Clôture au Cap Draâ des manœuvres militaires maroco-américaines    Encore 3 000 migrants à Sebta, un mois après la marrée inédite    122e semaine du Hirak en Algérie : «Monsieur 23 %, dehors !»    Union Africaine: une pléiade d'experts africains appellent à exclure le polisario    La titrisation est un formidable moyen pour libérer des capacités de financement    Iran : Ebrahim Raïssi élu président avec 62 % des voix, selon des résultats partiels    La terre a tremblé dans la province de Driouch    Copa America : L'Argentine bat l'Uruguay et se hisse en tête    Ligue des Champions / WAC-Kaiser Chefs : La CAF autorise une jauge de 5000 supporters...les autorités marocaines refusent    Officiel : Mohamed Bouldini rejoint Santa Clara    Sofiane Alakouch dans le viseur de deux clubs de Ligue 1    Salé: un policier contraint d'utiliser son arme de service pour interpeller un multirécidiviste dangereux    Temps nuageux prévu pour samedi 19 juin    Covid-19 : Réception d'un million de doses du vaccin Sinopharm    L'Agadir d'Aït Kine à Tata : un grenier collectif symbolisant le riche patrimoine architectural de la région    Antonio Guterres officiellement reconduit pour un second mandat de Secrétaire général de l'ONU    Euro 2020: voici pourquoi la finale pourrait être délocalisée    Younes Belhanda ne retournera pas au Montpellier HSC cet été    Je suis venu travailler au Qatar pour poursuivre mes rêves, mais ma vie est un cauchemar    La star du FC Cologne s'affiche en maillot du Wydad (PHOTO)    Inde: mort du « Flying Sikh » Milkha Singh, l'un des sportifs les plus célèbres du pays    BBC News: Le ministre des Finances du Qatar arrêté dans le cadre d'une enquête pour corruption    En Colombie, le blocage des routes ne sera plus considéré comme manifestation pacifique    Pérou: 27 morts dans un accident d'autocar    « Nous sommes traitées comme des enfants », déclarent des femmes qataries à un groupe de défense des droits    Deux enfants bloqués en Turquie: Ouahbi interpelle Laftit et Bourita    Education nationale: 57% taux de participation aux élections des représentants du personnel    L'«Algérie nouvelle», une illusion d'optique à l'issue des législatives    Ligue des champions d'Afrique : le WAC affûte ses armes avant le match retour    Inauguration en grande pompe du DS Store Massira Al khadra (VIDEO)    Global Capital Bonds Awards 2021: Le Maroc décroche 3 distinctions    Royal Air Maroc : la route touristique Paris Orly-Dakhla opérationnelle    Développement durable, le Maroc trace sa voie    Etat civil : la nouvelle loi finalisée    Evolution du coronavirus au Maroc : 481 nouveaux cas, 525.924 au total, vendredi 18 juin 2021 à 16 heures    Ressources humaines dans la santé : Le Maroc peut-il gagner la bataille ? [Dossier]    Maroc-Espagne : l'opposition creuse la tombe du gouvernement Sanchez    Voici pourquoi un bon nombre de stars de la chanson française sont à Marrakech    [Interview avec Nabil Ayouch] «Haut et fort», de Casablanca à Cannes    Rabat : La joie au coeur de l'exposition « Joy »    Bientôt un prix national des meilleures publications dans les encyclopédies digitales    «Le Feu qui forge» : Une exposition collective à L'Atelier 21    Arizona : un tireur circulant en voiture fait un mort et 12 blessés    La Douane met en service une nouvelle version de la plateforme digitale [email protected]    Pollution: 86,3% des déchets marins au niveau national sont en plastique    Marhaba 2021 : arrivée du premier navire au port Tanger Med [Vidéos]    Le réalisateur de télévision Chakib Benomar n'est plus    Tifinagh...et le football    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Projet de loi sur le blanchiment des capitaux: les députés veulent prendre leur temps
Publié dans Les ECO le 24 - 04 - 2020

Le projet de loi n°12.18 modifiant et complétant le Code pénal et la loi n°43.05 relative à la lutte contre le blanchiment des capitaux ne passera pas «comme une lettre à la poste» au Parlement. C'est en tout cas ce qu'ont fait savoir les députés de la Commission de la justice et de la législation de la chambre basse au ministre de la Justice, Mohamed Benabdelkader, qui vient de leur présenter le texte.
