65ème anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple : l'analyse de MFM Radio    Le Roi accomplira la prière de l'Aïd Al Adha à Rabat    5 règles d'or pour bien conserver la viande selon LG    Trek des Gazelles : Une randonnée 100 % féminine pour la bonne cause    Tout comprendre sur le projet de loi relative au service militaire !    Le projet de loi relatif au service militaire, un "retour à l'institution citoyenne"    Nominations royales : Un diplomate chevronné en Afrique du Sud et un politique en Jordanie    Le Maroc maintient son adhésion à la dynamique lancée par le SG de l'ONU    Marrakech : Bon premier semestre pour le tourisme    Casablanca – Monrovia : La RAM réfute catégoriquement les allégations de traitement discriminatoire    Le Roi trace une nouvelle feuille de route pour valoriser la jeunesse    Orientations royales pour donner espoir et confiance aux jeunes en leur avenir    Service militaire: Principales dispositions du projet de loi N°44.18    Le Roi appelle à agir contre le gaspillage du potentiel des jeunes    Mohamed Benchaaboun nommé ministre de l'Economie et des Finances    3M vend une partie de son activité marocaine    Discours royal : L'heure de l'allocution du souverain est connue    France : Les Marocains en tête des immigrés arrivés pour motif économique    Islam : 3 milliards de musulmans en 2060 ?    Hajj 2018 : Aucune maladie signalée parmi les pèlerins marocains    Turquie : Coups de feu contre l'ambassade américaine à Ankara    inwi réalise un record de vitesse    Mort par canicule : la FISA réagit    Tanger : Ottman Azaitar s'impose face à Danijel Kokora    L'économie allemande en proie aux démons extérieurs…    Haj 2018: Sajid rassure    Grâce royale à 450 personnes dont 22 condamnées pour extrémisme et terrorisme    7 faussaires arrêtés par la BNPJ    DGSN : Deux ripoux sous les verrous    #Metoo : Asia Argento accusée d'agression sexuelle envers un mineur    Du nouveau pour les porteurs des cartes d'abonnement du Raja    Le frère de Lionel Messi condamné pour port d'arme illégal    CAF : Le Raja battu par le Vita Club    Espagne: un mort et plusieurs blessés dans une fusillade    Casablanca : deux policiers au coeur d'une enquête de corruption    Casablanca : 9ème édition des Théâtrales    Coupes d'Afrique: Les clubs marocains pour assurer la qualification aux quarts    Classement FIFA : Le Maroc reste dans le Top 50    TOP 500 des meilleures universités, le Maroc toujours absent !    Dernière minute: Black Coffee & Virgil Abloh a l'Oasis Festival    Transfert : La nouvelle destination de Hamza Mendyl    Coupes africaines : Des destins opposés attendent le Wydad et le DHJ    Le potentiel d'Agadir Ida Outanane!    Madona, «Berber Queen» pour son anniversaire à Marrakech    Mohamed Brahmi, le Cheikh qui veut moderniser la danse Reggada    Pluie d'hommages mondiaux après la mort d'Aretha Franklin    Cheb El Hindi se retire de la scène artistique algérienne!    La FNM rend hommage au professeur Joudia Hassar-Benslimane    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les mystères de l'île Sidi Abderrahman dévoilés
Publié dans Les ECO le 22 - 01 - 2018

Le Musée de la Fondation Abderrahman Slaoui présente depuis le 17 janvier jusqu'au 28 février, le second accrochage de l'exposition AJAMMAR, projet de résidences, de recherche et de création autour de l'île de Sidi Abderrahman à Casablanca.
