La France veut inscrire la question du Sahara au menu du sommet euro-méditerranéen    Référendums en Ukraine: Les alliés de Kiev ne reconnaissent pas les résultats    Un économiste décrypte la décision de BAM pour relever le taux directeur    Exercices russo-algériens : la Russie tente de rassurer le Maroc !    Météo Maroc : le temps qu'il fera jeudi 29 septembre 2022    Sommet arabe : l'émissaire algérien raillé après avoir quitté le Maroc en toute hâte    Maroc : Arrestation de 7 personnes pour escroquerie de demandeurs de visa    Musique andalouse. Un Festival à la confluence des cultures marocaine, ibérique et judaïque    Un programme chargé pour le festival international du film de femmes de Salé    Mondial 2022: quels seront les joueurs écartés ? Regragui aurait tranché    Prince Héritier Moulay Hassan KiteSurf World Cup 2022 : Deux Marocains briguent le championnat du monde    La Bourse de Casablanca finit dans le rouge ce mercredi    Akhannouch s'est entretenu avec le Premier ministre Fumio Kishida    Covid-19 au Maroc: le bilan de ce mercredi 28 septembre    Ksar El-Kébir: un bilan de 19 morts après la consommation d'alcool frelaté    Sahara marocain: la Fondation France-Maroc appelle Paris à clarifier sa position    Joe Biden doit dire si les Etats-Unis sont derrière les fuites sur Nord Stream, fulmine la Russie    Afghanistan: Un accord avec la Russie pour l'approvisionnement en blé et en carburant    Des parlementaires péruviens reprochent au président son aventure avec le polisario    Services marchands non financiers: plus de la moitié des patrons s'attend à une embellie    Casablanca: le forum économique maroco-saoudien se tiendra le 4 octobre    Les Parlements marocain et panafricain saluent la reprise de ses fonctions    «Le Maroc d'exception : Terre de diversité et de fraternité»    Les Marocains appelés à vacciner leurs animaux de compagnie    Le Brésil surclasse la Tunisie !    Le Maroc en amical face à la Seleção !    Guillaume Musso à Rabat    Botola Pro D1 / 4e Journée : Le choc WAC-RSB décalé au dimanche    Le peuple marocain célèbre jeudi l'anniversaire de SAR la Princesse Lalla Asmaa    Criminalité: un présumé trafiquant de drogues abattu par la police à Fès    Une première dans la province d'El Jadida, une vingtenaire donne naissance à des quadruplés    Ahmed Réda Chami plaide pour une territorialisation de l'action du CESE    Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane devient Premier ministre    Fenêtre FIFA septembre 2022 : Clap de fin    Industrie pharmaceutique: Signature d'un contrat-programme, 16.000 emplois attendus    La fondation Mohammed VI pour la réinsertion des détenus accompagne les enfants des anciens condamnés dans le cadre de la loi antiterroriste    Pourquoi la France macronnienne nourrit-elle tant d'ambiguïté à l'endroit du Maroc ?    Palestine : Trois Palestiniens tués par Israël    Microdata améliore son chiffre d'affaires semestriel, hausse de 15,6%    L'icône intemporelle fête son grand retour    Questions à Mohamed El Hassouni, fondateur du théâtre nomade: «Maintenant le théâtre nomade se consacre vraiment à la formation»    2ème Short Festival de Marrakech : 4 films projetés en ouverture    Interview avec Abderrahmane Chabib : « Le Maroc a plus d'opportunités à saisir avec le nouveau gouvernement italien »    Subventions : Le cinéma et le livre pris au piège de l'argent public    Hommage à Houssein Miloudi : Une oeuvre singulière, intense et plurielle    Le doublé de Lionel Messi face à la Jamaïque (VIDEO)    "Les Impériales 2022" célèbre les marques, les agences et les campagnes qui ont brillé en 2020 et 2021    Maroc-UE : Entretien téléphonique entre Ursula von der Leyen et Aziz Akhannouch    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Echiquier politique : À quand la fin du cumul des fonctions ?
Publié dans Les ECO le 04 - 01 - 2019

La proposition de loi sur le Conseil de la jeunesse remet au goût du jour la problématique du cumul des fonctions. Un sujet qui va sans doute être en tête des discussions parlementaires à la veille des élections... et même avant. Les propositions de loi sur l'incompatibilité des mandats et le cumul des indemnités du PJD et de l'USFP vont-elles franchir le cap du Parlement ?
Les pays démocratiques tendent de plus en plus à restreindre le cumul des fonctions et des responsabilités en vue de rénover la vie publique. Au Maroc, le problème demeure en dépit des critiques acerbes et des contestations émanant même des membres de la majorité gouvernementale. Après des années de tergiversation, gouvernement et Parlement sont très attendus sur cette question qui réveille la polémique à la veille de chaque élection.
