Vaccin anti-covid: les dernières révélations de Khalid Ait Taleb    Dématérialisation/TGR : Un nouveau service à partir du 1er novembre    Le Conseil Supérieur des Oulémas rejette et dénonce toute forme d'atteinte à la sacralité des religions, à leur tête les Prophètes    Soutiens sans réserves au Plan d'autonomie au Sahara devant la IVème commission de l'ONU    Le Maroc, un important marché pour Emirates    Arménie et Azerbaïdjan s'engagent à nouveau sur une trêve à Washington    Lee Kun-hee, l'ermite de l'empire Samsung    Afrique de l'Ouest : Difficile quête de paix dans un contexte de Covid-19    Présidentielle US : Trump se moque de Biden (vidéo)    Orpheline de Ronaldo, la Juve concède un nouveau nul    Le message du Premier secrétaire adressé à l'ensemble des Ittihadies et Ittihadis    Le Festival Nipponia 'Ki, un pont culturel entre le Maroc et le Japon    Hamid Bentahar, président du CRT Marrakech-Safi : « Il est primordial d'accélérer l'ouverture des lignes aériennes »    Coupe de la CAF: Le Souverain félicite la Renaissance de Berkane    Le rachat des activités de Bombardier au Maroc enfin officialisé    Evolution du Coronavirus au Maroc : 2264 nouveaux cas, 199.745 au total, lundi 26 octobre à 18 heures    Port du masque : Plus de 624.000 contrevenants arrêtés entre 25 juillet et 23 octobre    Le MAE tchadien tacle le polisario depuis Rabat    Mehdi Qotbi : « De nouveaux musées ouvriront prochainement »    Cinéma. Le Festival Al Gouna rend hommage à said Tahgmaoui    Maroc-Egypte: le suspense continue    La CAF et l'ICSS signent un accord de coopération    Redressement progressif des échanges commerciaux    Nabil Benabdallah: «Le gouvernement est en déphasage par rapport aux orientations royales»    Stigmatisation de l'Islam en France : La riposte s'organise    Après Casablanca, cinq villes placées sous haute surveillance    Les folies d'Erdogan    Policy Center for the New South : « La Démondialisation », thème de la 9éme édition des Dialogues Stratégiques    Maroc/Eswatini : l'industrie et la santé au cœur de deux accords    Marrakech accueille l'emblématique peinture, la Joconde    Réédition du roman «Le dernier combat du captain Ni'mat» de Mohamed Leftah    Imane Robelin couronnée par «Les Lorientales 2020»    Que le livre et la lecture triomphent!    Testé positif au Covid-19, Ronaldinho donne de ses nouvelles    Pas de processus politique avec les provocateurs, les gangs ou les bandits    Espagne. Un tableau de Picasso reproduit par Najat El Baz    La RSB renaît de ses cendres    Transfert : Hicham Al Aroui débarque à l'OCS    Volleyball : Bouchra Hajij élue présidente de la Confédération africaine    Ils ne sont forts que de nos faiblesses...    Top Performer RSE : Maroc Telecom maintient sa présence    Textile : Les perspectives post-Covid décryptées par l'IMIS    L'humidité réduirait la contamination au coronavirus [Etude]    Vaccin contre la grippe au Maroc : de longues listes d'attente chez les pharmacies!    Intervention de la brigade antigang dans la banlieue de Casablanca    Aérien : Oman Air rembourse les billets impactés par la Covid-19 au Maroc    Caricatures du Prophète : le Maroc réagit « vigoureusement »    France: le Conseil scientifique annonce des prévisions pessimistes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





