SM le Roi, Amir Al-Mouminine, accomplit la prière de l'Aïd Al-Fitr    Coronavirus : 45 nouveaux cas, 7577 au total, mardi 26 mai à 18h    Hakimi buteur contre Wolfsburg    Campagne de solidarité avec les victimes des inondations à El Kelâa des Sraghna    La DGAPR rectifie le tir…    Réserves de change: BAM adopte les avoirs officiels de réserve    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, mardi 26 mai    Un masterpiece sublime!    Messaoud Bouhcine: le confinement sanitaire a mis à nu le secteur culturel et artistique    Une «violation» du droit international    Procès à distance : 6.001 détenus bénéficiaires    Les Marocaines ont pris part activement à l'élan mondial de lutte contre la pandémie    Hong Kong se soulève contre un projet loi imposé par Pékin…    Le tourisme sort de sa coquille!    Maroc, de quoi avons-nous peur?    Noussair Mazraoui toujours dans le viseur de la Lazio    Le géant indien SMG s'installe à Tanger Automotive City    Ces activités qui profitent de la crise    Coronavirus: L'OMS suspend les essais cliniques de l'hydroxychloroquine    VH et MFM lancent un grand concours et une expo à vocation solidaire    Omar Elabdellaoui dans le viseur du Bétis et du Galatasaray    Amine Benchaib évoluera au Sporting de Charleroi    Officiel : La date du Aïd Al Fitr désormais connue    Aides alimentaires: Un agent d'autorité épinglé pour détournement    En pleine crise du Covid-19, les cerises marocaines se renforcent à l'export    Les partis interpellés par l'après-Covid-19    Justice: L'agenda de l'après- confinement    Espagne/Foot : reprise du championnat prochainement    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    La saison des best-sellers est ouverte    Sanaa Akroud: Dans "Myopia", j'ai donné la parole aux femmes    "Mon livre solidaire", une opération qui joint l'utile à l'agréable    Sans-abris et migrants subsahariens la main dans la main à Khouribga    Pour Sapress et Sochepress, les conditions d'une reprise de la publication des journaux en papier ne sont pas réunies    Les administrations publiques prochainement ouvertes au public    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    La FLDF appelle à la mise en place d'une approche genre du processus de soutien aux ménages    Bundesliga : L'apprenti Haaland défie le maître Lewandowski    Une carrière en Liga se précise pour Jawad El Yamiq    "El Mundo" salue les efforts du Maroc dans la lutte contre le Covid-19    A Madagascar et à travers l'Afrique, la ruée controversée vers l'artemisia    Vote à distance: La Chambre des conseillers décide de développer une application électronique    238 ONG subventionnées par le programme Moucharaka Mouwatina    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    Webinaires sportifs : Raccourcir les distances et enrichir les compétences    Le Réseau des journalistes contre la peine de mort appelle le Maroc à abolir cette peine cruelle    Confinement et ramadan, un duo gagnant pour la télé!    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maluma emporté par la foule...marocaine !
Publié dans Les ECO le 02 - 07 - 2019

Lors de la clôture de la 18e édition du Festival Mawazine et rythmes du monde samedi 29 juin, la star planétaire Maluma a livré un concert généreux et passionné. Celui qui a enchaîné les hits et les featuring avec les plus grands artistes mondiaux a fédéré autour de son reggaeton inspiré et autour de ses chansons entraînantes à l'image de «Corazón» ou encore «Felices los 4». Coulisses d'un concert qui restera dans les annales du plus grand festival du monde.
Maluma est cette bête de scène qui chante, danse, compose, écrit, joue de la guitare tout en séduisant le monde de sa fraîcheur et de ses chansons entraînantes. Habitué des stades et des concerts aux centaines de milliers de fans en délire, il ne s'imaginait pourtant pas être aussi séduit par la foule de Mawazine. Puisqu'aussitôt sur la scène de l'OLM Souissi, la star colombienne ne peut s'empêcher d'être émue par le public marocain. «Vous êtes incroyables, merci d'être venus aussi nombreux», réussira-t-il à articuler.
Un show à la façon latino
Maluma ne sait pas faire les choses à moitié. Pour ses fans marocains, il avait préparé un concert en l'honneur de son dernier album «11 pm» sans oublier de faire un tour d'horizon sur les chansons que le public connaît par coeur. D'ailleurs, le public connaît même les dernières chansons par coeur et ils le lui ont prouvé. «J'aime votre pays, j'aime votre culture, je vous aime», ajoute-t-il pour remercier les fans venus en grand nombre ce soir là. Entre danses endiablées, vocalises assumées et chorégraphies étudiées, Maluma se permet même un selfi e en plein milieu de son concert quand les 200.000 festivaliers présents ont tous allumé leurs téléphones en même temps. Un spectacle d'une rare beauté. Et quand le Colombien fan de football apparaît avec le maillot du onze national avant de s'enrouler du drapeau marocain, il met Rabat dans sa poche en quelques secondes. Une belle preuve de générosité de cet artiste de 25 ans parti de rien.
Un «Colombian dream»
Maluma, de son vrai nom Juan Luis Londoño Arias, a vécu une enfance normale à Médellin en Colombie jusqu'à l'âge de 10 ans, quand ses parents divorcent et que son père se retrouve en faillite. C'est alors que le jeune rêveur décide de vouloir sauver sa famille, sa mère et sa soeur de la misère en achetant des paquets de bonbons devant l'école qu'il revend à l'unité à ses camarades. C'est à ce moment là que le travailleur acharné en lui est né. La rage de vivre et de vaincre l'ont ensuite suivi. Celui qui rêvait de devenir footballeur international et qui avait le talent pour choisir une carrière dans la musique à l'âge de 16 ans, improvise une séance d'enregistrement grâce à une tante dans le milieu, où il sera ensuite repéré par un producteur et par les médias. Après avoir été pointé du doigt pour son style «reggeaton» peu convaincant, Maluma dont le nom de scène est en fait les initiales des prénoms de ses parents et de sa soeur, enchaîne les tournées dans les écoles, les lycées, les anniversaires, les mariages, les évènements pour convaincre la Colombie de sa musique. C'est en juillet 2011 que Maluma signe son premier succès avec le titre Farandulera, qui lui permet de signer un contrat avec le label Sony Music Entertainment Colombia. Quelques mois après, il sort son premier album intitulé Magia en 2012 à tout juste 18 ans. Le succès commence à se faire sentir mais Maluma voit plus loin : il ne veut pas être connu en Colombie ou en Amérique latine, il vise le monde. D'albums en albums, de duos en duos, il devient un artiste incontournable et tout le monde s'arrache. Il signe des featuring avec Madonna, Shakira, Maître Gims, Marc Anthony ou encore Ricky Martin. À 25 ans, il vient de sortir son 6e album «11 pm» en l'accompagnant d'un documentaire baptisé «Lo que era, lo que soy, lo que sere» (Ce que j'étais, ce que je suis, ce que je serai) où il se dévoile complètement. Le chanteur donne la voix à sa famille et aux gens qui ont fait de lui une star.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.