Une délégation de députés marocains à Johannesburg pour prendre part aux travaux du Parlement panafricain    Début du sommet du G7 en Bavière – « plan Marshall » pour l'Ukraine    Températures prévues pour le lundi 27 juin 2022    Pauvreté des apprentissages : 70 % des enfants de 10 ans sont incapables de lire et comprendre un texte simple    Futsal: La sélection marocaine progresse au 10ème rang mondial    Zimbabwe. Des mesures face à l'inflation    Argan : les ambitions du Maroc déclinées dans un nouveau contrat programme    D'après le PDG d'Exxon Mobil, toutes les voitures neuves particulières vendues en 2040 seront électriques    Annulations de vols aux USA: Echange d'accusations entre les compagnies aériennes et les autorités    Le Maroc et le FMI négocient une nouvelle ligne de liquidité    Tennis : Après les championnats d'Afrique des U14 et U16...Nos garçons se qualifient pour les championnats du monde !    Madagascar. La vanille, cette précieuse épice    Kenya. De moins en moins d'adeptes aux abonnements téléphoniques    Clôture du Gnaoua Festival Tour qui a fait vibrer 120 000 festivaliers    Botola Pro D1 28ème journée/ HUSA-RCA (2-3) : Le Hassania en danger, une toute, toute, toute petite lueur d'espoir du Raja !    Summer 2022 : Les Marocains de plus en plus séduits par les destinations sans visa    Transition énergétique : Le Maroc, fournisseur majeur d'hydrogène vert d'ici 3 ans    La pastèque : Le fruit d'été aux mille et une vertus    Douleurs & ballonnements : Des automassages pour soulager son ventre    L'épidémie de la variole du singe n'est pas actuellement une urgence de portée mondiale (OMS)    Assaut contre la clôture métallique dans la province de Nador : le bilan passe à 23 morts    Magazine : Soyons fous, aimons l'art    Festival / Electro : Dakhla into the wild    Photographie : L'abstraction vue par Abdelkader Badou    Le ministère du Tourisme dément l'annulation de la gratuité du transport pour ses fonctionnaire    Ce n'est pas sur le fronton de la scène du Marrakech du rire qu'on lira « Castigat ridendo mores »    Le temps qu'il fera ce dimanche 26 juin 2022    Le président sénégalais Macky Sall salue la participation d'une forte délégation du Maroc à la célébration du Centenaire de la disparition de Cheikh El Hadj Malick Sy    Futsal : Les Lions de l'Atlas progressent au 10è rang mondial    Décès du professeur Yves Coppens: les condoléances du roi Mohammed VI    L'assaut de Melilla: l'Espagne dénonce « les mafias » et salue les sacrifices de la gendarmerie marocaine    Laâyoune: le RNI tient son congrès régional    L'Espagne annonce un nouveau plan d'aide de neuf milliards d'euros pour surmonter l'inflation    Drame de Melilla : PP et Podemos pointent le Maroc, Sánchez accuse la mafia    Assaut de migrants à Nador: 2 membres des forces de sécurité et 33 migrants à l'hôpital    Plusieurs joueurs du Raja et Wydad sanctionnés par la FRMF    Le Gnaoua Festival Tour un Succès Populaire Grandissant Porté Par Les Alizés    USA: Biden signe une loi historique pour restreindre l'accès aux armes à feu    Manuel Albares : La position de l'Espagne sur le Sahara "très claire" et "souveraine"    African Lion : l'hôpital militaire de campagne prend soin des habitants de Taliouine    Saad Lamjarred enflamme un mariage en Egypte (VIDEO)    Yassine Esqalli : né d'une simple curiosité, le voyage de 50 mille km parcouru à...vélo    Maroc-Algérie : Omar Hilale saisit le Conseil de sécurité et le SG de l'ONU    Mme Akharbach : Les doubles standars contribuent à « antagoniser les opinions publiques »    L'international marocain Zakaria Aboukhlal signe à Toulouse    Irlande : L'histoire du Maroc présentée dans la cathédrale Christ Church de Dublin    Lutte anti-terroriste: La coopération entre le Maroc et les Nations Unies "forte et fructueuse"    Droit à l'avortement: Biden fustige la décision de la Cour suprême    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La compétitivité d'abord !
Publié dans Les ECO le 21 - 04 - 2016

L'intérêt économique des entreprises pour les énergies renouvelables et l'efficacité énergétique est de plus en plus intégré dans les logiques d'affaires. Cependant, une multitude d'obstacles persistent, avec parfois des solutions simples à mettre en pratique. Dans l'immobilier, contrairement aux chiffres de la profession, le surcoût de la nouvelle réglementation thermique dans le bâtiment de dépasserait pas les 3%.
