Akhannouch en visite dans la province de Chefchaouen    Coupe du Trône: le Raja décroche son ticket pour les quarts de finale (VIDEO)    L'ONU approuve une proposition du Maroc    Passeport vaccinal : Un précieux sésame aux contours toujours flous et mal définis au Maroc    Le 18 : un Riad culturel à Marrakech    Mercato: quel club choisira Erling Haaland ?    Maroc : 18 pays sur la liste noire    Covid-19 / Maroc : 594 nouveaux cas, 557 guérisons et 8 morts    Toyota Corolla Cross Roads : la famille s'agrandit    Approbation de projets de loi    Le PPS exhorte le gouvernement à protéger le pouvoir d'achat    Le crédit maintient sa tendance baissière    La TVA, principale composante qui influence le secteur informel    Mémorandum d'entente entre la CGEM et l'UM6P: Un rapprochement au service de la recherche appliquée    Automobile: Hausse des ventes de 6,23% à fin février    Le taux de reproduction du Coronavirus se stabilise à 0,98    Les projets de mise en œuvre de la loi cadre relative au système d'éducation présentés à Rabat    Salé: ouverture d'une enquête suite au décès d'une fille    Incapable d'apaiser le Hirak, Tebboune s'en prend au Maroc !    Casablanca: nouvelles coupures d'eau prévues par la Lydec    Averses orageuses localement fortes le 3 mars dans plusieurs provinces marocaines    L'Allemagne réagit à la décision du Maroc    L'Iran n'est plus suspendu pour refus d'affronter Israël    Grèce : un séisme de magnitude 6,3 au centre du pays    Badiâa Bouya, référence avérée de l'art culinaire marocain au Rwanda    Musique: le refrain classique des fins de mois !     Bartomeu relâché mais l'enquête se poursuit    Message du roi Mohammed VI au président bulgare    Signature de 12 contrats-objectifs et lancement du projet du géo-portail national des documents de l'urbanisme    L'œuvre de Churchill représentant la mosquée Koutoubia vendue à 7 millions de livres sterling à Londres    «La création et l'art face à l'extrémisme et au discours de la haine»    Décès de la légende du reggae Bunny Wailer    Ligue des Champions : Le Horoya sera bel et bien à Casablanca !    Le Maroc, puissance diplomatique émergente, se dote d'une voix audible en Afrique    Le coach limogé de la journée : Madihi (RBM) partant, Jrindou arrivant !    Participation du Maroc à la 155ème session du Conseil de la Ligue arabe    Une plainte visant les attaques chimiques attribuées au régime syrien déposée à Paris    Johnson soutient une éventuelle candidature Royaume-Uni/ Irlande au Mondial 2030    Election à la présidence de la CAF : Le candidat ivoirien se révolte contre la FIFA !    Pays-Bas : explosion près d'un centre de dépistage Covid-19    L'Association d'amitié maroco-israélienne voit le jour aux Etats-Unis    15.754 audiences à distance et 300.000 affaires mises au rôle en 10 mois    Une ONG alerte sur l'ampleur de la répression en Algérie    Contribution financière du Maroc au Plan d'intervention humanitaire au Yémen    Concerts live et sessions digitales au menu de la nouvelle édition de Visa For Music    Spike Lee prépare une série documentaire pour le 20ème anniversaire des attentats du 11 septembre    Baie de Cocody: Les ouvrages maritimes achevés    Sahara marocain: des personnalités canadiennes lancent un appel à Joe Biden    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Parfum de l'Est à Tanjazz
Publié dans Le Soir Echos le 24 - 07 - 2013

Vous êtes ici : Actualités / Culture / Parfum de l'Est à Tanjazz
La quatorzième édition de Tanjazz passe à l'Est et se lance à l'assaut de nouveaux talents et de sons aux affluences orientales. Après la rencontre des artistes marocains programmée en 2012, le plaisir sera à la découverte des jazz de Bulgarie, d'Egypte, de Tunisie, des Balkans, du jazz manouche et de la musique Klezmer. Un thème fort, emblématique d'un jazz métissé et revisité, et qui creuse encore plus le sillon d'un festival ouvert sur la musique plurielle. Le promoteur de Tanjazz, Philippe Lorin, explique les raisons derrière le choix de cette orientation : « J'ai remarqué, précise-t-il, que tous les grands festivals de l'été en Europe comme Newport présentent à 95 % exactement les mêmes artistes et des artistes très vus. Tanjazz fait toujours le pari de l'exploration, de la découverte et de la surprise. A une ou deux exceptions près, aucun artiste présent à Tanjazz ne sera vu et entendu dans ces « grands » festivals. Plus que de l'argent, cela demande de la patience, de la recherche, de la passion... ».
