Agadir Affrontements mortels à la faculté des lettres    Parlement: Le gouvernement continue de bouder les propositions de loi    [Top] Les 15 plus grands innovateurs de tous les temps : Shigeru Miyamoto (11ème)    Entreprises en difficulté: Pour la première fois, un statut propre au syndic judiciaire    L'impayé, la phobie des entreprises de l'hexagone    Méga-barrage sur le Nil: La guerre de l'eau n'aura pas lieu    Brèves Internationales    Guelmim-Oued Noun veut classer son patrimoine archéologique    Les musées récupèrent les œuvres saisies par la Douane    Manuscrits et œuvres antiques au patrimoine national    Football: Manchester United vaut 3,2 milliards d'euros    Le Roi Mohammed VI appelle Mahmoud Abbas    26 sociétés bénéficient de l'aide de l'Etat    El Brouj: 59e ville « sans bidonvilles » au Royaume    Le Maroc et la Corée du Sud veulent donner un nouvel élan à la coopération bilatérale    Un individu succombe à ses blessures    "fait maison" ou "prêt à emporter", que préfèrent les Marocains ?    Epreuve de force entre Salaheddine Mezouar et Hakim Marrakchi, pour la présidence de la CGEM    Elections de la CGEM : le gotha des affaires au RDV    Tan-Tan : 113 projets de diplômés chômeurs financés par l'INDH    Concert «Trois cultures, trois musiques» par Luis Delgado à Rabat    Produit par Hamid Bouchnak : Le single «Ramadan Kareem» de Soufiane Nhass bientôt en clip    Rencontre à Rabat consacrée à la préparation des épreuves du baccalauréat en juin 2018    Rabat abrite la 2ème Conférence annuelle sur la paix et la sécurité en Afrique les 18 et 19 juin    30ème journée de la Botola Maroc Telecom : Un épilogue sans grande surprise    «La photographie marocaine est encore marginalisée»    Maroc – Corée du Sud: Un nouvel élan à la coopération bilatérale    Transfert : Emery, après le PSG, se dirige vers Arsenal    Télémédecine et répression de la faude aux examens, sur la table du gouvernement    Les Marocains, deuxièmes sur la liste des affiliés étrangers à la sécurité sociale en Espagne en avril    Le régime algérien, un véritable «danger» pour la cohésion et la souveraineté nationales    L'UE et les marchés tremblent pour l'Italie    (Vidéo) C1: Entre CR7 et Mo Salah, Zizou a fait son choix!    Réunion de la deuxième session du CC du PPS    Incident fortuit à la Faculté des lettres d'Agadir!    Merouane Kabbaj diplômé de l'université du Québec    Netflix: Barack et Michelle Obama sont les nouveaux producteurs!    Marche populaire de solidarité avec le peuple palestinien    Le WAC et le HUSA complètent le podium derrière l'IRT    Des représentants du Maroc à Bruxelles pour la Gambie    Les trois premiers « ninjas » non japonais sont Marocains    SM le roi lance des projets dédiés aux femmes et aux jeunes à Kénitra    53 blessés dans un atterrissage d'urgence d'un avion de la Saudia (+vidéo)    «Le développement de l'enseignement de l'amazighe connaît un retard notable»    Les prix stagnent au premier trimestre    Le coach de l'équipe nationale iranienne dévoile sa constellation    Décès de l'ancien joueur de l'équipe nationale de football Mohamed « Houmane » Jarir    C1 – Klopp: « Zizou est l'un des meilleurs joueurs de tous les temps »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les mystères de l'île Sidi Abderrahman dévoilés
Publié dans Les ECO le 22 - 01 - 2018

Le Musée de la Fondation Abderrahman Slaoui présente depuis le 17 janvier jusqu'au 28 février, le second accrochage de l'exposition AJAMMAR, projet de résidences, de recherche et de création autour de l'île de Sidi Abderrahman à Casablanca.
