Maroc – Mali : Les Lionnes de l'Atlas de nouveau victorieuses face aux Aigles    Marhaba 2021: tarifs adaptés et liaison maritime annoncée avec le Portugal    «Mon histoire avec les médicaments»,une autobiographie de feu Omar Tazi [Chapitre 14]    Rencontre Biden-Sanchez. Un désaveu formel pour le président du gouvernement espagnol    Ammouta : Les Lions de l'Atlas "sont prêts" pour la Coupe arabe    Botola Pro : Le WAC atomise le HUSA    L'Ambassade de France annonce la reprise de la délivrance des Visas à partir du 15 Juin    Le Conseil de gouvernement se tient jeudi: ce qui est prévu    L'Espagne, l'Algérie et les Marocains du Monde !    Le groupe OCP, une signature de qualité    Finances publiques : Tout savoir sur la situation des charges et ressources du mois de mai    Nouveau modèle de développement : les défis du marché des capitaux    La Bourse de Casablanca clôture dans le vert    Société d'aménagement Zenata et Lydec : un partenariat novateur a été scellé    Devises vs Dirham: les cours de change de ce lundi 14 juin    LE POUVOIR ALGERIEN SE FICHE DES RESULTATS DES URNES    Cette région du Maroc s'apprête à accueillir 500.000 touristes israéliens    Palestine: Les colons préparent leur marche, les Palestiniens leur Intifada    L'exercice combiné maroco-américain se déroule dans de parfaites conditions    Au sommet avec Biden, Poutine veut du respect    Benjamin Netanyahu devient un justiciable comme les autres    Dernier jour du sommet : le G7 agit face à la pandémie, le climat et la Chine    Espionnage d'élus : Nancy Pelosi veut entendre des procureurs généraux de Trump    Sahara: la Hongrie soutient officiellement le plan d'autonomie    Crise maroco espagnole. Entre la retenue de la presse marocaine et le déchaînement des journaux ibériques    Le furtif échange entre Sánchez et Biden mal digéré par la presse espagnole    Euro 2020 : Le programme de ce lundi    Médaillée d'or, Btissam Sadini se qualifie pour les JO de Tokyo    Intervention de la Marine royale au large de Tan-Tan    Chebbi après la défaite du Raja: « J'ai commis une erreur »    Décevant encore, Vahid peut remercier d    Sahara. L'Espagne ne veut pas céder de peur que le Maroc revendique Sebta et Melilla    Covid. Nouveaux cas, vaccination...: le bilan de ce lundi 14 juin    Covid-19: le Maroc n'est pas à l'abri d'une rechute, selon un expert    300 Billets gratuits pour les élèves marocains des classes préparatoires    Lycée d'excellence de Benguerir. Plus de 400 élèves admis dans les grandes écoles françaises    Coronavirus. Le vaccin américain Novavax efficace à plus de 90% contre les variants    Voici les bienfaits de cette plante pourtant pointée du doigt    Météo au Maroc: temps assez chaud ce lundi    Saadi Youssef est décédé «Loin du premier ciel»    « Ma ville à moi » sur les planches du Théâtre Mohammed V    Quand la darija devient un moyen d'intégration pour les Subsahariens    Fonds d'aide cinématographique : 21,58 millions de dirhams alloués aux nouveaux projets    Vente aux enchères à Tanger : 54 oe uvres passeront sous le marteau pour la bonne cause    Hassan Rachik: Madih Al Howiyat Al Marina    Retour des MRE : Voici les prix proposés par RAM    La symphonie lumineuse de Florence Arnold    Festival: L'Andalousie vue d'Oujda    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Croissance, finances publiques, marché des taux…CDG Capital expose ses prévisions pour 2021 et 2022
Publié dans Les ECO le 10 - 05 - 2021

La Bourse de Casablanca réitère son rendez-vous annuel avec les différents intervenants du marché à travers le lancement de la deuxième édition du cycle de webinaires, organisé en partenariat avec l'Association professionnelle des sociétés de Bourse (APSB). Lancé sous le thème de la «Saison de publication des résultats : Bilan et opportunités d'investissement», le cycle de webinaires a démarré cette année avec l'intervention de Ahmed Zhani, économiste en recherche macroéconomique et taux chez CDG Capital pour exposer ses perspectives post-Covid-19 des équilibres macroéconomiques et évolutions des compartiments taux. Avant de délivrer ses pronostics, l'économiste a fait état du bilan mitigé de l'impact de la crise sanitaire sur les équilibres macroéconomiques. «La crise sanitaire a représenté un stress test important pour l'économie nationale», souligne Zhani. Il y a eu certes un impact négatif sur nombreux agrégats économiques, mais d'autres facteurs ont pu atténuer la baisse. En 2020, l'onde de choc de la crise sanitaire combinée à la sécheresse a eu raison de la croissance économique nationale entraînant une forte détérioration de l'équilibre des finances publiques, un ralentissement des crédits et un accroissement important de la masse monétaire.