Mais rien n'est moins sûr en raison des contradictions dans les discours et pratiques qui nourrissent davantage le scepticisme à l'égard de la vie politique. Le sujet refait surface suite à l'adoption de la proposition de loi des groupes parlementaires de la majorité à la Chambre des représentants amendant la loi relative au Conseil de la jeunesse et de l'action associative pour permettre aux parlementaires de siéger dans cette instance.
Ce texte est passé comme une lettre à la poste (à l'unanimité) à la chambre basse et devrait bientôt franchir le cap de l'institution législative, alors que des projets importants sont bloqués dans les tiroirs des commissions depuis des années, ce qui n'a pas manqué de susciter de virulentes critiques de part et d'autre. Il faut dire qu'à l'heure où les parlementaires sont appelés à contribuer au processus de restauration de la confiance dans l'échiquier politique- qui n'est visiblement pas encore enclenché, ils continuent de reproduire les mêmes pratiques qui ternissent l'image des institutions et des politiciens.
Un parlementaire a-t-il besoin de siéger dans une instance consultative? Les élus de la Nation, en vertu de la loi, sont déjà présents dans quelques instances de gouvernance dont le Conseil supérieur de l'éducation, de la formation et de la recherche scientifique et espèrent visiblement étendre leur représentativité à d'autres organismes, alors que sous d'autres cieux, le cumul des fonctions est très limité voire interdit.
Le problème est de taille au Maroc, dont l'arsenal juridique autorise aux parlementaires la multiplication des casquettes (électives, organisationnelles, représentatives…) comme c'est le cas de Driss Azami Idrissi qui est député, président du premier groupe parlementaire et maire d'une grande ville. Les membres du gouvernement sont aussi concernés par cette problématique. Parmi les cas jugés aberrants figure celui de Aziz Rabbah, ministre et président de commune.
Incompatibilité des fonctions
Déontologiquement parlant, cette situation est inacceptable dans plusieurs pays en raison non seulement du conflit d'intérêts mais aussi du souci d'efficacité et d'optimisation de rendement. Chacune de ces fonctions doit être exercée à plein temps pour donner du sens à la gestion des affaires publiques. En France, à titre d'exemple, la charte de déontologie des membres du gouvernement leur interdit d'exercer une fonction exécutive locale. Au Maroc, il semblerait qu'on n'ait pas encore atteint cette maturité, même si le débat sur la nécessité d'imposer les incompatibilités des mandats a été lancé il y a plusieurs années. En 2015, à la veille des élections législatives et locales, la question avait suscité des débats houleux au sein de la commission parlementaire de la législation.
Les parlementaires avaient alors réussi à introduire un amendement de fond de l'opposition sur l'article 32 de la loi organique relative à l'organisation et à la conduite des travaux du gouvernement et au statut de ses membres en ajoutant aux cas d'incompatibilité celui de président de commune, avant que cet amendement soit rejeté par le gouvernement en deuxième lecture. Le revirement de position dans les rangs des députés de la majorité qui avaient voté contre cette disposition en plénière alors qu'ils l'avaient approuvée en commission avait suscité l'ire de l'opposition et des observateurs.
Cette fois-ci, les textes seront-ils amendés pour enfin pouvoir rénover la vie publique? Rien n'est moins sûr, bien que deux groupes parlementaires de la majorité aient élaboré des propositions de loi sur le cumul des fonctions. Le groupe socialiste a axé son texte sur l'interdiction du cumul des indemnités qui est vivement critiqué, notamment sur les réseaux sociaux. Déposée au bureau de la Chambre des représentants en novembre 2017, cette proposition de loi a été gelée aussitôt après sa présentation au sein de la commission des finances et du développement économique en raison de l'élaboration d'une autre proposition par le groupe parlementaire du PJD, le plus pointé du doigt pour cette question de cumul des mandats.
Les députés du parti de la lampe veulent aller au-delà de l'interdiction du cumul des indemnités en instaurant l'incompatibilité des fonctions de membre de gouvernement ou de parlementaire avec celle de président de commune, à l'instar de ce qui a été décidé en 2015 pour le cas de président de région. Mais encore faut-il que cette proposition formulée il y a une année recueille le consensus au sein de la coalition gouvernementale pour éviter toute reproduction du scénario de 2015.
Révision des lois électorales
D'aucuns estiment que le Maroc, qui tend à réformer son échiquier politique, gagnerait à s'inspirer des pays démocratiques dont certains sont allés jusqu'à instaurer le cumul «chronologique» des mandats afin de donner un véritable coup de fouet au renouvellement des élites et à l'efficacité de l'action publique et politique. Outre la question de l'incompatibilité des mandats, d'autres sujets ayant trait à la vie politique devront être débattus afin de procéder à une réforme législative globale, comme le réclament certains acteurs politiques. L'enjeu est de réviser l'ensemble des lois électorales ainsi que la loi organique sur les partis politiques, qui nécessitent des amendements de fond pour réhabiliter l'échiquier politique et restaurer la confiance perdue. Les discussions doivent dès à présent être lancées pour éviter la précipitation qui caractérise toujours la révision des textes électoraux et qui déteint sur la qualité des moutures finales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.