1ère édition de «Talents Africains» : Attijariwafa bank allie les jeunes et compétences pour l'avenir du continent    Algérie : Une économie au bord de la banqueroute    Dialogue libyen : les efforts marocains salués par le Parlement arabe    Attentat de Nice: nouveau rebondissement    En 9 mois, les tribunaux du Royaume ont enregistré plus d'un million d'affaires    Mais où est donc Charlemagne ?    Casablanca : 12 ans de prison ferme pour avoir abusé d'une mineure    Covid-19: la mort rôde partout, surtout à Casablanca    Casablanca-Settat : les détails du plan stratégique 2020-2022 du CRI    Vaccin grippal : le Ministère de la Santé rationne les quantités et met les pharmaciens en difficulté    Météo: temps brumeux ce vendredi au Maroc    Malaisie. Mahathir veut tuer des millions de Français    MCA/OCDE : Convention de partenariat pour l'amélioration des pratiques dans l'enseignement secondaire    Et revoilà Benkirane, le retour!    Vaccin anti-grippal: le risque de pénurie se précise    Nizar Baraka présente ses condoléances à la famille de Mohamed Melihi    Condoléances du Roi Mohammed VI à la famille de feu Mohamed Melehi    BAM: hausse du crédit bancaire en septembre    Pour l'ex-Premier ministre malaisien, les Musulmans ont « le droit d'être en colère et de tuer des millions de Français pour les massacres du passé »    Air Arabia. une liaison Casablanca – Rennes pour la première fois    Covid-19 au Maroc : De nouveaux chiffres inquiétants    Le Maroc dénonce l'attaque perpétrée à Nice    Mohamed Melehi est décédé mercredi : Un pionnier de l'art contemporain emporté par la Covid-19    Procès à distance: 8.775 audiences du 27 avril au 23 octobre    Mort de Driss Ouhab: les journalistes lui rendent hommage (PHOTOS)    Ahmed Amsrouy Belhassane, un grand capitaine de l'industrie s'en va    CRI de Casablanca-Settat : 37 MMDH d'investissements approuvés à fin septembre    Attaque dans une église à Nice: plusieurs morts et blessés (VIDEO)    Le président Erdogan a reçu un message du roi Mohammed VI    Vers la création de la Chambre de commerce maroco-kényane    Botola Pro / D1 : Youssef Fertout s'engage avec le Rapide Club Oued Zem    Ligue des champions : Dortmund n'a plus d'âme, la faute à Lucien Favre ?    Premier but de Ziyech avec Chelsea (VIDEO)    Covid-19: Confinement général en France (VIDEO)    Hamza Sahli, un marathonien ambitieux pour graver son succès aux JO deTokyo    S.M le Roi félicite Mme Bouchra Hajij suite à son élection à la tête de la CAVB    Coronavirus: nouvelles guérisons au Raja    Paris: l'artiste-peintre marocain Mohamed Melehi succombe au covid-19    Vernissage à la Villa des arts d' une exposition rétrospective de l' artiste-peintre Bouchaib Habbouli    Projection de "Mica " d'Ismail Ferroukhi au Festival du film d'El Gouna    Johnny Depp toujours en guerre contre "The Sun "    a Zambie se dote d'un consulat général à Laâyoune    Sahara marocain: quand les médias « algésariens » inventent de toute pièce une fake news    Abderrahman Ziani: La vivacité colorée    Que la paix soit sur l'ensemble de l'humanité    Ligue des champions : les résultats de la soirée    Laftit: une série de compétences propres seront transférées aux régions    Atteinte aux religions et prophètes : Le Conseil supérieur des ouléma dénonce    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ce que cherchent vraiment les Européens !
Publié dans Les ECO le 06 - 06 - 2013

Un déficit commercial qui s'engouffre, une offre exportable très peu compétitive, une concurrence de plus en plus rude. À ce jour, tous les indicateurs, ou presque, montrent que le Maroc a eu tort de s'ouvrir sur l'étranger en multipliant les accords de libre échanges (ALE). Pourtant, rien ne semble arrêter le pays qui continue d'enchaîner les négociations pour une meilleure ouverture des frontières. La dernière en date est celle concernant l'Union européenne, pour un accord qui vient approfondir les relations commerciales entre les deux parties, et qui risque, au regard de nombreux observateurs, d'enfoncer le couteau dans la plaie. Il n'est donc pas fortuit que pour l'une de ses premières sorties médiatiques, Rupert Joy, nouvel ambassadeur de l'Union européenne au Maroc ait tenu à informer quant aux ambitions et aux objectifs commerciaux de l'Union européenne au Maroc. Une journée d'information a été organisée par l'Union des chambres de commerce et d'industrie européennes au Maroc (EuroCham Maroc) à Casablanca, en vue d'éclairer l'opinion publique et les opérateurs sur les enjeux de cet accord. Le diplomate plante d'emblée le décor : «La conclusion de l'accord de libre- échange complet et approfondi (ALECA) nécessitera beaucoup de volonté de la part du Maroc, notamment pour la convergence règlementaire en vue de réussir le processus d'intégration attendu. Il faut que nous soyons tous les deux bénéficiaires d'un accord qui donnera plus d'emploi et plus d'investissements de part et d'autre», rassure l'ambassadeur. Très peu d'information avait circulé sur la nature de l'ALECA et son contenu depuis l'annonce de l'ouverture des négociations durant la visite du président de la commission européenne José Manuel Barosso en mars dernier. La délégation européenne tient ainsi à lever plusieurs ambigüités entourant