HCP : La population du Maghreb passera à 131,9 millions en 2050    Le projet solaire Noor Midelt I attribué au consortium mené par EDF Renouvelables    Une troisième recrue pour le Raja    L'ambassadeur du Maroc en Namibie remet ses lettres de créances au Président Geingob    L'ONU rend hommage aux soldats de la paix, dont un Marocain    Marrakech. Le CRT dresse son bilan    La Tribune de Nas : La Coupe du Monde 2022 s'exporte à Casablanca…    2000 : Les Lions de l'Atlas chutent au premier tour    Bahja et Camacho : souvenirs partagés    Coupe d'Afrique. Continental sponsor officiel jusqu'en 2023    Tanger. Trois individus arrêtés, 8.000 comprimés de psychotropes saisis    Education nationale. Un budget en hausse    Once Upon a time in…Hollywood. Une claque tarantinesque !    Azelarab Kaghat, le général…    Lycée Victor Hugo: Première plainte au Maroc, convocation pour harcèlement du proviseur à Paris    Insolite : Trahi par Facebook    Ligue des champions : Les billets du match WAC-EST sont disponibles    Nouveau single : «Ya Denya» lance la carrière de Sara Moullablad    Un regard certain sur le monde    Adil Zaidi : «La 13ème région connaît un accueil extrêmement favorable»    SM le Roi préside la 3e causerie religieuse du Ramadan    SM le Roi inaugure à l'arrondissement Sidi Moumen un Centre médical de proximité    Recherche scientifique au Maroc 2006-2016: le Rapport de Fassi Fehri    Affaire Khadija: Report du procès    Le Maroc compte taxer Facebook et Google    Washington-Téhéran: La tension est à son comble…    BAM: l'immobilier en berne    Le New York Times consacre un long carnet de voyage au Royaume    Baccalauréat 2019. Une nouvelle date pour l'examen régional unifié    Politique de voisinage : Politique de voisinage L'UE se félicite de la coopération avec le Maroc    Pourquoi la Loi sur les travailleurs domestiques n'est pas appliquée    Officialisation de l'amazigh. Qui est responsable du retard ?    Viol et séquestration. Le procès de Khadija enfin lancé    Le Maroc fait sa promo en Espagne    Edito : Avalanche de lois    Tarifs douaniens: Les fabriquants de chaussures contre la procédure de Trump    Nike accusé de contrefaçon    Divers sportifs    Tous les bienfaits santé du poivre    La santé visuelle des chauffeurs professionnels objet d'une campagne médicale    Divers    En Libye, la guerre est aussi économique    L'environnement de la sphère publique marocaine, impact sur la communication    Niki Lauda, miraculé de la F1, meurt paisiblement à 70 ans    Arsenal a une longueur d'avance dans le dossier Ziyech    Ces tournages qui ont tourné au drame : Harry Potter et les Reliques de la mort    La faune et la flore à l'honneur lors de la journée internationale des musées    Adil Fadili : Les séries policières suscitent un intérêt grandissant du public    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le duel retrait contre paiement se poursuit
Publié dans Les ECO le 03 - 05 - 2017

Le paiement par carte bancaire avance à pas de géant, mais demeure toutefois moins pesant, comparé aux retraits de cash.
Le paiement par carte s'inscrit de plus en plus dans les mœurs des Marocains. Accoutumés au cash, ils troquent toutefois ce mode de paiement contre la carte grâce notamment aux différentes facilitations et innovations introduites par les banques et le CMI, unique acquéreur sur le marché à ce jour (organisme qui équipe ses clients commerçants de TPE). En effet, les dernières statistiques sur la monétique font état d'une progression du paiement par carte de 22% en volume pour les cartes marocaines et de 16,6% pour les cartes étrangères durant le premier trimestre de 2017.
Le paiement via internet maintient également une forte accélération durant cette période, avec une hausse de 71,6% en nombre et de 48,6 en volume, favorisée principalement par les grands facturiers, les compagnies aériennes et les services eGov. Par ailleurs, à l'étranger, les opérations par cartes bancaires marocaines ont enregistré une forte progression de 99% en nombre et de 43,3% en volume (paiements et retraits combinés).
Les retraits continuent de dominer
Malgré ces fortes progressions les détails font ressortir encore une dominance des retraits. Ainsi, on notera qu'au Maroc, les cartes marocaines qui ont enregistré, en paiements et en retraits 75,9 millions d'opérations pour un montant de 61,7 MMDH (en hausse de 7,5% en nombre et de 8,6% en montant), comptent 85,4% en part du nombre d'opérations et 91,9% en part du montant en retraits, tandis que les paiements chez les commerçants et eMarchands ne représentent que 13,4% en part du nombre d'opérations et 7,8% en part du montant, alors que le paiement sur GAB représente 1,2% en part du nombre d'opérations et 0,3% en part du montant, grâce notamment au paiement des factures, des taxes et l'achat des recharges télécom qui ont totalisé, durant le premier trimestre 2017, quelque 932.000 opérations pour un montant de 178,6 MDH. Pour leur part, les cartes marocaines, à validité internationale, ont réalisé 706.000 opérations à l'étranger, retraits et paiements, pour un montant global de 685,4 MDH.
La grande distribution, leader du paiement par carte
Selon le CMI, les paiements par cartes bancaires marocaines, en termes de volumes sont dominés par la grande distribution avec une part de 28,7%, suivie par l'habillement avec 14,3% et la restauration avec 9,6%. Les étrangers pour leur part, utilisent leurs cartes bancaires pour payer les hôtels (41,4%), les restaurants (13,5%) et les bazars (10,4%), soient les principales activités touristiques. Les commerçants et eMarchands affiliés au CMI, de leur côté, départagent leur volume entre la grande distribution (21,1%), les hôtels (15,8%), les restaurants (10,8%), l'habillement (10,8%) et les stations (5,5%).
13,4 millions de cartes en circulation
Au terme du premier trimestre de l'année en cours, les cartes, émises par les banques marocaines, ont atteint un encours de 13,4 millions de cartes, en hausse de 4% par rapport à fin 2016, dont 12,3 millions de cartes paiement & retrait sous les labels Visa, Mastercard et la marque nationale CMI. Cette croissance de l'encours est la conséquence d'une progression significative du nombre des cartes sous label Mastercard (8,2%) et sous label CMI (6,8%), et d'une progression modérée du nombre des cartes Visa (2,1%) et des cartes privatives (2%) comparativement à fin 2016. Les cartes prépayées représentent actuellement un encours de 2 millions de cartes, dont 57,8% de cartes sous label CMI, 36,9% de cartes sous labels Visa, 3,6% de cartes sous label Mastercard et 1,8% de cartes privatives.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.