Installation des nouveaux membres de la CRDH de Guelmim-Oued Noun    Nasser Bourita s'entretient avec Dmytro Kuleba et Olivier Varhelyi    Nouvelles solutions de Bank of Africa destinées aux étudiants    Décès de Mohamed Talal    Le secteur du livre affaibli par la pandémie    La cérémonie des Emmy Awards, en direct mais 100% virtuelle au temps du coronavirus    La FNM organise des expositions dans l' ensemble de ses musées " pour célébrer la vie "    La Juve en quête d' un 10ème titre de suite    Rude épreuve doukkalie pour le Raja et le Wydad    Algérie : 4 morts et six portes disparus après le chavirement d'une embarcation de fortune    En RDC, les fonctionnaires fictifs rattrapés par la justice    Voici quand débute le mois de Safar au Maroc    Casablanca: le distanciel pour 2 semaines supplémentaires    France: fermeture de 89 établissements scolaires    Les Produits alimentaires agricoles affichent un bilan solide à l'export    Casablanca : La quarantaine prolongée deux semaines à partir de lundi prochain    Le Maroc signe avec les Russes une pré-commande d'un vaccin suédo-britannique    Casablanca: arrêté pour avoir menacé le directeur d'un média    Cybersécurité : La CGEM établit un guide pour les entreprises    Tramway. Un voyageur blessé    Finale de la ligue des champions CAF 2018-2019 : L'appel du Wydad rejeté par le TAS    Rabat: les professionnels de la Santé seront récompensés    Le Maroc signe un mémorandum d'entente pour l'acquisition de vaccins anti-Covid 19    Etat-Unis : Les applications chinoises TikTok et WeChat interdites    Ait Taleb: « la situation au Maroc est préoccupante, mais… »    Dislog lance une fondation pour l'entrepreneuriat en partenariat avec Endeavor    Mostra de Venise. L'actrice marocaine Mila Suarez crée le buzz avec un baiser « hot »    Maître Gims membre d'une secte islamiste ?    L'Institut CDG organise une série de webinaires    Projet de loi sur la grève: Moukhariq fustige «un gouvernement au service du patronat»    Promotion immobilière : voici les trois principaux chantiers des opérateurs pour relancer l'activité    Rabat : fermeture temporaire des bureaux du siège de l'ONMT après la détection de huit cas asymptomatiques    Où sont passés les 1,9 MMDH alloués à la Santé ? Ait Taleb s'explique    Le gouvernement adopte un projet de décret relatif à la simplification des procédures et formalités administratives    Algérie : deux ans de réclusion pour un ancien policier devenu une figure du «Hirak»    Officiel: Gonzalo Higuain quitte la Juventus    Mise à jour de la 23ème journée de la Botola Pro D1 : Le Wydad revient à un point du leader    Le forum de la jeunesse du cinéma hassani démarre ce soir    Chic Intemporel : La dimension humaine d'une marketplace solidaire    Marchés publics et gouvernance des tribunaux : Le ministère de la justice trace son plan d'action    Soudan du Sud : progrès très lents du processus de paix et nouveau risque de famine    Message de condoléances et de compassion de S.M le Roi à la famille de l' artiste Anouar Al Joundi    Enfin, un carton plein du Wydad    Football féminin: la LNFF et la DTN ambitionnent la restructuration des clubs    Face à la Chine, l'Union Européenne change son fusil d'épaule    Le BCIJ découvre à Témara un véhicule frigorifique contenant des substances explosives    L'association Espace les Oudayas salue les travaux de restauration    On ne peut pas écrire, sans lire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





FIFM. Bertrand Tavernier: «Je n'aime pas la violence, je préfère la suggérer»
Publié dans Les ECO le 04 - 12 - 2019

Le réalisateur, scénariste, producteur et écrivain français, Bertrand Tavernier, était l'invité d'honneur de Jean-Ollé Laprune, avec qui il a partagé avec enthousiasme son parcours cinématographique, face à un public marocain émerveillé, au cinquième jour de la 18e édition du festival du film de Marrakech.
