Akhannouch en visite dans la province de Chefchaouen    Coupe du Trône: le Raja décroche son ticket pour les quarts de finale (VIDEO)    L'ONU approuve une proposition du Maroc    Passeport vaccinal : Un précieux sésame aux contours toujours flous et mal définis au Maroc    Le 18 : un Riad culturel à Marrakech    Mercato: quel club choisira Erling Haaland ?    Maroc : 18 pays sur la liste noire    Covid-19 / Maroc : 594 nouveaux cas, 557 guérisons et 8 morts    Toyota Corolla Cross Roads : la famille s'agrandit    Approbation de projets de loi    Le PPS exhorte le gouvernement à protéger le pouvoir d'achat    Le crédit maintient sa tendance baissière    La TVA, principale composante qui influence le secteur informel    Mémorandum d'entente entre la CGEM et l'UM6P: Un rapprochement au service de la recherche appliquée    Automobile: Hausse des ventes de 6,23% à fin février    Le taux de reproduction du Coronavirus se stabilise à 0,98    Les projets de mise en œuvre de la loi cadre relative au système d'éducation présentés à Rabat    Salé: ouverture d'une enquête suite au décès d'une fille    Incapable d'apaiser le Hirak, Tebboune s'en prend au Maroc !    Casablanca: nouvelles coupures d'eau prévues par la Lydec    Averses orageuses localement fortes le 3 mars dans plusieurs provinces marocaines    L'Allemagne réagit à la décision du Maroc    L'Iran n'est plus suspendu pour refus d'affronter Israël    Grèce : un séisme de magnitude 6,3 au centre du pays    Badiâa Bouya, référence avérée de l'art culinaire marocain au Rwanda    Musique: le refrain classique des fins de mois !     Bartomeu relâché mais l'enquête se poursuit    Message du roi Mohammed VI au président bulgare    Signature de 12 contrats-objectifs et lancement du projet du géo-portail national des documents de l'urbanisme    L'œuvre de Churchill représentant la mosquée Koutoubia vendue à 7 millions de livres sterling à Londres    «La création et l'art face à l'extrémisme et au discours de la haine»    Décès de la légende du reggae Bunny Wailer    Ligue des Champions : Le Horoya sera bel et bien à Casablanca !    Le Maroc, puissance diplomatique émergente, se dote d'une voix audible en Afrique    Le coach limogé de la journée : Madihi (RBM) partant, Jrindou arrivant !    Participation du Maroc à la 155ème session du Conseil de la Ligue arabe    Une plainte visant les attaques chimiques attribuées au régime syrien déposée à Paris    Johnson soutient une éventuelle candidature Royaume-Uni/ Irlande au Mondial 2030    Election à la présidence de la CAF : Le candidat ivoirien se révolte contre la FIFA !    Pays-Bas : explosion près d'un centre de dépistage Covid-19    L'Association d'amitié maroco-israélienne voit le jour aux Etats-Unis    15.754 audiences à distance et 300.000 affaires mises au rôle en 10 mois    Une ONG alerte sur l'ampleur de la répression en Algérie    Contribution financière du Maroc au Plan d'intervention humanitaire au Yémen    Concerts live et sessions digitales au menu de la nouvelle édition de Visa For Music    Spike Lee prépare une série documentaire pour le 20ème anniversaire des attentats du 11 septembre    Baie de Cocody: Les ouvrages maritimes achevés    Sahara marocain: des personnalités canadiennes lancent un appel à Joe Biden    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand le passé nous rattrape
Publié dans Le Soir Echos le 22 - 07 - 2013

Vous êtes ici : Actualités / A La Une / Quand le passé nous rattrape
Dans son nouvel opus « Les nuits du Caire », l'auteur franco-égyptien Gilbert Sinoué décrypte le rapport à la terre et la résurgence du passé dans la vie d'un expatrié. Le roman de Sinoué s'empare d'une thématique universelle où le déracinement revient comme une rengaine entêtante. L'auteur, de retour au Caire sous les traits du sexagénaire Karim, déroule son roman avec une absolue tendresse pour ce pays, devenu cependant étau malgré lui. Sans se détourner de ses fresques littéraires tournées vers l'histoire du monde arabe, il déroule une prose subtile, sensible, simple, accessible, comme à son accoutumée. La trame : Karim décide sur un coup de tête de revenir en Egypte, son pays natal et entreprend une action folle, celle de retrouver un amour qu'il a perdu il y a quarante-cinq. Son retour se teinte vite de déception et le