Le polisario sèchement recadré en Nouvelle-Zélande    Ramadan: Kaïs Saïed écrit au roi Mohammed VI    Le Maroc suspend les liaisons aériennes avec la Tunisie    Le roi Mohammed VI a reçu un message du roi Abdallah II    Joe Biden retirera toutes les troupes américaines d'Afghanistan d'ici le 11 septembre    La haute précision marocaine mondialement reconnue    Messages du roi Mohammed VI aux chefs d'Etat des pays musulmans    SM le Roi félicite les Chefs d'Etat des pays islamiques à l'occasion du mois sacré de Ramadan    La FRMVB adopte ses rapports moral et financier lors de son AGO à Marrakech    Liverpool-Real, la magie évanouie d'Anfield face au sorcier Zidane    Front commun de Moscou et Téhéran face aux Occidentaux    Ventre vide, tables garnies    Meryem Aassid : «notre vision est d'explorer la chanson amazighe dans toute sa splendeur !»    Quand l'art fédère le Grand Maghreb    Votre livre de poche motivateur    Couvre-feu à Casablanca: le tramway adapte ses horaires    Mariage des mineures : une plaie gangrenée    Coronavirus : l'utilisation du vaccin de Johnson & Johnson suspendue par les autorités américaines    La France regrette les menaces d'Alger envers son ambassadeur    Interview avec l'Ambassadeur du Sénégal au Maroc : les dessous de l'initiative sénégalaise à Dakhla    La loi 46.19, une occasion pour lutter efficacement contre la corruption    Démantèlement d'un réseau d'immigration clandestine opérant dans le nord du Maroc    Nasser Bourita s'entretient avec son homologue omanais    PSG-Bayern: à quelle heure et sur quelles chaînes? (Ligue des champions)    Barça: le clan Messi dément une rumeur au sujet de Neymar    M. Benabdelkader : Bientôt un nouveau projet de loi régissant la fonction d'Adoul    Gaz Butane : Hausse de 9% de la moyenne de subvention unitaire par bouteille (12kg) à fin avril    Golf : Hideki Matsuyama, soleil levant à Augusta    SM le Roi lance l'opération de soutien alimentaire «Ramadan 1442»    Tayeb Hamdi: Sans respect strict et généralisé, les mesures restrictives ne seront jamais suffisantes    Des chiffres alarmants de demandes de mariages des mineures (Président du ministère public)    Raja / Lassaâd Chebbi : Une association de raison qui profite aux deux parties    Les rebelles Houthis du Yémen affirment avoir lancé 17 drones et missiles sur l'Arabie saoudite    Diversité des genres : le groupe OCP s'associe à IFC    Naima Lamcharki, meilleure actrice au Festival international du film arabe de Malmö    Sociétés cotées : Baisse de 34,4 % de la masse bénéficiaire    Ramadan/Maroc: Le renforcement des mesures restrictives dicté par la nature imprévisible du virus (El Otmani)    La Bourse de Casablanca débute en légère baisse    Financement anti-Covid : le plaidoyer de Benchâaboun    Officiel: le Tunisien Lassaad Chabbi nouveau coach du Raja Casablanca    Formation : la Fondation Phosboucraâ opte pour le distanciel    Casablanca : le musée "Docteur Leila Mezian Benjelloun", prêt ''dans un peu plus de deux ans''    Journée internationale de la femme : ASEGUIM-Settat honore Mme Cissé Nantènin Kanté    Real Madrid: Florentino Pérez réélu président    M. Rabbah : Le système électrique de la prochaine décennie sera basé sur des énergies propres et renouvelables    Chtouka Ait Baha : Tout sur l'inscription les greniers collectifs au patrimoine mondial de l'UNESCO (Vidéo)    Un hommage au grand artiste Mohamed Melehi aura lieu en mai prochain à Marrakech    La Fondation TGCC lance la première édition du Prix Mustaqbal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Investissements: deux tiers des entreprises n'y pensent même pas !
Publié dans Les ECO le 28 - 08 - 2020

Investir en ces temps de crise sanitaire relève d'une grande prouesse dont seules quelques rares entreprises se sentent capables. Pour la grande majorité, le manque de visibilité et de trésorerie est tel qu'elles préfèrent ne pas y penser avant la fin de l'année.
