Programme des principales rencontres du samedi 18 janvier    Les positions des séparatistes concernant le Rallye Africa Eco Race: des délires pathétiques (M.Bourita)    Centre hospitalier régional d'Al Hoceïma : le ministère de la Santé alerté par l'absence de 34 médecins    Ankara et Rabat ont 15 jours pour produire un ALE plus équilibré    Le groupe coréen "Hands" ouvre sa première unité de production africaine à Tanger    L'activité globale de la CCG en croissance de 23% en 2019    Insolite : Imiter Ghosn    Habib El Malki reçoit le secrétaire d'Etat rwandais chargé de la Communauté de l'Afrique de l'Est    Hommage à Noureddine Belhoucine    Le président de la Chambre des représentants s'entretient avec le ministre grec des Affaires étrangères    Cristiano Ronaldo : les secrets de sa forme insolente dévoilés !    Hicham Dekik : La sélection nationale fin prête pour la CAN de futsal à Laâyoune    Handball : Le CHAN à Laâyoune    Tant de dossiers à débattre et de relations à consolider    La forêt et le nouveau modèle de développement    Combien d'années de vie en bonne santé gagne-t-on en adoptant un mode de vie sain ?    Divers    Antonia Jiménez, rare femme dans le monde masculin de la guitare flamenca    YouTube diffusera une série documentaire sur Justin Bieber    Shakira est stressée à l'approche du Super Bowl    Liban: L'impasse politique se poursuit    Maroc/Turquie: Importations massives: Halte aux abus!    La Grèce encourage le maréchal Haftar dans le processus de paix libyen    WEF: Que faut-il surveiller en 2020?    Bulletin météorologique spécial : temps froid, chute de neige et fortes rafales de vents à partir de dimanche    Brèves Internationales    CAN Handball 2020 : le Maroc bat la Zambie    Le Sévillan Youssef En-Nesyri débutera par un choc face au Real    Clôture de la session parlementaire d'automne : le compte à rebours est lancé, le bilan s'annonce maigre    Le Conseil de gouvernement adopte deux projets de décrets relatifs aux indemnités des magistrats    Botola J-13: Avec le choc de haut de tableau RSB-RAJA    L'OCS réalise un pas en avant vers le carré d'Or    Le PAM accuse le PJD d'avoir utilisé de l'argent public pour organiser une soirée en l'honneur de l'épouse d'El Othmani    La BCP s'engage pour la TPE    La loi passe le cap de la 1ère Chambre    Boeing abattu en Iran: « le monde attend des réponses », avertit Ottawa    Amine Razouk et Mehdi Alaoui à la tête de l'Apebi    Arrestation d'un individu pour viol sur mineurs à El Jadida    Marrakech : Des voleurs de palmiers arrêtés en flagrant délit    Distinctions royales aux majors du Programme de lutte contre l'analphabétisme    Rapprochement entre Bank Al-Maghrib et le Conseil de la Concurrence    Sidi Slimane: Le gestionnaire délégué de la collecte des déchets ménagers se dote d'une convention collective    Le Sahara marocain «véritable trait d'union entre le Maroc et le reste de l'Afrique»    SM le Roi visite «Bayt Dakira» à la Médina d'Essaouira    Kaws expose pour la première fois au Moyen-Orient    #LesYeuxOuVerts, l'expo écolo pensée pour reconstruire des écoles    Les Moroccan cultural Days démarrent à Londres    Des œuvres d'arts disparaissent du Parlement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Le SMIG demeure sensiblement élevé au Maroc", selon Bank Al Maghrib
Publié dans Les ECO le 12 - 12 - 2019

Bank Al-Maghrib (BAM) a publié une étude sur le salaire minimum au Maroc, ses faits stylisants et son impact économique. Les résultats indiquent que le ratio du salaire minimum sur le salaire moyen (indice de Kaitz) demeure sensiblement élevé au Maroc et que la distribution salariale est concentrée autour du SMIG, particulièrement durant les années marquées par une faible croissance.
Le Maroc a adopté la législation sur le salaire minimum aussitôt que 1.936 dans l'objectif de définir des niveaux de rémunération minima pour les salariés dans les milieux urbain et rural. Les décisions de relèvement du SMIG (Salaire minimum interprofessionnel garanti) et du SMAG (Salaire minimum agricole garanti), qui font office de salaires minima dans les secteurs non agricole et agricole, respectivement, ne suivent pas un calendrier préétabli mais découlent des échanges entre les différentes parties prenantes dans le cadre du dialogue social. Depuis le début des années 2000, environ une dizaine de hausses ont été implémentées sur le salaire minimum, toutefois, aucune publication scientifique analysant leurs effets sur l'économie marocaine n'a été effectuée.
Ainsi, l'objectif de l'étude publiée par BAM, est d'examiner l'impact des revalorisations du SMIG sur un ensemble de variables macroéconomiques d'intérêt pour le décideur. L'étude revient sur les critères de fixation du salaire minimum et ses effets macroéconomiques. Puis sur les faits stylisés qui caractérisent le SMIG au Maroc en lien notamment avec la distribution salariale, l'emploi, l'informalité et le chômage des jeunes. L'étude explore également les liens entre SMIG, salaire global et emploi. Enfin, une mise en simulation des effets de la hausse du SMIG sur l'économie marocaine est conduite en se basant sur un modèle plus structurel dérivé du modèle FSGM du FMI.
