Maroc : Les travaux de réalisation de l'usine de fabrication de vaccins anti Covid-19 lancés par le roi    Réouverture des frontières: une décision sera prise « dans les deux prochains jours » (Baitas)    Le PDG de Recipharm commente le lancement des travaux de l'usine de vaccins à Benslimane    Benslimane: Le Roi préside le lancement des travaux de réalisation d'une usine de fabrication de vaccins anti Covid-19    CAN 2021 : Reprise pour Fayçal Fajr et Nayef Aguerd, d'autres joueurs absents    CAN: Yassine Bounou s'exprime avant Maroc-Egypte (VIDEO)    Italie : Abdelhamid Sabiri aurait trouvé un accord avec un club de Seria A    Paxlovid: la pilule anti-Covid de Pfizer approuvée par l'EU    Casablanca : La galerie d'art ''L'atelier 21'' accueille Saïd Afifi    Justin Trudeau, cas contact testé négatif, à l'isolement pour 5 jours    Le CESE lance sa plateforme participative « Ouchariko »    Lois sur la concurrence : une mesurette en attendant la grande réforme    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 27 Janvier 2022 à 16H00    Wall Street ouvre en hausse, portée par de bons indicateurs et des résultats d'entreprises    L'artiste Abdellatif Hilal n'est plus    CAN: Derraji félicite les Marocains (PHOTO)    Burkina-Faso: Les militaires arrêtent le président    L'essentiel est de gagner et de passer au prochain tour    Mise en exergue de l'importance du projet de loi relatif aux droits d'auteur et droits voisins    BERD : le financement vert domine les investissements réalisés au Maroc en 2021    Alerte au phishing, une campagne use de documents powerpoint malveillants    Approbation d'une série de projets de développement social et humain pour un million de dollars    Alerte météo : fortes pluies attendues jeudi et vendredi dans plusieurs provinces    L'ONU salue le leadership du Maroc    La Guinée équatoriale et l'Egypte complètent le tableau des quarts de finale    USFP : Abdelkrim Benatiq retire sa candidature au poste de Premier secrétaire    Investigation : "Pegasus, les dessous d'une affaire" (Replay)    Maroc: Rebond « exceptionnel » de l'économie en 2021    Marrakech: le wali règlemente l'usage de l'eau courante et de la nappe phréatique    L'alliance Nissan-Renault-Mitsubishi va dépenser 23 milliards d'euros pour promouvoir les véhicules électriques    Covid-19: Certains médicaments seraient inefficaces contre Omicron    Les Etats-Unis fournissent près de 1,6 million de doses Pfizer au Maroc    Températures prévues pour le vendredi 28 janvier 2022    « Pas positif »: froideur russe après la réaction américaine à ses exigences    CAN 2021 / Ghana : Milovan Rajevac officiellement limogé    Pegasus: Le tribunal de Paris va-t-il ouvrir le dossier ?    France : La Fondation Tayeb Saddiki représentante du Maroc à Versailles pour les 400 ans de Molière    Délais de paiement : ce qui va changer avec la nouvelle loi    Les positions constantes du Maroc envers la cause palestinienne réitérées devant l'UA    Justice : L'Amazighe acte son entrée dans le système judiciaire    Il permet au public de découvrir la richesse historique et culturelle de la ville    Mehdi Fath publie «Tu avais raison ...» en juin prochain    Etchika Choureau, grand amour interdit de Hassan II, décède à l'âge de 92 ans    Conseil de gouvernement : l'état d'urgence sanitaire sera-t-il prolongé ?    Année judiciaire : 4.611.236 affaires enregistrées au titre de l'année 2021    BCIJ : Deux Daechiens interpellés à Al Haouz    Foot: un entraîneur allemand falsifie son certificat de vaccination    OMC : La Chine autorisée à imposer des sanctions tarifaires aux Etats Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Il est temps de s'y mettre
Publié dans Les ECO le 18 - 01 - 2011

Intelligence économique. Le Maroc ne dispose toujours pas d'un modèle d'action unifié en la matière. La structure actuelle de l'économie marocaine, dominée par les services, rend incontournable cette démarche. Mise à niveau du cadre légal et des dispositifs d'appropriation de l'information, absence de la logique offensive... beaucoup de gaps restent à combler
Quel lien y a-t-il entre l'implantation à Tanger par Renault d'une usine automobile à la pointe, les performances stratosphériques de l'Office chérifien des phosphates et le don de 750 millions de dollars débloqué par les Etats-Unis au bénéfice du Royaume dans le cadre du Millenium Challenge Account? Dans tous ces faits, le succès est venu par un effort d'intelligence économique, pourtant, le Maroc n'a pas encore de modèle d'action unifié en la matière, qu'il s'agisse de public ou de privé. Tel était du moins le leitmotiv des experts qui se sont exprimés lors du colloque international tenu en fin de semaine passée à l'Université Mundiapolis. Traitant du thème «Intelligence économique et stratégie d'influence», l'évènement était organisé par l'Association marocaine d'intelligence économique (Amie). Qu'on se le dise il n'y a pas encore, à proprement parler, de modèle marocain d'intelligence économique. «Il est encore en construction et ses méthodes sont en cours de consolidation», pense Ahmed Azirar, professeur à l'Iscae et président de l'Association marocaine des économistes d'entreprises (Ameen). Cela n'empêche pas que quelques actions ponctuelles relevant de l'exercice d'une intelligence économique soient observables au niveau national. Mohamed Chafiki, directeur des études et des prévisions financières (DEPF), cite en exemple la cellule de veille stratégique constituée au niveau de son département dès les prémices de la crise internationale.
