Maigre salaire et grosse déconvenue    Covid-19 : 826 nouveaux cas, 18 décès et 1.177 guérisons en 24H    Les cours mondiaux des huiles végétales et des produits laitiers poursuivent leur ascension    EEP: Liquidation de plus de 70 entités    Louis Tripard ou les souvenirs d'un colon exproprié    Vols spéciaux de Royal Air Maroc: les précisions de la compagnie aérienne    L'e-commerce, une tendance qui s'installe au Maroc    Béni Mellal: une panne d'électricité provoque l'ire des habitant de plusieurs quartiers    Ziad Atallah : L'aide marocaine intervenue au moment opportun    Sondage: Biden devance Trump au Wisconsin et en Pennsylvanie    Messi, Lewandowski, Neymar, De Bruyne... L'heure de briller    Report imminent du match IRT-RSB    Deux cas de Covid-19 à l'Atlético : Premiers remous à la Ligue des champions    Algérie: trois ans de prison ferme pour le journaliste Khaled Drareni    Abdallah Boussouf, secrétaire général du CCME    El Jadida : Opération d'immigration illégale avortée    Sidi Bennour célèbre la journée internationale de la jeunesse    Alerte météo: averses orageuses ce lundi au Maroc    Gad Elmaleh de retour sur scène    France Télévisions prépare un concert caritatif pour le Liban    Une rentrée des classes sous le signe du mystère    Le Conseil National des Droits de l'Homme plaide pour un nouveau contrat social    Hommage aux contributions des Marocains du monde    Covid-19 : le Ministère de l'Intérieur évalue l'impact sur les ressources humaines des collectivités locales    Un an après l'abrogation du statut d'autonomie    Youssef Zalal sur le toit du monde!    Getafe veut se séparer de Fayçal Fajr    Schalke 04: Amine Harit sur le départ?    Société générale creuse ses pertes à cause du Covid-19    Enjeux et défis pour le Maroc (2e partie)    Projet d'Akon en Afrique    SundanceTV lance son 1er concours de courts métrages    Najib Bensbia se glisse parfaitement dans une peau féminine    Casablanca: une voiture folle provoque d'importants dégâts sur l'autoroute (VIDEO)    Covid-19: les Philippines, premier pays à réimposer un large confinement    Conférence de soutien au Liban: 250 millions d'euros d'aides internationales    Botola Pro D1 : programme de la 21ème journée    La rentrée scolaire, c'est dans trois semaines    Une humble pensée d'une petite germe nommée Abderrahmane El Youssoufi    Le MMVI retrace la genèse artistique au Maroc    Au bord du naufrage!    Le gouvernement libanais exprime sa gratitude pour l'initiative royale    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination!    Le nouveau khalife général de la famille tidjane Niass remercie le Roi Mohammed VI    France: Une explosion fait 8 blessés à Antibes    Liban Message plein d'émotion de Majda Roumi au milieu des décombres (Vidéo)    Rabat: une nouvelle expo au Musée Mohammed VI    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Levothyrox : Le Maroc n'est pas concerné par le changement de la formule
Publié dans Les ECO le 31 - 08 - 2017

En France, la nouvelle formule du Levothyrox, médicament de substitution, prescrit pour les malades atteints d'hypothyroïdie et d'hyperthyroïdie, a été fortement décriée à cause des effets secondaires, ressentis par une partie des patients thyroïdiens. Une pétition a été même lancée pour rétablir l'ancienne formule. Au Maroc, le problème ne se pose, heureusement, pas du tout. Pourtant, la multiplication des effets indésirables chez les patients sous levothyroxine dans l'hexagone a suscité l'inquiétude auprès de certains malades dans notre pays, l'industrie pharmaceutique marocaine étant fortement liée aux groupes français, particulièrement, et européens, de manière générale. «Cela ne concerne que la France. Le Levothyrox, distribué au Maroc par Cooper Pharma, est fabriqué par Merck KGAA (Allemagne)», souligne Abderrahim Derraji, pharmacien. Cela est d'autant plus rassurant que le Levothyrox est un médicament à index thérapeutique étroit. En d'autres termes, doté d'une formule très sensible, dont le changement peut provoquer des effets indésirables sur le patient. Un attribut qui pousse les spécialistes à déconseiller qu'il soit «génériqué».
Avis d'un spécialiste
Cet avis, qui écarte toute liaison entre la nouvelle formule du Levothyrox français, et celui distribué au Maroc, le professeur Mustapha Touhami le corrobore. ORL et non endocrinologue, il a pourtant à son actif une quarantaine d'années d'expérience, au cours desquelles il a traité un très grand nombre de patients thyroïdiens et manipulé la thyroxine sous différents angles. «Il n'y a rien à signaler de nouveau, ni comme effet secondaire ni en termes d'efficacité du médicament. Je traite trois ou quatre patients thyroïdiens par semaine, des malades sous Levothyrox en permanence, et je n'ai, à ce jour, eu aucune réclamation de ces patients quant à un quelconque effet indésirable», a-t-il souligné. Quelles pourraient être les causes de ces effets secondaires signalés outremer ? Plusieurs raisons, répond le spécialiste. En ce qui concerne la perte des cheveux, un des effets secondaires causés par la nouvelle formule, elle peut être entraînée par l'arrêt de la consommation du médicament. Les autres effets indésirables, comme la fatigue, peuvent être provoqués aussi par les excipients inclus dans le médicament. Et c'est, justement, le changement des excipients, notamment le lactose, remplacé par l'acide citrique et le mannitol -par d'autres ingrédients, souligne Derraji- qui est à l'origine des nouveaux déboires des patients thyroïdiens français. Au Maroc, les patients peuvent néanmoins ressentir des effets indésirables si le dosage n'est pas respecté par le patient. En tout cas, le Levothyrox et le L-Thyroxine, un autre médicament à base de thyroxine et commercialisé, aussi, sur le marché marocain, sont irremplaçables. Les patients hypothyroïdiens courent en effet de graves risques en cas de pénurie sur le marché.
Les raisons du changement de la formule
L'Agence nationale (française) de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a imposé aux opérateurs, détenant une Autorisation de mise sur le marché (AMM) des produits à base de levothyroxine, d'en changer la formule. Le but initial était de donner plus de stabilité à ce médicament, en changeant le lactose, utilisé comme excipient, à cause de ses effets allergisants chez certains malades. Bien que les études de bioéquivalence aient été réalisées en amont, aucune anomalie n'a été pourtant détectée. Ce n'est qu'après que le médicament, sous sa nouvelle formule, ait été mis sur le marché que les problèmes ont commencé, les effets indésirables s'étant multipliés chez les malades. «Il est aussi possible que les dosages soient derrière les effets indésirables, mais les analyses peuvent donner lieu à des ajustements», nous explique Derraji. En tout cas, ce sont en effet plus de 21.000 patients thyroïdiens français qui ont manifesté leur souhait de «revenir» à l'ancienne formule. Au Maroc, pas de nouvelle, bonne nouvelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.