Maroc : panne généralisée d'électricité    Coronavirus : 123 nouveaux cas, 14.730 cas au total, mercredi 8 juillet à 10h    Déficit budgétaire. Le gouvernement doit voyager en classe économique    Covid-19 : Les banques résilientes    Voie express Tiznit-Laâyoune : Les chantiers avancent à grands pas    Crédit Agricole du Maroc de nouveau distinguée par la Commerzbank    Casablanca: le trafic du tramway à l'arrêt    Joe Biden promet que les États-Unis réintégreront l'OMS s'il est élu    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste à Nador    Le retrait américain de l'OMS prendra effet dans une année    Enseignement: L'e-learning en voie d'institutionnalisation au Maroc dès la rentrée prochaine    Coronavirus au Maroc-Situation à 10h: 123 nouveaux cas, 14.730 au total    Aïd Al Adha: Principales inquiétudes des éleveurs et réponses des institutionnels (Reportage Vidéo)    Accidents de la circulation : 11 morts et 1.766 blessés en périmètre urbain la semaine dernière    La situation pandémique est maîtrisée    Casablanca : trafic du tramway à l'arrêt à cause d'une coupure d'électricité    France: un plan de reconfinement a été préparé    Amekraz contre attaque. La CNSS inspecte Driss Lachgar    Météo : temps généralement stable avec ciel peu nuageux à clair, ce 8 juillet    Parcours exceptionnel d'un homme si exceptionnel    Loi de finances rectificative: séance commune du Parlement ce mercredi    Les USA se retirent officiellement de l'OMS    4 terroristes présumés arrêtés à Nador    Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : Les principaux chantiers et réformes économiques à l'actif du gouvernement El Youssoufi    Le monde arabe en 2033 [Analyse]    Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : Une vie et un destin hors du commun    Si Abderrahmane et Marie-Hélène El Youssoufi ont fêté avec le TAS un sacre attendu depuis 80 ans    Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : La culture, une source d'intérêt majeure pour El Youssoufi    Les villes-hôtes candidates se mettent au travail    Renard: «j'ai conseillé à Achraf d'accepter le transfert à l'Inter»    Futsal: Hicham Dguig prolonge jusqu'en 2024    Tensions sino-américaines en mer de Chine    Biennale de Danse en Afrique du 22 au 27 mars 2021    51e FNAP: la ville ocre vibre aux rythmes des arts Populaires    BDS – Défendre une cause c'est bien, respecter les avis des autres c'est mieux    Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : Le père fondateur de la presse ittihadie    Milouda: Une leçon de vie écrite aux couleurs de l'espoir    La Fondation du Forum d'Assilah annonce son programme d'activités culturelles et artistiques d'été    Le président brésilien annonce sa contamination au Covid-19    La Chambre des conseillers: adoption en commission d'un projet de loi édictant des mesures spécifiques à l'état d'urgence sanitaire    Le Wydad entame sa préparation collective à Agadir    Les mosquées ouvriront leurs portes    Côte d'Ivoire : Drogba brigue le poste de président de la FIF    Le Marocain Aziz Krir remporte le titre    Hamza Mehimdate, un photographe émotionnel    Immigration clandestine: baisse des arrivées sur les côtes espagnoles    Adil Bouaouad en quête de « rédemption »    « Derb Mila » à Casablanca embelli par des fresques murales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Arrivée au Canada, la Saoudienne Rahaf Mohammed al-Qunun entame une nouvelle vie
Publié dans Les ECO le 13 - 01 - 2019

La jeune fille a suscité une mobilisation internationale en sa faveur sur les réseaux sociaux, après avoir fui sa famille et son pays.
"Très heureuse" d'être réfugiée au Canada, une jeune Saoudienne qui a suscité une mobilisation internationale après avoir fui sa famille et son pays, a commencé une nouvelle vie à Toronto où elle est arrivée samedi. Accueillie à l'aéroport par la ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland en personne, Rahaf Mohammed al-Qunun, âgée de 18 ans, a brièvement posé, tout sourire malgré la fatigue, pour les nombreux journalistes venus l'attendre.
