Libération de dix humanitaires au Niger après deux semaines de captivité    Le roi Mohammed VI a écrit au président biélorusse    Facebook : Les Arabes se déchaînent sur les homosexuels    US Round Up du vendredi 3 juillet – Bill de Blasio, Shana Moakler, Mike Pence, CBO, Miami    Votre e-magazine Challenge N°750 du vendredi 03 juillet 2020    France: Jean Castex Premier ministre à la place d'Edouard Philippe    Coronavirus : nouveau paquet européen d'assistance pour soutenir les groupes vulnérables en Afrique du Nord    Bac à Casablanca: la belle initiative du caïd de Sbata (VIDEO)    La finale de la Coupe du Portugal de football n'aura pas lieu à Lisbonne    A la demande du gouvernement, RAM devra céder 20 appareils et donc réduire ses effectifs du tiers    ONCF: 350.000 voyageurs depuis l'annonce du déconfinement    Compétences numériques : Microsoft et LinkedIn soutiennent le retour à l'emploi    Bac au Maroc: l'épreuve d'arabe a fuité sur Facebook    Coronavirus au Maroc-Situation à 10h: 246 nouveaux cas, 13.215 au total    Casablanca : Les épreuves du Bac sous haute sécurité sanitaire    Ouvertures des frontières: L'Espagne reste fermée aux Marocains, Algériens et Chinois    Laâyoune : Près de 12 tonnes de drogue incinérées    Fès: drame évité de justesse à l'ancienne médina    Tawtik.ma : Plus de 400.000 opérations gérées annuellement sur la plateforme    Remaniement : le Premier ministre français Édouard Philippe démissionne, son remplaçant désigné dans quelques heures    Un PJDiste ose : « Les Amazighs et les Juifs marocains d'Israël sont des traitres »    Interview – NoboxLab: Une startup tangéroise qui promeut la formation à distance    Forum Sino-Arabe : une alliance stratégique renforcée    Devises vs Dirham: les cours de change de ce vendredi 3 juillet    Mohamed Ziane écope d'une année de suspension d'exercice de la fonction    Musées: Le ministère de la Culture appuie la FNM    Et si Casablanca retrouvait son statut de «ville monde»?    Le Maroc réitère sa demande à Amnesty international    Plan israélien d'annexion : le groupe arabe auprès de l'Unesco, présidé par le Maroc, vent debout contre le projet    Installation à Lima du groupe d'amitié parlementaire Pérou-Maroc    Le CSPJ plaide pour la préservation de l'indépendance de la justice    Aymane Mourid signe à Leganés jusqu'en 2024    Championnat national virtuel de muai-thaï    L'appel de la Palestine à la communauté internationale pour contrecarrer l'arbitraire israélien    Le WAC se prépare à défendre son titre    Après l'allégement des mesures de confinement, la reprise des tournages fait face à une série de difficultés    Nouvelles "mesures de résistance" en faveur du cinéma    Cinq œuvres de réalisateurs marocains subventionnées par Doha Film Institute    Les allégations des adversaires de l'intégrité territoriale du Royaume mises à nu    Lions de l'Atlas. Chadli pour succéder à Revel ?    Driss Lachguar préside vendredi et samedi trois réunions régionales    Détournement de l'aide par le polisario et l'Algérie: le Parlement européen se saisit officiellement de l'affaire    Officiel: Achraf Hakimi rejoint l'Inter    Le beau message de Bachir Abdou à Saad Lamjarred (PHOTO)    « Folle de lui » de TiiwTiiw & LACRIM enflamme la toile    Ali Essafi et Tala Hadid rejoignent l'Académie des Oscars    Liga: un Marocain signe à Leganés    Visite de soutien et de solidarité du Premier secrétaire à l'Ambassadeur de Palestine à Rabat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Horaires des pharmacies : Le SPLCR se révolte
Publié dans Les ECO le 07 - 07 - 2015

Le SPLCR propose notamment la catégorisation des officines./DR
Le syndicat propose un horaire obligatoire choisi (HOC) catégorisant les pharmacies de garde. Ce nouveau mode de fonctionnement aspire entre autres à mettre fin à la mauvaise répartition géographique des officines de garde.
Un horaire H.O.C. catégorisant les pharmacies de garde: c'est ce que propose le Syndicat des pharmaciens libres de Casablanca et région (SPLCR). Le syndicat, qui se révolte contre les horaires appliqués actuellement, estime que «la réglementation actuelle relative aux tours de garde est obsolète».
