HCP : La population du Maghreb passera à 131,9 millions en 2050    Le projet solaire Noor Midelt I attribué au consortium mené par EDF Renouvelables    Une troisième recrue pour le Raja    L'ambassadeur du Maroc en Namibie remet ses lettres de créances au Président Geingob    L'ONU rend hommage aux soldats de la paix, dont un Marocain    Marrakech. Le CRT dresse son bilan    La Tribune de Nas : La Coupe du Monde 2022 s'exporte à Casablanca…    2000 : Les Lions de l'Atlas chutent au premier tour    Bahja et Camacho : souvenirs partagés    Coupe d'Afrique. Continental sponsor officiel jusqu'en 2023    Tanger. Trois individus arrêtés, 8.000 comprimés de psychotropes saisis    Education nationale. Un budget en hausse    Once Upon a time in…Hollywood. Une claque tarantinesque !    Azelarab Kaghat, le général…    Lycée Victor Hugo: Première plainte au Maroc, convocation pour harcèlement du proviseur à Paris    Insolite : Trahi par Facebook    Ligue des champions : Les billets du match WAC-EST sont disponibles    Nouveau single : «Ya Denya» lance la carrière de Sara Moullablad    Un regard certain sur le monde    Adil Zaidi : «La 13ème région connaît un accueil extrêmement favorable»    SM le Roi préside la 3e causerie religieuse du Ramadan    SM le Roi inaugure à l'arrondissement Sidi Moumen un Centre médical de proximité    Recherche scientifique au Maroc 2006-2016: le Rapport de Fassi Fehri    Affaire Khadija: Report du procès    Le Maroc compte taxer Facebook et Google    Washington-Téhéran: La tension est à son comble…    BAM: l'immobilier en berne    Le New York Times consacre un long carnet de voyage au Royaume    Baccalauréat 2019. Une nouvelle date pour l'examen régional unifié    Politique de voisinage : Politique de voisinage L'UE se félicite de la coopération avec le Maroc    Pourquoi la Loi sur les travailleurs domestiques n'est pas appliquée    Officialisation de l'amazigh. Qui est responsable du retard ?    Viol et séquestration. Le procès de Khadija enfin lancé    Le Maroc fait sa promo en Espagne    Edito : Avalanche de lois    Tarifs douaniens: Les fabriquants de chaussures contre la procédure de Trump    Nike accusé de contrefaçon    Divers sportifs    Tous les bienfaits santé du poivre    La santé visuelle des chauffeurs professionnels objet d'une campagne médicale    Divers    En Libye, la guerre est aussi économique    L'environnement de la sphère publique marocaine, impact sur la communication    Niki Lauda, miraculé de la F1, meurt paisiblement à 70 ans    Arsenal a une longueur d'avance dans le dossier Ziyech    Ces tournages qui ont tourné au drame : Harry Potter et les Reliques de la mort    La faune et la flore à l'honneur lors de la journée internationale des musées    Adil Fadili : Les séries policières suscitent un intérêt grandissant du public    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Migration irrégulière : Que se passe-t-il à Nador ?
Publié dans Les ECO le 26 - 09 - 2017

La ville de Nador et le mur de séparation avec la ville occupée de Mélilia sont le théâtre de tensions entre migrants et forces de l'ordre marocaines et espagnoles. Leseco.ma vous place au cœur de l'événement.
Deux migrantes burkinabaises ont trouvé la mort le 24 septembre au mur de séparation près de la ville occupée de Mélilia. «Ces deux jeunes d'origine burkinabaise ont été asphyxiées par du gaz lacrymogène lors d'une intervention de la police marocaine», rapporte le Collectif espagnol Caminando Fronteras. Cinq migrants avaient tenté le 24 septembre la «Boza» (passage en force de la frontière vers l'Espagne) depuis les égouts du mur côté marocain, deux d'entre eux ont succombé à leurs blessures. «Leurs corps se trouvent à l'hôpital Hassani à Nador», confirme la section de Nador de l'Association marocaine des droits de l'homme (AMDH). Cet épisode tragique clôture un mois de tensions à la frontière Nord-Est du pays.
Démantèlements et pressions
Entre le 12 et 21 septembre, les autorités marocaines ont procédé au démantèlement systématique des camps informels de migrants irréguliers près de Nador. Un des camps visés est celui de Bolingo dans la forêt limitrophe de la ville, puis ceux de Lakhmis Akdim et Bekoya «Depuis quelques jours Bolingo est à feu. Des tractopelles et camions à benne sont en action. Les tentes et biens des migrants sont détruits. Les femmes et leurs enfants sont arrêtés et conduits au centre du pays», témoigne un migrant sous le sceau de l'anonymat. Pour une première fois, un avion espagnol a été mobilisé pour assister cette mission au sol.
Ce type d'opérations régulières lors de ces périodes de l'année vise officiellement «à lutter contre le réseau de trafic d'êtres humains exploitant des femmes et des mineurs», selon les termes utilisés par le gouvernement.
Ces opérations de démantèlement sont sous les feux nourris des ONG comme de l'UE. Pour les ONG, «ces opérations visent à faire baisser la pression sur l'Espagne», martèlent ces associations.
Pour sa part, l'Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes (Ex-Frontex) avait critiqué le Maroc pour cette politique. Un nouveau rapport de l'agence établissait un lien entre le démantèlement, par les forces de l'ordre marocaines, des campements des migrants subsahariens et la montée en puissance des tentatives d'accès aux frontières européennes.
La réactivation de la route migratoire maritime depuis le Maroc vers l'Espagne en 2017 explique, en partie, cette pression subie par le royaume. Sur le terrain, ceci se traduit par le retour d'une gestion sécuritaire de ce dossier. C'est dans ce contexte tendu que se tiennent à Rabat les consultations nationales autour du «Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières». Une première réponse officielle à ces incidents est attendue de la part du gouvernement...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.