Dakhla, capitale de l'intelligentsia africaine?    48es Assises de la presse francophone: Quand «l'empire des émotions» submerge l'information    Crise du PAM: Une réunion décisive cette semaine    Crowdfunding immobilier: Un business model "freemium"    PLF: Le compromis Benchaâboun sur l'article 9    Engie réorganise son activité au Maroc    L'OMC paralysée par Trump    Présidentielle algérienne: La diaspora vote sous tension en France    48es Assises de la presse francophone: Au pays de Roger Milla, de Manu Dibango et de «l'Afrique en miniature»    Nador: Arrestation d'un individu pour implication dans la constitution d'une bande criminelle    Connaissez-vous (vraiment) la Déclaration des Droits de l'Homme ?    Destitution: Donald Trump et l'affaire ukrainienne    SM le Roi inaugure le Complexe Mohammed VI de football à Salé    Nouvelle nomination au Conseil de Surveillance de Maroc Telecom    Aéronautique: Karim Cheikh réélu président du GIMAS    McLaren confirme le pilote marocain Michael Benyahia pour son programme de développement 2020    Les femmes, cibles "par excellence" de la cyberviolence    S.M le Roi inaugure le Complexe Mohammed VI de football    Rude épreuve tétouanaise pour le Raja    La Finlandaise Sanna Marin Plus jeune chef de gouvernement de la planète    L'intégration financière, un impératif important pour l'Afrique    Des taux désespérément effarants    "Mains de lumière" fait escale à Tétouan    Coup d'envoi à Agadir du Festival international Cinéma et migrations    Mohamed Benabdelkader : La dématérialisation, un des principaux piliers de la transformation de l'administration judiciaire nationale    Coupe de la Confédération africaine de football : Le HUSA et la RSB réalisent de bonnes opérations à l'extérieur    S.A.R la Princesse Lalla Hasnaa préside le Conseil d'administration de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement    L'université et son importance dans l'épanouissement des personnes autistes    SAR la Princesse Lalla Hasnaa préside la cérémonie du 30e anniversaire de l'Association Al-Ihssane    Coupe du Trône des clubs de saut d'obstacles : Le RCSE Dar Es Salam domine le classement des demi-finales    L'égalité genre, prélude à l'autonomisation de la femme    Marrakech : Un musée privé de la musique voit le jour    En Algérie, une présidentielle dont la population ne veut pas    Michael Benyahia, le premier pilote marocain et arabe chez McLaren    Casablanca : Les 41èmes journées de la Ligue pour la santé mentale les 13 et 14 décembre    Accusée d'"irrespect envers le drapeau national", Oum fait une mise au point    Les cimes de la création à Imouzzer Kandar    Sylvestre Amoussou, réalisateur scénariste du Bénin    Le Maroc classé en dessous de la Palestine    Atlantic Dialogues Emerging Leaders : 50 jeunes professionnels de 27 nationalités rejoignent le réseau    La dictature du buzz    Agadir : Grand engouement pour le 1er Salon international de l'arganier    Poutine et Zelensky dialoguent mais actent leurs divergences à Paris    Aziza Jalal remonte sur les planches    Boris Johnson, le Brexit à portée de main    Le capital humain marocain, une ressource qualifiée et performante    Le gouvernement français s'apprête à lever le voile sur sa réforme des retraites    Upton Sinclair Un écrivain socialiste engagé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Modèle de développement. L'Istiqlal et le RNI croisent le fer
Publié dans Les ECO le 19 - 11 - 2019

Invités de l'émission Décodage, Abdellatif Maazouz (PI) et Moncef Belkhayat (RNI) ont déroulé leurs priorités pour un Maroc meilleur. Les limites qui séparent travail de proximité et campagne électorale sont remises en jeu dans la quête d'idées nouvelles.
L'émission Décodage, diffusée vendredi dernier par Horizon Press et animée par Samir Chaouki, directeur de publicatiion, a braqué les projecteurs sur un sujet qui ne manquera pas d'animer la scène politico-économique et sociale dans un avenir proche. Le nouveau modèle de développement a été le point d'orgue du discours royal à l'occasion de la rentrée parlementaire d'octobre 2017. Deux années sont passées, et l'on en est toujours aux prémices de ce qui doit être un projet de société. Pour approfondir le débat, Abdellatif Maazouz, ancien ministre istiqlalien, et Moncef Belkhayat, ancien ministre RNI, ont livré leur vision et celles de leurs partis respectifs sur le sujet.