la question. Comme nous vous l'annoncions sur nos colonnes (voir nos éditions du et 25 - 04 et 02 - 05 2013 ), l'ALECA sera un accord technique relatif à la convergence réglementaire. Il ne s'agit donc pas de négocier de nouvelles règles concernant l'accès au marché, vu qu'il ne s'agira pas de négociations sectorielles concernant les produits non prévus dans l'ALE originel (agricoles notamment). Ce remier point devrait donc rassurer de nombreux sceptiques. Tout l'intérêt de cet ALECA est justement de compléter l'accord de libre-échange signé en 2000 et qui prévoyait un démantèlement progressif des droits de douane pour les produits européens au Maroc à l'horizon 2012. «Après la fin de cette échéance en mars 2012, ce sont maintenant les barrières non tarifaires qui doivent sauter», expliquent les experts de la délégation européenne. Aujourd'hui, le Maroc a des difficultés pour intégrer le marché et franchir la frontière européenne». «La raison est d'abord liée à la faible convergence des normes. Beaucoup de produits marocains ne peuvent pas accéder à l'UE parce qu'ils ne sont pas en ligne avec les normes européennes», souligne Marta Moya Diaz, chef de la section commerciale de la délégation de l'Union européenne au Maroc. L'objectif est également de créer un climat des affaires plus rassurant pour les investisseurs européens et cela passe par plusieurs chantiers de réforme. «Nous sommes encore dans la phase exploratoire de cet ALECA et nous ne savons pas encore ce que cela va apporter», souligne Diaz. L'Union européenne sait toutefois ce qu'elle cherche et certaines priorités ont d'ores déjà été fixées. D'abord, la coopération douanière a besoin de renouveau. «Il faudra rapprocher les législations douanières et accélérer la mise en place du système des opérateurs économiques agréés (OEA)», affirme Marta Moya Diaz. Les règles de propriété industrielle et intellectuelle ainsi que la législation sur la concurrence devront aussi être renforcés. L'Union européenne insistera aussi sur l'amélioration des conditions de développement durable et sur l'amélioration de l'accès aux marchés publics. «Factuellement, le Maroc a déjà profité de l'ALE avec l'Union européenne et il pourra continuer d'en profiter grâce à cette convergence réglementaire. Celle-ci lui permettra dans l'avenir d'accéder à d'autres marchés au-delà de l'Europe plus facilement», souligne Diaz. Les produits marocains pourront ainsi intégrer des marchés comme ceux du Japon ou de la Russie plus facilement, grâce à une meilleure maîtrise de règles sanitaires et phytosanitaires. Les prochains rounds de négociation s'annoncent en tout cas rudes et devraient mieux nous éclairer sur les contours de ces grands axes.
L'ALECA et plus si affinités
Au-delà de l'ALECA, L'Union européenne travaille sur d'autres chantiers concernant l'élargissement des rapports commerciaux avec le Maroc. Ainsi, la délégation de l'Union compte poursuivre son travail concernant le rapprochement législatif entre les deux parties. L'objectif étant d'arriver à établir à terme une convergence réglementaire concernant tous les secteurs avec un plan national législatif de convergence. «Il n'est pas évident d'avoir une idée sur ces objectifs de convergence pour l'instant car chaque année nous mettons à jour la liste des textes et des réglementations pour chaque secteur qui doit être harmonisé», commente Marta Moya Diaz, chef de la section commerciale de la délégation. L'Union européenne tient également à poursuivre la mise en œuvre de l'Accord d'association (AELE) en améliorant notamment la nomenclature combinée au niveau de la douane, sans oublier pour autant l'implémentation des autres accords comme l'accord agricole ou celui de la pêche. L'ambition à ce niveau est de fusionner les deux accords en vue de faciliter l'exportation, notamment celle des poissons pêchés dans le cadre des quotas européens en tant que produits finis après transformation. Pour la délégation européenne, les tergiversations concernant l'accord de pêche ont permis au Maroc d'activer sa diplomatie parallèle pour mieux intégrer le Parlement européen et faire le contrepoids des lobbyings. «Un apprentissage qui s'est également fait du côté européen et qui devrait permettre de mieux appréhender ces dossiers dans le futur», soutient Diaz. En parallèle, des négociations concernant les «indications géographiques» sont en cours en vue de mieux protéger l'origine de certains produits. En déposant une indication géographique concernant l'argan marocain ou le safran, le Maroc pourra ainsi éviter de voir des produits clones commercialisés sur son marché et sur le marché européen sous la même appellation.
Les services en mode «pause»
Le dossier des services est l'un des grands chantiers sur lesquels les négociations sont en cours, bien qu'il ne soit intégré ni dans l'ALE ni dans l'ALECA. «Le dossier se trouve en pause pour le moment», explique une source diplomatique au sein de l'Union européenne. Si l'année passée était très animée concernant ce sujet, les avancées réalisées n'auraient pas été suffisantes. Les Européens estiment aujourd'hui être lésés quant aux avantages accordés aux Américains dans le cadre de l'ALE avec les Etats-Unis.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.