Washington et Téhéran envisagent des négociations directes sur le nucléaire    « Espèce de connard »: Joe Biden insulte un journaliste    Maroc-Allemagne : L'ambassadrice de retour à Berlin, un message pour l'Espagne    Fondation Mohammed VI de Promotion des Œuvres Sociales : Un bilan conséquent et des projets prometteurs en 2021    CAN 2021. Une bousculade avant le match Cameroun-Comores aurait fait plusieurs victimes [Vidéo]    Sommet arabe : Tebboune envoie un nouveau message à l'émir du Qatar    Des Wissams Royaux accordés à des fonctionnaires de l'Education nationale    Lydec renouvelle ses réseaux de Maârif    Le pain ou la maladie: l'étendue du dilemme marocain    Banques: la position de change s'améliore    La Bourse de Casablanca débute ce lundi en légère hausse    Retour des l'ambassadrice du Maroc en Allemagne au cours de cette semaine    USFP. Jawad Chafik: « Il n'existe aucun amendement servant l'intérêt de Lachgar! » (VIDEO)    Les Houthis tirent des missiles contre les Emirats et l'Arabie    Présidentielle. Macron: « J'annoncerai ma décision en temps voulu »    Sahara marocain: des experts US taclent l'Algérie    Chelsea: Ziyech s'exprime après son superbe but contre Tottenham    CAN-2021: La Gambie se qualifie aux quarts de finale aux dépens de la Guinée (1-0)    CAN: tout ce qu'il faut savoir sur le match Maroc-Malawi    Covid-19 : Une sortie de la phase aiguë de la pandémie est possible cette année pour l'OMS    Maroc: reprise des cours en présentiel dans plusieurs écoles    Alerte météo: chutes de neige dans plusieurs villes du Maroc    Maroc/Covid-19 : le point sur la campagne nationale de vaccination à date du 24 janvier    Omicron au Maroc: le pic de la vague atteint (Dr Merabet)    Narjis El Hallak célèbre le baptême de sa fille: la cérémonie comme si vous y étiez (VIDEOS)    «L'homme est né pour se perdre dans l'étendue inconnue de son périple»    «Indigo» de Selma Bargach dans les salles de cinéma    Les Industries Culturelles et Créatives présentent une étude sur la transformation du secteur    Liban: l'ex-Premier ministre Saad Hariri ne se présentera pas aux prochaines législatives    Rapport de HRW: la partie réservée au Maroc présente des données « sans fondements ni réels ni juridiques    Selim Amallah : « On devra être à 100% pour faire la différence »    Enquêtes de conjoncture: le HCP appelle les entreprises à souscrire à la plateforme digitale    PL : Tottenham envisage d'enrôler Sofyan Amrabat    Covid-19: Que sait-on du sous variant d'Omicron BA.2 ? (Spécialiste)    La Fondation Zakoura fête ses 25 ans d'engagement en faveur du développement humain    HRW accusée d'implication dans une «campagne politique systématique hostile» au Maroc    CAN 2021: les Comores défient le Cameroun, la Guinée affronte la Gambie    Mondial (Qatar-2022)- Matchs barrage-Afrique. L'Algérie ... encore «sabotée» ?    L'écosystème marocain face à un nouveau risque, les abeilles désertent    Meknès : Restauration des mosaïques de Volubilis    Pour financer sa croissance, Mutandis augmente son capital à la bourse de Casablanca    Paris : La Bourse plonge nettement sous les 7.000 points    Aide à l'Ukraine: la Commission européenne prépare un nouveau « paquet » de 1,2 milliard d'euros    Stof, la punk attitude comme manière de vivre...Un documentaire fort et percutant à (re)voir en Replay    Passe Vaccinal : Entrée en vigueur dès ce lundi en France    Burkina Faso. Le président Kaboré détenu dans un camp militaire    Armand Boua révèle ses «enfants de Yopougon» et de Tanger chez Montresso    « Les constellations de la Terre », le paysage plastique au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Comment l'Afrique peut tirer son épingle du jeu
Publié dans Les ECO le 16 - 11 - 2018

Le sujet était au cœur des échanges entre experts lors de la 3e édition d'Energy Week Morocco clôturée hier à Marrakech. Quelques-unes des pistes présentées.
