendement», constate l'Inra. Mieux, la croissance des jeunes pousses s'est améliorée de 15%, ce qui se traduira par une meilleure production l'année suivante. Il en est de même de l'amélioration de la teneur en huile: 2,4%
La quête d'économie d'eau gagne en solution. Un produit mis au point en Hongrie fait son entrée au Maroc: «Wa­ter Retainer». Un rétenteur d'eau. Selon ses promoteurs, ce rétenteur d'eau per­met davantage d'économie d'eau. S'il est couplé à la micro-irrigation, l'écono­mie induite atteindrait 70% par rapport à l'arrosage par système gravitaire ou par aspersion.
Pour le moment, les résultats des essais menés par l'Institut national de recherche agronomique, dont L'Econo­miste détient copie, sont probants. Water Retainer permet à lui seul une économie d'eau de 25 à 30% sur diverses cultures et dans les différentes régions du pays. Ce gain résulte de la récupération des pertes dues à l'infiltration, l'évaporation et à la transpiration des végétaux.
De même qu'il absorbe une partie de l'hu­midité de l'atmosphère et la transforme en liquide qui sera conservé dans le sol. Le tout, avec le maintien des mêmes rendements. C'est dire le gain pour les exploitants équipés en système de micro-irrigation qui sont facturés au compteur.
«De plus il s'agit d'un produit d'ori­gine végétale autorisé en agriculture biologique», souligne Mustapha Hansali, PDG de Cali Maroc, importateur exclu­sif. Dès sa mise au point, il a été classé officiellement en tant que conditionneur du sol dont il améliore la structure et les propriétés physico-chimiques. Sa nature le dispense des études toxicologiques exigées pour l'homologation de pro­duits de traitement en agriculture. «D'où l'agrément accordé par l'Office national de sécurité sanitaire des produits alimen­taires (ONSSA)», se félicite Hansali.
Son emploi est très simple, il peut être utilisé par les petits agriculteurs et dans les grandes exploitations, moyen­nant n'importe quel pulvérisateur. Pour­vu que les règles sanitaires soient obser­vées.
Le Water Retainer est déjà autorisé à la vente dans 12 pays dont l'Angle­terre, la Hongrie, l'Inde, la Colombie, le Pakistan, le Kenya, la République de Malte, la Pologne, la Croatie, la Slové­nie, la Slovaquie et le Maroc.
Pour le moment, aucune estimation de son coût n'a été avancée. L'impor­tateur exclusif vient de lancer une cam­pagne de sensibilisation auprès des au­torités concernées et des organisations professionnelles. Dans l'objectif de le subventionner à l'instar du système de micro-irrigation. Son encouragement est jugé incontournable dans la mesure où les achats sont facturés départ usine.
La Hongrie n'ayant pas de façade mari­time, c'est l'importateur qui se charge du transport terrestre et maritime. Or, le coût du transport peut varier selon le mode du fret: conteneur ou palletisation.
En cette année qui se caractérise par un retard des pluies, le pays gagnerait donc à déployer cette solution.
A.G.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.