L'art afin de percer le mystère de l'île de Sidi Abderrahman, c'est ce que propose l'exposition AJAMMAR au Musée de la Fondation Abderrahman Slaoui jusqu'au 28 février. Un projet mêlant les points de vue d'artistes nationaux et internationaux de générations, parcours, origines et formations différents. Ainsi, Ymane Fakhir, Mohssin Harraki, Caroline Trucco et Khalil El Gherib développent des pratiques pluridisciplinaires cultivant une même fascination pour les rituels, le sacré et les systèmes de croyances. «l'île de Sidi Abderrahman est réputée pour être le temple des voyants, guérisseurs et sorciers. Le nom de l'île vient d'un Saint homme du 19e siècle, originaire de Bagdad, échoué sur les côtes de l'île. Les habitants de Casablanca le sollicitent pour ses pouvoirs miraculeux. Depuis sa mort, les pouvoirs magiques de Sidi Abderrahman, semblent habiter l'île, où continuent de défiler des pèlerins à la recherche d'une certaine délivrance».
Cette première restitution propose un parcours et un éclairage scientifique sur Sidi Abderrahman et sur la structure psychique et sociologique des cultes des Saints en général. Cette exposition est également l'occasion de poser les premiers jalons d'un vaste projet dans une perspective d'échanges et de dialogues autour d'une île cristallisant les fantasmes les plus contradictoires pour parler de spiritualité, de superstition, de magie, d'histoire et d'oralité. En effet, dans un second temps, le Musée de la Fondation Abderrahman Slaoui présentera l'exposition finale, partie intégrante d'un projet curatorial transdisciplinaire qui inclura un cycle d'études, un espace d'échanges et de rencontres à la croisée de l'art contemporain, de l'anthropologie, de l'histoire et de la sociologie en questionnant comment, à travers différentes cultures qui font notre monde, certaines pratiques et croyances se rejoignent.
Ce projet intégrera, dans sa programmation, la collaboration d'un certain nombre de chercheurs et d'experts, l'occasion de mener un débat original sur l'évolution des sociétés arabes, face aux croyances traditionnelles. Un point de départ pour traiter des formes de rituels et de croyances au-delà de Casablanca et de la culture marocaine, en essayant avant tout de les replacer dans un contexte universel. Un travail mené par quatre artistes originaux. Née en 1969 à Casablanca, Ymane Fakhir vit et travaille à Marseille. Après des études aux Beaux-Arts de Casablanca, elle intègre l'Ecole des Beaux-Arts d'Aix-en-Provence. Photographe et vidéaste, elle explore les mutations de la société contemporaine marocaine. Ses œuvres sont régulièrement présentées dans des expositions à travers le monde, dont Africa Remix, les Rencontres photographiques de Bamako, Ici, Ailleurs à la Friche La Belle de Mai, The Lion's share à Kulte Gallery, Les connectivités au MuCEM. Quant à Mohssin Harraki, né en 1981 à Asilah, il vit et travaille à Valence. Diplômé de l'Institut national des Beaux Arts de Tétouan, de l'Ecole supérieure d'Art de Toulon, et de l'Ecole supérieure d'Art de Dijon, il a des œuvres présentées dans des expositions internationales : Outre Mesures et Programmes Radio à La Galerie Noisy-Le-Sec en 2011, Here and Else where en 2014 au New Museum, New York et à la 6e édition de la Biennale de Marrakech, 2016. Non loin de là, Khalil El Gherib d'Asilah également, est un artiste discret, produisant depuis une trentaine d'années, une œuvre singulière qu'il refuse de signer, de dater, ou même de vendre...Il participe cependant à de nombreuses expositions: Maroc Contemporain à l'Institut du monde arabe en 2014; à la Biennale de Marrakech en 2016, au Centre international de la poésie à Marseille en 2016, Fruit of sleep au Sursock Museum in Beirut, 2017. La quatrième artiste vient de France, et de Nice plus précisément. Caroline Trucco est diplômée de l'Ecole supérieure d'arts plastiques de la ville de Monaco en 2013, elle développe une démarche artistique protéiforme questionnant les notions d'exotisme, d'ailleurs et de l'autre pour une décolonisation du regard.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.