Bertrand Tavernier est encore et toujours dans la ville ocre, en tant qu'invité d'honneur. Son parcours a été salué, par le Maroc, à l'occasion d'une cérémonie, rehaussée par la présence de stars emblématiques du grand écran, l'Etoile d'or du Festival du film de Marrakech lui a été décernée par l'acteur américain, Harvey Keitel, avec qui le réalisateur français a partagé le tournage du célèbre film «La mort en direct».
À l'occasion d'une conversation partagée avec l'historien du cinéma français, Jean-Ollé Laprune, Bertrand Tavernier s'est livré au jeu des questions-réponses, un échange fluide fédérant les spectateurs autour du brillant parcours du réalisateur. Evoquant son célèbre film «Quai d'Orsay», sorti en 2013 et vivement récompensé, l'acteur a évoqué sa passion pour le cinéma qui le pousse à «découvrir, apprendre sur les guerres de religions et surtout à me poser des questions pragmatiques», a-t-il fait savoir.
La violence
Le réalisateur s'est exprimé sur la violence dans ses films qu'il préfère ne pas montrer au public. «Je pense que c'est indispensable de ne pas montrer la violence, je voudrais plutôt qu'on l'imagine, je n'aime pas beaucoup la violence j'aime mieux la suggérer», a-t-il déclaré avant de poursuivre : «Il faut être responsable quand on fait des films, dans «l'Appât», c'était des gens irresponsables, on doit comprendre les personnages, mais leurs actes ne doivent jamais être excusables».
Les journalistes
Le réalisateur, qui est connu pour son franc-parler, n'a pas hésité à tacler quelques journalistes sur son passage dont un en particulier, sans citer de nom à notre grand désespoir : «Un "bon" journaliste qui a écrit sur Mitterrand et Chirac m'avait reproché d'exposer la violence dans mes films», sourire aux lèvres, «on n'avait même pas de budget pour le sang factice» a-t-il confié, invitant certains journalistes à «revoir leur approche de la réalité».
Philippe Noiret
En deuxième partie de l'entretien, Tavernier s'est exprimé sur sa relation avec l'acteur, Philippe Noiret, avec qui il a collaboré dans plusieurs films, dont «Que la fête commence», «Le Juge et l'Assassin», «La Vie et rien d'autre» ou encore «La Fille de d'Artagnan». «Nous avons deux visions opposées, mais j'ai beaucoup aimé travailler avec lui, c'est quelqu'un de très humain qui n'avait pas son pareil pour travailler sur des sujets historiques».
La voix-off
Quant à la fameuse voix-off, le procédé narratif que le réalisateur utilise sans modération dans ses films, ce qui lui a valu plusieurs critiques dans la presse cinéma, sa réponse est ferme : «J'adore la voix-off, et je la mets où je veux, je décide de tout ça, parfois elle permet d'économiser trois scènes». L'équipe de tournage, «je n'avais pas de producteur sur le plateau pour m'emmerder, ceux avec qui je travaillais n'étaient jamais là». Une réponse qui a le mérite d'être claire !
Mauvais souvenir
Abordant sa jeunesse, il n'a pas manqué de rappeler un souvenir de l'époque où il était stagiaire chez Jean-Pierre Melville. «Il avait ce génie de vous prendre en défaut et montrer à toute l'équipe que vous vous êtes trompé, j'essaie, à chaque fois que je peux, de ne pas reproduire cette atmosphère».
Devenir acteur
«Ça doit être un choix à 80%», a-t-il suggéré, «il y a des acteurs qu'on peut guider, on peut les amener dans la bonne tonalité, il faut s'adapter à son rythme et trouver le cadre qui va le mettre en valeur». En ce qui concerne sa relation avec les équipes de tournages, «Le respect et l'estime sont primordiaux, je déteste les conflits et les rapports de pouvoir, quand j'en ai avec peu d'acteurs ou certains techniciens, ça me prenait beaucoup d'énergie au service du film, que je mettais au service du conflit», a-t-il confié, faisant allusions à certains acteurs parmi les centaines de rôles qu'il a dû gérer.
Films préférés
Sans hésiter, le réalisateur a brisé le suspens, «L.627» (1995), «L'Appât» (1995), «Laissez-passer» (2002), «Dans la brume électrique» (2009). À titre préventif, si ces titres ne vous disent rien, il est temps de revoir vos classiques cinématographiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.