PLF 2019. L'embarras des choix
Publié dans Les ECO le 25 - 10 - 2018

En vertu des dispositions constitutionnelles et de la Loi organique des finances (LOF), le gouvernement vient de déposer le PLF 2019 devant le Parlement. Ce document a fait également l'objet d'une présentation en séance plénière par le ministre de l'Economie et des finances donnant ainsi le coup d'envoi au «marathon budgétaire» appelé à durer au minimum deux mois. Le PLF doit être, sauf accident de parcours, adopté au plus tard le 31 décembre de l'année en cours. D'ici là, les parlementaires auront du pain sur la planche pour éplucher toute la panoplie de documents qui accompagnent le PLF (14 documents en tout !). Il faut reconnaître que le gouvernement s'est montré particulièrement «généreux» en la matière même si, comme on le verra par la suite, il n'a pas fait preuve de la même générosité quand il s'agit d'améliorer le pouvoir d'achat des citoyens et notamment des couches moyennes et défavorisées. Le PLF est, rappelons-le, le seul projet de loi qui donne lieu à un véritable débat national embrassant pratiquement tous les aspects de la vie et tous les départements ministériels.
Recentrer les politiques publiques
C'est à travers le PLF que l'on pourrait apprécier concrètement les bonnes intentions des pouvoirs publics et voir dans quelles mesures les engagements pris devant les électeurs et les représentants de la nation sont ou non respectés. Par conséquent, il est loin d'être un simple tableau comptable qui retrace l'évolution des recettes et des dépenses. C'est en quelque sorte un «plan de développement» annuel qui décline des orientations stratégiques portant sur au moins une période quinquennale. Le PLF 2019 intervient dans un contexte national précis, marqué par la volonté exprimée par le souverain de procéder à un réel recentrage des politiques publiques en faveur des secteurs sociaux comme tremplin vers l'adoption d'un «nouveau modèle de développement» sachant que le modèle en cours a atteint ses limites. Ainsi, la haute teneur sociale qui a marqué les trois derniers discours de SM le roi à l'occasion de la fête du trône, de la révolution du roi et du peuple et de l'ouverture de la session parlementaire, se retrouve incontestablement dans le PLF et la note de présentation. Fait rarissime, voire unique dans les annales des Lois de finances, la note de présentation qui détermine les orientations principales commence par la question sociale et ne mentionne les équilibres macro-économiques qu'en dernier lieu ! La symbolique de ce geste est forte. Ainsi, dans l'ordre, les axes prioritaires du PLF sont les suivants :1) la priorisation des politiques sociales : l'enseignement, la santé et l'emploi, la restructuration des programmes et des politiques d'appui et de protection sociale et l'accélération du processus du dialogue social ; 2) la poursuite des grands chantiers d'infrastructure et des stratégies sectorielles et le soutien à l'investissement privé et à l'entreprise ; 3) la poursuite des grandes réformes institutionnelles et structurelles ; 4) la préservation des grands équilibres macro-économiques. Reste à savoir si les données chiffrées du PLF traduisent effectivement ces priorités ou s'il s'agit tout simplement d'une littérature à usage de «séduction politique». Sans nous prononcer hâtivement sur cette problématique, il convient d'analyser au préalable le contenu concret du PLF et la portée des réformes qu'il introduit. Force est de constater à cet égard que le gouvernement, dont on connaît les composantes, a fait de son mieux pour appliquer les orientations royales sachant qu'il a des limites «congénitales» à aller plus loin pour être parfaitement en phase avec l'ambition portée par le roi et derrière lui tout un peuple.
Privilégier le jeu démocratique
Ainsi, peut-il s'enorgueillir de consacrer une enveloppe supplémentaire de 27 MMDH dont une part non négligeable est affectée au profit du social (7 MMDH vont à l'éducation et à la santé) en procédant à toute une gymnastique intellectuelle pour mobiliser ces sommes comme le retour à la privatisation qui devrait rapporter 5 MMDH. Comme il peut s'enorgueillir de mobiliser grâce au concours du secteur bancaire la bagatelle de 40 MMDH pour liquider définitivement les arriérés de remboursement de la TVA au bénéfice des entreprises publiques et privées. Il est à souligner également un effort conséquent en matière de postes budgétaires (plus de 25.000 auxquels viendraient s'ajouter 15.000 contractuels au bénéfice de l'éducation nationale recrutés directement par les AREF) tout en le relativisant eu égard aux nouveaux départs à la retraite. Pour le reste, on ne trouvera pas grand-chose à se mettre sous la dent si ce n'est quelques mesures par-ci par là car on ne le dira jamais assez, une Loi de finances est le miroir d'une économie donnée. En l'absence de réformes de structures inscrites dans une vision d'ensemble et tant que le rapport des forces est ce qu'il est, le gouvernement s'est limité à agir sur les marges et le miracle attendu ne se produira pas de lui-même. En définitive, l'actuel PLF reste perfectible et amendable sur plus d'un aspect. À condition que le gouvernement ne recourt pas au veto en brandissant l'article 77 de la Constitution. Tel qu'il est présenté, le PLF offre suffisamment d'arguments à la majorité pour le soutenir. Autant à l'opposition pour le rejeter…À chacun son rôle. C'est le b.a.-ba du «jeu» démocratique !
Abdeslam Seddiki
Ex-ministre de l'Emploi et des affaires sociales


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.