Les positions des séparatistes concernant le Rallye Africa Eco Race: des délires pathétiques (M.Bourita)    Centre hospitalier régional d'Al Hoceïma : le ministère de la Santé alerté par l'absence de 34 médecins    Chefchaoun : un incendie ravageur se déclare dans la forêt Sidi Abdelhamid    L'entraîneur Julen Lopetegui: Youssef En-Nesyri doit continuer à progresser    King Cup : Le but d'Abderrazak Hamdellah    La Grèce encourage le maréchal Haftar dans le processus de paix libyen    WEF: Que faut-il surveiller en 2020?    Brèves Internationales    Liban: L'impasse politique se poursuit    BCP veut déverrouiller le foncier aux TPME    Partenariat public-privé: Le projet de loi adopté en plénière    CAN Handball 2020 : le Maroc bat la Zambie    Apebi: Election du binôme Amine Zarouk-Mehdi Alaoui    Adel El Fakir : « Casablanca-Pékin aura un impact positif sur le tourisme marocain »    Bulletin météorologique spécial : temps froid, chute de neige et fortes rafales de vents à partir de dimanche    Maroc-Chine. De la culture pour faire du business    Une rupture épistémologique?    La Grèce qualifie le Plan d'autonomie d'approche sérieuse et crédible pour parvenir à une solution au Sahara    Entretiens maroco-onusiens sur la lutte contre le terrorisme    Nouveau coup dur pour le Polisario : Le Gabon et la Guinée-Conakry ouvrent ce vendredi leurs consulats généraux à Laâyoune et Dakhla    Boeing abattu en Iran: « le monde attend des réponses », avertit Ottawa    Destitution: Trump compte sur des républicains au garde-à-vous    Inauguration à Rabat de l'ambassade du Rwanda    Nasser Bourita : Les ingérences étrangères risquent d'impacter négativement le rétablissement de la stabilité en Libye    Clôture de la session parlementaire d'automne : le compte à rebours est lancé, le bilan s'annonce maigre    Le Conseil de gouvernement adopte deux projets de décrets relatifs aux indemnités des magistrats    Le PAM accuse le PJD d'avoir utilisé de l'argent public pour organiser une soirée en l'honneur de l'épouse d'El Othmani    Botola J-13: Avec le choc de haut de tableau RSB-RAJA    L'OCS force un précieux nul à Jeddah    Zemamra cartonne Berkane, le Raja corrige à Tanger    La CAN remet son manteau d'hiver pour 2021    Stress, confiance et communication, l'art d'être co-pilote    Rapprochement entre Bank Al-Maghrib et le Conseil de la Concurrence    Essaouira : SM le roi inaugure des projets hydrauliques    Al Karama. 35 MDH pour l'unité d'embouteillage de Kénitra    Des vidéos mises en ligne mènent à l'arrestation d'un chauffard…    Distinctions royales aux majors du Programme de lutte contre l'analphabétisme    Destruction de drogue et de produits de contrebande estimés à 190 millions de dirhams    Marrakech : Des voleurs de palmiers arrêtés en flagrant délit    Incendies en Australie: le secteur du tourisme va perdre des milliards de dollars    S.M le Roi visite "Bayt Dakira"    A Bangkok, les jeunes défient le pouvoir…    Dans la banlieue parisienne, la fierté de voir "Les Misérables" aux Oscars    Appel à la valorisation du patrimoine juif du Sud du Maroc    Kaws expose pour la première fois au Moyen-Orient    #LesYeuxOuVerts, l'expo écolo pensée pour reconstruire des écoles    Les Moroccan cultural Days démarrent à Londres    Des œuvres d'arts disparaissent du Parlement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





FIFM. Bertrand Tavernier: «Je n'aime pas la violence, je préfère la suggérer»
Publié dans Les ECO le 04 - 12 - 2019

Le réalisateur, scénariste, producteur et écrivain français, Bertrand Tavernier, était l'invité d'honneur de Jean-Ollé Laprune, avec qui il a partagé avec enthousiasme son parcours cinématographique, face à un public marocain émerveillé, au cinquième jour de la 18e édition du festival du film de Marrakech.