héros se retrouve happé par un pays cabossé, à la veille d'une des plus grandes révolutions du monde arabe. Lorsqu'il atterrit le 29 janvier 2011 au Caire, le taxi le mène en direction de la Place Tahrir, là où la colère populaire gronde. Il est témoin malgré lui du basculement historique du pouvoir du « Rayess ». Très vite, ses retrouvailles avec sa ville natale réveillent d'heureux souvenirs, et aussi de vieilles douleurs. Le narrateur est rappelé à sa condition de «khawaga», une expression utilisée par son chauffeur de taxi, par laquelle les musulmans désignent «les communautés dites « marginales », à savoir les juifs et les chrétiens (à l'exception des coptes). Dans un des passages du roman, l'auteur revient sur ces conflits confessionnels : «Bien que totalement ancrés en Egypte depuis plus d'un siècle, ces gens – auxquels les miens avaient appartenu – ne furent jamais considérés comme de vrais Egyptiens par les musulmans». Karim s'acharne. Il ne cherche qu'une seule chose : renouer avec son ancienne amoureuse, avec laquelle il a vécu une passion ardente. Les deux anciens amoureux s'étaient donné rendez-vous au Caire mais les mésaventures de Karim s'enchaînent et il se retrouve enlevé par des islamistes, face à un septuagénaire disciple de Ben Laden. Il est sauvé par un détail fortuit : le père du ravisseur avait travaillé autrefois comme cuisinier pour son père. Le héros s'embarque dans cette nouvelle amitié qui le mènera, une fois de plus, vers de nouveaux questionnements.
Panser les blessures du passé
Au fil du récit, le lecteur tente de s'accommoder de cette Egypte qui a perdu sa gloire passée, et prend conscience d'un pays qui a plongé effroyablement dans l'obscurantisme et l'intégrisme. Il se posera finalement l'interrogation inévitable : Est-il judicieux de continuer sa quête initiatique et de retrouver cette femme qu'il a aimé quarante ans plus tôt ? L'essence du roman serait finalement de s'interroger sur l'utilité de remuer le passé et de le ressusciter. Quel est l'intérêt de s'acharner à renouer avec une femme jadis aimée ? Le passé ne devrait-il pas rester là où il est, caché dans les plis et replis des souvenirs ? N'est-il pas périlleux de vouloir à tout prix aller à la rencontre de ce qu'on était?
L'inévitable conflit identitaire
«Les nuits du Caire », de par sa thématique, n'est pas sans nous rappeler le dernier ouvrage de l'écrivain libanais et membre de l'Académie française Amine Maalouf : « Les désorientés ». L'historien expatrié dépeint par Maalouf et qui rentre au bercail à l'occasion de la mort d'un de ses anciens amis, tente désespérément de dépoussiérer le passé, et développe au fil de son séjour un curieux rapport conflictuel avec sa terre natale. A l'instar des « Désorientés », « Les nuits du Caire » est aussi une chronique du fossé qui sépare les expatriés de leurs terres natales. Certains pèlerinages sont douloureux et l'auteur le démontre dans chaque page de son roman. Voici une phrase qui en témoigne : «La différence que je fais entre l'Egypte et la France est exactement celle que je fais entre une mère et une épouse. Une épouse on l'a choisie (...). Mais en aucun cas elle ne pourrait vous faire oublier votre mère».
Prix des libraires pour « Le Livre de Saphir », l'auteur a déjà publié de nombreux romans dont « Erevan », et sa trilogie « Inch'Allah », « Le Souffle du jasmin », « Le Cri des pierres », n'hésitant pas à revenir sur les pans entiers de l'histoire de l'Orient, et à s'attarder sur les soubresauts géopolitiques de la région. Celui qui a longtemps décrypté les remous et les mutations du monde arabe et les déchirements qui en découlent, revient avec un roman à la lisière de l'autobiographique. Car Gilbert Sinoué ressemble à s'y méprendre à Karim, son héros sexagénaire venu réveiller les démons du passé. Dans « L'homme qui regardait la nuit », il avait creusé le même sillon. Théophane, le héros, chirurgien cardiaque en exil sur une île grecque, n'était autre que le double de l'auteur, dont le parcours et les rencontres vont le pousser à affronter son passé. Dans « Les nuits du Caire », l'enjeu est strictement personnel, et douloureux, mais aussi, vous le découvrirez, éminemment salutaire.
- Les nuits du Caire, aux éditions Arthaud (186 p.)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.