«La politique monétaire expansionniste de Bank Al-Maghrib, n'a malheureusement pas eu l'impact escompté sur les crédits par manque d'opportunités d'investissement», remarque Zhani.
Ces effets ont pu cependant être atténués par un allégement du déficit commercial de la baisse de l'inflation ainsi que la facilitation de l'accès des TPME au financement. «La nature de notre modèle économique, basée sur la demande intérieure, l'investissement public, la rigidité du marché de l'emploi et la forte concentration des recettes fiscales, conjugués à la réactivité du Comité de veille économique, ont également contribué à freiner l'onde de choc sanitaire», explique Zhani. Des efforts qui ont fait grimper l'enveloppe de l'endettement public à 230 MMDH, un niveau historiquement élevé, selon l'économiste. Ce dernier a, d'ailleurs, tenu à faire une lecture des résultats attendus du pacte national pour la relance économique et l'emploi d'un montant de 120 MMDH. Au niveau de la croissance, l'impact devrait être modéré sur le court terme, selon Zhani, et ce, compte tenu de la prépondérance du stimulus monétaire (62,5%), dont une part importante est orientée vers le financement des besoins de trésorerie des entreprises.
«C'est comme si ces injections devraient servir dans un premier temps à maintenir le tissu productif en vie et à injecter les fonds nécessaires pour garder les entreprises opérationnelles avant d'alimenter l'investissement», estime l'économiste.
Du côté de l'inflation, l'impact risque d'être faible sur le court terme en liaison avec le ralentissement de la demande et la prédominance de l'alimentation dans le panier de l'IPC. Par contre, sur le moyen terme, l'orientation expansionniste de la politique monétaire pourrait générer un renchérissement des prix de certaines catégories d'actifs, particulièrement l'immobilier. En ce qui concerne l'équilibre extérieur, l'impact devrait être significatif sur le moyen terme en liaison avec le taux de pénétration élevé des importations. Sur la base de ce taux de pénétration dans la demande globale (environ 40%), la sortie des capitaux hors circuit monétaire national pourrait atteindre 50 MMDH.
Au niveau de finances publiques, «compte tenu de l'affaiblissement des ressources, l'apport de 20 MMDH du budget général devrait contribuer à l'aggravation du déficit public», explique Zhani.
Certains risques subsistent en liaison notamment avec le développement du secteur informel et la hausse de la circulation fiduciaire (qui a enregistré une hausse très importante au cours de l'année 2020), la hausse des importations et la pression qui pourrait en découler sur les avoirs officiels de réserve. À cela s'ajoutent, la montée des créances en souffrances et son impact sur les bilans des banques. En termes de perspectives, la reprise économique est attendue pour cette année 2021, grâce au bon comportement de la campagne agricole et l'effet de base conjugué au redressement des sources de financement de la demande des ménages, ainsi que le programme ambitieux d'investissement de l'état et le redressement de la demande étrangère.
«On devrait après assister à un ralentissement de cette croissance après une correction à la baisse de cet effet de base», explique Zhani.
Le niveau de l'inflation devrait, quant à lui rester stable. «Le taux de l'inflation ne devrait pas augmenter significativement au cours des deux prochaines années, vu que la demande des ménages a été fortement affaiblie par la crise de la Covid-19 et avec la hausse du chômage qui a atteint, à fin mars, 12,5% contre 9% avant la crise», indique l'économiste. Le déficit du compte courant devrait connaître un important creusement en 2021 qui devrait se poursuivre en 2022. Et ce, en lien avec la faiblesse des recettes de tourisme et le renchérissement des prix des matières premières et énergétiques. Par ailleurs, la courbe des taux devrait rester quasi stable, en raison de «la saisonnalité des ressources fiscales et l'importance mensuelle des tombées qui impactent significativement les besoins mensuels du Trésor public au cours de l'année», conclut l'économiste.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.