Jouahri: La décision de relever le taux directeur vise à juguler l'inflation    Des internautes tunisiens appellent au départ de Kaïs Saïed, «principal responsable de la crise endémique que traverse le pays»    le prince héritier Mohammed ben Salmane nommé Premier ministre Politique    Amical: Devant le Paraguay, le Maroc confirme sa belle forme mais ne marque pas    La composition des Lions de l'Atlas avant Maroc-Paraguay    Santé : Un contrat-programme pour la création de près de 16 000 emplois industriels au Maroc    Maroc – Paraguay : Composition officielle des Lions de l'Atlas    Murcie : La sélection du Maroc U20 de football s'impose face au Chili    Tanger-Med: saisie de pièces en or d'une valeur de plus de 500.000 dirhams    Salé : Quand le cinéma se conjugue au féminin    فيروس كورونا : الحالة الوبائية تتميز بانتشار جد ضعيف للفيروس بالمغرب    Le Gabon présidera le Conseil de sécurité de l'ONU à partir du 6 octobre    Maroc : 9 morts après la consommation d'alcool frelaté, 2 arrestations    Une caravane de l'Association Moltaka B'ladi pour la citoyenneté cible 950 bénéficiaires    Santé : le Groupe AKDITAL met en service sa 12éme infrastructure de santé à Sidi Maarouf    Abdellatif Hammouchi reçoit le patron de la Sûreté nationale en Mauritanie    Shakira va être jugée en Espagne pour fraude fiscale    Vidéo / Festival « Symphonyat » : A la rencontre d'artistes de la 2ème édition    Inclusion financière des artisans :convention entre le ministère du Tourisme et Crédit agricole    «Ormindo», un opéra baroque le 30 septembre à Rabat    Sefrou: Clôture du 20ème Festival national des pommes d'Imouzzar Kandar    Sommet de la Ligue arabe: le ministre algérien de la Justice reçu par Nasser Bourita    Le Maroc lance un appel à l'Algérie pour reprendre le processus des tables rondes    Le Conseil de la concurrence dénonce l'absence de toute concurrence sur les prix et la forte concentration du marché    Football pour amputés: «L'équipe nationale en stage de préparation en Turquie»    Covid-19 : l'épidémie poursuit son déclin au Maroc    Politiques culturelles. Le Maroc participe aux travaux de Mondiacult de l'UNESCO    L'Italie a voté – à l'extrême droite, craintes en Europe    Ukraine : les «référendums» auront des «conséquences» sur la sécurité des régions annexées, dit le Kremlin    M. Akhannouch représente SM le Roi Mohammed VI aux funérailles d'Etat de l'ancien Premier ministre japonais feu Shinzo Abe    Sitel et Majorel abandonnent leur projet de fusion    Voici le temps qu'il fera au Maroc, ce mardi 27 septembre 2022    Béni Mellal: plusieurs blessés dans un terrible accident d'autocar (PHOTOS)    Le programme complet du Festival Moga, cinq jours de fête et une soixantaine d'artistes    Abdelfattah El Harraq, une figure du sport à la télé, est décédé    Botola: voici le programme de la 4ème journée    Fakhreddine Rajhi fait l'éloge de Walid Regragui    Le torchon brûle entre le comédien Taliss et «un collègue» (PHOTO)    Le 1er Rabie-I 1444 correspond au mercredi 28 septembre 2022, Aid Al Mawlid Annabaoui célébré le dimanche 9 octobre    La Bourse de Casablanca démarre dans le vert    BMCE Capital lance un fonds pour le financement des startups marocaines innovantes    Zone euro : La BCE prévoit de poursuivre la remontée de ses taux d'intérêt    Le Malawi élimine le trachome, une maladie tropicale qui provoque la cécité (OMS)    Interview avec Nawal Sfendla : « L'Everest est mon rêve ultime »    DGSN: Hammouchi exige de ses hommes plus de réactivité dans le traitement des plaintes    Tunisie: Un nouveau parti politique annonce son boycott des prochaines législatives    Washington cherche à appuyer une réforme improbable du Conseil de sécurité    Le Roi Mohammed VI adresse un message de condoléances à la famille de feue Aïcha Ech-Channa    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Instrumentaliser la question migratoire a un prix politique
Publié dans Le Soir Echos le 21 - 10 - 2011

Commissaire à la Diversité auprès de l'exécutif français, Yazid Sabeg est un homme d'affaires et un personnage en vue dans les cercles de décideurs français issus de familles maghrébines. Pour Le Soir échos, il revient sur la question de l'immigration et les tensions sociopolitiques autour de cette dernière.
Entrepreneur français issu de l'immigration algérienne, Yazid Sabeg est nommé en 2008 par le président Sarkozy commissaire à la Diversité. Entretien
On constate une nette crispation de la politique française vis-à-vis des minorités et de la diversité. Est-ce un phénomène passager ou structurel ?
Les crispations de la société française sont réelles. La France et d'autres pays européens ont connu de grandes transformations de leurs peuplements depuis un demi-siècle, avec des arrivants du Maghreb, d'Afrique et, aujourd'hui, d'Asie. Il est normal que ceci provoque des frictions et des antagonismes. Mais nous allons les surmonter avec le temps. La durée dépendra de la capacité de la société française à faire des efforts d'intégration sociale. Les sujets culturels ne sont pas les véritables problèmes.
Quelle est la portée du rôle des politiques et leur rapport au populisme ?
L'instrumentalisation, à des fins populistes, de la question migratoire et de ses conséquences sociales est quelque chose qu'on paiera politiquement. Cela flatte certaines opinions et certains sentiments, mais, au final, ce ne sera pas payant, parce que ces sentiments ne touchent qu'une fraction de la société française, et que les Français ont envie de justice, de paix sociale et de cohésion.
Quelles actions devraient être menées selon vous ?
Je suis engagé derrière le président de la République. Il est très attaché à cette politique de la diversité. Je regrette parfois les positions qu'il a pu prendre sur certaines questions et qui ont pu heurter les musulmans, les minorités, mais je suis très attaché à la confiance qu'il m'a témoignée et, pour moi, il reste la personnalité la plus à même d'organiser la transformation des esprits et de la société française.
Quel est le poids de la diaspora ?
La diaspora doit être banalisée en tant que composante de la société française. Plus on le fera, mieux notre pays se portera. Les minorités, quelles qu'elles soient, sont très sensibles au regard que porte sur eux la presse, les médias, l'opinion de façon générale, et les hommes politiques. Elles en souffrent quelques fois, mais je pense que nous avons droit à la ressemblance et à la banalisation.
Est-ce que cela est suffisamment pris en compte par la classe politique ?
C'est un fait. Les élus locaux font leurs comptes. Ils savent très bien qu'ils ont des quartiers pauvres et d'autres, qui le sont moins. Les élus dans leur grande majorité sont des républicains. Ils sont très attachés à la justice, et ils n'aiment pas la ville à deux vitesses. Je le constate en matière de rénovation urbaine. Il existe des centaines de villes concernées, où nous améliorons la vie et le logement. Il y a également les politiques de réussite éducative et, au-dessus de tout, le désir de cohésion entre les différentes catégories d'habitants. Le souvenir des émeutes de 2005 reste vivace, et tout le monde est d'accord pour dire « Plus jamais ça ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.