Kénitra: des motards utilisent leurs armes de service pour arrêter un récidiviste    Création d'un centre d'accueil pour les MRE à Tanger    Installation des agents d'autorité nouvellement nommés    Tanger : Un centre d'accueil pour la diaspora marocaine    Remaniement: Divisions de la majorité et compétences rares    Le Japon affiche de nouvelles ambitions africaines    Fête de la Jeunesse: Fini les cérémonies officielles…    Un Conseil de gouvernement jeudi prochain    Insolite : Mystérieux bienfaiteur    La Bourse de Casablanca clôture juillet en bonne mine    Le taux moyen de remplissage des barrages avoisine les 57% au niveau de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima    Création d'entreprises : 50.135 nouvelles entités au premier semestre    Grève de 48 heures des médecins du secteur public    Equipements télécoms : Le processus d'agrément dématérialisé    Télédéclarations: la CNSS s'associe aux banques participatives    Exploration pétrolière: Jeu de chaises musicales sur le permis Anoual    En Libye, la peur de finir à la rue après avoir fui les combats    Réfugiés: Le ras-le-bol des pays voisins de la Syrie, après 8 ans de guerre    Le commerce mondial des marchandises pique du nez au troisième trimestre    Commerce: Trump vante la perspective d'un accord « fantastique » avec Londres après le Brexit    Gibraltar autorise le pétrolier iranien à partir malgré la tentative américaine de blocage    Hong Kong, passerelle entre Pékin et le monde, malgré l'essor économique chinois    Les utilisateurs d'Instagram pourront bientôt signaler les « Fake News »    Taux négatifs    Coupe arabe Mohammed VI des clubs champions : L'IRT décidé à franchir le tour préliminaire    Fouzi Lekjaa Objectif : Qualifier l'EN au Mondial et au dernier carré de la CAN    Coupe du Trône : Tirage au sort fatal pour au moins sept clubs de la D1    Championnat de Portugal : Adel Taarabt renoue avec Benfica jusqu'en 2022    Kitesurf : Dakhla à l'heure de la 5ème édition de «Dakhla Downwind Challenge»    Athlétisme : Des records du monde en danger    Neymar convoqué pour les prochains matches amicaux du Brésil    Vahid Halilhodzic prend officiellement les commandes de la sélection nationale    De nouveaux ambassadeurs du Qatar et de la Finlande à Rabat    Myrtilles : Cet aliment miracle réduit le risque d'Alzheimer et d'infarctus    Augmentation du nombre de bénéficiaires de l'Entraide nationale    Divers    Fès: L'UEMF s'allie à l'Ecole polytechnique    La Marine Royale saisit 4 tonnes de chira au large d'Assilah    Vol de médicaments de l'hôpital multidisciplinaire d'Azrou : Un récidiviste interpellé    Tanger : Deux arrestations dans une affaire de coups et blessures ayant entraîné la mort d'une personne    Réhabilitation du cimetière juif d'El Jadida    Le film culte "Apocalypse Now" ressort dans une nouvelle version    Depuis sa cellule, MHD rend un hommage déchirant à Dj Arafat    Une MasterClass pour former les musiciens en herbe    Casablanca: Où sont les autorités et la Cour des comptes?    «Le festival Bab Souss» du 23 au 25 août    Pour présenter ses vœux de l'Aïd Al Adha : Karima Skalli lance «Alhawa rachiki»    Fast and furious : Hobbs et Shaw assurent l'intérim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Biennale d'art contemporain. Rabat, capitale artistique de la rentrée !
Publié dans Les ECO le 17 - 07 - 2019

Dans le cadre de la mise en oeuvre de son plan d'action, la Fondation nationale des musées organisera, du 24 septembre au 18 décembre, la première Biennale d'art contemporain de Rabat. Le commissariat général a été confié à Abdelkader Damani, historien de l'art et philosophe.
L'art et la culture seront les stars de l'automne, à Rabat. Le 24 septembre, la Fondation nationale des musées lance la première Biennale d'art contemporain de Rabat. «La biennale se veut, depuis le Maroc, la revendication d'une nouvelle lecture de l'esthétique afin de co-écrire une histoire de l'art sans frontière à travers des récits, des expériences et des imaginaires qui convergent pour poser les jalons d'un art inclusif, hétérogène et universel. Avec cet événement, Rabat Ville lumière, capitale marocaine de la culture, invitera le monde à repenser l'art à travers une approche multidisciplinaire et fédératrice qui réunira artistes, académiciens, historiens d'art, cinéastes et artisans », affirment les organisateurs. La biennale compte s'installer dans différents lieux de la ville, patrimoine de l'UNESCO depuis 2012, afin de faire de la ville une pleine scène où le réel et la fiction participent au développement de la liberté de création. Rabat sera la première artiste invitée de cette biennale: ses rues, ses monuments, ses bruits, ses musiques, ses parfums sont autant d'oeuvres du réel que les visiteurs découvriront au rythme des flâneries, d'un lieu d'exposition à l'autre.
Rabat, agora de l'art
Selon les organisateurs de l'événement, la Biennale de Rabat est pensée comme un archipel: la partie centrale, l'exposition internationale, est dédiée à l'invitation exclusive de artistes femmes. Les autres volets, revêtant la forme de cartes blanches et de programmations associées, respectent avec rigueur le principe de parité. L'événement s'articule autour de l'exposition internationale. La biennale s'installera dans plusieurs lieux afin de donner à voir la première plateforme dédiée aux artistes femmes, au nombre de 64 venues de 30 pays. «Par ce geste premier, à l'échelle mondiale, la Biennale de Rabat est l'endroit où s'écrit un nouveau récit du monde à partir des imaginaires, des rêves, des revendications des femmes. La sélection des artistes est volontairement ouverte. Ce qui est fondamental pour ce rendez- vous artistique, c'est de créer les conditions de l'interdisciplinarité – arts plastique, théâtre, cinéma, chorégraphie, littérature ». Autour de cela, une carte blanche est proposée à l'artiste Mohammed El Baz afin d'esquisser sa vision de la scène artistique contemporaine au Maroc. À travers l'invitation de 7 artistes marocains, «l'exposition – installation » proposée dans cette carte blanche abat les cartes de ce qu'il convient de nommer «art contemporain marocain» ainsi que les modalités de sa monstration. Une autre carte blanche est donnée à la réalisatrice et directrice de la Cinémathèque marocaine Narjiss Nejjar. Tout au long de la biennale, au rythme de rendez-vous hebdomadaires, Narjiss Nejjar donnera à voir une programmation cinématographique, de masterclasses, de discussions avec des réalisatrices et réalisateurs, afin de comprendre les conditions d'un nouveau récit du monde. Pour clore l'aventure de cette biennale, il sera donné la parole aux écrivaines (romancières, poétesses, essayistes…) avec Sanae Ghouati, professeur à l'Université Ibn-Tofaïl, et Faouzia Zouari, romancière tunisienne, afin d'organiser le Parlement des écrivaines qui réunira près de 50 artistes pour renouveler les récits du monde.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.