«Comme le montre l'expérience indienne en la matière, il est très difficile de convaincre et d'impliquer les entreprises quant aux aspects de l'efficacité énergétique. La seule chose qui les a convaincues, ce sont les gains en compétitivité, lorsqu'elles ont senti la menace des concurrents étrangers plus compétitifs». Cet avis d'expert résume l'état d'esprit qui dicte l'implication du secteur privé dans le chantier fondamental des énergies renouvelables et de l'efficacité énergétique. Il a été livré par Philippe Simonis, conseiller technique principal de GIZ Maroc, lors de la conférence organisée hier à Casablanca par la Banque Populaire autour de la thématique «Efficacité énergétique et énergies renouvelables, leviers de compétitivité des entreprises». Comme l'ont rappelé plusieurs intervenants, dont Mohamed Benchaaboun, président du Groupe Banque Populaire, «cette question est dans l'air du temps, alors que la COP 22 s'annonce pour bientôt». Mais au-delà des impératifs de l'actualité, ces questions ne se limitent plus à l'effet de mode, comme cela a effectivement été le cas pendant longtemps.
Efficacité administrative
En effet, énergies renouvelables et efficacité énergétiques se dressent aujourd'hui comme des gisements incontournables de compétitivité pour les entreprises, au moment où le Maroc est en train de mettre les bouchées doubles pour positionner son industrie sur l'échiquier concurrentiel mondial. Toujours est-il qu'en dépit de la multiplication récente des mesures abondant dans ce sens, la théorie peine encore à se concrétiser à grande échelle. Les raisons de ce blocage chez les entreprises marocaines ont été très bien résumées par les témoignages recueillis auprès des chefs d'entreprises. Doutes sur la durabilité des investissements et des technologies, difficulté de financement des investissements, incompréhension des solutions, carences qualitatives et quantitatives de la recherche universitaire et privée, ou encore absence de prestataires locaux, qualifiés et sérieux, sont autant de barrières relevées par un panel de chefs d'entreprises pourtant très sensibilisés à l'importance de l'efficacité énergétique. «Cela fait quasiment deux ans que notre entreprise attend le versement de la subvention publique dans le cadre d'un projet d'efficacité énergétique. Pour réellement motiver tout le monde autour de l'efficacité énergétique, il faut d'abord une efficacité administrative», déplore un chef d'entreprise notamment spécialisée dans l'équipement électrique à basse consommation.
Les promoteurs immobiliers montrés du doigt
Si dans l'industrie, les économies d'énergie rendues possibles par les mécanismes d'efficacité énergétique sont directement palpables, avec quelques fois des retours sur investissements très rapides, il en va autrement pour le secteur de l'immobilier. «Dans l'immobilier, celui qui construit n'est pas celui qui consomme. Du coup, les promoteurs immobiliers ne voient pas d'intérêt pour leur business puisque ce sont les acquéreurs qui payent les factures d'électricité dans des logements mal isolés», regrette le patron d'un cabinet d'études.
Il faut en effet dire que les promoteurs immobiliers sont particulièrement réticents à l'application de la nouvelle réglementation sur l'isolation thermique dans le bâtiment, entrée en vigueur en 2015. Pourtant, le surcoût est relativement modeste, et même très modeste comparé aux marges dégagées sur certaines unités immobilières. «Les surcoûts avancés par les promoteurs pour l'application de la nouvelle réglementation sont très exagérés. Pour les logements économiques et sociaux, qui représentent la plus grande part du secteur, le surcoût ne dépasse pas les 3%, quelle que soit la zone climatique où se situent les logements», met en évidence Sonia Mezzour, secrétaire générale de l'ADEREE. Compétitivité oui, mais contrainte réglementaire aussi !
Mamoun Bouhdoud,
Ministre délégué chargé des petites entreprises et de l'intégration du secteur informel
«L'aspect efficacité énergétique a été pris en compte dans la structuration des différentes filières en écosystèmes. Aujourd'hui, pour être compétitif, il faut être efficace énergétiquement. C'est notamment le cas dans l'industrie, qui absorbe 30% de l'énergie consommée au Maroc. L'efficacité énergétique est un aspect essentiel dans la maîtrise des coûts d'exploitation»
Miriem Bensalah-Chaqroun,
Présidente de la CGEM
«Aujourd'hui, quand l'entreprise n'atteint pas une taille critique, elle peine à bénéficier des mécanismes pour investir dans l'efficacité énergétique. Il faut mettre au point des offres cohérentes, simples et faciles pour qu'elles puissent bénéficier au plus grand nombre d'entreprises.»
Tags: Efficacité énergétique


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.