L'art afin de percer le mystère de l'île de Sidi Abderrahman, c'est ce que propose l'exposition AJAMMAR au Musée de la Fondation Abderrahman Slaoui jusqu'au 28 février. Un projet mêlant les points de vue d'artistes nationaux et internationaux de générations, parcours, origines et formations différents. Ainsi, Ymane Fakhir, Mohssin Harraki, Caroline Trucco et Khalil El Gherib développent des pratiques pluridisciplinaires cultivant une même fascination pour les rituels, le sacré et les systèmes de croyances. «l'île de Sidi Abderrahman est réputée pour être le temple des voyants, guérisseurs et sorciers. Le nom de l'île vient d'un Saint homme du 19e siècle, originaire de Bagdad, échoué sur les côtes de l'île. Les habitants de Casablanca le sollicitent pour ses pouvoirs miraculeux. Depuis sa mort, les pouvoirs magiques de Sidi Abderrahman, semblent habiter l'île, où continuent de défiler des pèlerins à la recherche d'une certaine délivrance».
Cette première restitution propose un parcours et un éclairage scientifique sur Sidi Abderrahman et sur la structure psychique et sociologique des cultes des Saints en général. Cette exposition est également l'occasion de poser les premiers jalons d'un vaste projet dans une perspective d'échanges et de dialogues autour d'une île cristallisant les fantasmes les plus contradictoires pour parler de spiritualité, de superstition, de magie, d'histoire et d'oralité. En effet, dans un second temps, le Musée de la Fondation Abderrahman Slaoui présentera l'exposition finale, partie intégrante d'un projet curatorial transdisciplinaire qui inclura un cycle d'études, un espace d'échanges et de rencontres à la croisée de l'art contemporain, de l'anthropologie, de l'histoire et de la sociologie en questionnant comment, à travers différentes cultures qui font notre monde, certaines pratiques et croyances se rejoignent.
Ce projet intégrera, dans sa programmation, la collaboration d'un certain nombre de chercheurs et d'experts, l'occasion de mener un débat original sur l'évolution des sociétés arabes, face aux croyances traditionnelles. Un point de départ pour traiter des formes de rituels et de croyances au-delà de Casablanca et de la culture marocaine, en essayant avant tout de les replacer dans un contexte universel. Un travail mené par quatre artistes originaux. Née en 1969 à Casablanca, Ymane Fakhir vit et travaille à Marseille. Après des études aux Beaux-Arts de Casablanca, elle intègre l'Ecole des Beaux-Arts d'Aix-en-Provence. Photographe et vidéaste, elle explore les mutations de la société contemporaine marocaine. Ses œuvres sont régulièrement présentées dans des expositions à travers le monde, dont Africa Remix, les Rencontres photographiques de Bamako, Ici, Ailleurs à la Friche La Belle de Mai, The Lion's share à Kulte Gallery, Les connectivités au MuCEM. Quant à Mohssin Harraki, né en 1981 à Asilah, il vit et travaille à Valence. Diplômé de l'Institut national des Beaux Arts de Tétouan, de l'Ecole supérieure d'Art de Toulon, et de l'Ecole supérieure d'Art de Dijon, il a des œuvres présentées dans des expositions internationales : Outre Mesures et Programmes Radio à La Galerie Noisy-Le-Sec en 2011, Here and Else where en 2014 au New Museum, New York et à la 6e édition de la Biennale de Marrakech, 2016. Non loin de là, Khalil El Gherib d'Asilah également, est un artiste discret, produisant depuis une trentaine d'années, une œuvre singulière qu'il refuse de signer, de dater, ou même de vendre...Il participe cependant à de nombreuses expositions: Maroc Contemporain à l'Institut du monde arabe en 2014; à la Biennale de Marrakech en 2016, au Centre international de la poésie à Marseille en 2016, Fruit of sleep au Sursock Museum in Beirut, 2017. La quatrième artiste vient de France, et de Nice plus précisément. Caroline Trucco est diplômée de l'Ecole supérieure d'arts plastiques de la ville de Monaco en 2013, elle développe une démarche artistique protéiforme questionnant les notions d'exotisme, d'ailleurs et de l'autre pour une décolonisation du regard.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.