Le capital humain marocain, une ressource qualifiée et performante    Une semaine décisive commence dans un Congrès divisé à propos de la destitution de Trump    Le gouvernement français s'apprête à lever le voile sur sa réforme des retraites    Boris Johnson, le Brexit à portée de main    Premier League Leicester prend ses aises comme dauphin de Liverpool    Ligue 1 : Marseille inarrêtable, Saint-Etienne de nouveau en panne    Coupe de la Confédération : Le HUSA et la RSB bien partis pour franchir la phase de poules    S.A.R la Princesse Lalla Hasnaa préside la cérémonie organisée à l'occasion du 30ème anniversaire de l'Association Al-Ihssane    Enseignants-cadres des AREF : Côté cour, côté jardin    Le Congrès international de l'arganier s'ouvre à Agadir    Upton Sinclair Un écrivain socialiste engagé    Un musée privé de musique voit le jour à Marrakech    Participation du Maroc aux 21èmes Journées théâtrales de Carthage    Des entreprises portugaises en mission d'affaires au Maroc    Arabie saoudite: Femmes et hommes peuvent entrer de la même porte dorénavant    50 jeunes professionnels rejoignent le réseau des « Atlantic Dialogues Emerging Leaders »    La Russie exclue des événements sportifs majeurs    18ème Festival international du film de Marrakech : L'Etoile d'or est colombienne        Promos de fin d'année : La Dacia Sandero vendue en quelques clics sur Jumia    PPS: Emouvante cérémonie commémorative à la mémoire de Kacem El Ghazoui    Le bébé retrouvé en bonne santé : Deux personnes arrêtées suite à l'enlèvement d'un nourrisson à Casablanca    FIFM : 250 bénéficiaires de l'opération «Cataracte»    Feu Badreddine Senoussi : Le Maroc perd un grand commis de l'Etat    Italie : La Juventus tombe, la Serie A relancée    CAN de futsal 2020 : Le Maroc dans le groupe A    Coupe du monde 2022 : Le Qatar reporte l'inauguration d'un stade à 2020    ONEE. Un deal de 55,5 millions d'euros avec la Kfw    La Miss Univers 2019 est africaine    Oum pose le drapeau marocain par terre... La polémique explose (vidéo)    Le WAC accroché, le Raja se ressaisit    La Commission Benmoussa, unique et bénévole !    Lalla Hasnaa préside la cérémonie du 30ème anniversaire de l'Association Al-Ihssane    Le PPS mobilise des structures et appelle ses militants à une forte implication    COP 25 : Le Maroc actualise sa Contribution déterminée au niveau national    Rabat: Gnawa diffusion se produiront à guichet fermé !    Incendie à Arribat Center : Aucun dégât n'est à signaler    COP25: En RDC, le charbon de bois vital pour les foyers, mortel pour les forêts    La famille de Joe Biden ne fera pas d'affaires à l'étranger s'il est élu président    Le RNI fustige le comportement inexpliqué et ambigu du groupe du PJD à la deuxième Chambre    Les jeunes de Morocco l'Ghedd : M'hebba !    Royal Air Maroc : 160.000 passagers transportés en 2019 sur la ligne Casa-Tunis    Commissions parlementaires. Les députés en mode soldats de l'ombre    Dernière ligne droite avant des élections britanniques décisives pour le Brexit    Destitution de Trump: Une semaine décisive commence dans un Congrès divisé    Dialogues méditerranéens : Mohcine Jazouli plaide pour des partenariats durables au Mena    Edito : La chance de choisir    ORMVA Gharb : Une bonne performance opérationnelle à fin novembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Kamal Hachkar rend hommage à Neta Elkayam
Publié dans Les ECO le 15 - 11 - 2019

Le nouveau documentaire de Kamal Hachkar sera présenté à la 18e édition du Festival international du film de Marrakech qui aura lieu du 29 novembre au 7 décembre. «Dans tes yeux, je vois mon pays», qui relate le parcours de la chanteuse Neta Elkayam sur les traces de ses origines musicales, sera présenté dans la section «Panorama marocain».
Après le succès de «Tinghir Jérusalem», Kamal Hackhar revient avec «Dans tes yeux, je vois mon pays», un documentaire à la fois touchant et nécessaire sur l'héritage musical judéo-marocain. «J'avais compris en faisant mon premier film «Tinghir Jérusalem» que je n'en avais pas fini avec cette thématique judéo-marocaine. Mon deuxième film continue d'explorer cette part juive de l'identité marocaine à travers les figures de la troisième génération», affirme le réalisateur franco-marocain. «Mon projet s'articule autour de cette idée de nos mémoires retrouvées et de cette nécessité de recréer des liens par la culture entre nos jeunes générations.C'est une manière aussi de défier la fatalité de la grande Histoire qui a séparé nos parents», ajoute-t-il.Neta Elkayam est une artiste dont le père est né à Tinghir et la mère à Casablanca, et Amit Haï Cohen, un pianiste autodidacte dont la mère est née à Tizgui, village berbère proche de Ouarzazate et son père à Djerba.
Amit et Neta ont grandi dans la même ville à Netivot et sont mariés depuis peu. Ils parlent couramment la darija et l'arabe palestinien. Ils vivent à Jérusalem. Ensemble, ils ont créé un groupe où ils se réapproprient et revisitent leur héritage musical judéo-marocain.À la vie comme à la scène, ils explorent cette dualité identitaire, comme pour réparer les blessures de l'exil de leurs parents. «Dans tes yeux, je vois mon pays» les suit durant un voyage au Maroc jalonné de rencontres musicales, qui va transformer leur perception de qui ils sont et de ce qu'ils veulent devenir. Se dessine alors le rêve de recréer des ponts avec le pays de leurs ancêtres. Chemin faisant, ils rencontrent Fanny Mergui, née à Casablanca.
Après de longues années à l'étranger, elle se réinstalle au Maroc et milite pour la préservation de cette mémoire de la coexistence. Un documentaire d'une grande délicatesse réalisé par Kamal Hachkar, cinéaste indépendant franco-marocain. Né au Maroc, il quitte son pays natal à l'âge de 6 mois avec sa mère pour rejoindre son père immigré en France. Toute son enfance a été rythmée par les déplacements de son père ouvrier. De tous ces déplacements, il a conservé une tendresse particulière pour les déracinés.
Titulaire d'une maîtrise en histoire de l'Université de la Sorbonne, il devient ensuite professeur d'histoire. En 2012, il réalise son premier long métrage documentaire, «Tinghir Jérusalem: les échos du mellah». Sélectionné dans de nombreux festivals du monde, le film a remporté plusieurs prix et suscité un débat national sur les identités plurielles du Maroc.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.