Algérie    «Gilets jaunes»: La Belgique touchée aussi?    Un paquet de mesures en faveur des TPE    Gros appétit pour les énergies renouvelables    4L Trophy 2019: Une course pour les jeunes façon Paris-Dakar    Code de la famille: Les écueils qui plombent la réforme    Enseignement du français: Un nouveau concept dès septembre    Les Marocains du monde au SIEL    Appel à des mesures concrètes pour répondre aux problématiques des petites entreprises    Maroc: la CDG se dote d'une branche « Investissement »    Nasser Bourita : Les accords Maroc-UE sont compatibles avec le droit international    La petite blague de George Clooney    Trump va déclarer l'"urgence nationale" pour construire son mur à la frontière    Divers    Frontex place les Marocains au Top ten des passeurs    Ligue Europa : Arsenal tombe à Borisov, le Séville FC s'offre la Lazio    Divers sportifs    Une journée au complet et du spectacle en vue    Les entreprises espagnoles opèrent au Maroc dans des secteurs de grande importance    Repenser la cohabitation entre les automobilistes et les cyclistes    Cancer du col de l'utérus: le vaccin est "sûr et indispensable"    Appel à une stratégie nationale visant à faire de l'école un espace pour tous    Divers    Les conditions de travail demeurent précaires à l'échelle mondiale    La bourde de Katy Perry    Pourquoi Johnny Depp n'incarnera plus jamais Jack Sparrow    Les problèmes de peau de Kim Kardashian    Nador : Arrestation d'une bande de présumés passeurs    Casablanca: Incendie dans un stand du SIEL, rapidement maîtrisé    L'ours grognant russe inquiète les ministres de la Défense allemand et britannique    Hydrocarbures : Le Conseil de la concurrence recommande une « refonte globale » du secteur    Luis Rubiales loue la qualité des installations sportives au Maroc    Démantèlement d'une cellule terroriste composée de cinq extrémistes s'activant à Safi    Le Forum international de l'étudiant à Safi    La nouvelle vie du Grand théâtre Cervantès    La Botola pro adopte le VAR la saison prochaine    Vidéo – Munich : La sécurité mondiale en question    Coupe de la CAF : La RSB bat le HUSA et s'adjuge la première place    Le Maroc et l'Espagne écrivent un nouveau chapitre de coopération économique    A SIEL ouvert…    La première édition d'ADCC en Afrique se déroulera au Maroc    Un drame humanitaire occulté    Parlement : Une session mi-figue, mi-raisin    « Le bilan des banques participatives est réjouissant ». Entretien avec Mohammed Maarouf, Directeur général de BTI Bank filiale BMCE BANK    Bourita met au point au sujet des ambassadeurs marocains au Golfe    Sit-in massif lors du concert d'Enrico Macias à Casablanca    SIEL: les jeunes d'El Jadida publient un recueil de poèmes    Lanceurs d'alerte dans la fonction publique. Bientôt un régime spécifique ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les mystères de l'île Sidi Abderrahman dévoilés
Publié dans Les ECO le 22 - 01 - 2018

Le Musée de la Fondation Abderrahman Slaoui présente depuis le 17 janvier jusqu'au 28 février, le second accrochage de l'exposition AJAMMAR, projet de résidences, de recherche et de création autour de l'île de Sidi Abderrahman à Casablanca.
L'art afin de percer le mystère de l'île de Sidi Abderrahman, c'est ce que propose l'exposition AJAMMAR au Musée de la Fondation Abderrahman Slaoui jusqu'au 28 février. Un projet mêlant les points de vue d'artistes nationaux et internationaux de générations, parcours, origines et formations différents. Ainsi, Ymane Fakhir, Mohssin Harraki, Caroline Trucco et Khalil El Gherib développent des pratiques pluridisciplinaires cultivant une même fascination pour les rituels, le sacré et les systèmes de croyances. «l'île de Sidi Abderrahman est réputée pour être le temple des voyants, guérisseurs et sorciers. Le nom de l'île vient d'un Saint homme du 19e siècle, originaire de Bagdad, échoué sur les côtes de l'île. Les habitants de Casablanca le sollicitent pour ses pouvoirs miraculeux. Depuis sa mort, les pouvoirs magiques de Sidi Abderrahman, semblent habiter l'île, où continuent de défiler des pèlerins à la recherche d'une certaine délivrance».
Cette première restitution propose un parcours et un éclairage scientifique sur Sidi Abderrahman et sur la structure psychique et sociologique des cultes des Saints en général. Cette exposition est également l'occasion de poser les premiers jalons d'un vaste projet dans une perspective d'échanges et de dialogues autour d'une île cristallisant les fantasmes les plus contradictoires pour parler de spiritualité, de superstition, de magie, d'histoire et d'oralité. En effet, dans un second temps, le Musée de la Fondation Abderrahman Slaoui présentera l'exposition finale, partie intégrante d'un projet curatorial transdisciplinaire qui inclura un cycle d'études, un espace d'échanges et de rencontres à la croisée de l'art contemporain, de l'anthropologie, de l'histoire et de la sociologie en questionnant comment, à travers différentes cultures qui font notre monde, certaines pratiques et croyances se rejoignent.
Ce projet intégrera, dans sa programmation, la collaboration d'un certain nombre de chercheurs et d'experts, l'occasion de mener un débat original sur l'évolution des sociétés arabes, face aux croyances traditionnelles. Un point de départ pour traiter des formes de rituels et de croyances au-delà de Casablanca et de la culture marocaine, en essayant avant tout de les replacer dans un contexte universel. Un travail mené par quatre artistes originaux. Née en 1969 à Casablanca, Ymane Fakhir vit et travaille à Marseille. Après des études aux Beaux-Arts de Casablanca, elle intègre l'Ecole des Beaux-Arts d'Aix-en-Provence. Photographe et vidéaste, elle explore les mutations de la société contemporaine marocaine. Ses œuvres sont régulièrement présentées dans des expositions à travers le monde, dont Africa Remix, les Rencontres photographiques de Bamako, Ici, Ailleurs à la Friche La Belle de Mai, The Lion's share à Kulte Gallery, Les connectivités au MuCEM. Quant à Mohssin Harraki, né en 1981 à Asilah, il vit et travaille à Valence. Diplômé de l'Institut national des Beaux Arts de Tétouan, de l'Ecole supérieure d'Art de Toulon, et de l'Ecole supérieure d'Art de Dijon, il a des œuvres présentées dans des expositions internationales : Outre Mesures et Programmes Radio à La Galerie Noisy-Le-Sec en 2011, Here and Else where en 2014 au New Museum, New York et à la 6e édition de la Biennale de Marrakech, 2016. Non loin de là, Khalil El Gherib d'Asilah également, est un artiste discret, produisant depuis une trentaine d'années, une œuvre singulière qu'il refuse de signer, de dater, ou même de vendre...Il participe cependant à de nombreuses expositions: Maroc Contemporain à l'Institut du monde arabe en 2014; à la Biennale de Marrakech en 2016, au Centre international de la poésie à Marseille en 2016, Fruit of sleep au Sursock Museum in Beirut, 2017. La quatrième artiste vient de France, et de Nice plus précisément. Caroline Trucco est diplômée de l'Ecole supérieure d'arts plastiques de la ville de Monaco en 2013, elle développe une démarche artistique protéiforme questionnant les notions d'exotisme, d'ailleurs et de l'autre pour une décolonisation du regard.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.