Hervé Renard démissionne    Le message d'Hervé Renard au Roi Mohammed VI    Hervé Renard «clos» son parcours avec les Lions de l'Atlas    Prison à perpétuité pour «El Chapo»    L'exemple d'une région modèle!    Fouzi Lekjaa désigné 2ème vice-président de la CAF    CAN 2021: Le Maroc face à la Mauritanie, Centrafrique et Burundi    Hamzaoui Abdelmalek sort les maîtres de l'art de l'oubli    Samir Belhaouss expose ses inspirations marocaines à l'Espace Rivages    Lectures d'été 2019    El Jadida : 5 ans de prison pour un cambrioleur de commerces    Tanger : Un jeune de 19 ans tue son rival à coup de couteau    Laâyoune : La célébration de la victoire algérienne vire au drame    Maroc-Jordanie : Signature à Amman d'une convention de coopération et de deux mémorandums d'entente    Préscolaire: Amzazi dresse le bilan    Nouveau siège de la MAP à Casablanca    Que s'est-il passé à Laâyoune après le sacre de l'Algérie à la CAN ?    Signature à Amman d'une convention de coopération et de deux mémorandums d'entente    Mort d'une jeune fille à Laâyoune. Ouverture d'une enquête sur les circonstances de l'accident    Terrorisme: Arrestation à Meknès d'un Marocain portant la nationalité française    Grand stade de Casablanca. Le ministère réagit aux rumeurs    Les actes de naissance et certificats médicaux seront standardisés    Salaires : l'écart se creuse entre public et privé    Le roi Mohammed VI félicite les Fennecs    ONEE : Un programme d'investissement de 51,6 MMDH sur 4 ans    Temara : Un ex-enseignant tente un hold-up sur une agence de microcrédit    L'Boulevard : Carcass, Dizzy Dros et Dope D.O.D parmi les invités de la 19ème édition    Logements insalubres : la lâcheté politique    Brèves Internationales    Une investiture à haut risque se profile pour Pedro Sanchez    Rapport du gouvernement sur la situation des droits de l'Homme    Nasser Bourita : Le Maroc dispose de tous les atouts pour se positionner en tant que partenaire crédible de l'Europe    Cryptomonnaie Le casse du siècle    Les bateaux de pêche européens retournent dans les eaux territoriales marocaines    Des peines de mort prononcées contre les assassins de deux Scandinaves à Imlil    Familly School, l'éducation comme figure de proue    Grogne à la CGEM    La Juventus casse sa tirelire pour la pépite de Ligt    Klopp restera à Liverpool    Eliminatoires de la CAN 2021    Kabiné Komara : L'eau est à la fois une ressource indispensable et un facteur potentiel de conflit entre les individus et les nations    Tom Cruise présente la bande-annonce du nouveau "Top Gun"    "Accro" à Terminator, Schwarzenegger ne pouvait refuser une suite    Muslim et Cheb Younes enchantent le public oujdi    Soulaliyates. Premier cap franchi pour trois projets de loi    L'Iran a saisi un tanker étranger soupçonné de « contrebande »    Communiqué du Bureau politique du PPS    Ramid présente le premier rapport sur "les réalisations en matière des droits de l'homme au Maroc"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Emissions sur les crimes : la polémique enfle | Le Soir-echos
Publié dans Le Soir Echos le 12 - 06 - 2012