Bertrand Tavernier est encore et toujours dans la ville ocre, en tant qu'invité d'honneur. Son parcours a été salué, par le Maroc, à l'occasion d'une cérémonie, rehaussée par la présence de stars emblématiques du grand écran, l'Etoile d'or du Festival du film de Marrakech lui a été décernée par l'acteur américain, Harvey Keitel, avec qui le réalisateur français a partagé le tournage du célèbre film «La mort en direct».
À l'occasion d'une conversation partagée avec l'historien du cinéma français, Jean-Ollé Laprune, Bertrand Tavernier s'est livré au jeu des questions-réponses, un échange fluide fédérant les spectateurs autour du brillant parcours du réalisateur. Evoquant son célèbre film «Quai d'Orsay», sorti en 2013 et vivement récompensé, l'acteur a évoqué sa passion pour le cinéma qui le pousse à «découvrir, apprendre sur les guerres de religions et surtout à me poser des questions pragmatiques», a-t-il fait savoir.
La violence
Le réalisateur s'est exprimé sur la violence dans ses films qu'il préfère ne pas montrer au public. «Je pense que c'est indispensable de ne pas montrer la violence, je voudrais plutôt qu'on l'imagine, je n'aime pas beaucoup la violence j'aime mieux la suggérer», a-t-il déclaré avant de poursuivre : «Il faut être responsable quand on fait des films, dans «l'Appât», c'était des gens irresponsables, on doit comprendre les personnages, mais leurs actes ne doivent jamais être excusables».
Les journalistes
Le réalisateur, qui est connu pour son franc-parler, n'a pas hésité à tacler quelques journalistes sur son passage dont un en particulier, sans citer de nom à notre grand désespoir : «Un "bon" journaliste qui a écrit sur Mitterrand et Chirac m'avait reproché d'exposer la violence dans mes films», sourire aux lèvres, «on n'avait même pas de budget pour le sang factice» a-t-il confié, invitant certains journalistes à «revoir leur approche de la réalité».
Philippe Noiret
En deuxième partie de l'entretien, Tavernier s'est exprimé sur sa relation avec l'acteur, Philippe Noiret, avec qui il a collaboré dans plusieurs films, dont «Que la fête commence», «Le Juge et l'Assassin», «La Vie et rien d'autre» ou encore «La Fille de d'Artagnan». «Nous avons deux visions opposées, mais j'ai beaucoup aimé travailler avec lui, c'est quelqu'un de très humain qui n'avait pas son pareil pour travailler sur des sujets historiques».
La voix-off
Quant à la fameuse voix-off, le procédé narratif que le réalisateur utilise sans modération dans ses films, ce qui lui a valu plusieurs critiques dans la presse cinéma, sa réponse est ferme : «J'adore la voix-off, et je la mets où je veux, je décide de tout ça, parfois elle permet d'économiser trois scènes». L'équipe de tournage, «je n'avais pas de producteur sur le plateau pour m'emmerder, ceux avec qui je travaillais n'étaient jamais là». Une réponse qui a le mérite d'être claire !
Mauvais souvenir
Abordant sa jeunesse, il n'a pas manqué de rappeler un souvenir de l'époque où il était stagiaire chez Jean-Pierre Melville. «Il avait ce génie de vous prendre en défaut et montrer à toute l'équipe que vous vous êtes trompé, j'essaie, à chaque fois que je peux, de ne pas reproduire cette atmosphère».
Devenir acteur
«Ça doit être un choix à 80%», a-t-il suggéré, «il y a des acteurs qu'on peut guider, on peut les amener dans la bonne tonalité, il faut s'adapter à son rythme et trouver le cadre qui va le mettre en valeur». En ce qui concerne sa relation avec les équipes de tournages, «Le respect et l'estime sont primordiaux, je déteste les conflits et les rapports de pouvoir, quand j'en ai avec peu d'acteurs ou certains techniciens, ça me prenait beaucoup d'énergie au service du film, que je mettais au service du conflit», a-t-il confié, faisant allusions à certains acteurs parmi les centaines de rôles qu'il a dû gérer.
Films préférés
Sans hésiter, le réalisateur a brisé le suspens, «L.627» (1995), «L'Appât» (1995), «Laissez-passer» (2002), «Dans la brume électrique» (2009). À titre préventif, si ces titres ne vous disent rien, il est temps de revoir vos classiques cinématographiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.