Casa-Settat: plus de 1100 cas de Covid en 24h    Chambre des conseillers : création d'un groupe de travail thématique provisoire chargé de la Couverture sociale    Malgré le Covid, les exportations agricoles du Maroc devraient connaître une hausse    La CGEM dévoile un guide de bonnes pratiques sur la cybersécurité en entreprise    Etats-Unis: TikTok et WeChat interdites à partir de dimanche    Scandale de Radès: le TAS a rendu son verdict final    Vaccin anti-coronavirus: le Maroc signe un nouvel accord    Coronavirus : le Maroc signe un accord pour l'acquisition de vaccins    Casablanca: arrêté pour avoir menacé le directeur d'un média    Casablanca: prolongation des mesures mises en place    Etat-Unis : Les applications chinoises TikTok et WeChat interdites    Rabat: les professionnels de la Santé seront récompensés    Dislog lance une fondation pour l'entrepreneuriat en partenariat avec Endeavor    Mostra de Venise. L'actrice marocaine Mila Suarez crée le buzz avec un baiser « hot »    Maître Gims membre d'une secte islamiste ?    Rabat : fermeture temporaire des bureaux du siège de l'ONMT après la détection de huit cas asymptomatiques    Où sont passés les 1,9 MMDH alloués à la Santé ? Ait Taleb s'explique    Projet de loi sur la grève: Moukhariq fustige «un gouvernement au service du patronat»    Promotion immobilière : voici les trois principaux chantiers des opérateurs pour relancer l'activité    Le gouvernement adopte un projet de décret relatif à la simplification des procédures et formalités administratives    Algérie : deux ans de réclusion pour un ancien policier devenu une figure du «Hirak»    Le Trésor place 1 MMDH d'excédents de trésorerie    Port de Safi : fort rebond des importations du charbon    Rehamna: « Act4Community » aux côtés des écoliers pour une rentrée scolaire sans risques face à la Covid-19    Officiel: Gonzalo Higuain quitte la Juventus    Mise à jour de la 23ème journée de la Botola Pro D1 : Le Wydad revient à un point du leader    Le forum de la jeunesse du cinéma hassani démarre ce soir    Chic Intemporel : La dimension humaine d'une marketplace solidaire    Permis de conduire et certifications d'immatriculation : Prorogation de la validité jusqu'au 31 décembre 2020    Marchés publics et gouvernance des tribunaux : Le ministère de la justice trace son plan d'action    Le Maroc élu au Comité des Droits de l'Homme de l'ONU    RDC : des groupes armés tendent à conclure un cessez-le-feu    Soudan du Sud : progrès très lents du processus de paix et nouveau risque de famine    En Libye, Faïez Sarraj quittera ses fonctions d'ici à fin octobre    Le Roi Mohammed VI envoie un message de condoléances à la famille de l'artiste Anouar Al Joundi    Message de condoléances et de compassion de S.M le Roi à la famille de l' artiste Anouar Al Joundi    Enfin, un carton plein du Wydad    Examen de la convention d'objectifs pour le développement du football féminin    La LFP va enquêter sur les allégations de racisme visant Neymar    Scorsese s 'inquiète que le cinéma soit " relégué au second plan " pendant la pandémie    JO de Tokyo : Les taekwondoïstes marocains reprennent la préparation    Les Lions de l'Atlas conservent leur place au classement FIFA    Une ONG sahraouie interpelle le CDH sur les pratiques esclavagistes à l'égard des femmes    Le BCIJ découvre à Témara un véhicule frigorifique contenant des substances explosives    Face à la Chine, l'Union Européenne change son fusil d'épaule    L'association Espace les Oudayas salue les travaux de restauration    On ne peut pas écrire, sans lire    Hicham Sabir, une étoile montante de l'écriture...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le chanteur malien Salif Keita interpelle son président et tacle Macron... sans langue de bois
Publié dans Les ECO le 17 - 11 - 2019

"Les Maliens sont fatigués, les maliens sont pauvres à cause de cette guerre qui ne finit jamais".