Pour ce syndicat, «ce système défaillant a favorisé le clientélisme auquel s'ajoute la non disponibilité, dans les officines de garde, des médicaments spécifiques aux urgences. Il est aussi à l'origine de la mauvaise répartition géographique des pharmacies de garde». Ceci étant, cette proposition du syndicat consiste en la mise en place d'un horaire obligatoire choisi. Ce dernier tient compte de l'intérêt responsable absolu de l'accès aux médicaments de la population, mais aussi des spécificités des différents types d'officines».
S'agissant du dernier point, le SPLCR propose la catégorisation des officines (quatre catégories). Ainsi, pour la première catégorie, la pharmacie se verrait appliquer les horaires suivants: de 9h à 12h30 et de 15h30 à 20h du lundi au vendredi, le samedi, les horaires d'ouverture étant de 9h à 13h. Pour la deuxième catégorie, les horaires seraient comme suit: de 9 h à 21h du lundi au samedi, le dimanche étant facultatif. S'agissant de la troisième catégorie, les pharmacies seraient ouvertes de 9h à minuit du lundi au samedi, le dimanche étant facultatif. Enfin, pour les pharmacies de quatrième catégorie, celles-ci assureraient un service 24h/24 7j/7.
Là, le syndicat apporte certains précisions. Ainsi, pour l'application de ce système, «la présence d'un pharmacien en tout temps est obligatoire». Il est aussi question de respecter la législation du travail pour les préparateurs en pharmacie (44h / semaine). Les officines doivent également afficher clairement l'horaire d'ouverture.
Le pharmacien doit aussi signer et légaliser son engagement à respecter l'horaire choisi. «Toutefois, le changement est possible d'une année à l'autre par déclaration légalisée entre le 15 et le 30 décembre», précise le Syndicat des pharmaciens libres de Casablanca et région. Pour ce dernier, ce système permettra aux patients d'accéder, à tout moment, aux médicaments. Ce système devrait mettre fin aux conflits entre pharmaciens ainsi qu'à l'anarchie de l'affichage (flèches, panneaux).
«C'est également une opportunité donnée à tous les pharmaciens de travailler selon des horaires qui leur conviennent ainsi qu'à leur clientèle. Enfin, le système crée de nouvelles opportunités de travail pour les pharmaciens ainsi que les préparateurs en pharmacie», précise le SPLCR. Selon ce dernier, ce mode de fonctionnement est «complètement en accord avec les directives du conseil de l'ordre». Par ailleurs, l'élaboration de cet HOC de catégorisation des pharmacies de garde prend en considération les besoins horaires des officines qui diffèrent d'une structure à l'autre, selon leur emplacement. En effet, tout le monde sait que le chiffre d'affaires d'une pharmacie dépend énormément du quartier où elle est implantée. «Devrait-on interdire les pharmacies des malls d'ouvrir le samedi et le dimanche alors que ce sont les deux jours les plus importants pour elles?», se demande le SPLCR.
Histoire d'un problème qui a trop duré
Pour rappel, la problématique des horaires d'ouverture des pharmacies ne date pas d'aujourd'hui. Historiquement, les pharmacies avaient une liberté quant aux horaires d'ouverture, et ce depuis l'Indépendance du pays. «Cela ne posait aucun problème car aucun texte de loi ne parlait d'une quelconque contrainte horaire, de la même manière qu'elle n'existait pas non plus pour les médecins et les vétérinaires», note le syndicat.
Par la suite, le syndicat des pharmaciens de Casablanca a vu le jour et a eu, entre autres missions, «de gérer les dépôts de nuit pour proposer un service continu d'approvisionnement, avec pour impératif l'accès aux médicaments 24h/24». Par la suite, ces dépôts ont été fermés et ont été remplacés par le système de garde. «Ce dernier comprend des gardes nocturnes qui étaient difficilement acceptées par les officinaux», précise le SPLCR.
Ce mode de fonctionnement a créé énormément de problèmes au sien de la profession jusqu'à l'arrivée de la loi 17/04. Celle-ci a instauré la thématique des horaires d'ouverture des pharmacies. «Ces horaires étaient gérés par le Conseil régional de l'ordre des pharmaciens et soumis pour approbation à l'autorité locale, qui s'est permis de refuser cela en désignant le syndicat comme l'organisateur unique des horaires dans un premier arrêté préfectoral. Suite à cela, une action a été menée par le Conseil de l'ordre des pharmaciens, donnant lieu à l'annulation de l'arrêté préfectoral», rappelle le SPLCR.
Exerçant ses prérogatives, ce conseil, qui a poussé les pharmaciens à procéder à l'extension des horaires d'ouverture, a lancé un appel à candidatures pour des pharmaciens désireux de travailler 24h/24.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.