Dialogue social : El Otmani rencontre syndicats et employeurs    TGR : Le déficit budgétaire s'est creusé à 32,3 MMDH en septembre    Il fait l'actu : Kaiss Saïed, nouveau président de la Tunisie    Arab Reading Challenge: La Marocaine Fatima Zahra Akhiar passe en finale    Le 3e Salon maghrébin du livre fait la part belle aux enfants    Samira Said à Muscat    FRMF: Tout savoir sur les billets du match Maroc-Algérie locaux    TIBU Maroc présente la 1ère promotion de «Intilaqa»    Yemoh & The Minority Globe lance «Welcome to Africa» le 25 octobre    Ligue des champions de la CAF : Le WAC gagnera par forfait contre l'USMA    Les violations des droits humains à Tindouf mises à nu    Brexit: Un accord « possible » dans la dernière ligne droite, selon Dublin    Programme Bades: Le démenti de la CGI/CDG    Suite à une réunion avec la tutelle : Les transporteurs routiers de marchandises annulent leur grève    Moga Festival. L'électro métissé d'Essaouira !    À Hong Kong, la violence des radicaux n'entame pas l'unité du mouvement    Joie dans les rues de Quito pour célébrer la fin de la crise    Le Maroc tenu en échec par la Libye en attendant le Gabon ce mardi    Ouverture de la première session de la 4e année législative    Fès : Trois individus arrêtés en flagrant délit de possession de plus de 2 t de chira    Vidéo. Marrakech : L'accident enregistré par une caméra de surveillance    Edito : Banques    Le Crédit Agricole partenaire du 6ème Africa Agri Forum à Libreville    Loi de Finances : Syndicats et patronat chez le gouvernement ce lundi    Paul Kagame : « Le développement de l'Afrique relève de la responsabilité des Africains »    Le Maroc remporte à Abu Dhabi le Championnat arabe du muay-thaï    WPC de Marrakech : La ‘‘Route de la Soie'', entre alarmistes et réalistes    Tunisie : Kais Saed vainqueur de la Présidentielle    Bleus : Plan D comme Deschamps, monsieur bricolage    La quête d'un équilibre défensif    Le nouvel échéancier de paiement de l'IATA inquiète les voyagistes marocains    Ferme soutien au Plan d'autonomie au Sahara    La sensibilisation à la santé mentale au menu d'une rencontre à Rabat    Grave menace sur le passage frontalier d'El Guerguarat    Une délégation parlementaire marocaine participe à la 141ème Assemblée de l'UIP    Le village solaire d'Id Mjahdi se dote d'un Centre éducatif    La Banque africaine de développement soutient l'entrepreneuriat des jeunes et l'innovation au Maroc    Euro-2020 : L'Italie qualifiée, l'Espagne devra attendre    BMCE Bank of Africa organise une master class sur le "personal branding"    "Achoura" de Talal Selhami remporte un nouveau prix en Espagne    Le musée Farid Belkahia ouvre ses portes aux œuvres de Hassan Hajjaj    Eradication du mariage des mineurs    Epidémiologie cancer du col de l'utérus au Maroc    Météo: Le temps qu'il fera ce dimanche    Fès : Saisie de plus de 2t de chira    Le roi félicite le Premier ministre éthiopien lauréat du Prix Nobel de la paix    Marrakech : Trois morts et 22 citoyens écrasés par un conducteur en état d'ébriété    Le jour où Elton John a vu la reine Elizabeth II perdre son sang-froid    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Economie circulaire. Encore beaucoup de chemin à faire !
Publié dans Les ECO le 11 - 07 - 2019

Initiée par la Fédération de l'énergie qui a fait appel aux cabinets Sunergia études et Nevolys transformation consulting, l'étude montre que ce secteur est encore à ses premiers balbutiements dans le royaume.
On en sait enfin un peu plus sur la mobilité électrique au Maroc ! Grâce à la Fédération de l'énergie de la CGEM, le royaume vient en effet d'avoir sa toute première étude sur cette thématique qui relève de la transition énergétique. Conduite sur le terrain par les cabinets Sunergia études et Nevolys transformation consulting, ses résultats ont été officiellement présentés au public avant-hier à Casablanca. Pour commencer, les deux cabinets ont remonté des informations sur un état des lieux connu : le secteur de la mobilité électrique est encore à ses tous premiers balbutiements dans le royaume. Sur un parc national de 4,9 millions de voitures en 2017 toutes catégories et toutes marques confondues, les voitures électriques ne représentent que 0,01%, soit seulement 93 unités 100% électriques qui circulent sur tout le territoire marocain. En incluant le full hybride (à motorisation thermique), la donne change toutefois un peu. En effet, le chiffre monte à 1.300 véhicules vendus sur les 3 dernières années (2016- 2017 et 2018).
D'ailleurs, c'est ce marché du full hybride qui est à l'origine de la progression d'une demande multipliée par 6 en 3 ans. Pendant ce temps, la vente de voitures électriques se tarit depuis l'effet observé lors de la COP22 en 2016. Par segment, il faut par exemple noter qu'il y a seulement 10 bus électriques contre 5.064 thermiques ; 1.000 voitures full hybrides pour la location contre 140.000 thermiques et 1.000 cyclomoteurs électriques contre 9.000 thermiques. Selon l'étude, cette situation de très faible engouement pour la voiture électrique risque encore de perdurer longtemps à cause de plusieurs facteurs et si ces freins ne sont pas rapidement levés. Parmi ces freins, il y a l'absence d'un cadre législatif et réglementaire qui réduit par exemple l'usage du GPL comme carburant alternatif. Il y a aussi le prix de vente prohibitif des voitures électriques. Prenons un exemple : au moment où la Clio Essence est à 144.900 DH, la Renault Zoe (électrique) est à 250.000 DH, soit une différence de prix de 72%. C'est énorme ! Un autre frein, la faiblesse du réseau de bornes de recharge qui n'en compte actuellement qu'une cinquantaine dont 37 installées au niveau de stations services situées sur l'axe autoroutier Tanger-Agadir. Ces bornes ne sont pas encore intégrées dans une plateforme d'itinérance, c'està- dire qu'elles fonctionnent actuellement en l'absence de cartes NFC. C'est donc un réseau à pousser vers la dématérialisation.
Bref, l'étude de la Fédération de l'énergie a identifié cinq facteurs clés de succès pour le développement du marché des véhicules durables au Maroc. Premièrement, il faut une politique volontariste de l'Etat traduite en une stratégie de développement incluant des objectifs chiffrés et une feuille de route concrète. Deuxièmement, mettre en place des incitations visant à pousser le consommateur à acheter un véhicule durable, notamment à des prix compétitifs et ceci dans l'optique de garantir l'émergence d'une filière industrielle. Troisièmement, déployer une infrastructure ouverte au public, ce qui permettra de favoriser la recharge au quotidien. Quatrièmement, créer un écosystème structuré et développé autour de plusieurs acteurs (constructeurs, acteurs de recharge…). Et enfin, utiliser le levier réglementaire pour favoriser le développement du marché des véhicules durables et les infrastructures de recharge associées.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.