Une action encore balbutiante
Cette structure a constitué une base pour la confection des lois de Finances de ces dernières années, prenant en considération le caractère exportateur de certains secteurs, et leur degré d'exposition à la concurrence internationale. Inscrite sous le signe de l'échange, la démarche a, par la suite, donné lieu à la création du comité de veille stratégique. En somme, «cela a été une expérience unique dans l'histoire du pays, soulignant l'impératif de faire avancer le travail sur l'information, le monitoring, la production et le traitement de l'information», explique Chafiki. Dans la sphère privée aussi, des actions attestant d'initiatives d'intelligence économique peuvent être signalées. C'est que «l'entrepreneur marocain est un lobbyiste né», fait observer Ahmed Azirar. Des partenariats public-privé s'exercent naturellement dans ce sens, relève l'expert. «Beaucoup d'acteurs, qu'il s'agisse de banques, de grands groupes ou d'organes étatiques font de l'intelligence économique», résume donc Driss Guerraoui, vice-président de l'Association marocaine d'intelligence économique. Bémol, tous ces acteurs travaillent en vase clos, informe le spécialiste. Cela justifie, entre autres, que l'action d'ensemble des acteurs marocains, en termes d'intelligence économique, reste encore balbutiante. Sur le champ de la défense, impliquant les mécanismes de veille basique, la marge de progression reste importante comme en témoigne le retard pris par les exportateurs nationaux pour intégrer les nouvelles normes procédurales pour exporter vers l'Union européenne.
Sur le champ de l'influence, le retard à combler est d'autant plus marqué. «Nous n'avons pas encore de réseau d'expansion», fait observer à juste titre Azirar. Avec tout cela, on reste bien loin des actions de lobbying à l'étranger. À contrario, sur ce dernier volet, «le Maroc apparaît plus comme un champ d'intelligence économique vers l'étranger, à savoir que beaucoup d'informations de source locale profitent à l'étranger par le biais des études», éclaire Azirar. Pourtant, le timing pour que le Maroc installe une stratégie d'intelligence économique d'ensemble est des plus serré. «La dernière décennie, en parallèle avec l'évolution économique du pays et la diversification de nos structures économiques, a vu la réunion progressive des conditions objectives du développement de l'intelligence économique», insiste Chafiki. Qui plus est, la structure actuelle de l'économie marocaine, dont plus de 54% consiste en services (secteur financier, télécommunication et services aux entreprises, etc.), astreint à développer une veille économique fiable. Pour installer ce dispositif, Chafiki recommande de renforcer l'actuel système de production, d'organisation et de traitement de l'information.
Vers une logique offensive
Cependant, il ne s'agit-là que d'une seule recommandation parmi de nombreuses autres conditions de développement formulées par les experts, car il reste encore pour l'ensemble des acteurs à s'approprier cette information, énumère Chafiki, ce qui passe par le développement d'une culture économique au niveau global. Le directeur de la DEPF juge également que l'information continue aujourd'hui d'être produite en grande partie sous forme agrégée, aussi est-il requis qu'elle soit davantage détaillée afin de pouvoir donner lieu à une exploitation plus fine. A ce titre, il est jugé que le Maroc présente aujourd'hui de grands gaps, en termes d'analyse économique qui sont à rattraper. «Nous faisons beaucoup d'efforts, en termes de production d'information, mais nous perdons cet avantage au niveau de l'analyse», estime Chafiki. À cela s'ajoute le fait que les acteurs nationaux ne soient pas encore imprégnés par une culture de l'information. «La circulation de l'information au sein même du ministère des Finances se fait au prix de batailles rangées», de l'aveu de Chafiki. Il faut dire que les acteurs du secteur privé ne dérogent pas non plus à ce manque de partage. En lien, Mohamed Lahlou, président du directoire de l'Esith, recommande une plus grande mutualisation de l'information entre les entreprises. Avec tout cela, il reste le volet légal. Un nouveau projet de loi sur la diffusion de l'information est actuellement en discussion au gouvernement et le débat se développe sur la question. Pour apprécier les insuffisances du cadre légal actuel en la matière, Chafiki, témoigne : «La DEPF est parfois hors-la-loi, au vu de ce qu'elle diffuse et compte tenu de l'obligation de réserve». Le tout, s'accordent à dire les spécialistes, est de transiter d'une démarche défensive vers une logique offensive. Le futur Conseil économique et social est appelé à jouer un rôle déterminant sur ce plan.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.