Le responsable gouvernemental a souligné le caractère urgent de l'adoption du projet pour adapter la loi marocaine en matière de lutte contre le blanchiment des capitaux aux normes internationales et éviter la dégradation du classement du Maroc. Ce n'est pas la première fois que le Parlement est appelé à faire passer dans l'urgence des amendements sur l'arsenal juridique relatif à la lutte contre le blanchiment des capitaux et le terrorisme.
L'institution législative a dû, à plusieurs reprises, adopter sans discussion de fond les amendements du gouvernement pour que le Maroc puisse se conformer aux recommandations internationales. Mais cette fois-ci, les députés ne comptent visiblement pas renoncer à leur droit de passer au crible le texte qui «ne fait pas l'unanimité», comme a-t-on tenu à le souligner lors de la réunion de la commission.
La parlementaire du PJD, Amina Maelainine, est on ne peut plus claire sur cette question: «nous avons besoin de discuter le texte dans des circonstances normales. Le caractère urgent du texte ne doit en aucun cas déteindre sur la souveraineté du Parlement en matière de législation». Elle reproche au gouvernement de ne pas prendre en considération le rôle que doit jouer le Parlement dans la discussion et l'amélioration du texte.
Des discussions animées
On s'attend à des discussions animées autour de ce projet de loi tant de la part de la majorité que de l'opposition. Rappelons que ce texte modifiant et complétant le Code pénal et la loi n°43.05 relative à la lutte contre le blanchiment des capitaux a été adopté par le Conseil de gouvernement le 28 novembre 2019. Selon le ministre de la Justice, le consensus était réuni autour des amendements entre les départements ministériels.
Ce texte s'assigne pour objectif de permettre de rechercher et saisir les fonds illicites en vue de leur éventuelle confiscation, d'adapter le système législatif national aux normes internationales adoptées par le Groupe d'action financière dans cette section et remédier aux carences contenues dans les textes actuels, notamment les observations relevées par l'évaluation mutuelle lors de ses premier et deuxième paliers. Le projet de loi devra aussi permettre d'éviter les sanctions qui pourraient être rendues par les organisations internationales et qui risquent de compromettre les efforts déployés par notre pays pour protéger son système financier et économique. Plusieurs amendements sont prévus, comme l'a rappelé Mohamed Benabdelkader.
À commencer par l'adoption d'un système de liste au lieu de la méthode du seuil dans la détermination des infractions constituant un blanchiment de capitaux. D'autres infractions relatives aux marchés financiers ainsi que des infractions en matière de vente et de services fournis de façon pyramidale seront ajoutées à la liste des infractions citées dans l'article 574-2 du Code pénal. Le texte revoit à la hausse les amendes minimale et maximale prononcées à l'encontre des personnes physiques impliquées dans l'infraction de blanchiment de capitaux prévue à l'article 574-3 du Code pénal, conformément aux normes internationales qui exigent que la peine encourue pour ce genre d'infractions soit dissuasive.
Le projet vise également le renforcement des mesures de vigilance et de contrôle interne et la mise en place des règles d'accréditation auprès de tiers afin de mettre en œuvre les dispositions relatives à l'identification du client et du bénéficiaire effectif et de comprendre la nature de la relation commerciale. De nouveaux concepts sont adoptés et les définitions figurant à l'article 1 de la loi n°43.05 sont reformulés en prenant en considération les exigences des normes internationales ainsi que les textes juridiques en vigueur. Il s'agit, à titre d'exemple, du concept de «bénéficiaire effectif», des «relations d'affaires» et des «répercussions juridiques»... Le texte vise en effet à renforcer les mesures de vigilance et de contrôle interne et à mettre en place les règles d'accréditation auprès de tiers afin de mettre en œuvre les dispositions relatives à l'identification du client et du bénéficiaire effectif et de comprendre la nature de la relation commerciale. Le projet établit un lien clair et précis entre les pouvoirs de supervision et de contrôle et les personnes assujetties, mentionnées dans l'article 2. Et ce, en ajoutant les ministères de l'Intérieur et des Finances pour le cas des casinos, le ministère de l'Habitat pour les agences immobilières et la direction des douanes pour les commerçants des métaux précieux ou des œuvres d'art.
L'Unité de traitement du renseignement financier (UTRF) qui changera de dénomination (Autorité nationale des renseignements financiers) garde son rôle de supervision et de contrôle pour les personnes assujetties qui ne sont pas soumises au contrôle d'une autorité de supervision définie par la loi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.