Les émissions à succès « Akhtar AL Moujrimine » et « Masrah Al Jarima » suscitent une vive polémique. Le risque d'incitation au crime est bien réel. Faut-il les interdire ou revoir leur concept ? Eclairage.
[Akhtar-AL-Moujrimine]
Les détracteurs de l'émission «Akhtar Al moujrimine» dénoncent les scènes violentes jugées choquantes.
La diffusion en prime-time des émissions relatives aux crimes à savoir « Akhtar Al Moujrimine » (Les criminels les plus dangereux) sur la deuxième chaîne et « Masrah Al Jarima » (Scène du crime) sur Médi1TV suscite une vive polémique. Et pour cause le meurtre perpétré à Agadir. L'auteur de cet homicide volontaire a déclaré à la police qu'il s'est inspiré de l'émission « Akhtar Al Moujrimine » pour commettre son crime. Le débat a même atterri au Parlement. Une question orale relative sur le danger de ces émissions sur les téléspectateurs, notamment les jeunes, a été posée, lundi 4 juin dernier, par le groupe parlementaire du RNI à la Chambre des représentants, présidé par Chafik Rachadi.
El Khalfi est pour la révision du concept
[Akhtar-AL-Moujrimine-et-Masrah-Al-Jarima]Le ministre PJDiste de la Communication, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, n'y va pas par quatre chemins. L'homme « polémique » est pour la révision du cadre régissant la diffusion des programmes télévisés relatifs aux crimes. Dans sa réponse aux députés, El Khalfi a précisé que « les médias publics ne doivent pas s'impliquer dans ce genre de programmes qui présentent les criminels comme des héros, ce qui contribue, d'une manière ou d'une autre, à favoriser et à banaliser la culture du crime ». « Un ensemble de chaînes télévisées publiques ont fait des efforts pour projeter ce genre de programmes dans un but éducatif et préventif, en vue de mettre en valeur les efforts de la sûreté nationale », a-t-il dit. Pour El Khalfi, l'intérêt public est au dessus de toutes les considérations. Le ministre n'a pas manqué de souligner l'engouement des Marocains pour ce genre d'émissions. « Les émissions traitant de sujets relatifs au crime sont considérablement regardées au Maroc, mais ne devraient pas tomber dans des logiques commerciales, comme elles ne doivent pas vulgariser les techniques criminelles (reconstitution de crimes) et présenter les criminels comme des héros », a relevé le ministre, indiquant que l'engouement suscité par ces émissions ne doit pas être aux dépens de la sécurité de la société. Une déclaration qui ne fait qu'envenimer la polémique. Pour Zouhair Zrioui, directeur d'antenne et des programmes de 2M, « la chaîne 2M a le droit de produire et de diffuser des émissions traitant des crimes, selon son cahier des charges ». « Toutefois, précise-t-il, nous avons révisé le concept de l'émission suite aux réclamations des familles des criminels. Des modifications ont été entreprises après le 4e ou le 5e épisode, notamment le fait de ne pas faire apparaître le visage des condamnés. Nous ne divulguons plus tous les détails du crime. Nous faisons plus de la fiction ». Une révision, pour mémoire, qui a été entreprise suite à la dénonciation du CNDH (Conseil national des droits de l'Homme).
La riposte de 2M
Pour rappel, le secrétaire général du CNDH, Mohamed Sebbar, avait saisi en 2011 la HACA (Haute autorité de la communication audiovisuelle) pour dénoncer ce qu'il qualifie de « graves violations des droits de l'Homme et de l'éthique journalistique ». Le CNDH avait pointé du doigt « le non respect de l'anonymat ». « Le visage des condamnés est découvert et leur noms et prénoms sont cités sans aucune autorisation des concernés ou de la Justice », s'indignait-il. Il a ainsi demandé à la HACA de prendre les mesures nécessaires pour préserver l'anonymat des condamnés en « évitant de diffuser leurs photos, citer ou écrire leurs noms lors de la diffusion de l'émission sauf autorisation préalable des concernés ». Par ailleurs, les détracteurs de ces émissions dénoncent surtout les horaires de la diffusion et de la rediffusion. Zouhair Zrioui brandit encore une fois le cahier des charges de la chaîne. « Selon les dispositions du cahier des charges de 2M, nous avons le droit de diffuser en prime-time. Nous apposons dès le début de l'émission une signalétique «-12» (interdit aux moins de 12 ans). Les émissions cataloguée (-16 ans), où la violence est omniprésente durant toute l'émission, doivent être diffusées au delà de 22h30. Le cahier des charges est clair sur ce point », riposte Zouhair Zrioui, qui tient à préciser que les rediffusions de l'émission dans l'après-midi et la matinée ont été suspendues. Le directeur d'antenne et des programmes de 2M a également tenu à souligner que : « l'auteur du crime d'Agadir ne s'est pas inspiré de notre émission. La raison est simple. Nous n'avons jamais traité un crime similaire dans notre émission. Les gens regardent d'autres émissions relatives au crime et font l'amalgame avec « Akhtar Al Moujrimine ».
Médi1TV défend son concept
De son côté, le directeur de l'information de la chaîne Médi1TV, Othman Nejjari, affirme que le concept de l'émission à succès « Masrah Al Jarima » a été révisé il y a de cela trois mois. « Notre concept a été revu à 100 %. La ligne éditoriale de la série s'appuie désormais sur l'enquête et les témoignages et non sur les scènes de violence qui peuvent choquer le téléspectateur. Nous nous basons sur les investigations policières qui aboutissent à l'arrestation de l'auteur du crime. Nous avons banni les images qui peuvent montrer le criminel comme un héros, comme l'escalade des murs sans se faire arrêter par la police. Notre objectif est d'offrir aux téléspectateurs une émission didactique. Nous ne sommes plus à la recherche du sensationnel », affirme Othman Nejjari, qui insiste sur le respect des droits des criminels.
Les parents crient haro
« Nous ne diffusons pas les photos des criminels ni leurs noms. Nous sommes conscients de l'impact qui pourrait avoir lieu sur leurs familles. Nous visons surtout à sensibiliser l'opinion publique sur les crimes et leur offrir une émission intéressante », poursuit-il. Interrogé sur l'horaire de diffusion de l'émission, le directeur de l'information répond : « Le cahier des charges de la chaîne nous autorise à diffuser l'émission en prime-time. Nous apposons également la signalétique «-12». Et puisque nous proposons une émission intéressante, l'horaire de diffusion ne pose aucun problème ». Les parents ne voient pas les choses de cet œil. Par la voix de son président, l'Association marocaine des droits du téléspectateur affirme avoir reçu plusieurs plaintes de la part des parents et familles marocaines soucieuses du risque que présente ce genre d'émissions sur leurs enfants. « Nous avons reçu plusieurs appels, lettre écrites… qui dénoncent ce genre d'émissions. Le bureau de l'association s'est réuni en mai dernier et a décidé d'entreprendre une action. Nous avons adressé des courriers à 2M et à Médi1TV pour revoir leurs émissions qui sont devenues de véritables écoles du crime. Le criminel y est présenté comme un héros », dénonce Mostafa Ben Ali, président de cette ONG, qui œuvre pour le respect des droits des téléspectateurs. Ce dernier proteste surtout contre le fait de « mettre en valeur les tactiques des criminels et de les présenter ainsi comme des personnes intelligentes ».

* Tweet
* * *


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.