Tourisme : 20 MMDH de recettes en devises générées à fin mai    L'ancien PDG de l'aéroport d'Alger condamné à 8 ans de prison pour corruption    CAN féminine : Le Maroc bat l'Ouganda et se qualifie aux quarts de finale    Maroc : Le Comité CEDAW recommande des avancées égalitaires en arrondissant les angles    Covid-19 : Le ministère de la Santé recommande en urgence une dose de rappel    Cases cochées    Le Groupe AKDITAL lance la Fondation AKDITAL    Météo: les prévisions du mercredi 6 juillet    La FM6E lance Anaboundif, l'appli écocitoyenne pour tous    La RAM signe cinq conventions avec des partenaires au Sénégal prévoyant des avantages sur ses vols    L'ONU répond à l'Algérie et au Polisario sur l'annulation des visites de De Mistura au Sahara    CAN – Maroc 2022 : Les Lionnes de l'Atlas battent les Grues et se qualifient (vidéo)    BTS : 2.186 candidats réussissent l'examen cette année    CAN féminine: le Sénégal, 1ère équipe qualifiée pour les quarts de finale (VIDEO)    Automobile: les exportations marocaines en hausse à fin mai    Covid-19: La vague actuelle est une "copie conforme" de la première vague d'Omicron    Météo Maroc: averses orageuses par endroits ce mercredi 6 juillet    Dari au Stade Brestois, Laaziri à l'Olympique Lyonnais !    Liga : FC Barcelone prolonge le contrat du jeune marocain Chadi Riad    Hausse de 173% par rapport à 2021    Bourita : une feuille de route de l'avenir des relations bilatérales    France : L'épreuve de feu pour Borne II    « Epargner aux pays africains d'être sévèrement touchés par la vague inflationniste »    Série de réunions au Parlement européen à Bruxelles et Strasbourg    Le Maroc pour de nouvelles options de financement à vocation structurelle    Le Wydad s'adjuge le trophée et conserve sa couronne    Covid-19: Le Maroc a enregistré 3849 nouveaux cas et 11 décès en 24H    Jeux marocains du sport en entreprise : De l'or pour la MDJS dans la catégorie gaming    Sahara: Nasser Bourita reçoit Staffan de Mistura    Tunisie: Kais Saied défend son projet de Constitution controversé    Azemmour : La préservation du Malhoune, une priorité...    Non, Dounia Boutazout ne mettra pas un terme à sa carrière    Marrakech. Le groupe espagnol Baiuca fait sensation au FNAP    MOGA Festival revient à Essaouira : Du 28 septembre au 2 octobre 2022    La 17ème édition du festival Timitar du 15 au 16 juillet à Agadir    Harcèlement, viol, chantage... Quand la haute société française bascule dans le gore et demeure impunie    La journaliste Abu Akleh « vraisemblablement » tuée par un tir israélien « non-intentionnel » (Département d'Etat)    Remise en service des centrales de Tahaddart et Aîn Béni Mathar à partir du GNL importé    Voici le nouvel entraîneur du PSG    Dounia Batma s'offre un relooking (PHOTO)    Condamné à mort, le Marocain détenu en Ukraine saisit la Cour suprême des séparatistes    La France rapatrie 51 mineurs et femmes retenus dans des camps en Syrie    Medias jordaniens : la gouvernance de la migration au Maroc encadrée par une vision humanitaire et solidaire    Une clôture aux rythmes gnaoua    Moussem d'Asilah : Une 43ème édition saison ouvre la saison estivale    Décès de Abdallah Charif El Ouazzani: les condoléances du roi Mohammed VI    MM. Mayara et Talbi Alami : « La session ordinaire du parlement andin à Laâyoune, une nouvelle consécration de la marocanité du Sahara »    Sahara : L'Algérie accuse le Maroc de «saboter les efforts» de De Mistura    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La révolution arabe et l'esprit de l'histoire
Publié dans Le Soir Echos le 22 - 04 - 2011

Les événements qui se déroulent à l'échelle du monde arabe annoncent une nouvelle ère dans l'histoire de l'humanité et ce de l'avis-même de tous ceux qui de par le passé portaient les jugements les moins élogieux sur cette partie du monde.
Les préjugés qui ont perduré en véhiculant une image plus que négative sur la capacité des peuples arabes et musulmans à s'affranchir du déclin historique dans lequel ils ont sombré durant des siècles, se sont nourris en grande partie d'un eurocentrisme ayant abandonné la belle tradition des lumières européennes qui a fait l'éloge de la raison et de la liberté humaine. L'eurocentrisme, qui s'est perverti en couverture idéologique de l'horreur coloniale reléguant de la sorte une grande partie de l'humanité à l'état de barbarie duquel l'Europe civilisée devait l'affranchir, se retrouve aujourd'hui mal placé pour clamer le droit des peuples à la liberté et à la justice.
Le grand enseignement qui se dégage des événements en cours met à rude épreuve les théories ayant fait de ce qui fut considéré comme étant spécifique à l'ère culturelle arabo-musulmane à savoir, le despotisme oriental. D'un autre côté, ceux qui ont clamé la fin de l'histoire se retrouvent démentis de la façon la plus catégorique par une nouvelle page de l'histoire que leur cécité idéologique ne leur permettait pas de voir ni prévoir.
En effet, cet enseignement nous rappelle que les nobles idéaux de la liberté et de la justice ne sont nullement le propre d'une culture, mais ils représentent plutôt l'horizon vers lequel la marche de l'humanité s'oriente depuis les temps immémoriaux jusqu'à nos jours. L'apport des différentes cultures et civilisations à cet égard ne devrait pas se mesurer en termes d'exclusivité, mais en termes de pensée et d'énormes sacrifices que l'ensemble des peuples ont consentis pour l'avènement d'un monde plus équitable et d'une vie plus juste et digne.