Les critères de fixation
Concernant les critères de fixation du salaire minimum, le rapport de l'Organisation international du travail (OIT) sur les systèmes de salaire minimum de 2014 a distingué différents critères utilisés dans les pays du monde. Cette distinction repose sur la mention explicite des critères au niveau des textes de loi, puisqu'il est souvent de coutume que la détermination de ces critères fasse l'objet d'articles spéciaux au niveau de la réglementation sur le travail (Code du travail, loi sur les relations professionnelles, …) (voir fig.1).
D'autres pays, par contre, ne mentionnent aucun critère au niveau de leur législation (modèle flexible). A titre d'exemple, le décideur dans des pays comme la Suisse, la Tunisie et le Fidji n'est pas tenu de respecter des contraintes réglementaires spécifiques pour fixer le niveau du salaire minimum. Par conséquent, ces pays sont considérés comme adoptant un modèle flexible dans la mesure où ils n'ont pas de restrictions sur les critères de fixation du salaire minimum.
Au Maroc, le salaire minimum est fixé par les autorités gouvernementales après consulation des partenaires sociaux (représentants des employeurs et employés). Il existe deux types de salaires minima actuellement selon le secteur d'activité : le Salaire minimum agricole garanti (SMAG) pour l'agriculture et le Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) pour le reste des secteurs de l'économie. L'objet de cette section est d'étudier l'incidence des revalorisations de ces salaires sur l'économie marocaine en reposant sur une analyse rétrospective et un benchmark international. Les constats relatifs aux liens entre le salaire minimum et les agrégats macroéconomiques explorés permettent de tirer les premières conclusions sur la période passée, qui seront par la suite confrontées aux approches économétriques et structurelles.
Le taux du SMIG au Maroc
En 2019, le SMIG et le SMAG ont été respectivement de l'ordre de 2.698 DH et 1.903 DH mensuellement, soit un salaire horaire de 14.13 DH et 9.15 DH. Depuis leur instauration, les deux salaires ont été revalorisés en même temps et avec le même taux. Entre 1999 et 2019, ils ont été revalorisés dix fois à partir d'un niveau initial de 1.659 DH pour le SMIG et de 1.075 DH pour le SMAG mensuellement. Le taux de croissance annuel moyen du salaire minimum mensuel au Maroc sur la période 1999-2015 a été de 2.6% pour le SMIG et de 3.1% pour le SMAG1. Cette évolution a été conjuguée à une croissance annuelle moyenne du salaire moyen non-agricole de l'ordre de 3.6%, contre 5.3% pour le salaire moyen agricole, selon les données de la comptabilité nationale du HCP.
Au Maroc, le niveau du SMIG sur le salaire global peut être qualifié d'élevé. En corrigeant le salaire dans les secteurs non agricoles, l'importance du salaire minimum au Maroc reste un fait marquant (environ 43% du salaire moyen non agricole selon les données du HCP en 2015 et 59% du salaire moyen selon les données de la CNSS en 2014) pouvant indiquer des effets positifs sur les salaires mais néanmoins négatifs sur l'emploi. Ce constat est également appuyé par le benchmark international dévoilant que le salaire minimum au Maroc est relativement élevé à la fois par rapport au salaire moyen et par rapport au niveau du PIB par tête.
Et si le SMIG haussait de 5% ?
Une hausse du SMIG nominal de 5% entraîne, selon l'étude, une augmentation maximale de 0,7% du salaire réel non agricole sur le premier trimestre et une accélération de 2,7% du chômage dans le milieu urbain. La hausse initiale du salaire minimum se diffuse partiellement à la distribution salariale via des mécanismes de renégociation, ce qui explique l'effet persistent, quoique modéré, qui s'étale sur quatre trimestres. En réponse au renchérissement du coût de travail et afin de limiter les pertes d'emploi qui peuvent en résulter, la productivité des travailleurs augmente et affiche à son tour des hausses respectives de 0,53% et 0,48% sur les deux premiers trimestres. En définitive, si les revalorisations du SMIG au Maroc augmentent modérément les revenus salariaux, néanmoins, ceci vient au détriment d'une exacerbation du chômage urbain, limitée en partie par les gains en productivité.
Cette hausse aurait un impact négatif modéré, quoique permanent, sur l'économie marocaine. Néanmoins, les effets limités sur les principales variables macroéconomiques, contrebalancés, par ailleurs, par les implications adverses en matière d'emploi, tiendraient surtout à l'ampleur de la hausse initiale qui a été fixée à 5%. Pour des décisions de relèvement plus importantes, des effets de non linéarité seraient à prendre en considération. En d'autres termes, la baisse du PIB qui serait induite par une hausse de 10% du SMIG serait plus que deux fois plus élevée que la baisse engendrée par une hausse de 5% de ce salaire.
Le salaire minimum, selon la conclusion de l'étude, devrait être appréhendé comme un instrument économique et social conduit dans le cadre d'une politique publique de redistribution plus globale. A ce titre, l'évaluation de l'optimalité du salaire minimum devrait tenir compte, en sus des indicateurs présentés dans ce travail, d'autres aspects liés notamment aux prestations sociales accordées aux employés, aux incitations fiscales en vigueur et au climat des affaires dont bénéficient les employeurs.
En recourant à des mesures relatives, telles que le salaire minimum sur le salaire moyen, le présent travail tente de capter en partie ces nuances en supposant que la rémunération moyenne reflèterait largement le revenu moyen nécessaire aux travailleurs pour satisfaire leurs besoins économiques et sociaux. Néanmoins, malgré cette approximation, il serait difficile de parvenir à appréhender d'autres aspects relatifs en l'occurrence à la qualité des prestations sociales et au climat des affaires. Des recherches plus approfondies s'avèrent nécessaires pour mieux orienter les actions publiques en la matière.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.