Benzarti: La victoire en SuperCoupe, un tremplin vers d'autres titres    Un centre régional des métiers d'éducation et de formation voit le jour à Dakhla    Le Maroc adopte le protocole FACTA    Les controverses des «villes sans bidonvilles»!    Le Maroc et le Tchad renforcent leur coopération    Fêtant ses 20 ans, ADMR lance un appel pour la construction de 100 nouveaux ponts    Dakhla et ses potentialités au centre d'un voyage de presse    Même gracié, Alberto Fujimori rattrapé par la justice    Akhannouch expose le projet du RNI à Agadir    L'apport des juifs amazighones à la mosaïque culturelle marocaine    Conférence-débat organisée par le Collectif Démocratie et Liberté    Tanger : Du haschich dans le frigo camion et les couches pour bébés    Le Centre d'Etudes et de recherches Abraham Zagouri sur le droit hébraïque ouvre ses portes à Essaouira    Dialogue interreligieux    Youssef El Arabi :mon sort est entre les mains d'Hervé Renard    Rabat : Un SDF pyromane s'en prend aux guichets bancaires    Taoufik Bouachrine fait l'objet de plaintes pour « agressions sexuelles »    Synonyme de raffinement, le caftan marocain sous les projecteurs à Abu Dhabi    Quand un livre court contre le temps pour sauver sa peau!    Entretien avec Ataa Allah Fadoua, Directrice du CEISIC    Nabil Abouzaid: "le marché digital est en plein essor"    Réaction de Yassine Bounou après la défaite contre le Barça    Justice – Des plaintes pour agressions sexuelles à l'origine de l'interpellation de Taoufik Bouachrine    Le Wydad au sommet de l'Afrique    African Digital Summit : les moments forts de la deuxième journée    38 morts dans un double attentat à Mogadiscio    Touafik Bouachrine sujet d'une enquête judiciaire    La SNRT remporte le premier prix de la meilleure innovation digitale    Le Maroc au Salon international de l'agriculture à Paris    Baccalauréat : « Aucune matière n'a été remplacée ou supprimée »    Deux morts dans une fusillade en plein centre de Zurich    Quatre morts et six blessés dans un accident sur l'autoroute Casablanca-Rabat    Brèves Internationales    Eco-Trail du Lac Lalla Takerkoust: Un nouveau souffle pour l'écotourisme sportif    «Nouvelle aventure» pour Vallaud-Belkacem avec Ipsos    Le musée YSL Marrakech expose les Robes Sculptures de Noureddine Amir    Mehdi Qotbi reçu à l'Elysée par Mme Brigitte Macron    Face au TP Mazembe en Supercoupe d'Afrique : Le Wydad a rendez-vous avec l'histoire    UE: Un sommet à 27 pour débattre du budget post-Brexit    3e Résidence francophone d'écriture pour le film d'animation à Meknès !    Le cerveau des attaques du 13 novembre est mort    Le président Trump veut armer « certains » enseignants pour faire face aux fusillades scolaires    Le DHJ et la RSB valident leur qualification    Arrestation à Fès de 3 individus impliqués dans l'enlèvement d'un enfant    Indice de perception de la corruption 2017 : Le Maroc gagne 9 places    Hiba Rec annonce ses gagnants de la session Rock    Sérieux outsider    Le gouvernement n'a pris aucune décision sur la suppression de certaines matières du cycle du baccalauréat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les mystères de l'île Sidi Abderrahman dévoilés
Publié dans Les ECO le 22 - 01 - 2018

Le Musée de la Fondation Abderrahman Slaoui présente depuis le 17 janvier jusqu'au 28 février, le second accrochage de l'exposition AJAMMAR, projet de résidences, de recherche et de création autour de l'île de Sidi Abderrahman à Casablanca.
