Coronavirus: nouveau record d'infections, la répartition géographique    Tanger-Med : Saisie de plus 190 kg de chira    Le Rwanda nomme une nouvelle ambassadrice au Maroc    Pourquoi Mike Pompeo est en Pologne    Live. Coronavirus : la situation au Maroc, samedi 15 août à 18h    Evolution Covid-19 au Maroc : 1.776 nouveaux cas, 41.017 cas cumulés au samedi 15 août à 18 heures    Pourquoi les Marocains se tournent de plus en plus vers le Canada ?    Barça: Bartomeu prépare le grand ménage    Amrani met en lumière la vision Royale pour un Maroc de paix et de prospérité    Message du roi Mohammed VI au président indien    Haja El Hamdaouia met un terme à sa carrière (VIDEOS)    Casablanca: tentative de kidnapping dans un bus à Hay Hassani    Météo: jusqu'à 45 degrés ce vendredi au Maroc    Finances publiques: Principaux points du BMSFP de la TGR    Explosion à Beyrouth: Pont aérien humanitaire de l'UE    France: Une autre mosquée incendiée à Lyon    Nomination des membres du conseil de l'ANRE    Casa-Settat: Le Conseil de la région examine le PDR    Botola Pro D1: Report de trois matches de la 22è journée    Covid-19 : Des joueurs Wydadis contaminés    Casablanca se barricade peu à peu !    Le Maroc devient le cinquième pays africain le plus touché    Cinéma : L'actrice égyptienne Shwikar n'est plus    Tindouf: l'affaire du détournement de l'aide humanitaire continue de faire réagir    Transfert: Arsenal réalise un joli coup    Tout savoir sur l'exemption des personnes touchées par la pandémie des impôts et redevances dus à la commune    Le trafic de 720 chardonnerets avorté à Fqih Bensaleh    Titrisation : La constitution du FT Immo LV prévue le 2 septembre    Covid-19: Le vaccin d'AstraZeneca sera prêt au 1er trimestre 2021    Sahara marocain: L'ambassade du Maroc à Pretoria promeut la doctrine nationale    Des cas de contamination au Covid-19 enregistrés parmi le personnel judiciaire    Les collectivités territoriales dégagent 3,7 MMDH d'excédents budgétaires au premier semestre    Les divagations d'Alger mises à nu par l'UE    Célébration du 41ème anniversaire de la récupération d'Oued Eddahab    Kamala Harris se rêve en première vice-présidente noire des Etats-Unis    La 22ème journée de la Botola au conditionnel    Annulation des Mondiaux juniors de taekwondo    Entrée en vigueur du protocole de traitement à domicile des patients asymptomatiques    L'EN de cyclisme en stage de préparation à Ifrane    Comment Sharon Stone a frôlé la mort à trois reprises    Des milliers de fans réunis à Abidjan un an après la mort de DJ Arafat    Dwayne Johnson, acteur le mieux payé de Hollywood    Une première dans l'histoire du Maroc!    «A Taste of Things to Come» exposé à Séoul    Il y a 41 ans, la récupération de Oued Eddahab    Lahcen Bouguerne libère la voix des femmes    L'avenir du monde arabo-musulman est indissociable de celui de la cause palestinienne    COVID-19 : Décès de l'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'amazighité sans hypocrisie
Publié dans Les ECO le 12 - 12 - 2019

Huit ans après son institution par la Constitution comme langue nationale, n'est-il pas temps de procéder à une première évaluation de l'adoption de la langue amazighe? C'est une période largement suffisante pour avoir des précisions sur ce dossier. Il y a deux jours, lors du passage du chef de gouvernement à la Chambre des conseillers, une question a été posée en amazigh, en dialecte «soussi» (1) précisément. Est-ce normal ou est-ce du populisme? Car on avait l'impression que le conseiller parlementaire s'adressait uniquement au chef de gouvernement au mépris de millions de Marocains qui ne maîtrisent pas le «soussi» en l'absence de sous-titrages! Et n'essayez pas de défendre l'amazighité avec ce cas puisqu'il s'agit d'un dialecte du sud du Maroc que les Amazighs du Moyen Atlas ou du Rif ne maîtrisent pas non plus.
Pour être pragmatique et cohérent, l'adoption d'une langue et son élévation au niveau constitutionnel nécessitent des prérequis.
À commencer par l'école, en instaurant ladite langue, mais en tranchant au préalable un découpage régional pour une meilleure répartition des trois dialectes. Ensuite, en impliquant les médias publics dans le débat et en investissant dans l'effort de traduction et de sous-titrage afin de permettre aux Marocains non-amazighs de suivre ces programmes avec intérêt. Franchement, je regardais des parlementaires indifférents à la question de leur collègue puisque incapables de déchiffrer son contenu. Cela a sûrement été le cas des millions de Marocains devant leur télé. J'aimerais que soit posée au chef de gouvernement, par les parlementaires, la question de ce qui a changé pour l'amazighité depuis son inscription dans la Constitution de 2011. Combien d'enfants ont-ils appris cette langue à l'école? Quel est l'impact effectif de sa constitutionnalité sur son adoption par les Marocains ? Il ne s'agit pas seulement de retranscrire en amazigh les noms de ministères et administrations publiques.
(1) : Dialecte de la Région Souss-Massa


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.