Pas de processus politique avec les provocateurs, les gangs ou les bandits    Simeón Oyono Esono Angue : L'ouverture d'un consulat à Dakhla reflète l'engagement de la Guinée équatoriale à soutenir l'intégrité territoriale du Maroc    UE : L'Algérie (re)dénoncée pour ses violations à répétition des droits fondamentaux    Maroc Telecom, « Top Performer RSE » pour la 7e fois consécutive    Polémique Macron et l'islam : Pogba dément avoir annoncé son retrait de l'équipe de France    Deux passeurs algériens arrêtés en Espagne (police)    Espagne. Un tableau de Picasso reproduit par Najat El Baz    La RSB renaît de ses cendres    Conjoncture : hausse de 0,3% de l'IPC en septembre dernier    Aérien : Oman Air rembourse les billets impactés par la Covid-19 au Maroc    Change: les devises étrangères contre le dirham marocain    Photo: Il y a 26 ans, la Jordanie et israël enterrent la hache de guerre    Islam de France. Erdogan se fait tirer les oreilles    Trump. L'Arabie saoudite va-t-elle signer la paix avec Israël?    Le roi Mohammed VI écrit au président autrichien    Ils ne sont forts que de nos faiblesses...    Textile : Les perspectives post-Covid décryptées par l'IMIS    Digitalisation de l'agro-industrie, une réponse agile à la crise sanitaire    La CAF signe un accord de partenariat avec l'ICSS    Portugal : Adel Taarabt prolonge avec le Benfica Lisbonne    UFC 254: Le légendaire combattant Nurmagomedov prend sa retraite    L'humidité réduirait la contamination au coronavirus [Etude]    De nouvelles mesures restrictives à Taroudant    Vaccin contre la grippe au Maroc : de longues listes d'attente chez les pharmacies!    Intervention de la brigade antigang dans la banlieue de Casablanca    Boeing et l'Université d'Arizona mettent la main dans la main : Désinfection Covid-19    El Jadida : 20 ans de réclusion criminelle pour un officier de police    Marrakech : Pour une cigarette, il met fin à la vie de son ami    Maroclear : Hausse de 6,5% de l'encours global des avoirs conservés en 2019    La Joconde débarque à Marrakech    Injaz Al Maghrib. Sicom In remporte la compétition (vidéo)    Casablanca: grave collision entre une voiture et une grosse moto (VIDEO)    Sahara: Les consulats africains dépriment l'Algérie?    Décès de Abderrazak Afilal Une icône du syndicalisme marocain s'en va    Covid-19: la situation épidémiologique à Casablanca-Settat au cœur du débat    Caricatures du Prophète : le Maroc réagit « vigoureusement »    Webinaire : La Fondation Attijariwafa bank débat de la protection des données personnelles    La Zambie se dote d' une ambassade au Maroc    Le Maroc condamne la poursuite de la publication des caricatures outrageuses à l'Islam et au Prophète Sidna Mohammed [Communiqué]    Ahmed Boukouss, recteur de l'Institut Royal de la culture amazighe    "Au détroit d'Averroès ". Une enquête ouverte sur le devenir d'une figure de la pensée    Hommage à Said Taghmaoui au Festival du film d'El Gouna    Abderrazak Afilal, fondateur de l'UGTM, n'est plus    Le blasphème dans le monde : droit ou délit ?    La Place Jamaâ El Fna renoue avec le spectacle    Pop philo, quand tu nous tiens!    Fouzia Nejjar ou le double défi    Samsung annonce le décès de son président, Lee Kun-hee    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ciments d'Afrique, stratégie «béton»
Publié dans Les ECO le 29 - 01 - 2013

Le groupe d'Anas Sefroui vient de démarrer un projet de cimenterie au Burkina pour 300 MDH d'investissement. S'attaquer à plusieurs marchés en même temps et diversifier les risques, la stratégie de l'homme d'affaires. L'Afrique de l'Ouest, un marché exutoire au ciment marocain.