Qu'est-ce qu'un modèle de développement?
Une définition s'impose. Qu'est-ce qu'un modèle de développement? Ouvrant le débat, Maazouz le décrit comme une vision déclinée en objectifs et choix à long terme, assorti d'un système de pilotage et de correction. Pour Belkhayat, la vision royale a permis d'aboutir à un développement rapide du pays durant les 20 dernières années, mais il n'en demeure pas moins qu'il faille de nouveaux plans d'action pour passer à la vitesse supérieure. Pour Maazouz, le pays est passé d'une période de réformes agressives, portées essentiellement par le roi (INDH, statut de la femme, Constitution de 2011), à une atonie incarnée par l'arrivée du PJD au pouvoir. Pour lui, la question du leadership politique est aujourd'hui posée. Dans la même veine, Belkhayat est nostalgique de l'époque où Driss Jettou dirigeait le gouvernement (2002-2007); le taux de croissance réel y était, comme il le dit, de 6 à 7%. Pour lui, il est impossible d'avoir un modèle de développement avec un taux de croissance de 2,7% que le pays réalise depuis 2012.
Le gouvernement PJD sur la sellette
Pourquoi cette dégringolade? Maazouz estime que, malgré l'existence de politiques sectorielles et sociales, l'absence de cohérence les voue à l'inefficacité. En atteste le taux d'investissement au Maroc de 34%, qui est parmi les plus élevés au monde mais qui n'a pas d'impact réel sur le niveau de développement escompté. L'on retrouve ce même type de contradiction entre la réalisation d'un développement humain assez respectable dans la région, basé sur la maîtrise des équilibres et de l'inflation mais, en même temps, remarque Belkhayat, on assiste à une faillite des services de base de l'Etat. «Les familles se saignent pour garantir un niveau minimum d'éducation et de santé à leurs enfants. Par conséquent, même si le revenu moyen a augmenté, le pouvoir d'achat des Marocains a baissé», a-t-il étayé. En d'autres termes, si l'Etat ne revient pas aux fondamentaux (éducation, santé, services de base), toute velléité ou cogitation sur un nouveau modèle sera vaine. Les deux intervenants sont d'accord sur le fait que la situation actuelle est le résultat d'une mauvaise gestion de la chose publique mais aussi d'une non-actualisation des indicateurs. «Le taux d'inflation doit être reconsidéré. Le panier de la ménagère doit inclure le téléphone, l'éducation, la santé…», a soutenu Maazouz. Les deux pensent qu'il faut arrêter les diagnostics que tout le monde connaît et entamer le travail.
Quelles nouvelles idées?
Oui, mais qu'ont apporté de nouveau les partis politiques, en termes d'idées? Pour l'Istiqlal, explique Maazouz, un document a été établi sur la base d'un recensement d'opinion auprès de la population. Parmi ses composantes phares figure l'emploi, qui doit être l'objectif de toutes les politiques publiques. Pour accélérer la croissance, il ne faut pas perdre de vue les secteurs historiques comme l'agroalimentaire, le textile ou la chimie-parachimie. Pour le parti de la balance, il faut que le Maroc se positionne parmi les market makers dans le secteur des nouvelles technologies. Vient ensuite la promotion de la régionalisation, tout en préservant l'unité du pays. Et bien évidemment les fondamentaux de tout développement à savoir l'éducation, la santé et la confiance des citoyens dans les institutions et dans l'avenir. Maazouz a enchaîné en confirmant qu'il y a une rupture à marquer en matière d'égalité des chances pour libérer les énergies. Pour ce qui est du RNI, une conviction prévaut: les secteurs sociaux marchent moins bien que ceux économiques (Plan Maroc vert, Plan d'accélération industrielle, etc.). À l'instar de l'Istiqlal, le RNI a commencé par prendre le pouls de la population dans les 12 régions afin de «remonter» les besoins. Selon Belkhayat, trois axes ont été définis, à savoir la santé, l'éducation et l'emploi. Cette tournée dans les régions a été qualifiée par d'aucuns de «campagne électorale avant l'heure», mais Belkhayat tient à tracer les limites entre campagne et travail de proximité. Le responsable a saisi l'occasion pour annoncer la volonté de son parti de mettre en place un observatoire des libertés individuelles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.