Parmi les vétérans de cette édition, Arun Gosh, compositeur et clarinettiste d'origine asiatique et résidant à Londres, qui concocte des mélodies d'inspiration asiatique menées par la basse, la tablah et la batterie. Autre invité de marque, Yehya Khalil, batteur égyptien émérite qui présente, à l'occasion de ses cinquante ans de jazz, le concert « Iqae al roh » (Au rythme de l'âme) qui réunira un éventail de ses plus belles compositions. Sa musique est un mixage jazzy de sonorités orientales et occidentales : le nay, qanoun et tabla s'allient aux saxophone et guitare d'Occident. Le Tunisien Nabil Khemir sera également de la partie et viendra jouer son instrument fétiche, la guitare-luth. Cet instrument de fusion à double manche baptisé « Rayjam » ou rayon d'improvisation musicale est une invention de l'artiste lui-même. Le « Rayjam » se greffera aux rythmes puisés du répertoire d'Oum Kalthoum, de Mohamed Abdelwahab, du guitariste britannique John Mc Laughlin, et du guitariste américain Pat Metheny.
Klezmer, musique de l'histoire
Cette année, le lyrisme jazzy se doublera d'un souffle folklorique venu des contrées yiddish, et des groupes sous influence klezmer, musique tzigane originaire des ghettos et des villages de l'Europe de l'Est, où les troubadours juifs itinérants connus par les Klezmorim se produisaient dans des événements festifs, et puisaient leurs influences de la musique gitane. Le festival accueille « Palinka », sextet estampillé klezmer qui fait jaillir des sons tziganes sous influence Django avec guitare manouche, saxophone et violon et « The Klezmaniacs » quatre musiciens qui dégainent une musique où se reflète l'histoire des pérégrinations des Juifs d'Europe de l'Est à travers l'espace et le temps.
Temps forts du festival
Les temps forts les plus attendus de cette édition sont notamment l'étoile montante greco-guinéenne Elisabeth Kontomanou. Compositrice, auteure, arrangeur, et révélation de l'année 2000, cette talentueuse musicienne est consacrée meilleure artiste vocale aux « Victoires du Jazz » 2006. Bercée par la Motown, elle est inspirée par Maria Callas et Carmen McRae, et s'impose comme une référence internationale du jazz vocal. Un autre concert qui promet d'être euphorisant : celui de l'Ivoirien Samy Thiebault dont l'album « Clear Fire » et l'univers éthéré fait l'unanimité de la presse. Ses rythmes inspirés du Maghreb s'associent à un beat puissant, puisé dans la tradition et le langage du jazz le plus puritain et donne naissance à une matière sonore originale, organique tout autant que méditative. Parmi les petites pépites proposées par le festival, rendez-vous avec la formation Magic Tarbouch, une découverte tangéroise qui vaut le détour. Magic Tarbouch est un quintet de jazz et surf music né à Tanger initié par Tarik Elamile, guitariste du groupe rock Lazy Wall (nommé d'après le célébrissime « mur des paresseux » de la cité du Détroit). Influencé par la surf music, rock rythmé de la côte californienne dont l'exemple le plus connu est le morceau « Misirlou » de Dick Dale, qui fait partie de la bande son du film Pulp Fiction. Le groupe remonte le temps et s'inspire de la musique qui s'étend des années 20 jusqu'aux années 60. Du swing de la Nouvelle Orléans à la naissance du be-bop, du cool au hard bop, ce jazz du milieu du XXème siècle est revisité « sauce tangéroise ». Ne ratez pas ces bulles de jazz au Palais Moulay Hafid de Tanger, du 18 au 22 septembre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.