Depuis le coup d'Etat de 2012, le Mali n'est pas épargné par les exactions terroristes, la pauvreté endémique, et des nombreux facteurs socio-économiques qui plongent le pays dans une situation extrêmement précaire.
La semaine dernière, des manifestations ont été organisées à Bamako en soutien à l'armée malienne qui subit de grandes pertes, faute de moyens.
Incapable de reprendre le contrôle du nord du pays, le gouvernement malien a fait appel à la France, son ancien dirigeant colonial et à la communauté internationale dans son ensemble. La France a réagi en apportant un soutien militaire continu aux troupes maliennes dans le cadre de l'opération Sérval, lancée en janvier 2013, et de l'opération Barkhane, qui a remplacé l'opération Sérval en août 2014.
L'accord de paix d'Alger signé en juin 2015 entre certains groupes armés du Nord sous l'égide de la Coordination des Mouvements de l'Azawad et le gouvernement n'a pas mis fin à cette instabilité.
Parmi les milliers de cris de douleur et appels à l'aide, une voix particulière a interpellé le président malien, celle de l'icône de la musique Salif Keita.
La star mondialement connu s'est adressé au président de la république Ibrahim Bouboucar Keita dans une vidéo de plusieurs minutes et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il n'y est pas allé de "mains mortes".
S'exprimant en bambara, Salif Keïta déplore la mort des militaires maliens dans le nord du pays.
" Kôrô (grand frère) bonjour c'est ton petit frère Salif Kéita. Je ne veux pas d'argent, je ne veux pas être président, je suis malien d'origine. Grand frère, quand je te parle ce n'est pas parce que je suis contre toi, ce n'est pas de la méchanceté non plus. Mais je vais te dire une chose. Tu sais bien que c'est la France et le président Macron qui mandatent les gens pour tuer les maliens (...) C'est la France qui paye les gens pour tuer les maliens sous prétexte que ce sont des djihadistes. Ou bien tu as payé des gens pour le faire en faisant croire qu'il y a des djihadistes au nord ? Il n'y a pas de djihadistes au nord. Ce sont les gens que la France a payé qui tuent les maliens. Ce sont les jeunes maliens recrutés au sein de l'armée qui sont tués. Parce que tu ne peux pas faire partie de l'armée si tu n'es pas en bonne santé."
"Malgré ça, tu lui tends ta main, tu fais amitié avec lui parce qu'il garantit ta place. Mais tu t'entêtes parce que tu es français. Tu as un passeport français. Quant aux artistes, je ne citerai de nom mais lorsque ça va chauffer, ceux-ci vont rentrer chez eux. Par contre quant à nous, nous sommes des maliens et nous serons condamner à rester au pays. Le malheur nous arrivera et cela ne t'inquiète pas. Si tu dis quelque chose contre la France tu as peur qu'elle t'enlève au pouvoir. Mais saches que tes origines n'ont pas eu peur. Car Keïta était unique. C'est à cause de la démocratie qu'il a instauré une constitution. Si tu crois que tu es dans la souffrance, la peur, il faut laisser le poste que tu occupes à quelqu'un d'autre qui n'a pas peur. Tes enfants prennent l'argent du contribuable pour en faire ce qu'ils veulent."
L'ambassade de France au Mali a rapidement réagi à ces propos, dans un communiqué publié sur sa page Facebook.
" La France déclare avoir "découvert avec étonnement les récents propos tenus par M. Salif Keïta (…) mettant en cause la France et ses liens supposés avec le terrorisme au Mali. L'ambassade de France dénonce avec la plus grande fermeté ces propos au caractère infondé, diffamatoire et outrancier", ajoute le communiqué avant de soutenir que les propos du musicien sont de nature à "semer la discorde" et à "entretenir le chaos".
"La France reste pleinement engagée au côté du Mali et de ses voisins, au service du retour de la paix et de la stabilité au Sahel", ajoute l'ambassade française.
Quant au président malien et son gouvernement, ils n'ont pas encore réagi aux propos de Salif Keïta.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.