L'art afin de percer le mystère de l'île de Sidi Abderrahman, c'est ce que propose l'exposition AJAMMAR au Musée de la Fondation Abderrahman Slaoui jusqu'au 28 février. Un projet mêlant les points de vue d'artistes nationaux et internationaux de générations, parcours, origines et formations différents. Ainsi, Ymane Fakhir, Mohssin Harraki, Caroline Trucco et Khalil El Gherib développent des pratiques pluridisciplinaires cultivant une même fascination pour les rituels, le sacré et les systèmes de croyances. «l'île de Sidi Abderrahman est réputée pour être le temple des voyants, guérisseurs et sorciers. Le nom de l'île vient d'un Saint homme du 19e siècle, originaire de Bagdad, échoué sur les côtes de l'île. Les habitants de Casablanca le sollicitent pour ses pouvoirs miraculeux. Depuis sa mort, les pouvoirs magiques de Sidi Abderrahman, semblent habiter l'île, où continuent de défiler des pèlerins à la recherche d'une certaine délivrance».
Cette première restitution propose un parcours et un éclairage scientifique sur Sidi Abderrahman et sur la structure psychique et sociologique des cultes des Saints en général. Cette exposition est également l'occasion de poser les premiers jalons d'un vaste projet dans une perspective d'échanges et de dialogues autour d'une île cristallisant les fantasmes les plus contradictoires pour parler de spiritualité, de superstition, de magie, d'histoire et d'oralité. En effet, dans un second temps, le Musée de la Fondation Abderrahman Slaoui présentera l'exposition finale, partie intégrante d'un projet curatorial transdisciplinaire qui inclura un cycle d'études, un espace d'échanges et de rencontres à la croisée de l'art contemporain, de l'anthropologie, de l'histoire et de la sociologie en questionnant comment, à travers différentes cultures qui font notre monde, certaines pratiques et croyances se rejoignent.
Ce projet intégrera, dans sa programmation, la collaboration d'un certain nombre de chercheurs et d'experts, l'occasion de mener un débat original sur l'évolution des sociétés arabes, face aux croyances traditionnelles. Un point de départ pour traiter des formes de rituels et de croyances au-delà de Casablanca et de la culture marocaine, en essayant avant tout de les replacer dans un contexte universel. Un travail mené par quatre artistes originaux. Née en 1969 à Casablanca, Ymane Fakhir vit et travaille à Marseille. Après des études aux Beaux-Arts de Casablanca, elle intègre l'Ecole des Beaux-Arts d'Aix-en-Provence. Photographe et vidéaste, elle explore les mutations de la société contemporaine marocaine. Ses œuvres sont régulièrement présentées dans des expositions à travers le monde, dont Africa Remix, les Rencontres photographiques de Bamako, Ici, Ailleurs à la Friche La Belle de Mai, The Lion's share à Kulte Gallery, Les connectivités au MuCEM. Quant à Mohssin Harraki, né en 1981 à Asilah, il vit et travaille à Valence. Diplômé de l'Institut national des Beaux Arts de Tétouan, de l'Ecole supérieure d'Art de Toulon, et de l'Ecole supérieure d'Art de Dijon, il a des œuvres présentées dans des expositions internationales : Outre Mesures et Programmes Radio à La Galerie Noisy-Le-Sec en 2011, Here and Else where en 2014 au New Museum, New York et à la 6e édition de la Biennale de Marrakech, 2016. Non loin de là, Khalil El Gherib d'Asilah également, est un artiste discret, produisant depuis une trentaine d'années, une œuvre singulière qu'il refuse de signer, de dater, ou même de vendre...Il participe cependant à de nombreuses expositions: Maroc Contemporain à l'Institut du monde arabe en 2014; à la Biennale de Marrakech en 2016, au Centre international de la poésie à Marseille en 2016, Fruit of sleep au Sursock Museum in Beirut, 2017. La quatrième artiste vient de France, et de Nice plus précisément. Caroline Trucco est diplômée de l'Ecole supérieure d'arts plastiques de la ville de Monaco en 2013, elle développe une démarche artistique protéiforme questionnant les notions d'exotisme, d'ailleurs et de l'autre pour une décolonisation du regard.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.