L'investissement n'est toujours pas à l'ordre du jour dans le paysage économique. C'est un luxe que seules certaines entreprises peuvent se permettre, en ces temps de crise sanitaire. Pour la grande majorité, le manque de visibilité et de trésorerie induit par la crise sanitaire de la Covid-19 est tel qu'elles préfèrent ne pas y penser, avant la fin de l'année au moins. En effet, selon la seconde enquête du Haut-commissariat au plan (HCP) concernant l'impact de la Covid-19 sur l'activité des entreprises, 67% d'entre elles ne parviendront pas à réaliser les investissements qu'elles ont programmés au titre de l'année 2020. En effet, 29% de ces entreprises prévoient un report, 17% une annulation et 21% une réduction. Par catégorie d'entreprises, cette proportion atteint 71% chez les Très petites entreprises (TPE), 60% chez les Petites et moyennes entreprises (PME) et 50% chez les Grandes entreprises (GE).
83% des industries électriques et électroniques et de l'hébergement et restauration ne peuvent pas investir
Par branche d'activité, les plus fortes proportions d'entreprises déclarant surseoir ou réduire leurs investissements se retrouvent dans les Industries électriques et électroniques ainsi que dans l'Hébergement et restauration où elles s'élèvent à 83%. Ces dernières sont suivies par les entreprises des Industries métalliques et mécaniques avec une proportion de 77,5%, de celles des branches du Transport et entreposage avec 75%, de celles de l'Agro-industrie (74%), des entreprises de Construction (68%) et des entreprises de Commerce (67,3%). Les effets de la crise sur la trésorerie des entreprises est tellement pesante que près de la moitié des entreprises estiment ne pas être suffisamment capitalisées pour... reprendre leurs activités. Cette proportion est notamment de 50% chez les TPE, 48% chez les PME et 33% chez les GE. Par branche d'activité, les entreprises qui souffrent le plus d'un manque de fonds propres sont celles des Industries électriques et électroniques, du Transport et entreposage et de l'Hébergement et restauration avec, respectivement, 66%, 59% et 57%. Elles sont suivies par les entreprises de Construction (55%), des Services (50%) et du Commerce (40%).
45% des entreprises sont de surcroît endettées
Pire, 45% des entreprises enquêtées ont déclaré être endettées, dont 13% fortement et 32% légèrement. Cette situation d'endettement est plus marquée chez les GE où plus d'une entreprise sur 2 (55%) est endettée, dont 19% fortement endettées. Chez les PME, plus de la moitié des entreprises (52%) sont touchées par l'endettement, dont 17% fortement, tandis que chez les TPE, 41% des entreprises sont affectées par l'endettement, dont 11% fortement. Par secteur d'activité, la proportion des entreprises endettées est de 59% dans l'Industrie, 47% dans le Commerce, 43% dans les Services et 40% dans la Construction. On retrouve les entreprises fortement endettées dans les branches des Industries électriques et électroniques avec 28%, dans l'Energie (27%) et dans l'Hébergement et restauration (26%). Le manque de visibilité est tel que 51,3% des entreprises estiment qu'elles ne seront en mesure de reprendre le remboursement de leurs dettes qu'après un an et plus. Ce constat est malheureusement général puisqu'il est observé quasiment avec la même acuité dans toutes les catégories d'entreprises ainsi que dans tous les secteurs d'activité. D'ailleurs, pour financer leur reprise d'activité, 45% des entreprises comptent recourir à un financement externe. 39% d'entre elles comptent se financer par crédit auprès du même partenaire bancaire (50% des GE, 43% des PME et 37% des TPE). 4% des entreprises comptent recourir à un nouveau partenaire bancaire et 3,5% choisissent d'autres établissements financiers. 2,5% optent pour les banques participatives, tandis que l'émission d'obligations et le marché boursier viennent en dernières positions puisqu'ils ne suscitent, respectivement, que 1,2% et moins de 1% de l'intérêt des entreprises.
AZIZ DIOUF / Les Inspirations ECO


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.