Est-ce que le continent africain peut relever le défi de l'électrification afin que ses 600 millions d'habitants aient enfin accès à l'électricité ? Une question qui divise quelque peu les les experts qui ont animé les panels de la 3e édition d'Energy Week Morocco, clôturée jeudi à Marrakech. Ainsi, il y a d'un côté ceux qui invoquent la période fastueuse que vit actuellement l'Afrique en termes de croissance économique et les importantes dotations factorielles dont regorge le continent et de l'autre ceux qui sont effectivement engagés dans des projets qui contribuent à changer la donne. En effet, l'Afrique connaît une période de croissance soutenue et sans précédent.
Selon la Banque mondiale, 6 des 10 pays ayant la plus forte croissance en 2018 sont africains. Il s'agit notamment du Ghana avec 8,3%, de l'Ethiopie (8,2%), de la Côte d'Ivoire (7,2%), de Djibouti (7%), du Sénégal (6,9%) et de la Tanzanie (6,8%). Ces chiffres rapportés aux 54 pays du continent montrent que les économies africaines connaissent actuellement une croissance annuelle moyenne de plus de 4%. Et selon le cabinet McKinsey, 25 des 54 pays du continent auront une croissance supérieure à 5% jusqu'en 2025. Si cette tendance se poursuit, le PIB de l'Afrique sera multiplié par 3 d'ici 2030 et par 7 d'ici 2050. Pour les autres experts qui misent sur les ressources, cette période fastueuse de croissance ne saurait perdurer sans des investissements conséquents à moyen et long termes dans l'énergie. Ces derniers sont notamment convaincus que les décideurs ont pris conscience que l'Afrique a tout intérêt à développer des solutions sobres en carbone et qu'une démarche stratégique de grande ampleur ne saurait tarder parce que le continent a un potentiel considérable en matière d'énergies propres. Un potentiel en gaz naturel, énergie hydroélectrique, solaire, éolien et géothermie encore très insuffisamment exploité. Ces derniers rejoignent quelque part ceux qui sont déjà dans le feu de l'action. En plus des nombreuses initiatives d'off grid et de mini grid lancées ça et là sur le continent par des privés et dans le cadre de la coopération internationale, le fameux projet Desert to power de la BAD a été plusieurs fois évoqué parce qu'interconnectant plusieurs pays.
En effet, ce projet grandiose auquel vient d'adhérer Masen (l'Agence marocaine de l'énergie durable) va littéralement illuminer l'Afrique en général et l'Afrique occidentale en premier lieu. Lancé par la BAD en partenariat avec l'Agence française de développement (Afd), l'Agence internationale des énergies renouvelables (Irena), le secteur privé et des partenaires techniques et financiers, ce projet vise à faciliter l'accès à l'électricité à 250 millions de personnes dans 11 pays de la zone sahélo-sahalienne, notamment le Burkina Faso, Djibouti, l'Erythrée, l'Ethiopie, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Nigéria, le Sénégal, le Soudan et le Tchad. S'agissant des moins optimistes, ils lient leur réponse affirmative à plusieurs conditions. Parmi ces conditions, on peut notamment citer en premier lieu le fait de devoir revoir à la hausse les ambitions des stratégies énergétiques de l'Afrique. Ensuite, il s'agira de renforcer les réformes en matière de gouvernance énergétique notamment aux niveaux local, national, régional et international. Enfin, il faudra supprimer les subventions aux énergies fossiles et augmenter considérablement la capacité de production d'électricité en favorisant l'électrification à partir de solutions mini-grid et off-grid.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.