Une nouvelle pierre dans la stratégie continentale du groupe d'Anas Sefroui vient d'être posée. 300 millions de DH, c'est en effet ce que devrait coûter la construction de la nouvelle unité industrielle du groupe Ciments d'Afrique (Cimaf) à Ouagadougou, au Burkina Faso. Pour info, le démarrage des travaux a eu lieu il y a moins de quinze jours dans la capitale burkinabé. Pour le commentaire, c'est tout un business adossé sur l'euphorie immobilière des marchés subsahariens, face à une offre cimentière locale très loin de satisfaire la demande, qui met en œuvre ses premiers contrats. Cimaf Burkina Faso, en l'occurrence, implantée dans la zone industrielle de Kosodo à Ouagadougou, devrait ainsi développer, à terme, une capacité de production de 500.000 tonnes de ciments par an. De plus, Addoha a également annoncé, dans la foulée, ses visées pour le marché du social. Cet investissement cimentier sera en effet suivi par l'implantation du promoteur immobilier, dont les premiers développements sur ce marché devraient porter sur la construction de 1.000 logements sociaux en plein centre-ville de la capitale Ouagadougou. En attendant, en termes de retombées directes liées à la réalisation de Cimaf Burkina Faso, un millier de nouveaux emplois devraient être créés par la phase de construction de l'usine. Quant à la phase d'exploitation, elle prévoit la création de plus de 200 nouveaux postes. Un aspect du business que les autorités locales voient d'un très bon œil, et qui a du permettre à Cimaf de s'attirer des facteurs suffisamment incitatifs à l'investissement, et faciliter ses capacités financières pour s'attaquer à plusieurs marchés à la fois.
Chantiers multiples
Il faut en effet savoir que le groupe est aujourd'hui affairé sur plusieurs chantiers, quasiment démarrés en même temps, plusieurs coups de pioche sur divers marchés de la région. Cimaf Burkina Faso est en effet le quatrième projet industriel lancé par le même groupe dans la région ouest-africaine, après la Côte d'Ivoire, la Guinée et le Cameroun. Sur le marché ivoirien, parmi les mieux dotés en potentiels immobiliers et mué par une véritable phase de «reconstruction», Cimaf développe un centre de broyage d'une capacité annuelle de 500.000 tonnes, situé dans la zone industrielle de Yopougon, dans la région abidjanaise. À cela s'ajoutent deux zones de stockage dans le quartier de Vridi, à quelques encablures du port d'Abidjan. Le premier sac de ciment qui devrait sortir des machines de cette unité industrielle est attendu pour juillet 2013. D'ici là, nul besoin d'être un érudit pour en évaluer les principales portées : Cimaf contribuera à répondre à une demande locale exponentielle d'un secteur des BTP qui pèse pas moins de 3% dans le PIB de ce pays et où des acteurs locaux de taille sont peu présents. En septembre 2013, ce devrait ensuite être au tour du projet de Cimaf, actuellement en développement en Guinée-Conakry, de livrer ses premiers sacs. Il s'agit, là aussi, d'un centre de broyage, conçu en tous points sur le même modèle que les unités ivoiriennes et burkinabé, implanté dans la zone industrielle de Dubréka à une quarantaine de kilomètres de la capitale guinéenne. Une zone de stockage de 3ha est adossée au projet. Par ailleurs, Cimaf ne cache pas ses ambitions pour d'autres marchés de la région comme le Gabon, le Bénin, et un peu plus loin, en République démocratique du Congo. Des négociations avec les gouvernements locaux seraient déjà en cours. Pour Anas Sefroui, le patron de Cimaf, «la concrétisation de ces projets sont des exemples concrets de partenariat Sud-Sud que nous voulons développer davantage au service de nos deux peuples». Néanmoins, les enjeux réels vont bien au-delà de la rhétorique diplomatique.
Bouffée d'oxygène
Ils sont d'abord économiques avant d'être politiques. Face à un marché marocain du ciment au bord de la saturation, la région subsaharienne et sa dynamique nouvelle de développement des infrastructures de transport et de logement, s'érige en exutoire pour écouler la surcapacité de l'offre locale. Entre 2005 à 2010, le secteur marocain du ciment à vu ses ventes bondir de plus de 40%. Pour Cimaf, le défi est simple : s'inspirer de l'expérience locale acquise par Ciments de l'Atlas (Cimat), le bras cimentier des investissements d'Anas Sefroui depuis 2007, pour développer une offre adaptée au marché subsaharien.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.