Voici le temps qu'il fera ce lundi    Pour les joueurs, un été intense avant une année dense    Idiotorial : L'ovalie a son virus    "Jemâa El Fna en live" Quand les artistes de la place subjuguent le public par des spectacles virtuels à distance    L'Oriental fashion show, une édition digitale inédite    Les Instituts Cervantès au Maroc lancent la seconde partie du cycle du cinéma en ligne "Clásicos contigo"    L'ambassadeur de Chine à Rabat salue l'initiative Royale en faveur des pays africains    La responsabilité de l'Algérie dans les violations des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf établie à l'ONU    Le WAC et le Raja pas du tout tentés pas des matches au stade Père Jégo    Les marchands non financiers anticipent une diminution de leur activité    Rapatriement de 290 Marocains bloqués au Canada    Le Maroc accueillera le premier Canopy by Hilton en Afrique du Nord    Le Parlement et le HCP renforcent leur coopération    L'Algérie veut que se tienne des élections en Libye    Safi en quarantaine : Le spectre du reconfinement plane sur d'autres cités    Coronavirus dans le monde : zones reconfinées en Espagne, le Maroc enregistre son bilan le plus lourd depuis mars    Macron s'exprimera à l'occasion du 14 juillet, une première    Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil dans le meilleur des PJD    Fraude aux cotisations sociales : la scandaleuse vidéo d'Amekraz qui aggrave son cas    Chelsea, Manchester United et Arsenal victorieux    Rapatriement des Marocains bloqués en Turquie : 2 nouveaux vols et 230 citoyens transportés samedi    Castex et Macron mettent les «bouchées doubles»    Hong Kong: c entre Londres et Pékin    NordinAmrabat testé positif au Coronavirus !    Raja Jeddaoui, la star du 7e art arabe n'est plus    Phraséologie humaniste, Horreur impérialiste    Grosse chaleur du dimanche à mardi dans plusieurs provinces du Royaume    Coronavirus : la région de Marrakech-Safi est la plus touchée ce dimanche    Serie A: large succès de la Juventus et de l'AC Milan    Tarik Haddi, nouveau président de l'AMIC    Des ministres gaffeurs!    Nabil Benabdallah: «Se départir des velléités colonialistes»    L'ANP et l'AFD pour un développement durable et compétitif des ports    Casablanca: placé en garde à vue, il meurt après un malaise    La Fédération appelle à des assises nationales sur la presse et les médias    Covid-19 : l'actrice égyptienne Raja Al Jadawi n'est plus    Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien dans les camps de Tindouf    Message du roi Mohammed VI au président de l'Algérie    Radouane Amine : « Nous défendons la thèse mettant l'humain au centre de tout modèle de développement »    Comment Royal Air Maroc se prépare à l'austérité    Ragaa El-Guiddawi emportée par le Coronavirus    Un organisme de l'ONU pointe la responsabilité du régime algérien dans les violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf    PJD: le communiqué de la honte    Patriotisme fiscal : l'urgence d'un élan patriotique dans le domaine de l'impôt    Le trauma colonial algérien encore vivace, le président Tebboune réclame des excuses françaises    Fête de l'indépendance des USA: Le Roi Mohammed VI félicite le président Trump    Danemark : La Petite Sirène de Copenhague vandalisée et accusée de racisme    «L'art pour l'espoir»: 27 regards à l'ère de la pandémie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Investissement : Pourquoi la région est à la traîne
Publié dans Les ECO le 08 - 05 - 2017

En dépit de ses multiples atouts, Guelmim-Oued Noun accuse un grand retard en matière d'investissement. Foncier, infrastructures, ressources humaines...Les élus et hommes d'affaires analysent la situation de la région.
Pour sa 10e étape, la Caravane des régions des Inspirations ECO a jeté son dévolu sur Guelmim-Oued Noun. Une conférence-débat a été organisée, mercredi 3 mai, au siège du Conseil régional. L'objectif, comme à chaque fois, est de passer au peigne fin la question de l'investissement et du climat des affaires au niveau de la région dans la perspective de remédier aux contraintes et obstacles rencontrés par les entrepreneurs. Président et élus de la région, Conseil provincial, Centre régional d'investissement (CRI), Chambre de commerce et d'industrie, investisseurs et hommes d'affaires...tous les acteurs de la région ont pris part à cet événement. D'entrée de jeu, Abderrahim Ben Bouaida, président du Conseil régional, a planté le décor : «Guelmim-Oued Noun est très en retard en matière d'attraction des investissements». Pour lui, le principal obstacle est d'abord culturel. «Pendant longtemps, cette région a compté sur les aides de l'Etat. Aujourd'hui, il faut changer cette mentalité et entrer dans une logique de production. Il n'y pas de Maroc utile et un autre inutile, mais un Maroc productif et un autre improductif», poursuit-il. Pourtant, Guelmim-Oued Noun a tous les atouts pour se hisser au rang des régions importantes du royaume sur le plan économique.