L'autre enseignement, qui se dégage aussi des bouleversements qui secouent une grande partie du monde arabe et dont l'onde de choc ne se limitera nullement à cette partie du monde, se rapporte à la concrétisation effective des valeurs ayant inspiré le mode de gouvernement démocratique et l'institution de l'Etat de droit.
A l'heure où les questions relatives à la représentativité politique et à la justice sociale sont à l'ordre du jour au sein-même des démocraties les plus établies, il s'avère que l'avènement de la Cité juste demeure une aspiration collective de la part de l'ensemble des peuples et que le règne de la liberté ne peut désormais s'inscrire indéfiniment dans l'ordre de l'utopie.
Rappelons à cet effet que l'institution de l'Etat de droit est intrinsèquement liée aux questions relatives aux modes d'exercice du pouvoir, aux modalités d'instauration de la justice sociale et aux règles de la pratique effective de la liberté. Ainsi, ce triple fonctionnement renvoie à la quintessence du politique qui fut considéré, depuis l'antiquité jusqu'aux temps modernes, comme étant la base et le fondement de l'association humaine.
De la sorte, ce n'est nullement un hasard si les anciens, aussi bien que les modernes parmi les penseurs et les philosophes, se sont accordés à considérer que l'exercice du pouvoir devrait viser le bien et le beau, sauvegarder les libertés individuelles et collectives et permettre à l'homme de s'affranchir de l'état de tutelle dans lequel multiples formes de tyrannie s'efforcent de le maintenir.
La réelle dimension de ce qui se joue sur la scène arabe nous rappelle ce que Hegel, l'un des grands philosophes des temps modernes ayant pensé profondément la philosophie du droit aussi bien que l'évolution de l'esprit humain qui tend vers l'universel, avait appelé la ruse de l'histoire. En effet, cet esprit qui, aujourd'hui, se déploie de manière grandiose sur la terre arabe suscite un souffle de fierté et de dignité au sein de l'ensemble de la communauté humaine.
Les penseurs, témoins d'hier
et d'aujourd'hui
En cette période de l'Histoire, caractérisée par une mondialisation inéquitable et injuste, le sentiment de solidarité largement exprimé envers les peuples arabes dans leur combat pour la liberté, révèle l'aspiration de la majorité de l'humanité à un universalisme à visage humain respectueux des diversités culturelles et garantissant le droit de tous à la dignité et au bonheur.
Certes, une page de l'Histoire est en train de s'écrire avec du sang et des larmes, ainsi la tragédie humaine se déroule quand elle met en scène le combat de l'homme pour s'affranchir des puissances les plus aveugles, mais de mémoire d'homme, nulle force ne peut éteindre la flamme de la liberté qui sommeille en tout être humain.
En écho à ces événements, dont on ne peut se limiter à faire l'éloge, la pensée arabe contemporaine qui depuis le cours éveil de la pensée de la renaissance et à l'exception de rares contributions en phase avec les défis des temps présents, ayant sombré dans un long sommeil dogmatique, est appelée aujourd'hui à opérer une transmutation plus que nécessaire. A cet effet, autant les épreuves qu'endure le monde arabe contribuent à dissiper de vielles chimères, la question qui désormais est à l'ordre du jour se rapporte à la redéfinition du rôle des intellectuels et des élites au sein des sociétés arabes et musulmanes. Cette redéfinition devrait, dans un premier temps, s'intéresser à la déconstruction des paradigmes ayant hissé la croyance idéologique au niveau de la pensée, permettant de la sorte de détruire la vocation critique de la pensée libre et justifier l'injustifiable contre lequel aujourd'hui des peuples orphelins de leurs élites se battent à mains nues.
Certes, la pensée, comme il est dit de coutume, est comme l'oiseau de Minerve qui ne vient que tard le soir afin de méditer le long parcours du jour, mais il n'en demeure pas moins que souvent, la pensée authentique et puissante est annonciatrice des avenirs les plus radieux ; heureux soient les annonciateurs.
Ainsi, en ces moments tragiques qui ne cessent de marquer l'actualité à l'échelle du monde arabe et dont l'écho retentit à travers le monde, la culture et l'ensemble des intellectuels arabes sont appelés, aujourd'hui plus que jamais, à s'interroger sur la signification profonde de l'histoire actuelle qui se déroule emportant dans son flux tumultueux multiples schèmes d'analyses et idées jadis bien reçues.
Depuis l'avènement de la pensée de la renaissance arabe, le grand questionnement ayant été au cœur-même de cette pensée s'est porté sur les causes du déclin de l'Orient comparativement à l'Occident européen ayant accédé au progrès social et aux modes de gouvernement garantissant l'exercice de la liberté et le respect du droit. Les penseurs de l'époque furent unanimes à considérer que le despotisme représente l'une des causes principales de ce déclin millénaire. De la sorte, les penseurs de la renaissance fortement influencés par la pensée des lumières européennes et les théories libérales, ont appelé à l'abolition des modes de pouvoir archaïques afin d'assurer l'émancipation des peuples et la concrétisation du progrès. Certes, cet appel avait donné par la suite naissance à des courants d'idées qui allaient influencer le cours ultérieur de la pensée arabe contemporaine, mais il n'en demeure pas moins qu'il fut de par le passé comme il demeure au présent, au cœur de tout projet social qui vise l'émancipation des peuples et le respect de la dignité humaine.
Lire la suite, lundi 25 avril 2011.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.