"Elle a fait un très long voyage, elle est épuisée et préfère ne pas répondre aux questions pour le moment", a commenté la chef de la diplomatie canadienne Chrystia Freeland. "Elle est très heureuse d'être dans sa nouvelle maison, même si elle m'a parlé du climat. Je lui ai dit qu'il peut faire plus chaud". "Elle voulait que les Canadiens voient qu'elle était arrivée au Canada", a ajouté Freeland, prenant par l'épaule la jeune femme qui arborait une jupe, une veste de survêtement affichant "Canada" et une casquette bleue siglée "UNHCR" (Haut commissariat aux réfugiés de l'ONU).
Sur Twitter, la jeune fille a chaleureusement remercié son pays d'accueil non sans égratigner les autres: "Le seul pays qui m'ait vraiment aidé finalement est le Canada. Les autres ont eu peur et sont des lâches", a-t-elle commenté sur le réseau social à son arrivée à Toronto.
La Saoudienne affirme vouloir fuir les abus psychologiques et physiques de sa famille, qui a démenti ces allégations. Elle se dit par ailleurs en danger dans son pays pour avoir l'intention de renoncer à l'islam. Après avoir semblé sur le point de trouver refuge en Australie, l'adolescente s'est finalement tournée vers le Canada, où le gouvernement du Premier ministre canadien Justin Trudeau lui a rapidement accordé l'asile.
Elle a été prise en charge par l'association à but non lucratif Costi, basée à Toronto et spécialisée dans l'accueil des réfugiés, a confirmé une porte-parole de Costi. La jeune femme est allée dès samedi après-midi faire un peu de shopping pour s'acheter des vêtements chauds au centre de la mégapole de l'Ontario, selon cette source. Elle y connaît plusieurs personnes qu'elle a contactées.
Des responsables de l'association vont dans les prochains jours l'aider à ouvrir un compte en banque ou remplir diverses formalités administratives, avant de chercher un logement permanent. En attendant, elle va séjourner dans une structure protégée par des gardiens jour et nuit. L'association a conseillé à la jeune femme de ne pas révéler sa localisation précise.
L'arrivée de la jeune femme au Canada marque l'épilogue d'une odyssée internationale qui a attiré l'attention via les réseaux sociaux depuis une semaine. La jeune femme avait acquis une notoriété planétaire en créant un compte Twitter alors qu'elle était retranchée dans une chambre d'hôtel à l'aéroport de Bangkok, multipliant messages et vidéos désespérés.
Une photo d'elle, barricadée derrière sa porte d'hôtel barrée d'un matelas, avait fait le tour du monde. Avec son téléphone, elle avait assuré qu'elle risquait la mort si elle était rapatriée de force. Elle avait notamment affirmé à Human Rights Watch (HRW) qu'elle souhaitait renoncer à l'islam, ce qui la mettait "sérieusement en danger" si elle rentrait dans son pays, souligne l'ONG.
Pour rappel, l'adolescente avait été arrêtée à son arrivée à Bangkok depuis le Koweït, où elle avait fait faux bond à sa famille et cherché à gagner l'Australie.
A la suite d'une mobilisation en sa faveur sur les réseaux sociaux, les autorités thaïlandaises avaient renoncé à la renvoyer contre son gré et l'avaient laissée quitter l'aéroport avec des représentants du HCR. Cette agence de l'ONU, dans un tweet, a salué "l'arrivée de Rahaf au Canada et la décision du gouvernement canadien de lui apporter une protection et une solution de long terme en tant que réfugiée réinstallée". "Comme l'a dit le Premier ministre (Justin Trudeau), le Canada croit très fort à la défense des droits humains dans le monde, et nous pensons fermement que les droits des femmes sont des droits humains", a insisté Chrystia Freeland.
La décision du Canada risque toutefois de raviver la crise diplomatique sans précédent qui mine les relations entre Ryad et Ottawa depuis l'été dernier. L'Arabie saoudite avait annoncé en août l'expulsion de l'ambassadeur du Canada, rappelé le sien et gelé tout nouveau commerce ou investissement avec le Canada. Cette décision faisait suite à un tweet d'Ottawa, quelques jours plus tôt, appelant à la libération immédiate de militants saoudiens des droits humains arrêtés peu avant, dont Samar Badaoui, soeur du blogueur emprisonné Raef Badaoui, dont la femme et les trois enfants vivent réfugiés au Québec.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.