Potentiel sous-exploité
Youssef Atarguine s'est chargé de donner une vision globale sur les atouts de la région. Selon le directeur du CRI, Guelmim-Oued Noun renferme un potentiel de développement s'articulant autour de plusieurs piliers de croissance traditionnels. Il en va ainsi de l'agriculture, avec un positionnement particulier sur des cultures à haute valeur ajoutée. À titre d'exemple, la région est leader national dans la production de cactus ou «or vert», avec plus de 50.000 ha et une production annuelle dépassant les 280.000 tonnes. Le tourisme est aussi un secteur important. La région offre un produit touristique spécifique basé sur le balnéaire en complément avec l'écologique, le culturel, l'aventure et le thermalisme. La pêche et la valorisation des produits de la mer occupent aussi une place importante dans l'économie de la région. Enfin, s'agissant des mines, la composition géologique de la région indique un sous-sol riche en minerais et un gisement important de roches ornementales. «Notre région dispose également de plusieurs atouts offrant la possibilité d'émergence de filières nouvelles comme l'aquaculture, la logistique et les énergies renouvelables, solaire et éolien», précise Youssef Atarguine. Néanmoins, si les atouts sont multiples, les défis ne maquent pas non plus.
Contraintes
Comme aux étapes précédentes, le foncier a été pointé du doigt comme étant l'un des principaux obstacles à l'investissement. «Il y a une absence des terres de l'Etat au niveau de la région, et on sait que la mobilisation de ce type de foncier a dynamisé l'investissement dans les autres régions. Aussi, les documents d'urbanisme sont compliqués et n'accompagnent pas la dynamique de l'investissement», déplore Youssef Atarguine. Le président de la Chambre de commerce et d'industrie soulève un autre problème lié au foncier : «La plupart des terrains ne disposent pas de titre foncier. Et cela engendre des difficultés dans l'accès au financement, parce que la banque exige ce document avant d'accorder un crédit», explique Houssein Alioua. Le manque des infrastructures et des espaces de vie est un autre handicap. «Entre investir à Casablanca ou Tanger et Guelmim, le choix et vite fait. Il faut développer des centres urbains attractifs, autour de Sidi Ifni et Tan-Tan par exemple», propose le directeur du CRI. Les ressources humaines sont également citées parmi les obstacles. «On forme,chaque année, quelque 1.500 lauréats mais, faute de débouchés, ils partent ailleurs et la région n'en profitent pas», déplore le président du Conseil régional. Pour lui, les défis sont multiples et sans une volonté politique commune et une coordination entre tous les intervenants, le résultat ne sera pas au rendez-vous.
Abderrahim Ben Bouaida,
Président du Conseil régional
En dépit de ses multiples atouts, Guelmim-Oued Noun est très en retard en matière d'attraction des investissements. Les contraintes et obstacles sont d'abord culturels avant d'être économiques. C'est pourquoi le débat autour de l'investissement doit être durable et non pas saisonnier. Aussi, il doit s'inscrire dans le cadre d'une stratégie long-termiste qui implique toutes les parties prenantes. Pour attirer les investisseurs, il faut agir sur plusieurs leviers : foncier, avantages fiscaux, facilitation des procédures...»
Youssef Atarguine,
Directeur du Centre régional d'investissement (CRI)
La région a réalisé en 2014 la plus forte croissance du PIB au niveau national. Cela en dit long sur son potentiel. Mais l'investissement, qui est le moteur de la croissance, rencontre plusieurs difficultés qui empêchent son développement. Le foncier et les complications des documents d'urbanisme, manque d'infrastructures, rareté des ressources hydriques, ressources humaines...Il faut donc limiter l'impact de ces contraintes sur l'investissement».
Houssein Alioua,
Président de la Chambre de commerce, d'industrie et de service
La réactivation du Comité régional de l'environnement des affaires peut régler une partie des problèmes que connait la région. Le reste demandera un engagement de la part de tous les intervenants, l'Etat compris. Faciliter l'accès au foncier, réduire le coût de l'énergie, la promotion...il faut une volonté politique et une mutualisation des efforts».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.